Les révoltes populaires de l’an mil à 1789. Emission sur Radio Libertaire.


(0)
607 Vues
0 commentaire
07.01.2011

Les luttes et révoltes populaires au Moyen Age constituent un phénomène qui reste encore mal connu et peu étudié.
Ceci est dû aux sources qui proviennent presque exclusivement des autorités et qui, par conséquent, délivre un point de vue biaisé.
Ces épisodes représentent pourtant des exemples intéressants de résistances aux abus de pouvoirs, qu'ils soient étatiques, économiques ou religieux.

Emission "Offensive Sonore" produite par "Offensive Libertaire et Sociale".

De la nécessité de l'enracinement. Avec Alain Soral et Alain Escada chez E&R à Lille.


(0)
86 Vues
0 commentaire
18.09.2016

Alors que de nombreuses forces travaillent au déracinement des modes de vie traditionnels, les deux conférenciers Alain Escada, président de l'association catholique traditionaliste Civitas, et Alain Soral, intellectuel et président d'Egalité et Réconciliation, développent leur analyse de la situation dans laquelle se trouve notre pays et les voies à emprunter pour échapper au chaos qui nous est promis.

L'Europe sera-t-elle anglophone dans 100 ans ? Avec Claude Hagège au Goethe-Institut de Paris.


(0)
65 Vues
0 commentaire
03.12.2004

Les débats actuels sur la situation des langues en Europe souffrent d’un déficit de réflexion.
La position dominante de l’anglais, le recul conjoint du français et de l’allemand en Europe sont le plus souvent perçus comme les marques d’une évolution inéluctable, face à laquelle les volontarismes politiques paraissent avoir peu de prise.
Le futur linguistique des Européens sera-t-il inévitablement réduit à la pratique de l'anglais ?

Le Sang du Père. Avec Alain de Benoist pour Cinequaprod.


(0)
324 Vues
0 commentaire
2015

L'Histoire récente de la figure paternelle est celle de son déclin, jusqu'à sa mort.
Alain de Benoist, en revenant sur les polémiques récentes sur l'introduction de l'enseignement de la théorie du Genre à l'école, revient sur cette problématique pour tenter d'en cerner tous les enjeux.

Un entretien mené par Sylvain Durain.

Le Bien Commun. Avec Michel Fourcade à l'Université Réelle de Montpellier.


(0)
81 Vues
1 commentaire
27.01.2017

Qu'est ce que le bien commun ? Cette notion fondamentale de philosophie politique nous renvoie directement aux antiques (l'être humain en tant qu'animal politique chez Aristote) comme à la philosophie chrétienne médiévale (Thomas d'Aquin).
Il s'agit de réfléchir aux principes universels qui doivent gouverner les actions politiques pour oeuvrer au bien de la communauté.
Retour sur la question en compagnie du professeur Michel Fourcade.

Le racisme scientifique au XIXe siècle. Avec Alain Froment au Musée de l'Homme.


(0)
89 Vues
0 commentaire
10.04.2016

C'est en revenant sur la consitution de l'anthropologie comme discipline scientifique au XIXe siècle qu'Alain Froment veut nous faire comprendre les mécanismes qui ont conduit à la construction du racisme scientifique, foudement et légitimation de bon nombre d'entreprises coloniales et eugénistes.
Le recul que nous avons aujourd'hui doit nous permettre de déconstruire les bases du raisonnement raciste tout en expliquant l'état des connaissances scientifiques sur la diversité dans l'espèce humaine.

Elias Canetti (1905-1994). Avec Alain Brossat, Youssef Ishaghpour, Marc de Launay et Gerald Stieg sur France Culture.


(0)
49 Vues
0 commentaire
19.11.1998

Elias Canetti, né à Roussé (en Bulgarie le 25 juillet 1905 et mort le 14 août 1994 à Zurich en Suisse), est un écrivain d'expression allemande, originaire de Bulgarie, devenu citoyen britannique en 1952 et qui a longtemps résidé en Suisse. Il a reçu le prix Nobel de littérature en 1981.
Canetti est souvent associé à la littérature autrichienne mais il couvre une perspective plus large. Son œuvre a défendu une idée pluraliste de la culture européenne dans sa richesse et sa diversité, liée à un parcours de vie singulier. Il est l'auteur d'analyses de grande envergure sur le XXe siècle et de réflexions détaillées sur les mécanismes humains et les modes de fonctionnement psycho-sociaux.
Retour sur la trajectoire d'Elias Canetti, l'éveilleur d’un futur antérieur.

Le Sang du Père. Avec Francis Cousin pour Cinequaprod.


(0)
138 Vues
0 commentaire
2015

Comment comprendre la dualité et la complémentarité des sexes et de leurs fonctions dans une optique de critique radicale du fétichisme de la marchandise ? Et comment comprendre l'abolition de la figure du Père ?
Francis Cousin, à partir de Karl Marx et en suivant les grandes révoltes humaines aspirant à la vie en la communauté de l'être, traite ces questions.

Un entretien mené par Sylvain Durain.

De l'Ancien Régime des physiocrates aux Cent-Jours : l'émergence du capitalisme français (1774-1815). Avec Armel Campagne à Paris.


(0)
93 Vues
0 commentaire
16.05.2015

L'Ancien Régime n'était guère capitaliste. Appropriation monarchico-féodale du (sur)labeur paysan, rapports de production non-déterminés "objectivement" et contraints structurellement ; rentes "démographiques" non-capitalistes, barrières internes, douanes intérieures, non-libéralisation commerciale, droits d'usages, communaux, marchés fragmentés, monopoles royaux, corporations, artisanat précapitaliste, "industries d'Ancien Régime" de luxe et/ou d’exportation… Autant d'indices d’une "synthèse sociale" (Sohn-Rethel) non-capitaliste.
La crise financière de l'Ancien Régime, néanmoins, conduit une "secte d’économistes" (Voltaire) s'intitulant physiocrates, régulièrement au pouvoir sous Louis XVI, à promouvoir l’importation du "modèle anglais" des rapports de production agro-commerciaux (capitalistes, en l'occurrence), avec au programme des enclosures massives, une concentration foncière au profit de "capitalistes agraires", l'abolition des droits d'usages paysans... ; ainsi que l'abolition des barrières internes, douanes intérieures, régulations commerciales (entraînant même, une fois appliquée, une "guerre des farines" en 1775 !), monopoles royaux, corporations... L'ensemble devant être imposé d'une main de fer sous l'égide d'un absolutisme royal devenu "despotisme éclairé".
La révolution française réalise, sous l'égide d'une centralisation étatique "absolutiste" enfin réalisée, une partie importante du programme "proto-capitaliste" des physiocrates (interdisant, de plus, grèves, syndicats et autres résistances), tandis que Napoléon "l'exporte" militairement dans l'Europe entière...
S'agit-il de l'émergence du capitalisme français proprement dit, ou plutôt du début d'un processus (incertain, violent, non-nécessaire) d'émergence du capitalisme français ?

Les primaires de l'élection présidentielle française 2017. Avec Alain Soral à L’Heure la plus sombre pour E&R.


(0)
126 Vues
0 commentaire
30.01.2017

Pour ce 64ème numéro de "L'Heure la plus sombre", Vincent donne la parole à Xavier, de la revue Faits & Documents, avant de commenter l'actualité en compagnie d'Alain Soral.

0:00:00 : Introduction
0:01:10 : La destruction du PS pilotée depuis l’Élysée
0:04:45 : Le paradoxe Macron
0:09:00 : Henri de Castries, au centre des réseaux d’influence
0:13:00 : le "PénélopeGate" malgré la Téchouva de Fillon
0:16:15 : Macron, protégé par le Système
0:18:20 : Benoît Hamon et le revenu universel
0:20:00 : Mélenchon et Marine Le Pen
0:22:20 : La confirmation de Glucksmann
0:25:15 : François Hollande, un homme de la Quatrième République
0:26:30 : Les réseaux derrière Macron
0:27:50 : À quand le parti "progressiste" ?
0:29:15 : L’ascension des énarques de la promotion Senghor
0:32:00 : De la centralité de l’élection française
0:34:10 : Trump, Fillon, et la Chine
0:38:40 : Alain Soral nous rejoint !
0:41:20 : La communauté de lumière lâche ses soutiens grillés
0:43:40 : Hamon, que fait-il là ? Quel est son électorat ?
0:46:40 : Mélenchon, le seul candidat sérieux avec le FN
0:48:00 : Sur le revenu universel
0:50:20 : Fillon, gagne-petit
0:53:20 : Prendre la suite de Valls...
0:55:00 : L'antisémitisme selon Jakubowicz
0:56:00 : Forces et faiblesses de Mélenchon et du FN
1:04:00 : Les cartes sont rebattues
1:07:00 : Les traitements d'exception contre Marine
1:09:30 : Les élections, Internet et E&R

Une histoire du roman national. Avec Stéphane Blanchonnet au Cercle Jean-Baptiste Lynch à Bordeaux.


(0)
61 Vues
0 commentaire
10.12.2016

Depuis 1793 et l'exécution du roi Louis XVI par la République, la France n'a plus de figure vivante pour incarner de façon évidente la continuité de l'histoire nationale.
Certains historiens ont remplacé le roi par un roman, glorieux hier et finalement repentant aujourd'hui.
C'est de cette substitution et de son évolution, mais aussi des récits qui l’ont précédée avant la Révolution que nous parle Stéphane Blanchonnet, agrégé de Lettres et président du Comité directeur de l'Action française.

Du gouvernement par les lois à la gouvernance par les nombres. Avec Alain Supiot au Collège de France.


(0)
215 Vues
0 commentaire
2013

Le sentiment de "malaise dans la civilisation" n’est pas nouveau, mais il a retrouvé aujourd’hui en Europe une intensité sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale.
La saturation de l’espace public par des discours économiques et identitaires est le symptôme d’une crise dont les causes profondes sont institutionnelles. La Loi, la démocratie, l’État, et tous les cadres juridiques auxquels nous continuons de nous référer, sont bousculés par la résurgence du vieux rêve occidental d’une harmonie fondée sur le calcul.
Réactivé d’abord par le taylorisme et la planification soviétique, ce projet scientiste prend aujourd’hui la forme d’une gouvernance par les nombres, qui se déploie sous l’égide de la "globalisation". La raison du pouvoir n’est plus recherchée dans une instance souveraine transcendant la société, mais dans des normes inhérentes à son bon fonctionnement.
Prospère sur ces bases un nouvel idéal normatif, qui vise la réalisation efficace d’objectifs mesurables plutôt que l’obéissance à des lois justes. Porté par la révolution numérique, ce nouvel imaginaire institutionnel est celui d’une société où la loi cède la place au programme et la réglementation à la régulation.
Mais dès lors que leur sécurité n’est pas garantie par une loi s’appliquant également à tous, les hommes n’ont plus d’autre issue que de faire allégeance à plus fort qu’eux. Radicalisant l’aspiration à un pouvoir impersonnel, qui caractérisait déjà l’affirmation du règne de la loi, la gouvernance par les nombres donne ainsi paradoxalement le jour à un monde dominé par les liens d’allégeance.