La fraternité, idéal républicain. Avec Marcel Gauchet sur France Culture.


(0)
66 Vues
0 commentaire
09.11.2016

La fraternité, troisième volet de la devise républicaine, est-elle mise à mal par le "pessimisme" français ?
C'est l'une des thèses que défend Marcel Gauchet dans Comprendre le malheur français. Il analyse ce pessimisme à l'aune d'une mondialisation malheureuse : la relégation de la France au rang de puissance secondaire conjuguée au souvenir de sa grandeur passée se traduirait par une défiance envers l'avenir qui n'est que le corollaire d'un malaise bien présent.

Emission "Les Chemins de la philosophie", animée par Adèle Van Reeth.

Le sexe hypocrite à l'époque de la reine Victoria. Avec François Angelier sur France Inter.


(0)
69 Vues
0 commentaire
30.09.2013

1885. Le Royaume-Uni est toujours l'atelier du monde et pour plus longtemps encore, le banquier du monde : son empire couvre le quart du monde. Les classes dominantes attribuent la prospérité aux vertus respectables qu'incarnent la vieille reine Victoria et, à son exemple, les familles utiles. Mais l'habit de l'austérité et du travail, bien boutonné de haut en bas, menace souvent de craquer.
Depuis longtemps, il est dit que le pays repose sur une nation invisible d'esclaves blancs et qu'il faut écouter, enfin, le sanglot des enfants dans les ténèbres. La militante française Flora Tristan parlait de la prostitution des pauvres à Londres comme d'un fait si immense qu'il engloutissait déjà les enfants de 10 à 15 ans mais c'était en 1842, au début du règne de Victoria, et le message avait du mal à passer.
Cette fois, en 1885, la croissance est en berne, l'inquiétude grandit et le journalisme à sensation s'installe : tout est prêt, cette fois, pour que puisse commencer le scandale des "Pucelles à vendre" qui déclenchera la première des "marches blanches" de l'histoire et inspirera bien des écrivains, de Stevenson à Bernard Shaw.

Emission "La marche de l'histoire", animée par Jean Lebrun.

Les religions, le religieux : quel avenir ? Avec Chantal Delsol au Centre d'Echanges et de Réflexion pour l'Avenir.


(0)
94 Vues
0 commentaire
24.06.2016

Il aura fallu le terrorisme et l’intégrisme islamiste pour que la religion redevienne une question centrale dans nos sociétés.
Le vivre-ensemble et la démocratie sont mis en cause. Les croyances bousculent la science. Est-ce le retour du religieux ? L’avènement d’un XXIe siècle spirituel ?
Chantal Delsol, philosophe, ne cache pas sa foi catholique et se décrit comme libérale-conservatrice. Considérée comme une référence des "intellectuels conservateurs", elle aborde ces questions sans détour et sans langue de bois, fidèle à son non-conformisme.

Sarkozy a-t-il mené une politique de puissance ? Débat entre Christian Harbulot et Alexandre Del Valle sur Enquête&Débat.


(0)
70 Vues
0 commentaire
14.05.2012

Les nations d'Europe ont oublié la composante principale permettant de mettre en oeuvre une politique : la puissance.
Deux analystes bien connus s'interrogent sur la présidence Sarkozy et tentent d'en faire le bilan : la France est-elle plus forte et plus indépendante après les 5 ans qu'il a passés à l'Elysée ?

D'une crise à l'autre : l'Euro, la mondialisation, la France et l'Allemagne. Avec Roland Hureaux au Cercle Aristote.


(0)
107 Vues
0 commentaire
13.02.2017

Il est difficile de comprendre le monde actuel sans connaître l’économie. C’est dire que cette science, la plus assurée des sciences humaines, ce qui ne veut pas dire qu’elle le soit entièrement, ni près, fait partie aujourd’hui du bagage indispensable à l’honnête homme, surtout s’il est engagé dans la chose publique. Honnête n’a pas seulement le sens qu’on lui donnait au XVIIe siècle, celui d’homme cultivé et de bonne compagnie, il signifie aujourd’hui probe, en particulier sur le plan intellectuel. Car il y a une vérité en économie, comme il y en a en médecine ou en physique des particules. Même si cette vérité est souvent mêlée d’obscurité, on ne saurait se laisser aller au relativisme, au principe que toutes les idées, en la matière, se vaudraient.
Telles sont les considérations qui animent Roland Hureaux, et dont on connait les nombreux engagements politiques, professionnels et littéraires. Son intervention porte principalement sur les suites de la crise de 2008, qui pourrait connaître de nouveaux rebondissements et celle de l’euro dont il démonte les mécanismes et souligne les risques. C'est dans une langue claire que Roland Hureaux expose des mécanismes tenus par beaucoup pour abscons, en vue de décrire une actualité économique complexe tout en exprimant des convictions longuement mûries et solidement étayées.

Comment influencer le pouvoir politique ? Avec Jean-Louis Gergorin chez Régis Debray sur France Culture.


(0)
69 Vues
0 commentaire
30.09.2016

C'est par les confidences de Jean-Louis Gergorin, fondateur du Centre d’Analyse et de Prévision du ministère des Affaires étrangères à la fin des années 1970, que nous en apprenons un peu plus sur le rôle des hommes de l'ombre que sont les conseillers du Prince.
Et d'ailleurs, cette influcence est-elle réelle ? Dans quelle mesure les décideurs agissent-ils en prenant en compte les analyses qui leur sont proposées ?

Emission "Les Discussions du soir", animée par Régis Debray.

Curzio Malaparte (1898-1957). Avec Maurizio Serra, Pierre Pachet, Bruno Tessarech et Jean Gili sur France Culture.


(0)
93 Vues
0 commentaire
09.06.2012

De cette vie ouvertement romanesque, faite de bruit et de fureur, subsiste comme une odeur étrange, de soufre, de fer incendié et de putréfaction. Infatigable travailleur et prosateur épique par excellence, Malaparte aura été l’écrivain de la violence dans l’histoire. Sa grande affaire, la guerre, livrée sous la forme d’un triptyque fameux : Technique du coup d’état, Kaputt, La Peau, où il décortique à la pointe sèche, la barbarie sous toutes les coutures.
Grand séducteur et grand solitaire, Malaparte fit de sa vie, une œuvre à part entière. Il conçut une maison à la mesure de sa démesure, minimaliste et sublime, la "Casa come me", sur les hauteurs de Capri séjour des dieux où Jean-Luc Godard décida un beau jour de donner rendez-vous à Brigitte Bardot !
Si Malaparte reste aujourd’hui un incompris, voire un infréquentable, il le doit sans doute à quelques sauts périlleux incontrôlés, entre fascisme et communisme. Engagé très dégagé, Malaparte laisse une œuvre qui ne cesse de proliférer. Hydre inclassable remuant les inédits, les cahiers retrouvés et les nouvelles traductions. Un auteur à suivre !

Emission "Une vie, une oeuvre", animée par Matthieu Garrigou-Lagrange.

Ce que l'argent ne saurait acheter. Avec Michael Sandel sur France Culture.


(0)
72 Vues
0 commentaire
05.12.2014

Michael Sandel, au travers de nombreux exemples, entend nous montrer comment les marchés sont devenus une composante omniprésente de notre vie : qu'il soit question des voies rapides payantes des autoroutes, des marchés noirs chinois de tickets de rendez-vous médicaux, des reventes à la sauvette de billets de concert, d'achats de bébés, de rachats par des spéculateurs d'assurances sur la vie prises par les malades atteints du SIDA... il est évident qu'une seule et même tendance est à l'œuvre.
S'opposant aux économistes pour qui l'argent ne serait qu'un instrument de transaction moralement neutre et aussi avantageux pour le vendeur que pour l'acheteur, Sandel prouve qu'il affecte au contraire, et parfois corrompt, tout ce qu'il touche.
Si le marché n'est pas un mal en soi, la marchandisation effrénée de certains biens auparavant non soumis à ses lois est d'autant plus dommageable que nous nous abstenons le plus souvent de nous demander quelles valeurs devraient être sauvegardées et pourquoi : s'il est acceptable ou non que des élèves soient rémunérés pour apprendre à lire, que les pays riches puissent acheter les "droits de pollution" des pays pauvres, que des chasses payantes au rhinocéros noir ou au morse soient organisées pour préserver ces espèces de l'extinction, etc.

Emission "Les Chemins de la philosophie", animée par Adèle Van Reeth.

Mythes historiques et repentance : le complexe occidental. Avec Alexandre Del Valle sur Radio Courtoisie.


(0)
683 Vues
0 commentaire
07.07.2014

Nos sociétés occidentales sont victimes du virus de la culpabilisation collective. Véritable arme de "destruction massive", cette culpabilisation est mise en oeuvre sous la forme de "mythes fondateurs" qu'Alexandre Del Valle analyse un à un : les croisades, les "ténèbres" du Moyen Age, la diabolisation de l'Eglise catholique, la "dette" envers la science arabo-musulmane, Al-Andalus, les accusations d'esclavagisme, de colonialisme et de racisme à sens unique, la "mondialisation heureuse" et les dérives de l'Union européenne.
Persuadé que la "guerre des représentations" est la clef de tous les conflits, il poursuit en identifiant le processus de désinformation à l'origine de cette manoeuvre de déstabilisation collective.
Selon lui, la culpabilisation pathologique qui sape les fondements mêmes de nos sociétés ouvertes est aux antipodes de la saine capacité à s'autocritiquer, car loin d'aider les peuples à tirer les leçons du passé, elle est fondée sur la haine de soi et attise celle de l'Autre à notre endroit.
Afin de retrouver l'estime de soi, condition nécessaire pour être respecté par les autres, Del Valle invite la France et ses alliés occidentaux à mettre en oeuvre d'urgence une thérapie globale de déculpabilisation.
Il montre enfin en quoi la survie géopolitique des nations occidentales dans le nouveau contexte multipolaire passe par leur capacité à substituer à leurs prétentions universalistes, souvent contre-productives, un recentrage stratégique et une réappropriation de leur identité propre, dont le monde slavo-orthodoxe, trop souvent diabolisé, est l'un des piliers.

Emission du "Libre Journal de Charles Zorbib", animée par François Costantini.

Les Tragiques, d'Agrippa d'Aubigné. Avec Max Milner à l'Université de Bourgogne.


(0)
102 Vues
0 commentaire
1975

Cette série de 4 cours constitue une introduction aux Tragiques d'Agrippa d'Aubigné et aux sept livres qui conduisent de Misères à Jugement.
Elle invite à pénétrer au coeur de la Divine Comédie huguenote et inscrit l'oeuvre dans son contexte historique, politique et esthétique, tout en dégageant son irréductible originalité.

Nationalisme Européen, le combat de demain ! Avec Robert Steuckers pour La Dissidence à Strasbourg.


(0)
112 Vues
0 commentaire
04.03.2017

Qu'est ce que le nationalisme européen ? Cette mouvance politique et métapolique semble à première vue une contradiction dans les termes.
Robert Steuckers, originaire de Bruxelles, en est une figure historique et c'est au travers de son parcours personnel et en invoquant quelques grandes figures (Jean Thiriart, Dominique Venner) qu'il va exposer les idées directrices devant amener les peuples d'Eurasie à se libérer de la tutelle américaine et à s'unir dans un destin civilisationnel et politique commun, débarrassé des inimitiés du passé.

Gramsci, si méconnu et si actuel. Avec André Tosel pour les Amis de la Liberté à Nice.


(0)
182 Vues
0 commentaire
15.12.2016

Antonio Gramsci (1891-1937) est un des grands penseurs du XXe siècle. Militant socialiste, il rallie la révolution d'octobre 1917 et devient membre fondateur du parti communiste italien, puis son secrétaire général. Il combat le fascisme jusqu'à son arrestation par Mussolini en 1926. Emprisonné, il rédige ses fameux Cahiers de prison.
Cette recherche immense et inachevée est l’œuvre italienne moderne la plus citée dans le monde. Elle propose une déconstruction des marxismes dogmatiques du XXe siècle et une reconstruction qui a pour axe l'équation philosophie/histoire/politique.
En France, Gramsci est en fait peu connu, même si certains de ses concepts (hégémonie, conception du monde, intellectuels, bloc historique, révolution passive, américanisme) sont pillés et utilisés comme des instruments idéologiques par tous les camps, même si sa conception des rapports entre nord et sud, subalternes et dirigeants, nourrissent les subaltern et cultural studies anglo-saxonnes.
Le fil conducteur de cette pensée cohérente et critique, révolutionnaire et multiple, est la conception d'un monde assurant la sortie de la passivité qui engloutit et neutralise les masses subalternes et tente de préciser les formes et les contenus des combats décisifs.