Le crédit de la parole. Avec Alain Supiot pour la Société Française des Architectes.


(0)
122 Vues
0 commentaire
02.12.2021

"On lie les bœufs par les cornes et les hommes par les paroles". Ce vieil adage juridique s'applique à la Cité qui, à la différence de la Ville, ne désigne pas un regroupement de population sur un territoire donné, mais l'association de citoyens sous l'égide d'une loi commune.
Cette citoyenneté peut s'exercer à des échelles variées — depuis la commune jusqu'au monde entier, mais repose toujours sur divers types d' "assemblées de paroles", qui servent à accorder les citoyens sur une juste représentation de ce qui est et de ce qui doit être. Encore faut-il pour que ces paroles cimentent la Cité, qu'on puisse leur accorder crédit.
Or de multiples symptômes témoignent de nos jours d'une perte de crédit de la parole, qu'elle soit politique, commerciale ou scientifique. Pour saisir les causes profondes d'un tel discrédit, et des violences qui en résultent, Alain Supiot part des conditions institutionnelles qui permettent d'échanger des paroles plutôt que des coups. Sur cette base il devient possible d'esquisser les voies d'une restauration du crédit de la parole dans la Cité du XXIe siècle.

Le blasphème dans l'histoire de France. Avec Gabriel Marchenoir pour l'Action Française.


(0)
141 Vues
0 commentaire
2021

On sait que le blasphème a longtemps été châtié en France. C'est d'ailleurs pendant l'affirmation de la royauté française que les blasphémateurs ont commencé à être sévèrement puni. Mais sait-on au juste en quoi consiste le blasphème ? Et quelle est son histoire ?
Gabriel Marchenoir revient sur les différents épisodes de flux et reflux de la condamnation du blasphème en France, qui aura finalement débouché sur une culture où la religion n'est plus que considérée comme une croyance privée, où le blasphème ne devrait donc plus être classée que comme une moquerie - certes fort déplaisante pour certains. En est-on si sûr ?

Philosophies. Avec Blandine Kriegel sur Radio J.


(0)
603 Vues
0 commentaire
2021

Accompagnée de divers spécialistes reconnus, la philosophe Blandine Kriegel nous propose de parcourir les grands auteurs de la philosophie qui ont fait l'histoire de cette discipline et continuent à être d'actualité, de l'Antiquité à nos jours.
L'occasion pour un large public d'être informé de l'évolution de la philosophie et de participer de plein droit à sa réflexion à partir de la lecture préalable d'un texte philosophique.

L'histoire judiciaire du rock. Avec Fabrice Epstein sur RT France.


(0)
225 Vues
0 commentaire
02.12.2021

Rock et justice : un couple improbable. Et pourtant, les musiciens ont souvent eu affaire aux tribunaux. On y arbitre les relations tumultueuses entre musiciens, imprésarios et labels qui tournent souvent à l'avantage des producteurs et autres agents exploitant allègrement les artistes. On y organise les ruptures au sein des groupes, face aux haines qui naissent et aux séparations houleuses. Il y est aussi question de faits divers, de drogue, de sexe, de ces affaires qui font la joie des médias. Sans oublier ces petits arrangements avec la loi que s'accordent des artistes entendant suivre leurs propres règles.
Car, par sa vision transgressive, subversive, son jeu perpétuel avec les codes et les limites, le rock met à l'épreuve la société et ses institutions. Spécialiste des ces affaires, avocat et chroniqueur, Fabrice Epstein nous raconte une histoire judiciaire du Rock and Roll des années 50 à nos jours, entre petites affaires et grands scandales.

Émission "Interdit d'interdire", animée par Frédéric Taddeï.

Un dieu, un roi, un père : réflexions sur l'histoire des rapports entre religion et droit. Avec Damien Viguier pour E&R.


(0)
361 Vues
0 commentaire
17.06.2021

Le contre-révolutionnaire Louis de Bonald (1754-1840) faisait l'hypothèse d'une "conformité secrète" entre la religion, l'État et la famille. Cette question n'a cessé d'intriguer et depuis Carl Schmitt on la resume sous l'expression de "théologie politique". L'Occident est au cœur d'un conflit de civilisation entre le droit romain, droit d'un Empire païen puis chretien, et la religion juive, qui est temporelle et juridique, comme en atteste sa dimension communautaire.
Plusieurs questions fondamentales doivent être alors traitées :
 - la concurrence au Moyen Âge entre théologie et droit
 - l'Empire romain dans le plan de Dieu (Auguste, Constantin, Justinien)
 - le Talmud (droit juif) au miroir du droit romain
 - le droit canon (Église) et public (État) dans le droit romain de la famille (mariage dotal, tutelle des fous, des mineurs et des femmes, successions)
 - et enfin la concurence du Digeste (droit romain) et de la Bible
Une réflexion profonde qui sonde les tréfonds de notre civilisation.

Le paradoxe de Kelsen. Avec Jean-François Kervegan à l'Université de Belgrade.


(0)
250 Vues
0 commentaire
2012

C'est au cours d'un exposé extrêmement dense que Jean-François Kervégan explore et critique les idées fondamentales de la "Théorie pure du droit" de Kelsen.
Il propose une approche insitutionnaliste du droit pour résoudre le paradoxe typique du positivisme juridique déterminé par la séparation abstraite entre Sein et Sollen, soit entre être et devoir-être.

 - 00'00 : La théorie pure du droit de Kelsen
 - 01'58 : La différence entre "Sein" et "Sollen" ne peut pas être expliquée. Conséquences sur la nature de la Science du droit
 - 05'30 : La théorie de la validité normative
 - 08'07 : Le paradoxe de Kelsen. Le rapport entre la validité normative et l'efficacité
 - 09'54 : Quelle "corrélation" entre validité et efficacité ? Ambiguité et revendication du Positivisme
 - 14'45 : La voie moyenne du positivisme de Kelsen
 - 14'58 : La généralité plus étendue de la validité par rapport à l'efficacité. L'exemple de l'automobiliste
 - 15'54 : Inclusion de l'efficacité dans la Grundnorm
 - 18'33 : Contre-factualité de la norme fondamentale au niveau épistémologique
 - 11'54 : La fonction stratégique de la Grundnorm (principe syntaxique de base)
 - 23'27 : Critique des deux arguments employés par Kelsen pour résoudre la circularité vicieuse entre validité et efficacité
 - 23'46 : Distinction des conditiones "sine qua non" et "per quam"
 - 25'33 : Il faut distinguer entre "norme originaire" et "norme fondamentale", c'est la deuxième qui donne lieu à la première
 - 29'24 : Retour sur les deux "positions extrêmes" : la position réaliste et la position idéaliste
 - 37'50 : Résumé de la critique
 - 38'53 : La troisième voie : une approche institutionnel du droit


Condamné à la mort sociale. Avec Laurent Obertone pour Livre Noir.


(0)
458 Vues
0 commentaire
07.2021

Big Brother, pass sanitaire, guerre civile, insécurité... aucun sujet n'est oublié dans cet entretien dense avec le journaliste et essayiste Laurent Obertone.

 - 0'00'00 : Intro
 - 0'04'10 : France orange mécanique et faillite judiciaire
 - 0'11'08 : Les statistiques ethniques
 - 0'15'05 : Occulter le réel de la violence
 - 0'17'40 : Communication et inaction politique
 - 0'19'45 : Les failles de la justice
 - 0'21'45 : Une justice idéologique ?
 - 0'23'35 : Domestication française ou révolte imminente ?
 - 0'29'00 : L'éloge de la force
 - 0'32'40 : Deux conseils pour résister
 - 0'37'53 : Intellectuels et penseurs inspirants
 - 0'38'38 : Pseudonyme et vie privée
 - 0'40'08 : Le point de bascule de l'exclusion médiatique
 - 0'43'25 : Boloré, un contre poids idéologique ?
 - 0'44'42 : Indépendance politique
 - 0'46'10 : Enfance, insouciance et études
 - 0'51'05 : Plaisir de l'écriture
 - 0'52'45 : Le rapport à la nature
 - 0'57'28 : Mondialisation, autonomie et décentralisation
 - 0'59'50 : La France et l'État glouton
 - 1'09'25 : Le pire souvenir médiatique
 - 1'12'00 : Vers une fin de règne ?
 - 1'15'10 : Rencontres marquantes et déceptions
 - 1'17'48 : Une lueur d'espoir ?
 - 1'19'40 : Quel combat choisir ?
 - 1'22'33 : Conclusion

Le droit chez Kant. Avec Jean-François Kervegan au Lycée d’Etat Jean Zay.


(0)
275 Vues
0 commentaire
12.01.2012

La Révolution française, commence Jean-François Kervégan, a eu un impact considérable sur la philosophie allemande. Cette révolution s'est faite au nom de principes et au nom du droit. C'est une révolution philosophique. Les débats qui l'ont précédée sont nourris de philosophie. De l'autre côté du Rhin, une autre révolution a eu lieu, celle du kantisme. Mais c'est une révolution philosophique. Si bien que Hegel a pu dire des Allemands qu'ils avaient fait en théorie ce que les Français avaient réalisé en pratique.
La philosophie juridique et politique de Kant constitue un commentaire spéculatif de la Révolution française. Celui-ci commence par une refonte de la problématique du contrat social.
À la différence de ses prédécesseurs, Kant rejette l'hypothèse d'un état de nature ou d'un contrat social primitif. Ni l'un ni l'autre ne sont un objet d'expérience, ils ne peuvent donc être connus. Le contrat social doit être conçu comme la norme rationnelle de toute communauté politique effective. Il représente une idéalité, la condition normative de légitimité de l'autorité politique. Tout doit donc se passer comme si le pouvoir légitime était fondé sur un contrat originaire de chacun avec chacun. La société politique est normativement fondée sur le contrat social. Elle se distingue de toutes les formes d'associations qui ne présupposent pas l'idéalité normative du contrat social. La société politique est une construction normative. L'état de nature s'en distingue car il ne repose pas sur une norme. Cet état de nature n'est d'ailleurs pas exclusif de toute vie sociale.
La constitution de la société politique repose sur des principes de droit public. Ces principes sont au nombre de trois : la liberté, l'égalité et l'indépendance. Le premier de ces trois droits et le plus important. Le principe de liberté s'applique à l'homme. C'est un droit antérieur à la société politique mais qui ne prend sens qu'à l'intérieur de celle-ci. Le principe d'égalité juridique des sujets du pouvoir signifie que ceux-ci ont un pouvoir de contrainte mutuelle. Il n'y a pas d'inégalité juridiquement valable. Les privilèges doivent être abolis. Le principe d'indépendance concerne l'indépendance économique des citoyens. Elle est, selon Kant, la condition de leur indépendance politique.