Le Privilège blanc : qui veut faire la peau aux Européens ? Avec Georges Guiscard sur Radio Courtoisie.


(0)
32 Vues
0 commentaire
11.09.2021

Privilège blanc, racisme systémique, appropriation culturelle, micro-agressions… Voilà quelques-uns des concepts à la mode qui submergent les États-Unis et l'Europe depuis plusieurs mois. Que cachent-ils ? Un projet d’effacement de nos peuples et de nos cultures, avec une "chasse au Blanc" désormais ouvertement revendiquée.
Pour le comprendre, il faut se plonger dans cette pensée "décoloniale". C’est à cela que s'attelle Georges Guiscard avec une grande clarté. Outre de multiples contre-vérités, ce qui est démasqué est une idéologie de nature religieuse, le "wokisme" et ses prophètes, ses martyrs – saint George Floyd –, ses dogmes, ses excommunications. Une idéologie pleine de ressentiment qu'appuie, pour diverses raisons, une partie croissante de l'élite occidentale.
Face à l'offensive dont ils sont la cible, aux Européens de réaffirmer avec fierté leur héritage.

Émission du "Libre Journal des lycéens", animée par Pascal Lassalle.

Comprendre l'époque. Avec Alain Soral sur Ondes De Chocs TV.


(0)
171 Vues
0 commentaire
02.2024

Publié 10 ans après Comprendre l'empire, Comprendre l'époque n'est pas un livre comme les autres. C'est une odyssée conceptuelle qui remonte au racine grecques de la raison et de l'égalité. Une longue épopée qui aboutie à travers une mathématisation du monde, à un dévoiement de l'égalité pour la mettre au service de l'inégalité.

Un entretien mené par Rachid Achachi.

Souverainistes contre identitaires. Avec Rodolphe Cart et Pierre-Yves Rougeyron pour le Cercle Aristote.


(0)
129 Vues
0 commentaire
12.2023

Jeune journaliste à Eléments et contributeur à Front Populaire, Rodolphe Cart publie un ouvrage intitulé Feu sur la droite nationale, réponse aux identitaires. Argumenté et parfois provocateur, il s'affiche souverainiste et ajoute que ce n'est pas l'identitarisme qui viendra à bout des problèmes que traverse notre pays.
Pour Rodolphe Cart, l'identitaire croit au sang que l'on reçoit et le souverainiste au sang que l'on verse. L'un honore l'Europe, l'autre chérit la France. Deux points de vue s'affrontent : la civilisation ou la nation.
Le débat continue en compagnie de Pierre-Yves Rougeyron, président du think tank souverainiste Cercle Aristote et directeur de publication de la revue Perspectives Libres

Maurice Barrès, le prince de la jeunesse. Avec Jérémy Baneton pour Ego Non.


(0)
100 Vues
0 commentaire
12.2023

Maurice Barrès est un grand nom de la littérature française ainsi que du nationalisme moderne. Pourtant, si son importance fut considérable dans l'histoire des idées, son aura a fortement faibli et il n'est plus beaucoup lu de nos jours. On le réduit trop souvent à quelques étiquettes convenues voire infâmantes afin de mieux le disqualifier et de se dispenser d'aller voir de plus près. Pourtant, loin d’être un doctrinaire dépassé, le symbole vieilli d'un passé lointain, Maurice Barrès fut avant tout un homme libre, dont l'énergie, le chagrin ou la quête d'absolu consonnent encore largement à notre époque avec nos propres interrogations.
Or, tel est justement ce que tente de mettre en évidence Jeremy Baneton dans un petit essai consacré à l’écrivain lorrain : Maurice Barrès, le prince de la jeunesse, (2023, Nouvelle Librairie). L'occasion de revenir, en sa compagnie, sur les grands événements de la vie de Barrès ainsi que sur ses grandes interrogations philosophiques et politiques.

 - 0'00'00 : Introduction
 - 0'18'41 : Première partie - Le culte du Moi
 - 0'22'07 : Une jeunesse lorraine
 - 0'27'14 : Arrivée à Paris et influences littéraires
 - 0'32'20 : Sous l'oeil des barbares
 - 0'49'42 : L'égotisme barrésien
 - 0'52'40 : Le passage de l'absolu au relatif
 - 0'59'30 : Le passage du Moi au Nous
 - 1'06'15 : Jules Soury
 - 1'12'47 : L'aventure boulangiste
 - 1'24'46 : L'ennemi des lois
 - 1'32'58 : Seconde partie - Barrès et le nationalisme
 - 1'39'39 : L'affaire Dreyfus
 - 1'47'28 : Les Déracinés
 - 2'05'01 : Une doctrine sociale pour le nationalisme ?
 - 2'16'27 : Maurras et Barrès
 - 2'33'21 : Les bastions de l'est et l'Allemagne
 - 2'39'26 : Les diverses familles spirituelles de la France
 - 2'40'33 : La colline inspirée
 - 2'46'14 : Un jardin sur l'Oronte
 - 2'48'56 : Conclusion et conseils de lecture

Un entretien mené par Antoine Dresse.

Claude Lévi-Strauss : le Père Noël est-il vraiment une ordure ? Avec Charles Stépanoff sur France Culture.


(0)
123 Vues
0 commentaire
16.12.2022

En 1951, des Dijonnais brûlent le Père Noël. D’après Claude Lévi-Strauss, l’enflammement du Père Noël est commandé par l'Eglise mais d'autres documents montrent qu'il a été effectué par une association caritative chrétienne dont les membres qui portaient aide aux pauvres ne supportaient pas la récupération des fêtes de Noël par les industries commerciales. Car pour Lévi-Strauss, la tradition commerciale de Noël incarnée par la distribution de cadeaux est amenée par le Plan Marshall de 1948, qui apporte à la France non seulement une aide financière, mais bien un American Way of Life. Avant la guerre, les marchandises liées à Noël étaient assez peu présentes, on trouve des branchages et des cadeaux issus d’une production locale.
Dans les années 1950, on passe d'une économie du don à une économie de la marchandise, à travers le cadeau de Noël. Pour les Eglises, il n'y a pas seulement supercherie mais désacralisation.
Mais alors, les fêtes de Noël ont-elles toujours été synonymes de convivialité ? Pourquoi croire encore qu'à Noël, il n'est question que d'amour et de paix ?

Émission "Sans oser le demander", animée par Géraldine Mosna-Savoye.

L'identité en question. Avec Alain de Benoist sur Radio Courtoisie.


(0)
144 Vues
0 commentaire
23.03.2023

Depuis plus de quinze ans, l'identité a fait une entrée en force dans le discours politique. L'omniprésence de cette thématique identitaire s'explique avant tout par la perte des repères dans un monde où les grands récits collectifs ont disparu, où les frontières et les limites s'effacent, où les liens sociaux se sont distendus. De telle sorte que, faute de boussole, on ne sait plus qui l'on est.
Dans la situation de crise actuelle, les uns s'affirment bruyamment "identitaires", tandis que d'autres alertent sur les dangers d'un tel "repli". Les premiers pensent que leur culture est menacée, les autres qu'il faut en revenir aux principes de l' "universalisme républicain" qui tient pour négligeables les différences entre les cultures. Pour tout compliquer, on assiste aujourd'hui, dans la mouvance des théories "indigénistes " et "décoloniales", au surgissement d'un identitarisme d'un type nouveau.
Comment en est-on arrivés là ? Et de quoi parle-t-on au juste ? Peut-on avoir une identité si l'on est tout seul ? Qu'est-ce qu'une identité dialogique ? L'identité définit-elle ce qui ne change jamais ? ou ce qui nous permet de changer tout en restant nous-mêmes ?
À ces questions, comme à bien d'autres, Alain de Benoist cherche à donner une réponse sans tomber dans d'inutiles polémiques. L'identité est une affaire trop importante pour être abandonnée aux fantasmes.

Émission du "Libre Journal du soir", animée par Arnaud Guyot-Jeannin.

Pourquoi la radicalisation d'Israël. Avec Shlomo Sand à l'Institut de Recherche et d'études Méditerannée/Moyen-Orient.


(0)
208 Vues
0 commentaire
09.10.2015

Tandis que l'on débat du contenu des programmes d'histoire à l'école et que la loi fixe ce qui doit être commémoré, Shlomo Sand s'interroge : tout récit historique n'est-il pas idéologiquement marqué ? Peut-il exister une vérité historique moralement neutre et "scientifique" ?
En revenant sur la jeune histoire de l'Etat d'Israël, il dénonce les méthodes qui ont construit sa mythologie nationale et donne des clés pour comprendre la radicalisation progressive de cette entité politique unique dans son genre.

Une rencontre modérée par Dominique Vidal.

Qu'est-ce que l'identité ? Avec Alain de Benoist sur Radio Courtoisie.


(0)
199 Vues
0 commentaire
07.03.2023

Depuis plus de quinze ans, l'identité a fait une entrée en force dans le discours politique. L'omniprésence de cette thématique identitaire s'explique avant tout par la perte des repères dans un monde où les grands récits collectifs ont disparu, où les frontières et les limites s'effacent, où les liens sociaux se sont distendus. De telle sorte que, faute de boussole, on ne sait plus qui l'on est.
Dans la situation de crise actuelle, les uns s'affirment bruyamment "identitaires", tandis que d'autres alertent sur les dangers d'un tel "repli". Les premiers pensent que leur culture est menacée, les autres qu'il faut en revenir aux principes de l' "universalisme républicain" qui tient pour négligeables les différences entre les cultures. Pour tout compliquer, on assiste aujourd'hui, dans la mouvance des théories "indigénistes " et "décoloniales", au surgissement d'un identitarisme d'un type nouveau.
Comment en est-on arrivés là ? Et de quoi parle-t-on au juste ? Peut-on avoir une identité si l'on est tout seul ? Qu'est-ce qu'une identité dialogique ? L'identité définit-elle ce qui ne change jamais ? ou ce qui nous permet de changer tout en restant nous-mêmes ?
À ces questions, comme à bien d'autres, Alain de Benoist cherche à donner une réponse sans tomber dans d'inutiles polémiques. L'identité est une affaire trop importante pour être abandonnée aux fantasmes.

Émission du "Libre journal de la nouvelle droite", animée par Thomas Hennetier.