Le fascisme qui vient. Avec Armel Campagne sur Radio Libertaire.


(0)
6 Vues
0 commentaire
2019

Mouvement réactionnaire de masse contre l'égalité des droits ; migrants enlevés, tabassés et laissés pour mort par des milices à Calais ; large diffusion de thèses réactionnaires, xénophobes et islamophobes ; intensification du quadrillage répressif des quartiers populaires et violences policières impunies ; manifestations interdites et criminalisation croissante de toute contestation ; scores inégalés du Front National à toutes les élections depuis 2012. Sous des formes disparates et encore embryonnaires, mais dont la seule énumération dit le pourrissement actuel de la politique, c’est le fascisme qui fait retour.
Et celui-ci s'annonce non comme une hypothèse abstraite mais comme une possibilité concrète. Pourtant, la possibilité du fascisme est généralement balayée d'un revers de main par les commentateurs : comment la République française, patrie autoproclamée des droits de l'homme, pourrait-elle engendrer le monstre fasciste ? La France ne s'est-elle pas montrée "allergique" au fascisme tout au long du XXe siècle, comme le prétendent certains historiens français ? Le Front National n'a-t-il pas renoncé au projet ultranationaliste, raciste et autoritaire qui le caractérisait depuis sa création ? N'assiste-t-on pas au renouveau du capitalisme français sous les auspices d'un jeune président réalisant enfin les "réformes" prétendument nécessaires ?
C’est à démonter ces fausses évidences que s'attache Armand Paris en s'appuyant sur le livre d'Ugo Palheta La possibilité du fascisme. France, la trajectoire du désastre (La Découverte, 2018). Il scrute ainsi la trajectoire d'un désastre possible, enraciné dans la triple offensive – néolibérale, autoritaire et raciste – dont Emmanuel Macron est la parfaite incarnation, mais un désastre résistible, pour peu que le danger soit reconnu à temps et qu'émerge un nouvel antifascisme, capable de mener de front le combat contre l'extrême droite et celui contre les politiques destructrices qui favorisent son ascension.

Émission "Sortir du capitalisme", animée par Guillaume Deloison.

Moldavie, la virgule euro-russe. Avec Robert Steuckers et Iurie Roșca pour E&R à Lille.


(0)
4 Vues
0 commentaire
23.03.2019

Ancien vice-Premier ministre de Moldavie, journaliste et éditeur, Iurie Roşca est le principal coordinateur des colloques eurasistes de Chisinau, qu'il présente comme un anti-Davos. Persécuté par les oligarques qui dirigent son pays, il a été menacé en 2018 d'une peine de 7 ans de prison.
C'est en compagnie du géopolitologue belge Robert Steuckers que le rôle de la Moldavie au sein de l'Europe est exposé, de l'antiquité jusqu'aux dissidences anti-mondialistes actuelles.
Un noble combat pour l'indépendance d'un petit pays, également important dans la logique eurasiste d'équilibre des pôles de puissances à l'échelle internationale.

La conspiration d'Esdras, origine et principes du métasionisme. Avec Laurent Guyénot pour E&R à Lyon.


(0)
63 Vues
0 commentaire
15.12.2018

Une chose n'a pas changé depuis le temps d'Esdras (Ve siècle avant notre ère) : Israël a besoin, pour exister, de la protection d'un empire. Ce n'est pas seulement sur la Torah qu'Esdras fonda son État théocratique, mais aussi, si l'on en croit le Livre d'Esdras, sur un édit de l'empereur perse lui donnant autorité sur "tout le peuple de Transeuphratène" (territoires à l'ouest de l'Euphrate).
C'est en utilisant cet exemple comme paradigme que Laurent Guyénot introduit le concept de "métasionisme" qui permet de mieux comprendre la trajectoires des élites juives et leur rapport aux pouvoirs des nations dans lesquelles elles se trouvent.

La tragédie grecque aujourd'hui. Avec Jean-Pierre Vernant sur la RAI.


(0)
46 Vues
0 commentaire
05.1994

Aujourd'hui, les théâtres continuent d'afficher régulièrement des tragédies grecques. Pourquoi des textes, écrits il y a 2'500 ans, qui marquent l'invention du théâtre, fascinent-ils encore aujourd'hui ?
Jean-Pierre Vernant, spécialiste de l'homme grec ancien dont il a considérablement renouvelé l'approche, nous expliquer en quoi la tragédie grecque reste d'actualité en tant que phénomène social, esthétique et psychologique nous permettant de plonger aux sources de nos racines culturelles.

La Laïcité et le messianisme républicain. Avec Youssef Hindi à Bruxelles


(0)
65 Vues
0 commentaire
16.11.2019

Le travail de Youssef Hindi retrace l'histoire politico-religieuse de France sur la longue durée pour en venir à celle de la Révolution de 1789 qui, loin de l'idée répandue, ne fut pas seulement animée par les idéaux de Liberté, d'Égalité et de Fraternité, mais par un virulent anticléricalisme de nature religieuse.
Car le projet révolutionnaire et républicain est mystique avant d'être politique. Et pour nous aider à saisir le fond de la crise actuelle, Youssef Hindi prend le parti d'analyser la formation, l'évolution et l'éventuelle fin de la République en historien des religions. On découvre alors comment et qui a forgée cette religion de la République, la laïcité, qui fut recherchée dès le lendemain de la Révolution par les jacobins et leurs successeurs républicains du XIXe siècle afin d'asseoir définitivement le nouveau régime.
Du kabbaliste jacobin Junius Frey (1753-1794) à Vincent Peillon en passant par Ferdinand Buisson (1841-1932), Youssef Hindi suit à la trace les mystiques et prophètes auto-proclamés de l'ère moderne qui ont élaboré cette religion composite de la République sous le règne duquel les Français vivent et dont ils ignorent jusqu'à l'existence.

Le nihilisme en art et en littérature. Avec Gérard Conio sur Radio Courtoisie.


(0)
76 Vues
0 commentaire
13.06.2019

Professeur émérite, Gérard Conio est spécialiste de littérature russe. Ses inlassables efforts de traduction, d'édition et son implication dans l'organisation de nombreuses expositions ont permit au public francophone de mieux comprendre la production artistique et littéraire en Russie et sous le régime soviétique, notamment le mouvement nihiliste qui joua un grand rôle dans l'évolution intellectuelle de ce pays.

Émission du "Libre Journal d'Aude de Kerros".

Comment se rendre ingouvernable. Avec Grégoire Chamayou sur France Culture.


(0)
92 Vues
0 commentaire
15.11.2018

Après une très remarquée Théorie du drone (La Fabrique, 2013) où il montrait comment cette nouvelle arme a changé en profondeur la notion même de guerre, Grégoire Chamayou revient aujourd'hui avec La Société ingouvernable (La Fabrique, 2018).
Un anti-guide de management, un essai de philosophie politique où ce chercheur montre comment, dans les années 1970 aux Etats-Unis et en Grande Bretagne, s'est opérée – par le haut - la reprise en main d'un système de gestion qui commençait à se fissurer.
Face aux revendications croissantes – revendications ouvrières, ethniques, écologiques ... – les milieux d’affaire se sentent plus que jamais menacés, contraints de trouver des stratégies qui, du contrôle dur à la manipulation douce, leur permettent de conserver leur pouvoir face aux Etats et leur place dans l'opinion.
En pleine crise de la gouvernabilité, face à la contestation, des "arts nouveaux de gouverner" ont été élaborés, que Grégoire Chamayou nous retrace par le menu.

Émission "La Grande table idées", animée par Olivia Gesbert.

Terrorismes, histoire et droit. Avec Henry Laurens sur Canal Académie.


(0)
924 Vues
0 commentaire
11.07.2010

Comment définir un phénomène aussi insaisissable que le terrorisme ? Quelle est sa nature, son histoire et son avenir ? Défini comme un crime, il n'en demeure pas moins un concept flou dont les définitions sont extrêmement variables selon les époques, les histoires nationales et le droit.
Cette entretien, en établissant une typologie des terrorismes, fait le point sur les connaissances des violences polymorphes qui sont rassemblées sous ce vocable.

11 septembre : quelques arguments de physique ordinaire. Avec François Roby pour E&R à Lille.


(0)
98 Vues
0 commentaire
28.09.2019

Maître de conférences en physique à l'université de Pau, François Roby nous offre une conférence de vulgarisation sur la destruction du World Trade Center dans laquelle il soutient que l'effondrement des tours n'a pas été causée par la chaleur des incendies, version officielle de l'effondrement des trois gratte-ciel.
C'est l'analyse thermodynamique (la science à la base de tous les transferts d'énergie) de la chaleur dégagée à Ground Zero et l'utilisation de quelques connaissances de base sur la structure de la matière qui pointe vers la nature nucléaire de la destruction.

Crise de la virilité ? Avec Julien Rochedy et Raphaël Liogier sur RT France.


(0)
75 Vues
0 commentaire
13.01.2020

Depuis déjà plusieurs décennies, un thème récurrent berce nos sociétés occidentales : celui de la crise de masculinité.
Alors que les conditions de vie ont drastiquement changé depuis la révolution industrielle, que les mouvements d'émancipation féminine se sont durablement installés dans la société, que l'égalité des sexes a été érigé en idéal et que la déconstruction des identités sexuelles traditionnelles est devenu un exercice imposé, les hommes sont-ils appelés à changer en profondeur, voire à disparaître ?

Émission "Interdit d'interdire", animée par Frédéric Taddeï.

Panaït Istrati (1884-1935). Avec Georges Ribemont-Dessaignes sur France Culture.


(0)
47 Vues
0 commentaire
27.09.1961

Routard céleste, éternel insoumis et conteur irrésistible, né à Braïla en 1884 et mort à Bucarest en 1935, Panaït Istrati fut un voyageur d'exception et demeure un compagnon de route envoûtant.
Par son sens de la camaraderie, ses passions éclatantes et sa révolte organique contre toute forme d'oppression, sa vie et son oeuvre - du Danube à la France et du Liban à l'URSS en passant par la Suisse, des Chardons du Baragan à Nerrantsoula sans oublier Kyra Kyralina - chantent son amour profond pour une humanité frappée par la misère.
Rêveur insatiable de nouveaux horizons, Istrati avait pour bagage la littérature et pour flamme l'amitié vagabonde.

Émission "Anthologie étrangère", réalisée par Georges Gravier.

Naissance de la biopolitique. Avec Michel Foucault au Collège de France.


(0)
178 Vues
0 commentaire
1979

Le cours prononcé par Michel Foucault au Collège de France de janvier à avril 1979, Naissance de la biopolitique, s'inscrit dans la continuité de celui de l'année précédente, Sécurité, Territoire, Population. Après avoir montré comment l'économie politique, au XVIIIe siècle, marque la naissance d'une nouvelle raison gouvernementale - gouverner moins, par souci d'efficacité maximum, en fonction de la naturalité des phénomènes auxquels on a affaire -, Michel Foucault entreprend l'analyse des formes de cette gouvernementalité libérale. Il s'agit de décrire la rationalité politique à l'intérieur de laquelle ont été posés les problèmes spécifiques de la vie et de la population : "Étudier le libéralisme comme cadre général de la biopolitique."
Quels sont les traits spécifiques de l'art libéral de gouverner, tel qu'il se dessine au XVIIIe siècle ? Quelle crise de gouvernementalité caractérise le monde actuel et à quelles révisions du gouvernement libéral a-t-elle donné lieu ? C'est à cette tâche de diagnostic que répond l'étude des deux grandes écoles néolibérales du XXe siècle, l'ordolibéralisme allemand et le néolibéralisme de l'École de Chicago - unique incursion de Michel Foucault, tout au long de son enseignement au Collège de France, dans le champ de l'histoire contemporaine.
Cette analyse met en évidence le rôle paradoxal que joue la "société" par rapport au gouvernement : principe au nom duquel celui-ci tend à s'autolimiter, mais cible également d'une intervention gouvernementale permanente, pour produire, multiplier et garantir les libertés nécessaires au libéralisme économique. La société civile, loin de s'opposer à l'État, est donc le corrélatif de la technologie libérale de gouvernement.