Rosa Luxemburg, la signification méthodologique du mot d'ordre "socialisme ou barbarie". Avec Michael Löwy au séminaire "Marx au XXIème siècle" à la Sorbonne.


(0)
8 Vues
0 commentaire
10.03.2018

Il semble exister une secrète complicité entre la redécouverte de Rosa Luxemburg et les époques contestataires. La dernière fois que la vie et l’œuvre de Rosa Luxemburg ont suscité autant d’intérêt en France, ce fut dans les années 1960 et 1970, quand "le fond de l’air était rouge".
La publication récente de plusieurs ouvrages à son sujet pourrait donc être le signe d’une nouvelle époque "critique". En tout cas ses idées sont très présentes aujourd'hui dans le contexte du débat sur le "socialisme au XXIe siècle". Saurons-nous profiter de ses enseignements pour continuer la lutte ?

Ce qu'exige le vivre-ensemble des hommes et des femmes. Avec Jean-Pierre Lebrun à Clermont-Ferrand.


(0)
28 Vues
0 commentaire
20.10.2017

Le monde change : personne n’en doute plus, même si tout le monde est loin de partager l’idée d’une mutation anthropologique.
C’est l’articulation du singulier et du commun qui s’en trouve ébranlée. C’est, sous la houlette des avancées de la science – et des techniques qu’elle rend possibles -, la nouvelle donne du lien social, d’une "société des individus" qu’il s’agit de penser.
Il est possible d’éclairer ce trajet de mille et une façons mais pour "penser", ce sera toujours une position de recul qu’il faudra prendre et celle-ci risque aujourd’hui d’être aussitôt interprétée comme se voulant de surplomb, et donc réintroduisant une verticalité dont le nouveau monde ne veut plus !
Que peut alors la psychanalyse ? Pourquoi encore se référer à cette discipline née il y a maintenant plus d’un siècle ? Peut-être simplement, parce qu’elle a depuis sa naissance, et d’une manière inédite, tenté d’éclairer ce qui faisait l’humanité de l’humain, y compris de l’inhumain qui l’habite. Et qu’à ce titre, elle reste un appui incontournable pour penser le monde.

Un conférence qui s'inscrit dans le colloque "Le singulier, le commun : quel lien social ?" de l'association "Médecine et Psychanalyse dans la Cité".

La juste division du travail. Avec Alain Supiot au Centre Culturel International de Cerisy.


(0)
16 Vues
0 commentaire
05.07.2017

Depuis sa consécration par la Constitution de l’OIT, la notion de "régime de travail réellement humain" a été interprétée comme obligation d’humaniser les conditions de travail. La justice sociale a dès lors été comprise comme justice de l’échange salarial et son périmètre restreint aux questions de salaires, de temps de travail et de sécurité physique.
La période contemporaine a été marquée par une régression de cette idée de juste répartition des biens et par l’essor d’une revendication de juste reconnaissance des personnes. La justice sociale n’est plus — ou plus seulement — définie en termes d’égalité dans la répartition de richesses, mais en termes d’égalité dans le respect des identités.
Le creusement vertigineux des inégalités de fortune va ainsi aujourd’hui de pair avec l’exacerbation des revendications identitaires. Ainsi focalisés sur la dichotomie de l'avoir et de l'être, ces débats ont en revanche maintenu dans l'ombre une troisième dimension de la justice sociale — celle de l'agir — pourtant présente dans la Déclaration de Philadelphie (1944) qui compte au nombre des droits fondamentaux des travailleurs, celui d'avoir "la satisfaction de donner toute la mesure de leur habileté et de leurs connaissances et de contribuer au bien-être commun" (art. III-b).
Alain Supiot nous montre toute l’actualité de cette troisième dimension de la justice sociale, en des temps où ce n’est pas seulement la capacité des individus d’agir et de maîtriser leur destin qui est menacée, mais aussi celle des entreprises et des États.

Une conférence qui s'inscrit dans le colloque "Qu'est ce qu'un régime de travail réellement humain ?".

Les droites en France de Bonaparte à nos jours. Avec Thierry Choffat pour Le club du Mercredi à Nancy.


(0)
19 Vues
0 commentaire
21.03.2018

Le politologue Thierry Choffat nous présente une conférence sur l'histoire de la Droite et des droites en France, depuis Napoléon Bonaparte jusqu'à nos jours.
Il revient en détails sur les différents courants et les événements marqueurs de cette famille de pensée qui, depuis la Révolution française, a toujours eu du mal à s'assumer pour ce qu'elle était.

L'industrialisation du capitalisme. Avec Armel Campagne sur Radio Libertaire.


(0)
12 Vues
0 commentaire
2018

La "révolution industrielle" n’a pas été un progrès technique socialement neutre, mais une restructuration capitaliste du procès de production, laquelle visait à une intensification de l’exploitation et à une destruction de l’organisation artisanale du travail.
Cette contre-histoire de l’industrialisation capitaliste en Angleterre et en France (1780-1860) nous est racontée par Armel Campagne, historien et auteur du récent Le Capitalocène. Aux racines historiques du dérèglement climatique.
Les sujets abordés dans le cadre de ce nouvel épisode de "Sortir du capitalisme" sont :
 - une histoire de l’industrialisation anglaise comme restructuration capitaliste du procès de production et comme lutte de classe (et non comme "progrès" technique socialement neutre)
 - une démonstration du caractère non-capitaliste de l’économie d’Ancien Régime
 - une analyse marxienne des bris de machines
 - une histoire de l’industrialisation capitaliste en France comme modernisation de rattrapage sous impulsion étatique
 - et une histoire de 1848 comme moment fondateur de l’antisémitisme et de la xénophobie en France

Que Lire ? Avec Pierre-Yves Rougeyron pour le Cercle Aristote.


(0)
261 Vues
0 commentaire
01.01.2018

Pierre-Yves Rougeyron se donne pour but, dans cette émission, de présenter les livres qui contribueront à nous armer intellectuellement dans la lutte qui nous attend : recouvrer une France souveraine et forte au sein du concert des nations.
Cette tâche demande des individualités structurées, conscientes des dangers qui les guettent, fières de leurs racines et constantes dans leur engagement.
En un mot, des hommes debouts.

Polémologie et géopolitique : notes de lecture, par Michel Drac.


(0)
551 Vues
0 commentaire
2018

Michel Drac, analyste politique et prospectiviste bien connu, s'emploie ici à dégager les lignes de forces des affrontements internationaux contemporains.
Les divers acteurs, les tendances lourdes et la structuration des conflits diplomatiques, des jeux d'influence et des conflits armés sont étudiés avec plusieurs notes de lecture sur des ouvrages consacrés à ces questions.

Un aperçu sur les socialismes asiatiques. Avec David L'Epée sur Méridien Zéro.


(0)
21 Vues
0 commentaire
24.11.2017

C'est d'abord à partir de son expérience de terrain et ensuite par un travail de recherche que David L’Epée, collaborateur des revues Eléments et Rébellion, nous propose un aperçu sur les socialismes asiatiques, en l'occurrence chinois et nord-coréen.
Les analyses géopolitiques de comptoir sont évitées, car il n'est pas question d'abonder dans le subit engouement éprouvé par certains pour ces régimes, en particulier celui de la Corée du Nord. L’esprit critique ne saurait être à géométrie variable…

Émission "La Méridienne", animée par Jean-Louis Roumégace.

Julien Freund et l'essence du politique. Avec Rémi Soulié et Patrick Tacussel chez Alain de Benoist sur TV Libertés.


(0)
31 Vues
0 commentaire
05.2018

Le philosophe Alain de Benoist, dans ce nouveau numéro des "Idées à l’endroit", consacre son émission au philosophe, sociologue et père de la polémologie moderne Julien Freund. Celui-ci s'est imposé dans le monde intellectuel avec son maître ouvrage L'essence du politique et son oeuvre est traduite en près de 20 langues.
Pour en parler, l'essayiste Rémi Soulié et le professeur de sociologie Patrick Tacussel -tous deux ayant connus personnellement Julien Freund- viennent souligner les lignes de force de son oeuvre intellectuelle.

L'Europe sociale n'aura pas lieu. Avec François Denord pour le Canard Forgeron.


(0)
24 Vues
0 commentaire
12.07.2013

François Denord, sociologue au CNRS, nous propose une relecture critique de l'histoire de la construction européenne.

 - 00'19 : Dans votre livre, L'Europe sociale n'aura pas lieu, vous expliquez que la construction européenne telle qu'elle nous est contée est une fable...
 - 01'18 : Après-guerre, qui soutient l'idée européenne ?
 - 02'44 : Quel a été le rôle joué par les États-Unis ?
 - 03'56 : Au niveau militaire, il y a dans la même période l'idée de l'OTAN et de la CED...
 - 05'36 : Qu'est qui amène en 1952 à la création de la CECA ?
 - 07'16 : Qui est vraiment Jean Monnet ?
 - 10'06 : Quelle est l'idée des "fonctionnalistes", auxquels appartenait Monnet ?
 - 10'36 : Qu'est-ce que la méthode Monnet ?
 - 11'22 : Dans quel contexte est signé le traité de Rome, en 1957 ?
 - 14'06 : Comment le concept "d'économie sociale de marché" est intégré dans la construction européenne ?
 - 15'38 : Lors du Traité de Rome, y a-t-il eut des velléités, de la France par exemple, pour y introduire une composante "sociale" ?
 - 17'23 : Comment expliquez vous la mise en place de la PAC, qu'on présente souvent comme une mesure fortement interventionniste ?
 - 18'37 : Pendant les années De Gaulle, les traités sont souvent enfreints. Par la politique des "champions nationaux" par exemple...
 - 20'39 : Dans les années 60, la Cour de Justice Européenne prend des arrêts déterminants...
 - 23'00 : Quel est le rôle joué dans les années 80 par la Grande-Bretagne de Margaret Thatcher dans la construction européenne ?
 - 24'34 : En 1981, François Mitterrand arrive au pouvoir en France. Il doit rapidement choisir entre "justice sociale et construction européenne" dit-on. Quel était le contexte ?
 - 26'38 : Quel fut le rôle joué par Jacques Delors ?
 - 28'08 : En 1986, Delors met en place l'Acte Unique Européen, qui met fin au compromis du Luxembourg. Est-ce un recul pour la France ?
 - 30'03 : La mise en place de l'euro a été assez largement soutenu par le patronat. Comment s'est exercé leur lobbying ?
 - 31'20 : Pendant les années Delors, où en est l'idée d'Europe sociale ?
 - 33'33 : Est-ce que l'élargissement de l'UE s'est fait sous l'impulsion des libéraux ?
 - 34'09 : Est-ce que vous voyez des projets comme le Traité Constituant ou la Charte de droits fondamentaux comme des volontés d'associer les peuples à la construction européenne ?
 - 34:48 : Les derniers accords de libre-échange, notamment avec les États-Unis, signés ou à l'étude, vont à l'encontre de l'idée parfois évoquée d'une "Europe-forteresse". L'idée est plutôt celle d'un gigantesque marché...
 - 35:51 Vous écrivez que le mouvement syndical s'affadit au contact du système communautaire. Comment l'expliquez-vous ?
 - 37:53 : Et le patronat, lui, comment s'organise-t-il ?
 - 39:10 : Peut-on mesurer l'évolution du poids de ces lobbys ?
 - 40:04 : Est-ce qu'on observe un transfert d'influence des grands patrons industriels vers les marchés financiers ?
 - 41:09 : Quelles sont les causes premières de la non-mise en place de l'Europe sociale ?
 - 43'23 : Vous appelez de vos vœux une crise "salvatrice". À l'instar de celles provoquées par De Gaule ou Thatcher ?

Un entretien réalisée dans le cadre du projet Spleen Européen.

L'effondrement : notes de lecture, par Michel Drac.


(0)
239 Vues
0 commentaire
2017

Michel Drac, analyste politique et prospectiviste bien connu, s'emploie ici à identifier les logiques qui pourraient mener notre civilisation à un scénario d'effondrement.
Et c'est avec plusieurs notes de lecture sur des ouvrages consacrés aux problèmes qu'affrontent nos sociétés occidentales et qui pourraient s'avérer insurmontables que nous sommes invités à réfléchir à cette thématique.

Bienvenue dans le monde libre. Avec Aude Lancelin au Théâtre du Rond-Point à Paris.


(0)
46 Vues
0 commentaire
08.02.2018

Croit-on encore à la liberté des grands médias dans notre pays depuis qu'ils sont entre les mains des fortunes du CAC 40 ? Les rédactions fondent comme peau de chagrin ; les journalistes se réfugient dans le fact checking pour éviter d'affirmer des positions trop tranchées ; une grande homogénéité idéologique s'installe ; la méfiance du public augmente ; la France plonge à la 39e place dans le classement de Reporter sans Frontières. Du jamais vu depuis la Libération.
Avec Le Monde libre, prix Renaudot de l'essai 2016, Aude Lancelin avait ouvert les fenêtres sur la servitude des médias, après avoir été brutalement licenciée de son poste de numéro 2 de L'Obs.
Aujourd'hui elle se bat pour qu'on interdise aux actionnaires des télécoms de posséder journaux, radios et télévisions. Et qu'on repense une presse où chacun pourrait exercer son travail honnêtement, sans mettre sa tête en danger.