Sun Yat-Sen, le père de la Chine moderne. Avec Aurélien Bréau au Cercle Aristote.


(0)
115 Vues
0 commentaire
04.11.2019

Sun Zhongshan ou Sun Yat-sen (1866-1925), est considéré comme le père de la Chine moderne aussi bien par le Parti Communiste Chinois de Mao Zedong ayant instauré la République Populaire de Chine sur le continent que par le Kuomintang de Jiang Jieshi et Tchang Kaï-Chek ayant proclamé la République de Chine sur l'île de Taïwan.
Sa figure représente aujourd'hui l'un des rares traits d'union restants entre les deux Chines et les célébrations entourant sa mémoire sont l'occasion de voir réunis des hommes politiques issus des deux régimes pour rendre hommage à cette figure de première importance de l'histoire contemporaine chinoise.
Retour sur la trajectoire et l'oeuvre théorique de celui dont l'action politique n'a débouché de son vivant qu'au renversement de la dynastie Qing en 1912, mais dont aussi bien le KMT que le PCC ont revendiqué après sa mort tant sa mémoire que sa pensée.

L'Eglise contre les femmes. Avec François Huguenin sur Radio Courtoisie.


(0)
127 Vues
0 commentaire
08.10.2019

L'histoire de l'Église a ses zones d'ombres, qui ne doivent pas occulter ses lumières. Sans complaisance, François Huguenin revient sur l'histoire de la condition féminine dans les pays chrétiens en général et dans la théologie et la pratique de l'Eglise en particulier. Car avec sa vision supposée rétrograde des femmes, l'Église est constamment mise en accusation alors qu'elle n'a pas à rougir de son bilan, loin de là.
Au contraire, François Huguenin nous montre qu'une étude attentive de l'histoire du christianisme, menée sans complaisance, révèle de beaux accomplissements, notamment en ce qui concerne la protection et la valorisation des femmes, peut-être comme aucune autre civilisation ne l'avait fait.

Émission "Les mardis de la mémoire", animée par Anne Collin.

Autour de Chesterton. Avec François Rivière sur France Culture.


(0)
119 Vues
0 commentaire
30.05.2015

Monument de bonhommie bachique et de prophétisme halluciné, l' "hénaurme" Gilbert Keith Chesterton (1874-1936), alias GKC, est une légende des lettres et du journalisme anglais. Créateur du mythique "Father Brown", il est une des plumes tutélaires du "crime novel" anglo-saxon, figure atypique du catholicisme britannique.
On lui doit aussi quelques hagiographies poétiques et méditations théologiques hors norme, virtuose de la narration en roue libre et du romanesque rhapsodique, certains de ses romans, tels La Sphère et la Croix ou L'Auberge volante, restent comme des chef-d'oeuvre délirants, égaux de ceux d'un Lawrence Sterne ou d'un Lewis Carroll
Familier de toujours des écrits chestertoniens, François Rivière lui consacre, aux éditions Rivages, un portrait biographique étincelant.

Émission "Mauvais Genres", animée sur François Angelier.

Dictionnaire des populismes. Avec Olivier Dard à la Nouvelle Action Royaliste.


(0)
139 Vues
0 commentaire
20.11.2019

Les polémiques récurrentes sur le populisme et l'attitude plus ou moins bien expliquée de ses tribuns occultent trop souvent les questions majeures que soulèvent les mouvements et les aspirations populistes : la démocratie, la souveraineté populaire, la dialectique du pouvoir et du peuple, et la forme qu'elle prend lorsque le pouvoir politique est accaparé par une fraction de l'élite.
L'historien Olivier Dard, directeur, en compagnie de Christophe Boutin et Frédéric Rouvillois, du Dictionnaire des populismes, reprend ces problématiques afin de mieux éclairer notre actualité.

Biographie de Gilles de Rais. Avec Jacques Heers et Geneviève Dormann sur Radio Courtoisie.


(0)
246 Vues
0 commentaire
16.01.2007

Le grand médiéviste Jacques Heers est fatigué des légendes. Il met ici en cause les ouvrages plus ou moins romancés qui ont fait de Gilles de Rais le "grand-chef-de-guerre-compagnon-de-Jeanne-d'Arc", devenu satanique, massacreur et sodomiseur de centaines de jeunes garçons, inspirateur de Barbe-Bleue, ou, a contrario, la victime à la fois de l'Inquisition, de sa famille et des appétits du duc de Bretagne, confessant sous la torture des crimes qu'il n'avait pas commis.
Se fondant sur les seuls documents connus, les confrontant à ce que l'on sait de la France féodale au temps de la guerre de Cent Ans, Jacques Heers, accompagné de Geneviève Dormann, fait de Gilles de Rais et de son époque le tableau le plus fidèle possible à la réalité.
Sur son dévouement à Jeanne d'Arc, sur son illustration et son importance en tant que chef de guerre et baron de Bretagne, sur ses dépenses somptuaires, sur les accusations, sur le déroulement et la nature des procès qui l'ont envoyé à la mort, il apporte un regard critique, novateur, donnant un Gilles de Rais débarrassé des interprétations romanesques, anachroniques ou hasardeuses.

Émission du "Libre Journal de Philippe Lejeune".

Courage et guérilla civile. Avec François Bousquet et Jean-Pierre Cousteau sur Radio Courtoisie.


(0)
160 Vues
0 commentaire
22.10.2019

Il y a des mots qui sonnent comme des charges de cavalerie ou des symphonies héroïques. "Courage" en fait partie. François Bousquet l'a tiré des vieux volumes d'histoire pour lui redonner chair et le faire claquer comme un étendard.
Sabre au clair, il signe, avec ce Manuel de guérilla culturelle, un manifeste fondateur à l'usage des jeunes générations - et des moins jeunes. Un bréviaire pour les cœurs rebelles qui ouvre des perspectives concrètes pour notre temps, sous réserve de renouer avec l'éthique européenne de nos pères : du courage en chaque chose. Sans lui, pas d'avenir. Sans lui, notre sort est scellé d'avance. Sans lui, notre épitaphe est connue de toute éternité : "Mort de trouille, quelque part entre le XXe et le XXIe siècle".
Dans une seconde partie, Jean-Pierre Cousteau revient sur la saga familiale des Cousteau, fils qu'il est du "collabo" Pierre-Antoine Cousteau et du résistant Jacques-Yves "Commandant" Cousteau.

Émission du "Libre journal de la nouvelle droite", animée par Thomas Hennetier.

Le tournant théologique de la phénoménologie. Avec Jean-Luc Marion sur KTOTV.


(0)
154 Vues
0 commentaire
05.12.2019

Introduit, dès ses plus jeunes années à la pensée d'Edmund Husserl et à celle de Martin Heidegger, influencé par le philosophe Ferdinand Alquié et le théologien Hans Urs von Balthasar, Jean-Luc Marion est emblématique du "tournant théologique de la phénoménologie".
En effet, en France, dès 1935, s'opère une division entre phénoménologie athée avec Sartre et Merleau-Ponty et phénoménologie religieuse avec Ricoeur et Lévinas. C'est dans la postérité de celle-ci que s'inscrit Jean-Luc Marion.
Il nous parle ici simplement de ce qui l'a amené à étudier l'histoire de la philosophie, la phénoménologie, sa philosophie du don et, choisissant ses mots pour être compris de tous, nous invite à penser.

"7 conversations philosophiques" animées par François Huguenin.

Résister à la technique ou la dompter ? Avec François Jarrige sur France Culture.


(0)
96 Vues
0 commentaire
03.06.2019

Rares sont les métiers aujourd'hui dont les machines sont absentes : la technique s'est peu à peu insinuée dans toutes les activités ; la maîtriser est un atout majeur sur le marché de l'emploi.
C'est au XIXe siècle que le développement technologique s'accélère comme jamais auparavant, les nouvelles techniques gagnant tous les pans de la société et la modifiant en profondeur, et en premier lieu, le monde du travail.
Ouvriers, artisans, comment les travailleurs voient-ils leur activité et par conséquent tout leur quotidien modifié, et comment appréhendent-ils ces changements ? L'univers machinique nouveau a-t-il suscité des résistances, des enthousiasmes ? Comment les penseurs du travail s'en sont-ils emparés ?

Émission "La Fabrique de l'Histoire", animée par Emmanuel Laurentin.

Violence et Religion. Avec Fabrice Hadjadj pour PhilOrient à Fribourg.


(0)
143 Vues
0 commentaire
13.06.2017

Loin des raccourcis habituels, le philosophe et théologien Fabrice Hadjadj nous montre que les rapports entre la violence et religion sont loins d'être aussi évidents que ce que notre époque a choisi d'en retenir.
Ce sujet mérite au contraire une réflexion profonde : violence fondamentaliste, violence évangélique, réversibilité des souffrances, violence du pardon, nature agonique de la foi... Toutes les religions doivent-elles être mises dans le même panier ? Et la violence s'y réduit-elle ?
C'est le goût pour l'incarnation de Fabrice Hadjadj qui l'empêche d'aborder cette thématique uniquement comme une controverse d'idées et de concepts : il revient toujours à l'histoire et à l'expérience concrètement vécue pour y voir plus clair.

La démocratie, malade du marché. Avec Alain Supiot à la Maison Franco-Japonaise de Tokyo.


(0)
173 Vues
0 commentaire
03.06.2019

La démocratie est née d'une pratique plutôt rare, consistant pour les membres d'une société donnée, à former des "assemblées de parole", pour s'accorder sur les règles qui s'imposeront à tous.
Cette construction est sapée par l'analyse économique du droit, qui assimile la démocratie à un "marché des idées". Dès lors, la sphère du marché absorbe celle du politique (marché électoral) et celle du sacré (marché des religions), et la figure du citoyen s'estompe au profit de celle du consommateur...

L'Islam à la conquête de l'Afrique. Avec Bernard Lugan à l'Institut Universitaire Saint Grégoire le Grand à Lyon.


(0)
195 Vues
0 commentaire
11.03.1996

La question des rapports entre l'islam et le continent africain est compliquée et demande a être analysée dans le temps long de l'histoire, estime l'africaniste Bernard Lugan.
Il dresse dans cette conférence le portrait des croyances religieuses présentes sur le continent africain et revient sur les dynamiques historiques qui ont vu plusieurs islams s'imposer, prospérer et s'adapter aux réalités culturelles et ethniques du terrain.
L'islam africain traditionnel, structuré autour des ethnies nordistes anciennement conquérantes ou expansionnistes, est en opposition avec l'islam radical wahhabite qui casse les structures de la chefferie et fabrique une identité africaine arabophone artificielle, extérieure aux hiérarchies traditionnelles.
Quelle est l'avenir de cette religion sur ce continent ?

Les Marchandises émotionnelles. Avec Eva Illouz sur France Inter.


(0)
114 Vues
0 commentaire
14.02.2019

A l'heure où émotion et consommation sont étroitement liées -des stations du Club Med à la musique d’ambiance diffusée dans nos écouteurs, des guides de psychologie positive à l'industrie des cartes de vœux aux messages de valorisation des sentiments-, Eva Illouz montre comment ces nouvelles marchandises visent à améliorer le moi. Elle invente le terme de "marchandises émotionnelles" et en interroge l'authenticité de l'individu moderne.
C'est également à l'amour comme objet de recherche qu'Eva Illouz se consacre. Elle défend la thèse suivante : l'amour est le noyau central et le vecteur historique de la modernité occidentale. En observant diverses expériences, elle tente d'expliquer pourquoi nos peines de cœurs sont vécues comme des pathologies qu'il nous incombe de soigner.

Émission "L'Heure bleue", animée par Laure Adler.