Le socialisme mitterrandien ou l'invention du néolibéralisme d'Etat (1981-1986). Avec Rémy Herrera au séminaire "Marx au XXIème siècle" à la Sorbonne.


(0)
135 Vues
0 commentaire
30.09.2020

Retraçant l'histoire des résistances populaires de ces quarante dernières années, Rémy Herrera explique en détails comment le socialisme mitterrandien a introduit le néolibéralisme en France avant d'aborder la période macronienne en tant que dénouement logique de ce processus.
Car ce sont bien les classes populaires au sens large qui entrent aujourd'hui en résistance contre le capitalisme transnational de ce début du XXIe siècle.
Nous sommes à la veille d'un mouvement de contestation beaucoup plus profond dont nous commençons seulement à prendre la mesure.

Theodor W. Adorno et l'individu. Avec Claire Pagès aux Rencontres philosophiques de Monaco.


(0)
88 Vues
0 commentaire
21.06.2020

Cette leçon de philosophie entend déployer la pensée d'un philosophe majeur du XXe siècle à partir d'un sujet central à son oeuvre. Ce philosophe, il s'agit de Theodor W. Adorno, chef de fil de l'École de Francfort dont la théorie critique sociale s'interesse de près au statut de l'individu contemporain.
Un problème plus que jamais actuel, et pour la compréhension dulequel un détour par Adorno est plus que recommandé !

Les rébellions paysannes sous l'ancien régime. Avec Jean Nicolas et José Bové sur France Culture.


(0)
88 Vues
0 commentaire
27.09.2003

José Bové, le rebelle paysan alter mondialiste, serait-il l'héritier de Jacquou le Croquant ? Les ruraux, et parmi eux les agriculteurs, occupent depuis longtemps une place de choix dans les émotions populaires de la société française.
Jean Nicolas, historien, a étudié leur rôle dans les rébellions de l'Ancien Régime. C'est en sa compagnie que nous partons à la recherche des révolutionnaires paysans d'hier et d'aujourd'hui...

Émission "Concordance des temps", animée par Jean-Noël Jeanneney.

La France en Afrique 1520-2020, vérités et mensonges. Avec Jean-Paul Gourevitch au Cercle Aristote.


(0)
120 Vues
0 commentaire
14.09.2020

Quel est le bilan de cinq siècles de présence de la France en Afrique ? La France du XXIe siècle en fait-elle trop ou pas assez pour l'Afrique ? Quelle est aujourd'hui son image auprès des Africains et celle de l'Afrique auprès des Français ?
La présence française en Afrique fait partie des tabous de l'histoire car depuis les indépendances, aucun pays d'Afrique francophone subsaharienne n'a connu la paix civile totale ou une croissance soutenue, alors que cette Afrique ne manque ni de richesses ni d'atouts.
La France et l'Afrique ont un avenir commun et c'est pourquoi Jean-Paul Gourevitch s'efforce de rétablir une histoire largement travestie en nous invitant à bousculer les tabous et à changer de paradigme pour l'examiner en toute connaissance de cause.

Moment catholique ou nouvelle contre-culture ? Avec Jean-Luc Marion et Jean-Pierre Denis au Collège des Bernardins.


(0)
133 Vues
0 commentaire
06.06.2018

Dans son récent ouvrage Brève apologie pour un moment catholique, l'académicien et philosophe Jean-Luc Marion considère avec un regard profond et original que les catholiques "ne cessent d'apporter à la communauté nationale dans son ensemble. Et dans tous les domaines : la solidarité, l'éducation, le civisme, le sens des responsabilités, la fidélité aux engagements privés et publics, etc.".
Selon Jean-Pierre Denis, l'Eglise "mainstream" n'a cessé de se tromper dans son rapport avec la culture depuis des décennies : le christianisme n'est plus au centre mais en marge et il y restera. Rejetant le terme de "moment catholique", il affirme que c'est la condition même de la foi que d'être à la marge et propose de revenir sur ce malentendu.
Des positions différentes qui peuvent aussi se révéler complémentaires et nous permettent de mieux comprendre la place et le rôle des chrétiens dans la société française contemporaine.

Un débat modéré par Louis Manaranche, responsable de l'Observatoire de la modernité.

Face à l'homme blanc. Avec James Baldwin sur France Culture.


(0)
144 Vues
0 commentaire
06.1975

Du roman en partie autobiographique, Go Tell It on the Mountain, paru en 1953, à Harlem Quartet, son dernier roman quelque peu apaisé, en passant par le théâtre, les multiples essais polémiques et politiques en faveur de l'émancipation des Noirs aux États-Unis, La prochaine fois, le feu, paru en 1962 et dont l'effet fut celui d'une bombe, l'oeuvre de James Baldwin lui valut une notoriété mondiale. Celle-ci, polymorphe et inquiète, fut longtemps oblitérée par le personnage qui hantait le Saint-Germain-des Prés de la fin des années 40 et le militant, ex-pasteur, d'une pauvre famille de Harlem qui haranguait si bien les foules.
Aujourd'hui que les cendres brûlantes ont recouvert les mouvements pacifistes ou violents des Noirs américains des années 60, il est temps de redécouvrir l'œuvre dans toute sa richesse et ses ambivalences. La révolte violente d'un Richard Wright, par exemple, est compensée par les paroles d'amour et d'apaisement de James Baldwin, sous l’œil, évidemment, du FBI. Car Baldwin est l'homme par excellence de l'entre-deux, de l'exil, et il ne pouvait sans doute jamais tout à fait réconcilier en lui le Noir et le Blanc, le féminin et le masculin, la pulsion érotique et la demande de l'impossible amour qui abolirait toute frontière, l'Amérique et l'Europe, New York et Paris, et à la fin de sa vie, Saint-Paul-de Vence où il tentait de guérir de ses blessures et de son pessimisme et où il mourut d'un cancer en 1987.
Noir ou américain, c'est en tant qu'écrivain que James Baldwin voulait être connu et reconnu, et c'est ainsi qu'il faut avant tout le lire et l'écouter.

Un entretien mené par Éric Laurent.

Retour sur la Biélorussie. Avec Romain Bessonnet pour le Cercle Aristote.


(0)
87 Vues
0 commentaire
10.2020

Le 9 août dernier, une fraction importante des Biélorusses sont descendus dans les rues pour dénoncer la réélection jugée "frauduleuse" du président Alexandre Loukachenko, à la tête du pays depuis 26 ans. Comment en est-on arrivé là ?
Spécialiste du monde russe et de l'espace post-soviétique, Romain Bessonnet revient sur la situation actuelle en Biélorussie affaire de nous permettre d'en saisir les enjeux réels.

Chaos économique, blanchiment bancaire ? Avec Gaël Giraud sur ThinkerView.


(0)
94 Vues
0 commentaire
25.09.2020

Alors que la finance occupe une place toujours croissante de notre économie, est-il possible de la réguler et de financer une réindustrialisation verte ? Emmanuel Macron aura-t-il la capacité de conduire cette véritable transition écologique ?
Nouvelle économie des communs, fragilité et instabilité du système financier, dérive illibérale du gouvernement, question religieuse, laïcité et écologie : l'économiste et prêtre jésuite Gaël Giraud nous offre un panorama de la situation actuelle dans un discours clair et didactique.

Agir face au coup d'accélérateur mondialiste. Avec Florian Philippot au Cercle Aristote.


(0)
141 Vues
0 commentaire
28.09.2020

L'année 2020 mérite d'ores et déjà le titre d'annus horribilis, additionnant une crise sanitaire rapidement présentée par les autorités comme "la pire des cent dernières années" à une crise économique et sociale d'une brutalité inégalée.
Pourtant, on a le sentiment que ce sont des décennies de choix catastrophiques en tout domaine que nous payons en 2020. Une accumulation de décisions absurdes qui a fini par provoquer le chaos. La cocotte-minute a explosé, et les responsables apparaissent sous nos yeux, nus dans leur laideur et leur folie.
Florian Philippot nous dévoile les mécanismes à l'œuvre dans cette crise, et n'hésite pas à pointer du doigt les coupables. Sans langue de bois, il explique qui nous a menés au désastre, comment les choses se sont faites, et avertit sur les terribles pièges qui nous guettent. Il tire en particulier la sonnette d'alarme sur nos libertés, en danger de mort.
Très concret dans les descriptions qu’il fait comme les nombreuses propositions qu’il avance, il appelle à un véritable programme de salut public, qui ne pourra se faire que par le sursaut national et le rassemblement du peuple français.

Dictature sanitaire : le germe de la guerre civile ? Avec Pierre-Yves Rougeyron sur TV Libertés.


(0)
165 Vues
0 commentaire
21.09.2020

Jusqu'à quand aurons-nous encore le choix de la souveraineté avant ce que beaucoup redoutent : une guerre civile ? Alors que le gouvernement s'enferme dans une sorte de "bouffée délirante" dans sa gestion de la crise sanitaire, l'ensauvagement de la société continue sur sa lancée.
Pierre-Yves Rougeyron, juriste, fondateur du Cercle Aristote et directeur de la revue Perspectives Libres, dénonce les dérives d'un pouvoir à l'agonie. Il l'affirme sans ciller : "Emmanuel Macron s'est servi de cette crise pour discipliner des populations en maintenant les fondamentaux de la société ouverte qui sont son obsession". Une société ouverte qui ne nous a ni sauvé de la crise financière, ni de la délinquance, ni du covid-19.
Un cocktail bientôt explosif ?

Émission "Politique & Eco", animée par Pierre Bergerault.

Libéralisme, lumières et modernité. Avec Guillaume Bernard chez Academia Christiana.


(0)
113 Vues
0 commentaire
08.2020

Le déclin du christianisme au XXe siècle a créé un vide, rapidement comblé par les idéologies. On oublie souvent que le libéralisme constitue une des quatre grandes idéologies du XXe siècle parmi le communisme, le national-socialisme et le fascisme. L'idéologie libérale règne en maître sur nos institutions. Née au XVIIe siècle à la suite des guerres de religion, le libéralisme s'est imposé comme la seule issue possible au conflit. En prétendant neutraliser le domaine public, pour préserver l'État des guerres civiles religieuses, la doctrine libérale à inauguré un nouveau type de société dans laquelle coexistent deux sphères : la sphère publique, celle de la neutralité, et la sphère privée, celle des opinions individuelles. Désormais, ni l'Histoire nationale, ni les principes d'une civilisation, ni plus aucune coutume ou tradition ne sont légitimes pour fonder le droit.
Cette nouvelle doctrine laisse en réalité réapparaître le conflit sous une forme encore plus virulente. La société civile, d'autant plus dans le contexte de la mondialisation et du multiculturalisme, est en proie non seulement à une guerre des ego mais aussi à des conflits religieux, ethniques, communautaires et idéologiques. Les conflits ne sont pas résorbés, ils irradient la société toute entière en prenant de nouvelles voies. On ne lutte plus sur le terrain de la guerre physique, mais les armes ont seulement changé de nature : lobbying, campagnes médiatiques, propagande publicitaire, criminalisation des opinions, intimidations, dénonciations… Le neutralité n'existe pas, Héraclite le disait déjà dans l'Antiquité : le conflit est père de toute chose. La société libérale se présente comme la seule alternative pragmatique, "l'empire du moindre mal" (Jean-Claude Michéa), mais en fait elle repose sur l'hypocrisie, elle est la société du conflit larvé permanent.

Grandeurs et misères du général Joukov. Avec Jean Lopez sur Radio Courtoisie.


(0)
164 Vues
0 commentaire
29.04.2020

Etrange paradoxe, le maréchal Gueorgui Joukov, l'homme qui a battu les armées du IIIe Reich, sans doute l'un des plus brillants capitaines du XXe siècle, est presque inconnu dans l'espace francophone. Pourtant, de la défense de Moscou en décembre 1941 aux victoires de Stalingrad et de Koursk, puis à la prise de Berlin, Joukov est partout.
Mais lire la vie de Joukov, c'est aussi vivre quatre décennies à l'intérieur du système soviétique : tout commence quand le jeune soldat, à peine alphabétisé, est ballotté entre la Première Guerre mondiale et la révolution de 1917, avant de faire ses armes durant la guerre civile et d'échapper par miracle aux grandes purges. C'est lui qui remporte une victoire contre les Japonais en lever de rideau de la Seconde Guerre mondiale, lui encore qui, au milieu du désastre de 1941, prend quelques-unes des décisions qui vont tout sauver. Après guerre, et malgré deux disgrâces sévères, il tentera encore de réformer en profondeur l'armée soviétique. Jean Lopez ne dissimule néanmoins rien de ses graves échecs, de ses manques et de sa violence, comme de l'utilisation du terrible appareil répressif stalinien entre 1941 et 1945.
Un entretien qui nous brosse un portrait complet, aussi bien militaire et politique qu'intime et familial, d'une figure majeure de la Seconde Guerre mondiale et de l'Union soviétique.

Émission du "Libre Journal des débats", animée par Charles de Meyer.