Quels retours du récit ? Avec Christian Salmon, Vincenzo Susca et Wajdi Mouawad au Théâtre des idées du Festival d'Avignon.


(0)
330 Vues
0 commentaire
20.07.2009

Face au hold-up sur l'imaginaire effectué par les machines à fabriquer des histoires mises en place par l'industrie culturelle ou les officines de communication politique, comment l'art de la représentation peut-il résister à ce nouvel ordre narratif, à l'heure où les frontières entre le réel et la fiction s'estompent ? Comment inventer des histoires et des contre-narrations libératrices face à cette nouvelle "arme de distraction massive" ?
Christian Salmon a mené une longue enquête les techniques de storytelling qui deviennent l'apanage des pouvoirs, comme l'illustre la multiplication aux États-Unis des pratiques narratives dans les domaines les plus divers, tels que le management, le marketing ou la communication politique.
Wajdi Mouawad, quant à lui, s'emploie à réactiver la faculté émancipatrice du récit dans son œuvre théâtrale, en construisant des fictions libératrices qui échappent à l'ordre du discours.
Enfin, le sociologue Vincenzo Susca a exploré la construction fictionnelle de l'ascension de Silvio Berlusconi au pouvoir, à la fois fable émancipatrice et récit manipulateur.
Un dialogue à trois voix pour comprendre comment l'art du récit peut échapper à cette volonté qu'ont certains pouvoirs de vouloir nous "raconter des histoires".

La Palestine et les Média ou l'islamophobie au service de l'occupation Israélienne. Avec François Burgat au Comité Action Palestine.


(0)
350 Vues
0 commentaire
04.10.2007

L'intervenant s'emploie à démonter le processus par lequel une information française particulièrement israléo-centrée réussit à parer la répression du Hamas des vertus d'une lutte pour l'émancipation de la société ou de la femme palestiniennes ou d'une quelconque défense des "valeurs de la modernité".
Les pratiques de la domination israélienne, masquées sous une communication "de paix" qui est aux antipodes de la réalité des avancées constantes de l'occupation militaire, prennent appui pour légitimer leur intransigeance sur la criminalisation indistincte de toute la génération politique "islamiste". Le choix massif des Palestiniens lors des législatives de 2006 a pourtant montré que, en politique, cette sémantique "islamique" a une portée identitaire bien plus large que celle d'une affirmation strictement religieuse. Tout en prétendant défendre la femme palestinienne contre le machisme de ses pères, fils et époux, la machine de guerre israélienne n'en dépoloit pas moins contre la société toute entière une violence économique, politique et militaire sans limite.
Si ce tour de passe passe mortifère s'opère avec tant de facilité, c'est que les médias surfent sur l'incapacité de la classe intellectuelle et politique française de produire ou d'accepter une vision rationnelle de la la génération islamiste. Ce décrochage intellectuel n’est pas l'apanage des medias, il est inhérent à toute la société occidentale, recroquevillée sur son identité et donc dans l'incapacité d'admettre les aspects universels d'une culture autre que la sienne.

La démondialisation. Débat entre Frédéric Lordon et Thomas Coutrot à Arrêt sur Image.


(0)
595 Vues
0 commentaire
24.06.2011

Un vaste débat partage aujourd'hui le camp des économistes critiques, c'est la question de la démondialisation : faut-il instaurer des barrières douanières à l'entrée en Europe sur certains produits, fabriqués par les pays émergents, afin de protéger nos travailleurs et notre économie ?

Storytelling. Avec Christian Salmon à la Librairie Tropiques.


(0)
369 Vues
0 commentaire
19.03.2008

Depuis qu’elle existe, l’humanité a su cultiver l’art de raconter des histoires, un art partout au coeur du lien social.
Mais depuis les années 1990, aux États-Unis puis en Europe, il a été investi par les logiques de la communication et du capitalisme triomphant, sous l’appellation anodine de "storytelling" : celui-ci est devenu une arme aux mains des "gourous" du marketing, du management et de la communication politique, pour mieux formater les esprits des consommateurs et des citoyens.
Derrière les campagnes publicitaires, mais aussi dans l’ombre des campagnes électorales victorieuses, de Bush à Sarkozy, se cachent les techniciens sophistiqués du storytelling management ou du digital storytelling.

Le libéralisme. Avec Charles Gave et Damien Theillier sur Radio Courtoisie.


(0)
557 Vues
0 commentaire
21.12.2010

Charles Gave et Damin Theillier, tous deux affilés à la tradition libérale, nous font (re)découvrir la grande tradition des auteurs libéraux français (la société des idéologues, Jean-Baptiste Say, Benjamin Constant, Frédéric Bastiat, etc.).
Emission du "Libre Journal des Contribuables".

Histoire du socialisme ouvrier en Suisse. Par Charles Heimberg.


(0)
352 Vues
0 commentaire
22.11.2011

Charles Heimberg essaie de synthétiser l'histoire du socialisme au sein du mouvement ouvrier et des luttes sociales qui y furent menées.

Marx : quelle actualité ? Avec Christian Laval et Pierre Dardot sur France Culture.


(0)
661 Vues
0 commentaire
24.02.2012

Un retour sur l'oeuvre de Marx, relue au travers des contradictions qui la traversent et qui la rendent féconde.
Emission "Les Nouveaux chemins de la connaissance".

FN : tout ça pour ça ! Avec Anne Kling sur le LibreTeamSpeak.


(0)
694 Vues
0 commentaire
19.02.2012

Présentation d'un livre qui nous invite à un voyage à l'intérieur du FN qui nous permettra d'y voir plus clair et de démêler les motivations réelles et les convergences de vues entre le FN - ancienne et nouvelle mouture - et les divers acteurs du système.

Trotski. Par Nicolas Tandler au Local.


(0)
807 Vues
0 commentaire
20.10.2011

Lev Davidovitch Bronstein, dit Trotski, a dérouté ceux qui ont d'abord découvert le communisme soviétique à travers l'image des dirigeants du Kremlin de l'URSS finissante, entre 1953 et 1989.
Charmeur, cultivé, cosmopolite, inclassable, il courait les aventures comme en se jouant. Sans lui -issu de possédants, très à l'aise- , les bolcheviques n'auraient pas pris le pouvoir en novembre 1917 à Petrograd. Ni gagné l'effroyable guerre civile de 1918 à 1922, pendant laquelle Trotski fera massacrer des « Blancs », des « Rouges » déviants et tant d'autres.
Convaincu de son écrasante supériorité sur les autres chefs rouges, les méprisant, sûr de succéder à Lénine, Trotski se transformera en oiseau hypnotisé par un serpent quand Staline se dressera face à lui.
Éliminé de l'URSS, réduit à des jeux politiques de bac à sable dans l'émigration, errant d'un pays à l'autre, sa mort violente au Mexique en fait le martyr légendaire du communisme mondialiste. Le voici victime par excellence. Et cela lui vaut des disciples sculptés à son image: individualistes forcenés, intransigeants, à la poursuite d'un but unique, la société totalitaire globale.

Le complot jésuite. Par Joseph Pérez à la Bibliothèque nationale de France.


(0)
450 Vues
0 commentaire
05.06.2006

Créée par Ignace de Loyola en 1534, la Compagnie de Jésus naît alors que l’Europe est plus que jamais divisée par les querelles entre Protestants et Catholiques. En Espagne, ce nouvel ordre religieux n’a jamais cessé de faire l’objet de critiques féroces. Ses membres furent accusés d’être inféodés au Pape, de professer des idées religieuses discutables, et de chercher à s’enrichir par tous les moyens. Malgré tout, la compagnie se développa rapidement, et ses membres s’impliquèrent énormément dans la contre-réforme, construisant des écoles et des collèges dans toute l’Europe.
Leur formidable réussite dans les réductions du Paraguay suscita une hostilité très forte, notamment auprès des Créoles contre lesquels ils ont lutté pendant près de deux siècles.
L'histoire de la Compagnie de Jésus a été marquée par la montée régulière des hostilités qu'elle suscita, surtout dans les pays catholiques. Des chefs d'État et des souverains critiquèrent sa dévotion pour le pape, et le clergé lui reprocha son engouement pour la réforme ecclésiastique.
Soumise aux rumeurs malveillantes et aux accusations de complots, la Compagnie de Jésus n’a cessé de se battre. A la fin du XVIe siècle, ses victoires  commencent à inquiéter le pouvoir royal espagnol. Les Jésuites ne seraient-ils pas tentés d’abuser de leur pouvoir ? Comment venir à bout de cet ordre religieux dont l’influence ne cesse de grandir ?

John Maynard Keynes (1883-1946). Avec Bernard Maris, Bernard Gazier, Alain Minc, Edouard Husson et Olivier Meslay sur France Culture.


(0)
379 Vues
0 commentaire
04.02.2012

Au-delà d'une certaine rhétorique, connaissons-nous réellement la personne et l'oeuvre de Keynes ? L’économie, nous dit-il, est au service de la vie, et non l’inverse. Malgré tout, on aurait tort d'y voir là une vision sociale du monde. Keynes était un élitiste « que la lutte des classes trouverait toujours du côté de la bourgeoisie ». Cet homme libre, tant sur le plan des mœurs que de la pensée, qui a su par exemple intégrer les théories freudiennes du rapport à l’argent dans son analyse, a changé les lunettes des économistes du XXe siècle. Emission "Une vie, une œuvre".

Entretien avec Corinne Gouget sur Info-libre.


(0)
449 Vues
0 commentaire
26.07.2012

Les sujets suivants sont abordés : aspartame, glutamate monosodique, OGM, colorants, le bio, le soja...