Analyse de l'Accord National Interprofessionnel (ANI) signé le 11 janvier 2013, par Gerard Filoche à Argelès-sur-Mer.


(0)
290 Vues
0 commentaire
14.03.2013

Gérard Filoche, inspecteur du travail, analyse l'Accord National Interproffessionel signé le 11 janvier 2013 entre le MEDEF et trois syndicats minoritaires (sur 8).
Le gouvernement PS-EELV avec le soutien des députés UMP et FN envisageant de transposer cet accord en loi, modifiant par-là le code du travail.

L'insurrection qui vient. Avec Eric Hazan et Eric Naulleau sur Arrêt sur Image.


(0)
315 Vues
0 commentaire
05.05.2009

L'éditeur Eric Hazan revient sur le contenu du texte rédigé par le "Commité invisible" et sur les passions qu'il a suscitées, avec Eric Naulleau comme contradicteur.
L'entrevue est menée par Judith Bernard dans l'émission "Dans le Texte".

Les Américains cherchent-ils à détruire l'euro ou à le sauver ? Débat entre Myret Zaki et François Asselineau à l'UDT de l'UPR.


(0)
329 Vues
0 commentaire
22.09.2012

Quant une journaliste suisse de stature internationale qui défend la zone euro discute avec un inspecteur général des finances français qui rêve d'en sortir...
Modérateur du débat : Patrick D'Hondt.

Conférence d'Alain Soral à Bordeaux.


(0)
405 Vues
0 commentaire
27.05.2011

La nécessité d'échapper aux catégories de la domination est d'abord rappelée: la figure de l'écrivain et de l'intellectuel, l'économisme, le fascisme et l'antisémitisme. Le judaïsme, dans sa composante actuelle, est ensuite traité en profondeur.

Contre l'afrocentrisme. Avec Bernard Lugan sur Radio Courtoisie.


(0)
558 Vues
0 commentaire
25.07.2001

Bernard Lugan consacre une émission à l'afrocentrisme, idéologie véhiculée entre autre par Cheikh Anta Diop en son temps, jusqu'à Martin Bernal aujourd'hui.
Il y est épaulé par Jean Haudry, Dominique Venner et Philippe Conrad.

Conférence d'Alain Soral et de Pierre Jovanovic à Lyon.


(0)
359 Vues
0 commentaire
11.01.2013

Pierre Jovanovic propose une intervention axée sur le retour des délits liés aux vols de nourritures comme lecture de l'état actuel de notre économie. Alain Soral, quant à lui, replace le moment social-historique en perspective et rappelle que la lutte en cours peut se résumer à une guerre des riches contre les pauvres.

L'énergie, le concept des concepts ! Avec Muriel Guedj à Montpellier.


(0)
656 Vues
0 commentaire
07.03.2012

"Super loi", concept unificateur aux pouvoirs explicatifs et prédictifs considérables, l'énergie est un concept scientifique singulier.
Omniprésent dans les débats de sociétés et les médias, le terme d'énergie est tout autant usité dans le langage courant qu'il ne l'est dans des domaines aussi divers que les sciences, l'économie, les arts et les lettres.
Paradoxalement l'énergie reste difficile à définir et les acceptions du terme semblent aussi nombreuses que les domaines d'usages sont variés.
Mais alors qu'est-ce que l'énergie ? Peut-on, selon les domaines abordés, évoquer des savoirs certains, aberrants ou excentriques ? Plus encore, cette cacophonie sémantique est-elle neutre et sans risque ou bien laisse-t-elle la porte ouverte à l'instrumentalisation du concept à des fins plus ou moins avouables ?

Post-scriptum sur l'insignifiance. Avec Cornelius Castoriadis chez Daniel Mermet.


(0)
522 Vues
0 commentaire
25.11.1996

Le philosophe et politologue Cornelius Castoriadis a défini la démocratie et ses conditions de possibilité. Ce penseur français d’origine grecque a passé une bonne partie de sa carrière à confronter la démocratie comme projet et surtout comme idéal, avec le régime démocratique comme réalité concrète, un régime parfois « bassement » procédural. Cet entretien fait suite à la sortie de "La montée de l’insignifiance" et a été retranscrit aux éditions de l’Aube sous le titre "Post-scriptum sur l’insignifiance".

L’Islam en Europe : de la culture à la religion. Avec Olivier Roy à l'ENS.


(0)
417 Vues
0 commentaire
04.04.2006

Olivier Roy tentera de répondre aux questions que posent les évènements conflictuels récents, qui semblent pour certains opposer une culture européenne à une culture musulmane.

BHL, une imposture intellectuelle. Avec Nicolas Beau et Olivier Toscer chez Daniel Mermet.


(0)
1018 Vues
0 commentaire
31.03.2006

Depuis son premier succès médiatique -l’opération "Nouveaux philosophes" en 1977- l’imposture Bernard-Henri Lévy a maintes fois été analysée. De grands philosophes comme Gilles Deleuze ou Jacques Rancière ont très tôt su trouver les mots justes pour dénoncer la profonde "nullité" de la "Pensée-BHL", mais aussi pour comprendre les ressorts du "système" qui rend possible son succès.
Il a cependant fallu attendre ces dernières années pour que des enquêtes sérieuses soient menées sur "l’homme", qui apportent un éclairage utile sur "qui parle" lorsque "Bernard-Henri Lévy" écrit, télédiffuse et éditorialise... Plus précisément, ces enquêtes apportent des éléments de réponse intéressants à un vieux questionnement marxiste : "d’où" parle-t-il, cet "écrivain" qui prétend succéder à Voltaire, Zola et Jean-Paul Sartre dans le rôle du "grand-philosophe-français" ?
Nicolas Beau et Olivier Toscer est sans doute mené la plus accablante de ces enquêtes. À partir d’éléments factuels vérifiables, elle nous dresse un portrait édifiant : l’homme qui, à longueur d’essais, éditoriaux et interviews, ne cesse de dire le bien, le beau et le juste, apparaît comme un véritable tyran du microcosme éditorial, capable d’user de chantages et de menaces pour faire taire tout journaliste critique sur l’une de ses œuvres ; un homme de réseaux qui cumule les "titres", les "fonctions" et les sources de revenus dans le monde journalistique et culturel (auteur, éditorialiste, directeur de collection, membre de "conseils de surveillance", "comités éditoriaux") alors que le chômage et la précarité font de plus en plus de ravages chez les journalistes, les artistes et les intellectuels ; un hommes d’affaires avisé qui gère d’une main de maître le capital faramineux dont il a hérité de son père, et que ni sa "philosophie", ni son "éthique" ni sa conscience politique n’empêchent de mentir sur ses revenus et de frauder le fisc - ou, inversement : un homme qui peut frauder le fisc et continuer malgré cela de faire la leçon à tout le monde (et en premier lieu aux classes populaires quand elles luttent contre la précarité et pour de meilleures conditions d’existence) ; un homme enfin que ni sa "philosophie", ni son "éthique" ni sa conscience politique n’ont empêché de diriger une entreprise (la BECOB) dénoncée par une ONG comme l’une des pires entreprises de déforestation de l’Afrique, traitant ses employés africains comme des "semi-esclaves" - ou inversement : un homme qui peut se comporter ainsi en négrier et continuer malgré tout de faire la leçon à tout le monde.

Raymond Aron : entre libéralisme, socialisme et républicanisme. Avec Serge Audier à l'ENS Paris.


(0)
392 Vues
0 commentaire
26.11.2005

Serge Audier tente un essai d'interprétation du positionnement politique de Raymond Aron, en se basant moins sur ses textes théoriques que sur ses prises de position sur les sujets d'actualité.
Dans un la deuxième partie de la conférence, Serge Audier montre que l'étude par Raymond Aron de la critique du gauchisme envers le capitalisme d'alors (1969) lui feront écrire qu'un renouvellement possible du libéralisme y est envisageable en son sein, au travers des attaques anti-hiérachique et auto-gestionnaire notamment.
Une vision quelque peu différente et plus nuancée que celle du Raymond Aron "anti-68" qui nous est traditionnellement présentée.

Du communisme au nationalisme : itinéraire d'un intellectuel français. Avec Alain Soral à Vénissieux.


(0)
336 Vues
0 commentaire
02.03.2007

Cette allocution fut prononcée par Alain Soral dans le cadre d’une tentative visant à peser sur la ligne du Front National, afin d’y insuffler une doctrine de réconciliation nationale, illustrée par la formule "Gauche du Travail, Droite des Valeurs".