Le diabolisation de Dieudonné. Avec Alain Soral sur BFM TV.


(0)
372 Vues
0 commentaire
12.12.2013

La chaîne BFM TV a diffusé un court reportage sur le geste "polémique" de la quenelle dans l’émission Grand Angle du jeudi 12 décembre 2013.
À cette occasion, un journaliste avait interrogé Alain Soral, dans l’espoir d’inclure un extrait de l’entretien dans le reportage.
Mais aucun de ses propos ne semble avoir intéressé la chaîne. Voici donc l’entretien en intégralité.

La civilisation européenne va-t-elle disparaître ? Débat entre Alain Soral et Oskar Freysinger sur Enquête&Débat.


(0)
547 Vues
0 commentaire
07.04.2011

L'Europe est en crise.
Mais quelle en est la cause ? Et quelles actions prioritaires devrions-nous entreprendre pour commencer à inverser la tendance ?
Doit-on d'abord mettre en place des lois garantissant nos modes de vie contre les revendications de populations étrangères à notre histoire (Oskar Freysinger et l'initiative contre les minarets) ? Ou doit-on pointer du doigt les réseaux sontenant les politique néolibérales destructrices de nos écnomies et appelant une telle immigration massive (travail d'Alain Soral) ?

Contre la "régulation", pour la refonte : les impasses des stratégies prudentielles. Par Frédéric Lordon à l'ENS.


(0)
368 Vues
0 commentaire
15.12.2008

L’ampleur de la crise financière pose directement la question de l’efficacité des stratégies de régulation prudentielle telles qu’elles sont vouées à rencontrer trois écueils difficilement surmontables :
 1) la puissance des forces concurrentielles qui entraînent les agents quoi qu’ils en aient ;
 2) l’impossibilité essentielle du contrôle des risques ex ante ;
 3) les effets symboliques de la croyance "innovation" qui distord le régime collectif des anticipations et de l’appréciation du risque.
Contre les stratégies de régulation qui seront trop vraisemblablement débordées à nouveau par une dynamique de bulle, il est permis de plaider pour une refonte beaucoup plus radicale des structures de la finance selon l’objectif d’une réduction drastique de ses niveaux de profit-risque et selon le principe d’une désophistication générale de ses activités.
Cette conférence énonce plusieurs propositions en ce sens jusqu’à l’idée d’une modification profonde des structures bancaires qu’il s’agirait de faire évoluer dans la direction d’un "système socialisé du crédit".

Démocratie, média et liberté d'expression. Avec Etienne Chouard, François Asselineau, Slobodan Despot, Alain Benajam et Robert Ménard à la 1ère Université de l'UPR à Annecy.


(0)
627 Vues
0 commentaire
22.09.2012

Discussion animée sur la question de la censure dans les média.
Certains des interlocuteurs expliquent cet état de fait en raison du réflexe d'autocensure animant la plupart des journalisme (esprit moutonnier, manque de culture) alors que d'autres soutiennent que les grands organes d'information sont, à des degrés divers, directement contrôlés par des réseaux d'influence (états, lobbies).

Une querelle fatale : Légitimistes, Orléanistes. Par Marc Savina à l'Action Française.


(0)
982 Vues
0 commentaire
11.12.2009

Retour sur la généalogie d'une des querelles interne au royalisme français l'ayant empâché de saisir une occasion historique de restauration de la monarchie.

Mariage des personnes de même sexe : la controverse juridique. Avec Aude Mirkovic, Thibault Collin et Christian Flavigny sur Radio Notre-Dame.


(0)
499 Vues
0 commentaire
10.01.2013

Un échange passionné et passionnant, faisant le point sur les arguments contre le projet de loi du "Mariage pour Tous".

L'alimentation et ses conséquences pour l'agriculture. Avec François Leger à la Maison des Mines à Paris.


(0)
650 Vues
0 commentaire
12.01.2013

Une réflexion sur l'impasse de l'agriculture techno-industrielle et des conséquences sur l'alimentation de l'humanité.

Le mouvement des Tea Parties. Avec Henri Hude à l'espace Bernanos à Paris.


(0)
339 Vues
0 commentaire
09.02.2011

Henri Hude nous éclaire sur les racines et l’évolution du phénomène Tea Party, souvent mal compris en France.
En effet, ce parti s'inscrit dans une tradition bien américaine de révolution démocratique des classes moyennes visant à renover le personnel politique et à réaffirmer les valeurs traditionnelles de la politique americaine (la primauté de la constitution).
Dans cette optique, ce mouvement est interprété comme un sursaut de conscience de la classe moyenne qui se réapproprie le pouvoir, sans idéologie.

Le surréalisme : lumières et ombres. Avec Jacqueline Chenieux-Gendron et Jean Clair à Répliques sur France Culture.


(0)
871 Vues
0 commentaire
19.07.2003

Jean Clair, pour quoi le surréalisme est "le seul mouvement d'avant-garde à avoir acquis un succès populaire et durable", se propose d'en dévoiler la part d'ombre.
Les oeuvres produites par ce mouvement laissent transparaître un gout de la violence certain, un attrait pour l'irrationnel et la mystique de masses qui reproduiraient à une échelle groupusculaire les méthodes totalitaires.
C'est cette position que va combattre Jacqueline Chénieux-Gendron en prenant le parti de défendre cet héritage artistique.

Modernes et antimodernes. Avec Antoine Compagnon et Philippe Muray à Répliques sur France Culture.


(0)
1192 Vues
0 commentaire
19.03.2005

D’après Antoine Compagnon, un antimoderne est d’abord un moderne qui n'a pas bonne conscience !
Ni réellement conservateur ou traditionaliste, ni conformiste ou néo-classique, il est un moderne divisé et partagé. Ces idées fixes sont au nombre de six : historique, la contre-révolution ; philosophique, les anti-Lumières ; morale, le pessimisme ; religieuse, le péché originel ; esthétique, le sublime ; et stylistique, la vitupération.
Mais si Antoin Compagnon dresse ce constat, c'est aussi pour reconnaître que les antimodernes ont été le sel de la modernité, son revers ou son repli, sa réserve et sa ressource.
Philippe Muray, que l'on peut classer dans cette catégorie, accompagne cette émission de ses analyses fines et mordantes.

Qu'est-ce que l'être humain ? Avec Francis Wolff à l'ENS Paris.


(0)
601 Vues
0 commentaire
11.10.2010

Francis Wolff entreprend de définir l'être humain comme animal rationnel.
La démonstration utilisée s'appuie sur la fonction prédictive du langage et la capacité autoréflexive de l'humain.
C'est donc en réfléchissant aux "plis" (Gilles Deleuze) contenus dans ses croyances et ses désirs que l'humain prend forme et s'affirme comme annimal rationnel.

Conférence donnée dans le cadre des "Lundis de la philosophie".

Penser le mal. Avec René Girard et Jean-Pierre Dupuy à Répliques sur France Culture.


(0)
1049 Vues
0 commentaire
23.11.2002

"Les passions primitives, qui toutes tendent directement à notre bonheur, ne nous occupent que des objets qui s’y rapportent et n’ayant que l’amour de soi pour principe sont toutes aimantes et douces par leur essence ; mais quand, détournées de leur objet par des obstacles, elles s’occupent plus de l’obstacle pour l’écarter que de l’objet pour l’atteindre, alors elles changent de nature et deviennent irascibles et haineuses. Et voilà comment l’amour de soi qui est un sentiment bon et absolu devient amour-propre ; c’est-à-dire un sentiment relatif par lequel on se compare, qui demande des préférences, dont la jouissance est purement négative et qui ne cherche plus à se satisfaire par notre propre bien, mais seulement par le mal d’autrui." Rousseau Juge de Jean-Jacques