Arabe/Persan : langues en conflit ? Les enjeux de la traduction en Iran : le cas du Coran. Avec Azartash Azarnoush à Citéphilo.


(0)
434 Vues
0 commentaire
15.11.2008

Les Iraniens ont attendu trois siècles avant de traduire le Coran. Pourquoi attendre si longtemps ? Qui les en empêchait et pour quelles raisons ?
Depuis la première traduction jusqu’au siècle dernier nous identifions plus de 850 traductions. Quelle est l’évolution de ces traductions ? La langue particulière de ces traductions mot à mot a fortement influencé la prose persane. En quoi les conséquences de cette influence persistent-elles encore dans la vie culturelle des iraniens ?

Les origines vichystes de la construction européenne. Avec Antonin Cohen sur Radio Aligre.


(0)
555 Vues
0 commentaire
15.10.2012

Cette émission relate comment le Plan Monnet-Schuman du 9 mai 1950, acte fondateur de la construction européenne, a été influencé par les réseaux et les idées de la troisième voie et de la Révolution nationale, du régime de Vichy à la Guerre froide.
Emission "L'Europe buissonnière".

Le commun comme détermination de l'agir. Avec Christian Laval et Pierre Dardot à Citéphilo.


(0)
420 Vues
0 commentaire
26.11.2010

Selon une première approche, le commun serait une détermination de certains biens dont la propriété intrinsèque serait de ne pas être appropriables à titre privé. Ce qui revient à classer les choses en termes de biens "communs", de biens "publics" ou de biens "privés".
Selon une autre approche, le commun devrait être soustrait à la catégorie de l’avoir : ce que nous aurions en partage, ce serait notre condition même d’êtres finis, déterminant comme une communauté du "manque".
Mais le commun n’est ni une détermination inhérente à une certaine catégorie de biens, ni une détermination relevant immédiatement du mode d’être de l’homme. Il est une détermination de l’agir : seul l’agir commun peut donner à des choses de devenir communes tout en produisant une figure inédite du collectif.

Technologie et Utopie. Avec Alain Gras à la Sorbonne.


(0)
520 Vues
0 commentaire
29.03.2008

Comment arrêter le Progrès sans être réactionnaire ?
Alain Gras revient sur les "contingences historiques" qui auront permis une polarisation des techniques axées sur l’utilisation des énergies thermiques et les décrit comme un piège.
Séminaire intitulé "André Gorz – Décroissance – Utopie" organisé par la revue ENTROPIA.

Les armes électromagnétiques. Avec Marc Filterman et Dr. Francois Plantey sur Radio Courtoisie.


(0)
1060 Vues
0 commentaire
12.06.2002

Marc Filterman, auteur d'un ouvrage intitulé "Les armes de l'ombre", évoque en compagnie du docteur François Plantey les armes électromagnétiques, ainsi que les projets secrets de manipulation sismique et climatique.
Emission du "Libre Journal de Serge de Beketch".

Marc-Edouard Nabe reçu chez Jacques Chancel sur France Inter.


(0)
499 Vues
0 commentaire
28.11.2004

Emission "Figure de Proue".

Doit-on craindre la montée du FN ? Emmanuel Todd et Bernard Stiegler débattent sur Mediapart.


(0)
524 Vues
0 commentaire
05.04.2013

Bernard Stiegler, auteur de "Pharmacologie du Front national", et Emmanuel Todd, auteur avec Hervé Le Bras de "Le Mystère français", ont débattu de la possibilité -ou non- de la montée du FN en France.
Série "Où va la France ?"

La contractualisation de la société. Avec Alain Supiot à l'Université de tous les savoirs.


(0)
437 Vues
0 commentaire
22.02.2000

L'idée s'est affirmée en Occident depuis deux siècles que le contrat serait l'aboutissement indépassable d'un progrès historique arrachant l'Homme aux sujétions des statuts pour le faire accéder à la liberté. Un mouvement irrésistible nous conduirait à un monde où chaque individu ne porterait pas d'autres chaînes que celles qu'il se fixe à lui-même. Mais le contrat n'est pas cet universel abstrait qu'on se plaît à imaginer : sa signification varie selon les cultures, les époques, et les contextes juridiques.
Le contrat n'est pas davantage cette pure relation binaire entre personnes égales, à quoi on croit pouvoir le réduire : il implique une foi commune en un Garant des pactes. Dès lors la contractualisation de la société ne signifie certainement pas une libération totale des individus. Elle est plutôt le symptôme du déclin des États et d'une "reféodalisation" du lien social.

La mythologie du progrès. Avec Alain Gras au colloque sur la décroissance soutenable à Lyon.


(0)
365 Vues
0 commentaire
27.09.2003

Alain Gras, un des rares intellectuels à s'intéresser à l'histoire de la technique, porte une conception du monde non évolutionniste et non linéaire, qui ouvre un espace de respiration.
Car selon l’histoire officielle, le silex conduirait au couteau, la noria à la pompe à moteur, le feu au nucléaire : telle seraient les étapes d’une évolution inéluctable dont l’aboutissement serait invariablement nos sociétés industrielles. C’est cette idée somme toute très naïve du "on n’arrête pas le progrès", autrement dit de la fatalité de la technique, qu’analyse et démonte Alain Gras.
En effet, sommes-nous inéluctablement condamnés à toutes ces inventions qui conduisent à fragiliser nos conditions de vie ?
Non ! L’homme reste libre face aux choix techniques.

L'Eglise et la sexualité. Avec André Vauchez à France Culture.


(0)
358 Vues
0 commentaire
19.01.2013

Pour comprendre les positionnements de l'Eglise Catholique en matière de sexualité, il est nécessaire de faire un retour sur deux millénaires d’histoire des doctrines et des comportements de l’Église catholique en face du mariage et plus largement des multiples défis de la sexualité, de la contrainte ou de la liberté des corps. André Vauchez, qui s'exprime ici sur le sujet, est l'ancien directeur de l’École française de Rome. Outre ses travaux sur la spiritualité et la sainteté au Moyen-âge, il a organisé et dirigé une Histoire du christianisme et un Dictionnaire encyclopédique du Moyen-âge.

La question du sujet. Avec Alain de Libera à Citéphilo.


(0)
1288 Vues
0 commentaire
07.11.2008

Le sujet n’est pas une création moderne. Ce n’est pas davantage un concept psychologique. Moins encore l’invention de Descartes.
C’est le produit d’une série de déplacements, de transformations et de refontes d’un réseau de notions. Une histoire de la subjectivité ne peut donc être qu’une archéologie du sujet.