Les indo-européens. Par Jean Haudry au Local.


(0)
722 Vues
0 commentaire
02.02.2012

La modernité s’est voulue consommatrice et, finalement, liquidatrice du passé. Elle tend toujours plus à ignorer ce qui en lui constitue une dimension fondatrice du présent. Sur le passé le plus lointain, elle se révèle même franchement amnésique.
L’héritage indo-européen fait pourtant partie de la mémoire la plus longue, et c’est pourquoi sa reconnaissance relève, elle aussi, du devoir de mémoire. Cet héritage, culturel au sens le plus large – la langue est toujours plus qu’un simple moyen de communication –, n’est évidemment pas exclusif d’apports ultérieurs, ni d’ailleurs non plus d’apports antérieurs. Tout héritage est composite, encore faut-il accepter d’en faire l’inventaire. Dans une époque de transition qui ressemble parfois à la fin d’un monde, il serait temps de connaître ce que fut le monde des débuts.

L'empirisme organisateur. Par Louis Juhel à l'Action Française.


(0)
574 Vues
0 commentaire
07.05.2010

Exposé de la doctrine positiviste maurassienne, considèrant que l'organisation et les institutions de la société doivent être le fruit de la sélection opérée par les siècles. Cette solution est considérée comme efficace, car adaptée à chaque situation nationale, au contraire de l'application des théories idéalistes (la démocratie, le communisme, le libéralisme).
Pour la France, la monarchie fait évidemment partie de ces institutions, nécessaire pour freiner les rivalités franco-françaises.

Revive la République : la question de la nation, des nationalisations et du déni de démocratie. Avec Denis Collin sur Radio Aligre.


(0)
304 Vues
0 commentaire
08.11.2005

L'idée républicaine reste une idée neuve.
Après des décennies de détours utopiques ou à l'inverse d'asservissement aux supposées lois de l'économie, nous sommes loin d'en avoir épuisé ou même deviné tout le potentiel.
Elle seule permet de redéfinir un idéal libérateur pour notre époque. Des citoyens libres dans une république émancipée : voici les linéaments d'un programme social-républicain.
Emission "Des sous et des hommes".

La profanation des tombes royales a St Denis en 1793. Avec Franck Ferrand sur Europe 1.


(0)
723 Vues
0 commentaire
05.07.2012

Dans cet épisode de l'émission "Au coeur de l'histoire", Franck Ferrand met en lumière la face sombre de la révolution française avec l'épisode de la profanation des tombes royales de Saint Denis, qui vit disparaître des joyaux et sépultures d'une splendeur inégalée en Europe, un patrimoine à jamais détruit et oublié par la folie révolutionnaire.
Emission "Au coeur de l'Histoire".

Le duel Jaurès/Déroulède de 1904. Avec Jean-Paul Desprat et Jean Ruhlmann sur France Inter.


(0)
1863 Vues
0 commentaire
08.04.2012

En 1904, Jean Jaurès, le grand leader socialiste, se sentant insulté par un billet signé du nationaliste Paul Déroulède, décide de laver son honneur sur le pré.
Cette pratique du duel, quoique illégale, fut très courante chez les hommes politiques jusqu'à la Première guerre mondiale.
Emission Au fil de l'histoire.

Science et Religion. Avec Jean Staune et Anne Dambricourt.


(0)
566 Vues
0 commentaire
21.04.1999

Comment concilier la question du sens à la méthode scientifique ? 
Emission "Les Sciences et l’Imaginaire".

Le 11 Septembre n’a pas été une coupure. Avec Jean-Claude Paye à Lille.


(0)
367 Vues
0 commentaire
11.12.2007

Selon Jean-claude Paye, les évènements du 11 Septembre ne constituent pas une rupture ni même la naissance d’un monde mais seraient le déclencheur permettant de légitimer et d’accélérer différentes réformes relatives aux libertés individuelles comme par exemple le "Patriot Act" de l’administration bush.
Cet événement s’inscrirait en fait dans une série de modifications de lois conçues de manières antérieures aux attentas.
Intervention du sociologue Jean-Claude Paye lors d’une rencontre débat organisée à la suite de la diffusion du documentaire "9/11 Press For Truth" au cinéma Majestic à Lille.

La fabrique du monstre dans l’art moderne. Avec Jean Clair sur Fréquence Protestante.


(0)
360 Vues
0 commentaire
12.05.2013

L’art moderne s’est souvent voué à la laideur. Anatomies difformes, palettes outrées, compositions incongrues, volonté de surprendre et de heurter : qui oserait encore parler de beauté ? Faute de pouvoir en appeler à la raison historique et à la désuétude des canons anciens – des proportions de Vitruve à la perspective d’Alberti -, ne convient-il pas de rechercher ce qui a provoqué ce changement radical dans l’élaboration des formes qu’on appelle "art" ?
S’appuyant sur les matériaux patiemment rassemblés depuis trente ans, Jean Clair propose une lecture anthropologique de l’esthétique moderne qui croise l’histoire de l’art, l’histoire des sciences et l’histoire des idées. Ainsi la seule année 1895 a-t-elle vu, simultanément, la naissance du cinéma. la découverte des rayons X, les applications de la radiotéléphonie (mais aussi la croyance en des rayonnements invisibles chez les tenants de l’occultisme), les premiers pas de la psychanalyse, l’essor de la neurologie : la sensibilité en est bouleversée, mais d’abord la façon qu’a l’artiste de se représenter le monde visible et singulièrement le corps humain.
Paradigmes et paramètres, les modèles ont changé. L’art devient l’expérimentation du monstrueux et crée de nouvelles entités parmi lesquelles Jean Clair distingue trois figures directrices : le mannequin des neurologues, descendant des alchimistes et de Goethe, le Géant des dictatures, "l’Ogre philanthropique" dont Le Colosse de Goya est le prototype, l’Acéphale enfin, le nouveau dieu des avant-gardes célébré par Georges Bataille.
Emission "Licences politiques".

Enjeux éthiques, sociaux et politiques liés au développement de la biologie. Avec Henri Atlan à Montpellier.


(0)
416 Vues
0 commentaire
11.05.2011

Les nouvelles représentations du vivant et l’explosion des biotechnologies ont créé des problèmes éthiques radicalement nouveaux sur la légitimité de leurs applications.
Mais il existe en outre d’autres enjeux : ceux liés aux interactions difficiles bien qu’indispensables entre les trois pouvoirs de la parole : la scientifique, la politique et la médiatique.

La violence faite aux images. Avec Jean Baudrillard à l'ENS Paris.


(0)
543 Vues
0 commentaire
19.05.2004

Double meurtre symbolique : aujourd’hui tout prend forme d’image, le réel a disparu sous la profusion des images.
Mais on oublie que l’image elle aussi disparaît sous le coup de la réalité. L’image est la plupart du temps dépossédée de son originalité, de son existence propre en tant qu’image, et vouée à une complicité honteuse avec le réel.
La violence qu’exerce l’image est largement compensée par la violence qui lui est faite - son exploitation à fin de documentation, de témoignages, de message (y compris les messages de misère et de violence), son exploitation à des fins morales, pédagogiques, politiques, publicitaires..... Là, prend fin le destin de l’image, à la fois comme illusion fatale et comme illusion vitale.

La musique, l'art et la mystique. Avec Maxence Caron interrogé par David mascré sur Radio Notre-Dame.


(0)
319 Vues
0 commentaire
17.02.2010

Maxence Caron développe une réflexion sur le sens de la musique et de l'art plus généralement.

Le printemps des Sayanim. Avec Jacob Cohen sur le LibreTeamSpeak.


(0)
609 Vues
0 commentaire
11.12.2011

Les sayanim -informateurs en hébreu- sont des Juifs de la diaspora qui, par "patriotisme", acceptent de collaborer ponctuellement avec le Mossad, ou autres institutions sionistes.
Leur nombre en France se situerait, selon les auteurs, autour de trois mille. Ils se recrutent principalement au sein du Bnaï Brit (franc-maçonnerie juive internationale) et autres organisations juives nationales.
Jacob Cohen nous raconte son expérience dans le milieu de la franc-maçonnerie de l'influence de certains lobbies juifs sur la politique française.