Economie générale et pharmacologie. Avec Bernard Stiegler au Collège international de philosophie.


(0)
518 Vues
Enregistré en 2008
Posté le 21.03.2014
Durée : 10 heures 50 minutes 2 secondes


Description :
Nous vivons dans une société capitaliste dont la caractéristique essentielle est qu’elle constitue une économie libidinale qui vise à capter la libido des individus pour attirer leur investissement sur les objets de la consommation. Dans cette situation, les jeux, notamment les jeux d’argent, sont un cas particulièrement pervers de ce qui est la loi générale du marketing. Cette question se pose aujourd’hui d’une façon gravissime dans la mesure où le capitalisme, en exploitant l’économie libidinale, a fini par la détruire. Cela conduit à la désindividuation des êtres humains, et donc à une forme de contrôle social. L’étude philosophique du pharmakon (à la fois remède et poison) montre que toute société est addictive, qu’il y a de bonnes et de mauvaises addictions, qu’il y a même des addictions nécessaires, et que tout est jeu. Elle ouvre des perspectives philosophico-politiques intéressantes : la nécessité de développer l’individuation des êtres humains, les technologies de l’esprit, une organologie et une sociothérapie.
Séminaire "Trouver de nouvelles armes – Pour une polémologie de l’esprit"



Economie Sémiologie Pharmacologie Contribution Politique Crise Capitalisme Désir Libido Techniques Calcul Ordre symbolique Prolétarisation
Bernard Stiegler Collège international de philosophie

En annexe :

Commentaires :