Le livre noir de la censure. Avec Emmanuel Pierrat à la Bibliothèque municipale de Lyon.


(0)
500 Vues
0 commentaire
19.06.2008

La censure est aujourd'hui omniprésente dans notre société, qui pourtant accorde une place envahissante à l'information.
C'est ce paradoxe qu'Emmanuel Pierrat s'attache à décortiquer : le "Livre noir de la censure" met en évidence, grâce aux multiples contributions de ses auteurs, l'étendue du pouvoir de la censure, des moeurs à la religion en passant par la santé et l'humour, et montre à quel point elle a su changer d'aspect, les siècles passant, et se mêler au courant des nouvelles technologies.
Un état des lieux inédit, privilégiant une analyse argumentée et essentiellement juridique, d'un phénomène bien plus étendu que ne le laissent entrevoir les récentes affaires portées sur le devant de la scène médiatique.

Le retour des Grands Temps : In Memoriam Jean Parvulesco. Avec Alexandre Douguine à Paris.


(0)
391 Vues
0 commentaire
23.11.2012

La conférence est structurée de la manière suivante :

Partie 1. La Revolution Spirituelle.
 
Quatre types des hommes (les progressistes, les conservateurs, les masses, les nôtres).
 L'abîme.
 La liberté fatale.

Partie 2. L'Eglise d'Orient et l'Eglise d'Occident.
 
L'heritage imperial commun (IV-IX siècles).
 L'utopie des conservateurs et slavophiles russes - le Tsar russe sur l'Europe catholique/orthodoxe (Tutchev/Soloviev).

Libre-échange et néoprotectionnisme. Avec Jean-Luc Gréau sur Radio Aligre.


(0)
453 Vues
0 commentaire
30.06.2006

Une réflexion sur les conséquences désastreuses de la mondialisation du libre-échange, du recours à la dette comme antidote à la déflation salariale et à ses conséquences probables.
Un document remarquable, sachant qu'il a été produit en 2006, soit une année avant le début de la crise des subprimes.
Emission "Des sous... et des hommes".

L'écologie politique. Avec Laurent Ozon à l'Action Française.


(0)
479 Vues
0 commentaire
16.05.2011

Laurent Ozon, ancien rédacteur du programme du Front National en matière d'écologie, expose les principales thèses de l'écologie politique.

La fonction anthropologique du droit. Avec Alain Supiot et Karine Bates au Centre de Recherche en Droit Public de l'Université de Montréal.


(0)
449 Vues
0 commentaire
11.03.2009

L'aspiration à la justice est, pour le meilleur et pour le pire, une donnée anthropologique fondamentale, car les hommes ont besoin pour vivre ensemble de s'accorder sur un même sens de la vie, alors qu'elle n'en a aucun qui puisse se découvrir scientifiquement.
La dogmatique juridique est la manière occidentale de lier ainsi les hommes, en posant un sens qui s'impose à tous. Le Droit est le texte où s'écrivent nos croyances fondatrices : croyance en une signification de l'être humain, en l'empire des lois ou en la force de la parole donnée.
N'étant pas l'expression d'une Vérité révélée par Dieu ou découverte par la science, le Droit est aussi une technique, susceptible de servir des fins diverses et changeantes, aussi bien dans l'histoire des systèmes politiques que dans celle des sciences et des techniques. Mais c'est une technique de l'Interdit, qui interpose dans les rapports de chacun à autrui et au monde un sens commun qui le dépasse et l'oblige. Il faut en effet que chacun de nous soit assuré d'un ordre existant pour pouvoir donner sens à sa propre vie et à son action, fût-elle contestatrice.
Cycle de conférences 2008-2009 "Les cultures du droit".

Média et pluralisme. Avec Jean-François Kahn sur Radio Aligre.


(0)
514 Vues
0 commentaire
13.06.2006

D'ou vient la crise du journalisme français ? Pourquoi les journalistes pensent-ils à peu près tous la même chose ?
Emission "Des sous et des hommes".

Le don et l'impossible. Avec Jean-Luc Marion à l'ENS Paris.


(0)
496 Vues
0 commentaire
21.10.2005

Jean-Luc Marion continue son dialogue avec l'oeuvre de Jacques Derrida, en radicalisant -autant que faire se peut- sa phénoménologie du don.

Marché de l'art et dirigisme culturel. Avec Aude de Kerros et Jean-Louis Harouel à l'Institut Turgot.


(0)
455 Vues
0 commentaire
19.01.2011

La politique culturelle est un domaine d'intervention publique lourde : l'Etat et les collectivités consacrent des dotations importantes pour acheter sur les marchés de l'art et du spectacle dont les principales transactions sont conduites par des opérateurs marchands internationaux.
Cette intervention publique française se révèle pourtant particulièrement pernicieuse, notamment dans le domaine des arts plastiques: peinture, sculpture, gravure ... domaine où triomphe depuis trente ans le concept forgé de "l'art contemporain".

Peut-on être à la fois libéral et conservateur ? Avec Alain Laurent à l'Institut Turgot.


(0)
432 Vues
0 commentaire
07.04.2011

Se réclamer du libéralisme et du conservatisme pose un gros problème du point de vue libéral. En effet, le libéral accepte les changements sans appréhension alors que pour le conservateur, l’ordre n’est pas spontané mais apparaît comme décrété par l’Etat.
On peut cependant voir les libéraux-conservateurs comme des individus désireux de conserver les institutions protégeant la liberté individuelle.
Il est intéressant de noter qu'une des thèses du travail de Jean-Claude Michéa est ici validée par un penseur libéral conséquent, à savoir que le projet libéral est un, et que les libertés politique, morale ou économique s'y soumettent toutes.

La crise du libre-échange mondialisé. Avec Jean-Luc Gréau sur Radio Aligre.


(0)
326 Vues
0 commentaire
14.01.2010

Un regard sur la crise par l'un des seuls économistes à avoir averti dès 2005 des conséquences probables d'une économie intégralement libre-échangiste.
Le remède protectionniste européen est également proposé comme alternative crédible au modèle actuellement en vigueur.
Emission "J'ai dû louper un épisode..." animée par Pascale Fourier.

Le Codex Alimentarius. Par Alexandre Rougé à Radio Ici et Maintenant.


(0)
604 Vues
0 commentaire
17.03.2010

Ce sujet d'apparence technique nous concerne tous au plus haut point : il s'agit ni plus ni moins de la normalisation de l’alimentation.
Créé en 1963, le Codex Alimentarius a son site officiel, et se donne pour mission "d'élaborer des normes alimentaires, des lignes directrices et d’autres textes, tels que des Codes d’usages, dans le cadre du Programme mixte FAO/OMS sur les normes alimentaires. Les buts principaux de ce programme sont la protection de la santé des consommateurs, la promotion de pratiques loyales dans le commerce des aliments et la coordination de tous les travaux de normalisation ayant trait aux aliments entrepris par des organisations aussi bien gouvernementales que non gouvernementales."
Si les buts originels sont louables, la réalité des faits reste bien différente de l’image qui en est donnée. Ce ne sont pas tant les consommateurs qui semblent en être les bénéficiaires mais plutôt les grands lobbies néo-mondialistes des industries agroalimentaire et pharmacochimique.
Une question importante.

Les Lumières : un antihumanisme. Avec Marion Sigaut à Marseille.


(0)
492 Vues
0 commentaire
02.06.2012

Après nous avoir rappelé l’origne catholique de l’humanisme (avec l'école de Salamanque et les jésuites), au moment de la découverte du Nouveau Monde, et sa définition (l’humanité est une et indivisible, le pouvoir est au service du peuple souverain), Marion Sigaut met en évidence le profond mépris du peuple que n’ont cessé de manifester les Lumières.
Une simple citation de Voltaire permettra d'amorcer la réflexion, citation contenue dans sa lettre du 1er avril 1766 à M. Damilaville :
"Je crois que nous ne nous entendons pas sur l’article du peuple, que vous croyez digne d’être instruit. J’entends, par peuple, la populace qui n’a que ses bras pour vivre. Je doute que cet ordre de citoyens ait jamais le temps ni la capacité de s’instruire ; ils mourraient de faim avant de devenir philosophes. Il me paraît essentiel qu’il y ait des gueux ignorants. Si vous faisiez valoir, comme moi, une terre, et si vous aviez des charrues, vous seriez bien de mon avis. Ce n’est pas le manoeuvre qu’il faut instruire, c’est le bon bourgeois, c’est l’habitant des villes : cette entreprise est assez forte et assez grande. (...) Quand la populace se mêle de raisonner, tout est perdu."