Les dommages et intérêts : visage moderne de l'inquisition. Avec Emmanuel Pierrat à l'ENS.


(0)
476 Vues
Enregistré le 08.11.2010
Posté le 16.05.2014
Durée : 1 heures 48 minutes 49 secondes


Description :
Nous vivons sous un nouveau régime de censure.
Quand on utilise le mot de censure, on pense au procureur Pinard à ses poursuites contre Flaubert et Baudelaire. On pense au ministère de l'Intérieur et à la police : cela est à peu près terminé. 
La censure s'est privatisée. La censure, c'est maintenant des groupes de pression ou des ligues de vertu qui instrumentalisent des lois de police qui avaient été conçues pour réguler les écrits dans un souci de bonne tenue de la société. Ils se servent de la diffamation, de l'atteinte à la vie privée, du droit à l'image, pour attaquer les livres qui les gênent.
Cette censure est moins visible qu'autrefois en ce sens qu'il y a moins de livres interdits et qu'on ne les brûle plus. On les condamne juste à coups de dommages et intérêts, qui sont le véritable visage moderne de l'inquisition.
C'est une censure économique : le vieil ordre moral a cédé le pas à une privatisation de la censure.



Droit Censure Liberté d'expression Histoire XIXe XXe
Emmanuel Pierrat ENS

En annexe :

Commentaires :