Sade aujourd'hui. Avec Annie Le Brun à l'Ecole des Arts Déco de Paris.


(0)
69 Vues
0 commentaire
27.11.2014

Longtemps clandestine, l'œuvre de Donatien Alphonse François de Sade (1740-1814) est plus que jamais scandaleuse : en balayant avec violence les préjugés moraux, elle remet en cause l'ordre même des choses et nous confronte à un néant ténébreux, vertigineux.
Annie Le Brun, poète, essayiste, inspiratrice et commissaire de l'exposition Sade. Attaquer le soleil du musée d'Orsay, met ici en lumière la révolution de la représentation ouverte par les textes de l'écrivain.

Les caricatures et la question du sacré. Avec Anastasia Colosimo et François Euvé chez Alain Finkielkraut à Répliques sur France Culture.


(0)
102 Vues
0 commentaire
27.02.2016

Le blasphème, ce crime sans victime, n'est plus frappé d'interdit en France. Mais pour autant, peut-on se moquer de tout ? La profanation doit-elle être considérée comme un droit de l'homme ? Y-a-t-il des limites à la liberté d'expression ? Comment concilier la salutaire insolence du rire et le respect nécessaire des convictions d'autrui ?
Ces questions nous hantent depuis la publication par Charlie Hebdo des caricatures de Mahomet en février 2006.

L'esprit des Lumières et le libéralisme : David L'Epée débat avec Jean Bricmont.


(0)
107 Vues
0 commentaire
04.2018

David L'Épée et Jean Bricmont croisent le fer autour de quelques questions qui les divisent : l'héritage des Lumières, le libéralisme, la Nouvelle Droite, l'idéal socialiste, la pensée de Michéa et l'avenir de la gauche.
L'occasion de comprendre quelques lignes de fractures qui traversent la pensée en rupture avec le catéchisme médiatique.

Soral répond sur ERFM !


(0)
225 Vues
0 commentaire
2017

Après deux ans de questions-réponses en vidéo sur ERTV, l'émission Soral répond revient sous un nouveau format sur ERFM, la radio en ligne et en continu d’Égalité & Réconciliation.
Le principe : les auditeurs qui le souhaitent posent leurs questions sur le répondeur du polémiste qui choisit ensuite les meilleures et y répond !

Que reste-t-il de la liberté de penser ? Avec Natacha Polony et Elisabeth Lévy pour les Eveilleurs d'Espérance à Versailles.


(0)
110 Vues
0 commentaire
16.01.2018

Mais que se passe-t-il au pays de Descartes et de Voltaire ? Pourquoi, sous couvert de démocratie, la liberté d'expression s'amenuise-t-elle toujours plus ?
Pour en débattre, sont rassemblées Natacha Polony, journaliste, essayiste et directrice de la chaîne Polony TV, ainsi qu'Elisabeth Lévy, journaliste, essayiste et directrice du journal Causeur.

Rebatet, Morand, Chardonne ont-ils mis de l'eau dans leur vin après-guerre ? Avec Bruno de Cessole, Gilles de Beaupte, François Bousquet, Philippe d'Hugues et Michel Déon sur Radio Courtoisie.


(0)
146 Vues
0 commentaire
14.01.2014

Une fois la Seconde guerre mondiale passée, qu'est-il resté de la réalité de l'engagement de Lucien Rebatet et Jacques Chardonne en faveur de l'Allemagne nazie d'une part, et de Paul Morand en faveur du gouvernement de Vichy d'autre part ?

Émission du "Libre Journal des enjeux actuels", animée par Arnaud Guyot-Jeannin.

Pierre-Yves Rougeyron : grand entretien pour le Cercle Aristote.


(0)
156 Vues
0 commentaire
02.2018

Pour ce grand entretien, Pierre-Yves Rougeyron revient sur l'actualité politique et géopolitique de janvier 2018.
Une analyse où les actualités nationale et internationale sont passées au crible de l'intérêt français souverain.

 PARTIE 1 :
 - Actualité du Cercle Aristote
POLITIQUE INTERIEURE
 - Notre-Dame-des-Landes
 - Réforme du BAC, réforme de l'enseignement
 - L'état du souverainisme en France
 - L'obligation vaccinale
 - Harcèlement sexuel et le renversement de la charge de la preuve
 - Censure de Céline et de Maurras et épuration de la culture française
 - Le délire des Fake news

 PARTIE 2 :
POLITIQUE EXTERIEURE
 - La question Kurdes
 - Élection anticipée vénézuélienne
 - Que faire en cas d'explosion sociale en Algérie ?
 - Perspective d’une alliance militaire latine et méditerranéenne
 - La France doit-elle s’engager dans la nouvelle route de la soie ?
 - Hypothèse d'un contre axe France/Grande-Bretagne/Sud de l’Europe
 - Le retour de Berlusconi
 - Les enjeux pour la formation du gouvernement Allemand
 - L'obligation des pesticides dans le Bio
 - Macron en Chine
 - Libre-échangisme et partenariat économique UE/Japon
 - La réforme fiscale de Trump et la crise systémique à venir
 - L'avenir de l’Euro à court terme.
 - Doctrine : Chaban-Delmas
 - Disparition de Dolorès O'Riordan chanteuse de The Cranberries
 - Digression sur la sortie du film Les heures sombres consacré à Winston Churchill
 - Hommage à Daniel Lindenberg et Christian Malis

"Dernier tango à Paris" : le film interdit. Avec Jean Gili sur France Inter.


(0)
147 Vues
0 commentaire
02.03.2016

Notre époque n’est plus à la censure des tableaux et sculptures mais des films. Oui, depuis que les Frères Lumière ont inventé le cinématographe, les pouvoirs, quels qu’ils soient, ont toujours pensé à limiter cette magie en la contrôlant. Tous les grands réalisateurs ont eu la chance de recevoir un jour un courrier des censeurs leur annonçant que telle ou telle scène n’était pas acceptable aux yeux de la loi. Alors c’est selon… Selon la période, le scandale change de nom, de rite, et de forme. En 1966 par exemple, c’est La Religieuse de Jacques Rivette que le pouvoir gaulliste, sous commandement de l’Eglise, refuse de montrer au public pendant plus d’un an. Aujourd’hui, la censure tombe sur des films divers. On interdit au moins de 18 ans Love de Gaspard Noé parce que des corps s’enlacent, ou le documentaire Salafistes parce qu’on y rencontre des terroristes.
Mais censurer, interdire, limiter, ce n’est rien d’autre que mettre un voile sur une angoisse…
En 1972, déjà, c’est la guerre et les corps qui étaient dans la mire des censeurs. On interdit Avoir 20 ans dans les Aurès de René Vauthier, mais aussi le Dernier tango à Paris qu’on cache aux moins de 18 ans. En Italie, la censure ira jusqu’à condamner le film à la destruction par les flammes… Autodafé pour le 7e art. Mais enfin, De quoi ce film était-il coupable ? D’oser le choc des corps, de filmer des scènes de sexe violentes, dominantes, consenties ou non, entre un homme et une jeune femme.
Interdit, coupé et détruit, Le Dernier tango à Paris est à la fois un succès auprès de la critique et des spectateurs et un film pestiféré.
Nous retournons sur les pas de ce film, aux côtés des acteurs du Dernier tango, des critiques et des spectateurs, qui ont encensé ou non ce film, mais aussi auprès du réalisateur Bernardo Bertolucci.

Émission "Affaires sensibles", animée par Fabrice Drouelle.