Les racines grecques de l’Europe. Avec Jacqueline de Romilly sur Canal Académie.


(0)
477 Vues
0 commentaire
06.05.2007

C’est en tant qu’helléniste que Jacqueline de Romilly s’exprime ici sur l’Europe.
Elle rappelle que la démocratie est née en Grèce mais aussi que plusieurs grands auteurs grecs ont critiqué cette conception. Elle nous rappelle la nécessité du "nomos", de la loi qui protège le faible et le défend contre les outrages et la violence.
Ces mots, enracinés dans une profondeur historique indispensable, sont offerts pour penser notre monde : à nous de les saisir pour mieux comprendre notre héritage et notre devenir.

Le sacré dans la musique, les mots, et en architecture au travers de l'exemple des cathédrales. Avec Maxence Caron et Mathieu Lours sur Radio Courtoisie.


(0)
501 Vues
0 commentaire
22.07.2010

Les thèmes de la transcendance, de l'infini, de Dieu, et de la possibilité de les représenter par une quelconque forme d'art restent au centre de la présente discussion.
Mathieu Lours est présent à l'émission à l'occase de la sortie de "L'autre temps des cathédrales", présentant les différents mouvements d'aménagement menés entre le concile de Trente et la révolution française.

L’islam, une religion conquérante ? Avec Roger Arnaldez en séance à l’Académie des sciences morales et politiques.


(0)
550 Vues
0 commentaire
31.01.1994

"La question précise est non pas de savoir si on peut appeler l’islam conquérant parce qu’il a fait des conquêtes, mais s’il est essentiellement conquérant, ou encore s’il relève de sa nature propre, de conquérir " Roger Arnaldez

Quand les fonds d'investissement s'attaquent au CAC 40... Avec Laurent Mauduit sur Radio Aligre.


(0)
275 Vues
0 commentaire
15.04.2008

Qui possède les entreprises du CAC40 ? Qu'est ce qu'un fond spéculatif ?
Quels changements le capitalisme hexagonal a-t-il subi ces dernières années et en quoi ces évolutions impactent-elles les politiques ?
Une émission importante pour comprendre les causes des changements induits dans nos pays.

Surveiller pour discipliner : les transformations contemporaines de l’Etat. Avec Loïc Wacquant au festival Raison d'agir à Poitiers.


(0)
603 Vues
0 commentaire
25.03.2010

Le conférencier nous montre que le tour punitif pris par les politiques pénales lors de la dernière décennie ne relève pas du diptyque "crime et châtiment", mais annonce l'instauration d'un nouveau gouvernement de l'insécurité sociale qu’il caractérise de "libéral-paternaliste" : libéral en haut, envers les entreprises et les classes privilégiés, et paternaliste en bas, à l’égard des populations précarisées et déstabilisées par la dérégulation économique et le retrait de la protection sociale.
Au sein de cet État-centaure, la police, les tribunaux et la prison retrouvent leur rôle historique d'origine : plier les populations indociles à l'ordre économique et moral émergent.
Le déploiement de politiques pénales agressives ne participe pas d’un chimérique "programme sécuritaire" qui relèverait du registre de la "répression" : elle s’inscrit au contraire dans la production du Léviathan néolibéral capable de discipliner le précariat postindustriel.

A l'épreuve des totalitarismes. Avec Marcel Gauchet à l'association Politique Autrement.


(0)
578 Vues
0 commentaire
19.03.2011

Marcel Gauchet vient de publier "L’Avènement de la démocratie : Tome 3 - A l’épreuve des totalitarismes, 1914-1974".
Il est ici interrogé par Jean-Pierre Le Goff, René Rodriguez et Julien Barroche sur son interprétation de l'histoire des totalitarismes et sur les concepts utilisés dans sa lecture de ces phénomènes.

La tentation du consensus. Avec Chantal Delsol à l'Académie des Sciences Morales et Politiques.


(0)
386 Vues
0 commentaire
21.03.2011

Comment se manifeste la recherche de consensus sur le plan politique ?
S’insérant dans une vision du monde, dans un ensemble global, le désir de consensus révèle une profonde métamorphose dans notre manière de comprendre et d’habiter le monde qui mène à une dépolitisation de nos sociétés.
En effet, la recherche du consensus ne met plus en jeu des valeurs mais des procédures qui visent à répondre à des problèmes concrets de façon pragmatique en négociant des intérêts.
La gouvernance contemporaine devient donc un autoritarisme soft qui rend caduque le débat traditionnel d'une démocratie vivante.

Pas de pitié pour les gueux ! Sur les théories économiques du chômage. Avec Laurent Cordonnier au 4e Festival de Resistance de Verviers.


(0)
571 Vues
0 commentaire
31.05.2012

Tenir le chômeur pour responsable du chômage est un propos digne du café du commerce, sans fondement économique sérieux.
Laurent Cordonnier démontre par l'absurde que la volonté de travail des chômeur n'a qu'un très lointain rapport avec le taux de chômage effectif d'une zone économique donnée.

Histoire de la notion de progrès. Avec Jacques Grinevald sur RTS.


(0)
438 Vues
0 commentaire
31.01.2001

Généalogie du progrès qui, de concept, s'est peu à peu incarné en praxis pour en saturer la réalité de notre monde.

Inégalites sociales, inégalites écologiques. Avec Hervé Kempf à l'IEP Lille.


(0)
405 Vues
0 commentaire
20.03.2008

Chaos climatique potentiellement irréversible, dégradation chimique du milieu naturel, atteintes à la biodiversité, la préoccupation écologique a été clairement et publiquement affirmée depuis les années 60-70. Pourtant, les mesures politiques qui permettraient de prévenir cette crise écologique pour nos sociétés restent hors de portée, pourquoi ?
Selon Hervé kempf, l’analyse seule de la situation écologique est insuffisante pour identifier les mécanismes de blocages fondés dans nos sociétés par les rapports de pouvoir (politiques et économiques) et organisés selon les cercles caractéristiques d’une oligarchie dont il décrit certains comportements.

Un autre regard sur la Russie. Par Alexandre Latsa sur le LibreTeamSpeak.


(0)
407 Vues
0 commentaire
05.01.2012

Alexandre Latsa, journaliste français vivant en Russie, relate la situation actuelle en fédération de Russie.
La conférence est suivie d'une session questions/réponses avec les auditeurs.

Du bon usage de la guerre civile en France. Par Jacques Marseille à la Bibliothèque nationale de France.


(0)
455 Vues
0 commentaire
06.04.2006

Pourquoi les avancées successives de la France vers ce qu’on appelle des « modernisations » se sont faites par des ruptures ? Des Jacqueries aux guerres de Religion, des Frondes politiques et sociales aux fractures de la Révolution, des espérances foudroyées de 1848 ou de la Commune jusqu’à la renaissance de 1945, les guerres civiles ont toujours été en France des vecteurs de progrès.
Les révoltes du XIVe  siècle vont marquer l’avènement de l’Etat moderne contre la féodalité, des guerres de Religion naîtra le triomphe de la raison contre le fanatisme, la Fronde supprimera les privilèges au profit du service de l’Etat, les dix années de guerre avant la révolution de 1789 se termineront par le Consulat, et les journées de 1848 observées en direct par Karl Marx vont marquer le triomphe du libéralisme sur le protectionnisme et l’avènement réel d’une économie de marché.
La Commune, qui est sans conteste la plus terrible des guerres civiles connues par la France, aboutira à la reconnaissance de la nation comme un moyen de rassemblement, et la crise de 1958 amènera le retour au pouvoir de Charles de Gaulle II.
De chacune de ces guerres civiles a surgi une forme de progrès et de modernisation. Alors à l’heure où la France gronde, qui sont les nouveaux révolutionnaires ? Nous assistons aujourd’hui à une nouvelle forme de guerre civile entre deux France : la France exposée des pauvres, des patrons de PME et des travailleurs précaires, et la France abritée avec l’élite des grands corps et tous ceux dont l’avenir est assuré.
De quel type de rupture accoucherons-nous à la suite de cette guerre civile des temps modernes ?