Archéologie du libéralisme. Avec Dany-Robert Dufour sur Radio Aligre.


(0)
495 Vues
0 commentaire
01.02.2012

Le philosophe expose le cœur de l'anthropologie libérale était cette formule : "Les vices privés font la vertu publique", l'idée en somme qu'il ne faut pas d'instances de répression des pulsions, et que celles-ci, laissées à elles-mêmes, généreraient une organisation bénéfique à tous. Le libéralisme économique, qui a trouvé sa pleine expansion dans les années 80, s'est appuyé sur les valeurs anti-répressives portées par le mouvement de 68 et congruentes de fait avec les valeurs libérales.

Folie des hommes. Par Dany-Robert Dufour aux Rencontres de Sophie à Nantes.


(0)
513 Vues
0 commentaire
11.03.2012

On se représente souvent la folie comme un regrettable accident pouvant survenir dans le parcours de tout un chacun. Le philosophie prendra le parti inverse et soutiendra que la folie se trouve au cœur de la condition humaine. La folie ne serait donc pas accidentelle, mais structurelle.
La question serait alors de savoir
1° pourquoi ?
2° quels sont les effets de cette diffusion de la folie dans l'histoire ?
3° Quels seraient les remèdes ?

Non au Traité Constitutionnel ! Avec Frédéric Lordon sur Radio Aligre.


(0)
499 Vues
0 commentaire
17.05.2005

La construction économique de l'Union Européenne et son devenir néo-libéral sont ici clairement exposés. Frédéric Lordon rappelle les grandes étapes qui mènent logiquement au Traité Constitutionnel, tout en rappelant qu'il est de notre devoir de s'y opposer.

Corneille a-t-il écrit les œuvres de Molière ? Débat entre Jacques Rougeot et Denis Boissier, sur Enquête&Débat.


(0)
569 Vues
0 commentaire
02.07.2010

Pour la première fois depuis 1919 et le lancement de l'affaire par Pierre Louÿs, un professeur émérite de la Sorbonne a accepté de débattre avec l’un des tenants de la thèse selon laquelle Corneille serait l’auteur des chefs-d’œuvres de Molière.

La démocratie est-elle un modèle occidental ? Avec Marcel Gauchet et Jean-Luc Domenach à la Bibliothèque nationale de France.


(0)
442 Vues
0 commentaire
24.11.2010

La démocratie, au terme des "trente piteuses", apparaît à la fois comme la réalité politique la plus partagée et la plus discutée. À l'heure des crises économiques et des tensions géopolitiques qui mettent à mal son modèle, les questions qu'on croyait oubliées reviennent à la surface.
La démocratie représentative est-elle encore capable de représenter dans des sociétés écartelées entre une marge sans cesse grandissante d'exclus et des niches toujours plus exceptionnelles de privilégiés ? Comment les lieux qui ont fait et où s'est réalisée la démocratie survivent-ils aux différentes crises qui les secouent : rue, école, prétoire, tribune, médias ?

Laurent James reçu par Franck Abed.


(0)
876 Vues
0 commentaire
02.07.2011

L'entretien portera sur les relations entre le catholicisme et le traditionnalisme, l'ésotérisme et l'exotérisme, l'initiation ou l'Islam comme révélation, tradition et force géopolitique. Il abordera également la littérature en évoquant des auteurs comme René Guénon ou Julius Evola.

Emil Cioran reçu par Georges Walter.


(0)
1059 Vues
0 commentaire
13.04.1991

A l'occasion de la parution de "L'ami lointain, Paris Bucarest", une correspondance entre Cioran et Constantin Noica, l'écrivain roumain se livre.
Il évoque aussi bien ses parents que les problèmes entre la Roumanie et la Transylvanie, ce qu'il pense de Nicolae Ceausescu et du gouvernement actuel de la Roumanie comme le départ de la minorité allemande et le rôle qu'aurait pu jouer l'Allemagne.
La méconnaissance des Français de l'histoire de cette zone l'irrite.
Il évoque ensuite sa relation à Constantin Noica (ils sont arrivés ensemble à Paris en 1937) et le rôle qu'il a joué en Roumanie après son retour.
Enfin, il parle de la Roumanie et du destin politique de son pays d'origine.

Frédéric Lordon sur la crise à Radio Aligre.


(0)
572 Vues
0 commentaire
06.03.2009

Frédéric Lordon nous propose une vue d'ensemble des structures économiques en places dans notre monde :
 - en s'arrêtant sur le problème bancaire et la nécessaire nationalisation du secteur
 - en revenant sur les contraintes structurelles du capitalisme de basse pression salariale (le travail devenant la variable d'ajustement pour répondre aux distortions concurentielles d'une économie de libre-échange mondialisée)
 - en dynamitant le faux débt sur le protectionnsime
 - enfin en énnonçant le constat de mort clinique de l'Union Européenne, sans réelle force politique qui viendrait asseoir sa volonté de persévérer dans son être

La marchandisation de l'enseignement. Avec Nico Hirtt à Lyon.


(0)
544 Vues
0 commentaire
10.02.2012

Conférence donnée à l'invitation du Collectif Enseignant Contre la Réforme des Langues.

Trotski, les Trotskistes et la France. Avec Marc Lazar sur Canal Académie.


(0)
767 Vues
0 commentaire
01.12.2003

Au lieu de tracer un portrait du révolutionnaire Trotski, Marc Lazar s’interroge sur la construction sociale et politique d’un personnage et sur sa postérité française.

Jacques Chancel s'entretient avec François Cavanna.


(0)
712 Vues
0 commentaire
30.04.1975

Emission "Radioscopie" diffusée sur France Inter.

Mélancolie française. Avec Eric Zemmour et Guillaume Durand sur Radio Classique.


(0)
575 Vues
0 commentaire
03.03.2010

"Si vous n’êtes romain, soyez digne de l’être."
Pendant quinze siècles, ce vers de Corneille a porté l’ambition française : être reconnue comme l’héritière de Rome, de son Etat, de sa langue, de sa manière unique d’assimiler les étrangers – à la fois hautaine et égalitaire – et même de sa façon d’imposer la paix en Europe.
Eric Zemmour raconte cette obsession autour de laquelle s’est tissé le roman historique français. Philippe Auguste, Louis XIV, Napoléon, Clemenceau croient toucher au but. Mais à chaque fois un croc-en-jambe les fait chuter, tantôt la puissance anglo-saxonne – notre "Carthage" – ou bien la force allemande – notre meilleure élève. A chaque fois aussi, la France s’invente des raisons d’y croire à nouveau, que celles-ci s’appellent les colonies, De Gaulle ou l’Europe.
Sauf qu’aujourd’hui la mécanique impériale est cassée. Comme si nous vivions déjà à l’heure de la chute de l’Empire, submergés par de nouveaux "barbares"…