Le recit authentique de la valeur économique. Par Bernard Friot à la CNT de Paris.


(0)
574 Vues
0 commentaire
30.11.2012

Bernard Friot revient sur son analyse de la valeur en procès : seul le travail crée de la richesse.
La cotisation devient alors le moyen effectif de sortie du capitalisme.

La retraite par répartition : de l'emploi à la qualification. Par Bernard Friot à l'Université Populaire de Sallanches-Passy.


(0)
439 Vues
0 commentaire
08.02.2011

Conférence dans le cadre du cycle sur l'héritage du CNR.

Comment penser et représenter la crise ? Avec Fréderic Lordon et André Orlean au Theâtre des Idées du Festival d'Avignon.


(0)
767 Vues
0 commentaire
12.07.2012

Nous vivons sous l'empire et l'emprise de la valeur. Puisque la science économique doit être refondée sur d'autres bases théoriques et d'autres principes que les spéculations chancelantes des néoclassiques, il est temps de déconstruire la notion dominante de valeur économique en en explicitant les règles de production.

Libéralisme et capitalisme. Avec Alain Laurent et Valérie Charolles à France Culture.


(0)
603 Vues
0 commentaire
11.09.2012

A rebours du discours majoritaire, Valérie Charolles s'emploie à montrer que le libéralisme n'est pas la source des problèmes économiques actuels, mais la solution !
La solution pour dompter un capitalisme au fond très peu libéral dès qu'on lui lâche la bride sur le cou. La thèse générale s'appuie sur une interprétation originale du libéralisme comme philosophie neutre à l'égard du rapport capital-travail, et une analyse des normes comptables actuelles qui remettraient en cause cette approche.
Alain Laurent, historien du libéralisme et grand éditeur en France des textes classiques de ce courant de pensée, s'oppose à cette vision en défendant une adéquation entre le libéralisme, le capitalisme et l'économie de marchée. Il fait remarquer que les économiste libéraux ont, depuis la révolution marginaliste, abandonné la valeur-travail au profit de la valeur-marginale.
Emission "Les nouveaux chemins de la connaissance".

Hommage à Jean Parvulesco. Avec Arnaud Guyot-Jeannin, Michel Marmin et Alain de Benoist sur Radio Courtoisie.


(0)
941 Vues
0 commentaire
23.11.2010

Jean Parvulesco (1929-2010), récemment décédé au moment de l'enregistrement de l'émission, est ici raconté au travers des souvenirs des différents interlocuteurs.

René Guénon et la Tradition. Par Jean-Yves Dufour au Local.


(0)
896 Vues
0 commentaire
11.10.2012

Une introduction au personnage et à l'oeuvre du grand traditionnaliste René Guénon.

Le personnage et l'oeuvre d'Isidore Lucien Ducasse, alias le comte de Lautréamont (1846 - 1870). Avec François Angelier et Jean-Luc Steinmetz à Mauvais Genres sur France Culture.


(0)
861 Vues
0 commentaire
26.09.2009

Fabuleux manuel à enrayer la mécanique littéraire, consommation-consumation du romantisme noir, les écrits d’Isidore Ducasse, comte de Lautréamont, s’impose toujours comme une redoutable effraction mentale.
La publication de ses oeuvres dans la Bibliothèque de la Pléiade donne l'occasion à l'émission Mauvais Genre de se consacrer à son personnage et à son oeuvre.

Histoire du Tibet. Par Ludo Martens.


(0)
830 Vues
0 commentaire
11.06.1989

Ludo Martens traite notamment des liens historiques entre le Tibet et la Chine, du système social qui existait au Tibet avant sa libération en 1949 par les communistes, des réformes introduites par le gouvernement central au Tibet après 1949, de l'histoire du Dalaï-Lama et du rôle de la C.I.A dans la campagne anticommuniste développée autour du Tibet.

André Gorz et la dynamique du capitalisme. Avec Carlo Vercellone à Lyon.


(0)
703 Vues
0 commentaire
17.06.2009

André Gorz a opéré dès les années soixante une critique du capitalisme cognitif, en focalisant son analyse, comme les marxistes, sur le travail, comme le foyer de nouvelles contradictions et de nouvelles formes de dépassement.
Dénonçant l’imminence d’une crise irréversible et radicale des sociétés contemporaines, Gorz explore les carences du travail, à travers ce paradoxe par lequel le développement capitaliste a annihilé la société du travail en poussant à l’extrême la hausse de sa productivité, faisant du rapport entre l’individu et ses compétences, le moteur central de l’économie.
Partant, la réhabilitation du sens du travail, passe préalablement par le non-travail.
Ce sont ces pistes que cette discussion, qui se déroule à la Maison des Passages à Lyon, se propose d’explorer.

Pourquoi la géopolitique ? Avec Pascal Gauchon aux Chroniques de la Vieille Europe sur Radio Courtoisie.


(0)
1339 Vues
0 commentaire
20.09.2011

Pascal Gauchon présente son "Dictionnaire de géopolitique et de géoéconomie", comportant 600 entrées composées d'une définition claire, d'un exposé des faits et d'une problématisation.
Cet entretien permet d'entrer dans la discipline de la géopolitique, soit l'étude des rapports de force dans l'espace, sur un territoire défini.

La bombe H. Rendez-vous avec X sur France Inter.


(0)
666 Vues
0 commentaire
04.05.2001

Par dérision, on l'a appelée la "bombinette" ! La bombe du général de Gaulle ! La bombe atomique française... Cette arme nucléaire que le président français voulait voir expérimenter au plus vite afin que notre pays rejoigne le club très fermé des puissances nucléaires et affiche ainsi spectaculairement son indépendance... Et effectivement, le premier tir est effectué dès le mois de février 1960, c'est à dire tout juste un peu plus d'un an et demi après le retour au pouvoir du général... Succès français, succès gaulliste ! Mais la vérité oblige à dire qu'en cette matière comme dans d'autres, la V° République récolte les fruits que d'autres ont cultivés... C'est en effet Pierre Mendès-France qui, dès 1954, a impulsé les premiers travaux sur la bombe atomique française. Et c'est un autre président du Conseil de la IV° République, Félix Gaillard, qui a pris les mesures nécessaires pour que les premières expérimentations aient lieu au premier trimestre de l'année 1960...

Mais il reste que la paternité de la bombinette est attribuée au général et qu'elle symbolise le retour de la France dans la cour des Grands après des années d'effacement et d'instabilité politique. Alors, pourquoi ce terme moqueur ? Parce que cette première bombe A est d'une puissance relativement faible et que, surtout, elle explose à un moment où les autres nations nucléaires, c'est à dire les États-Unis, l'URSS et la Grande-Bretagne, sont déjà dotées de l'arme thermonucléaire, la bombe H ! Une technologie que les savants français ne possèdent pas encore et qu'ils mettront des années à maîtriser...

Alors que Washington, sous l'impulsion de George Bush, semble vouloir relancer la course aux armements, et qu'on parle d'un climat de guerre froide entre les Etats-Unis et la Russie, Monsieur X m'a proposé de revenir sur l'histoire de la bombe française. Une aventure scientifique ponctuée de coups de théâtre et de machinations diverses orchestrées par les services secrets.

Vies et mort du capitalisme. Avec Gérard Briche et Igor Martinache à Citéphilo.


(0)
828 Vues
0 commentaire
25.11.2011

Depuis plus de vingt ans, Robert Kurz et le courant critique qu’il a initié développe une critique du capitalisme en affirmant qu’il a désormais atteint sa limite absolue.
Après avoir longtemps été considéré comme un analyste marginal au pessimisme inapproprié, les faits semblent lui donner raison, c’est tout au moins ce que pensent de plus en plus d’observateurs.
La crise présente est-elle sans issue ?