Les relations entre le comte de Paris et le général de Gaulle. Avec Paul-Marie Couteaux sur Radio Courtoisie.


(0)
632 Vues
0 commentaire
17.07.2020

Républicain, De Gaulle ? Il le fut plus que tout autre, du moins si l'on prend pour mesure de la République l'exigence du bien commun, celle de l'autorité de l'Etat et de l'indépendance nationale.
Pour comprendre la relations que de Gaulle entretenait avec la tradition capétienne, il faut alors refuser d'opposer l'esprit monarchique à l'esprit républicain mais plutôt les opposer ensemble au machiavélisme.
Retour sur une histoire complexe et faite de rendez-vous manqués autant que d'incompréhensions, soit l'histoire de l'importance politico-historique des relations entre le Général et le comte de Paris.

Émission du "Libre Journal de la relève", animée par Dominique Paoli.

Clovis, aux origines de l'Histoire de France. Avec François-Marin Fleutot pour le Cercle Aristote.


(0)
600 Vues
0 commentaire
04.2021

Dans cette époque bien lointaine, la France que nous connaissons n'existe pas. Elle naîtra bien plus tard des soubresauts de l'histoire et de la volonté de nos rois. L'alliance factuelle entre le roi Clovis, alors païen, autorité militaire impériale, et l'évêque de Reims, Saint Rémi, dans l'un des derniers espaces non conquis par les ethno-arianistes - chrétiens disciples de l'évêque Arius qui ne reconnaissent pas la Trinité -, va restaurer l'autorité du monde chrétien catholique.
Dans le monde occidental de l'époque, Clovis devient la seule autorité qui prend le parti de la Rome catholique et devient l'héritier temporel de l'Empire. Le concile d'Orléans, en 511, est la première manifestation publique de l'unité des Gaules... de l'unité de la France. Mais il est aussi fondateur des rapports complexes entre l'autorité spirituelle et le pouvoir temporel. Un des attributs du pouvoir impérial est d'établir les administrations, ce que fait Clovis en organisant ce concile. Il est reconnu par le clergé comme ayant ce pouvoir, base de son autorité temporelle non sur la "doctrine religieuse" mais sur son administration.
Jusqu'à la fin du XIXe siècle, les rois de France sont appelés fils aînés de l'Église en mémoire de l'action restauratrice de Clovis. La France n'étant plus royale, après Vatican I (1870) les pontifes romains la nommeront "fille aînée de l'Église".

École : la fabrique des crétins ? Avec Jean-Paul Brighelli sur Le Média Pour Tous.


(0)
727 Vues
0 commentaire
03.2021

Quel avenir pour un pays dont l'école se porte mal ?
Jean-Paul Brighelli, agrégé de lettres modernes, enseignant et essayiste français, est l'auteur de La fabrique du crétin, sorti en 2005, dans lequel il fustige l'effondrement du système éducatif français.
Un constat amer dont il précise l'argumentation dans le cours de cet entretien.

Un entretien mené par Vincent Lapierre.

La puissance française : Jacques Sapir répond aux questions d'Idriss Aberkane.


(0)
796 Vues
0 commentaire
16.05.2020

Sous nos yeux naît un nouveau monde, sans puissance régulatrice, marqué par un monde multipolaire et où la souveraineté nationale redevient un axe clé de la pensée politique.
Las, les élites européennes en générale et françaises en particulier tardent à reconsidérer leurs politiques à l'aune de cette nouvelle donne, alors même que la pandémie de Coronavirus presse au changement. .
Pour combattre l'inertie intellectuelle et la répétition de schéma obsolètes, pour préparer un futur auquel nous devrons faire face en tant que nation, Jacques Sapir s'attache à montrer quelles leçons notre pays devrait tirer de la période tumultueuse que nous sommes en train de traverser.

L'histoire des élites, des Lumières au grand confinement. Avec Eric Anceau pour la Nouvelle Action Royaliste.


(0)
685 Vues
0 commentaire
13.01.2021

Professeur spécialiste de l'histoire politique et sociale de la France et de l'Europe contemporaine, Éric Anceau vient de consacrer un ouvrage sur la relation difficile que les milieux dirigeants et le peuple est presque toujours entretenue.
De fait, toute nouvelle élite tend à oublier qu'elle est au service de l'Etat et de la nation et finit par se constituer un groupe privilégié qui suscite des réactions de colère, des mouvements de révolte ou une nouvelle révolution.
Réfléchir sur l'histoire des élites françaises en compagnie d'Éric Anceau permet de mieux saisir le moment historique que nous vivons : celui d'un désir latent ou exprimé de renouvellement des élites.

Après 68, la radicalisation de l'extrême gauche. Une série documentaire sur France Culture.


(0)
884 Vues
0 commentaire
04.2018

Après 1968, qu'est-il advenu de tous ceux, étudiants, ouvriers, militants qui n'ont pas pu se résoudre à abandonner le combat ? Comment sont-ils, chacun à leur façon, passés de la contestation à la lutte armée ?
Au Japon, en France, en Italie, en Allemagne, retour sur ces années de bascule où la violence s'est peu à peu imposée dans le paysage.

Série documentaire "LSD", produite par Kristel Le Pollotec.

Le grand Sanhédrin de Napoléon. Avec Alain Michel pour le Fonds Social Juif Unifié.


(0)
612 Vues
0 commentaire
12.11.2006

Napoléon se préoccupe peu de la situation des juifs en France lors de son accession au pouvoir. Ce n'est qu'à partir de 1806 que, face à la montée des hostilités à l'encontre de la communauté juive et à l'endettement croissant des propriétaires terriens en Alsace, l'Empereur prend ses premières décisions.
Alors que les cultes catholique et protestants (réformé et luthérien) ont vu leurs relations avec l'État être réorganisées au début du Consulat, avec la signature du Concordat (1801) et l'adoption des articles organiques (1802), aucune réflexion sur l'intégration des juifs n'avait été entreprise auparavant. L'Empire compte alors 170'000 juifs, dont un tiers en France, et aucune instance générale n'organise ou dirige les différentes communautés.
Davantage soucieux de l'ordre public que de religion, Napoléon Ier décide de remédier à cette situation en décidant, en mai 1806, la tenue d'une assemblée de notables juifs, puis en novembre la réunion d'une assemblée, le Grand Sanhédrin, chargée de rédiger les positions doctrinales pour les juifs de France.

Les médias sont devenus une fabrique à opinion. Avec Anne-Sophie Chazaud sur Sud Radio.


(0)
896 Vues
0 commentaire
23.11.2020

Les Dix petits nègres, Autant en emporte le vent, ou encore Carmen : les revendications communautaires s'attaquent chaque jour un peu plus au patrimoine culturel. Des polémiques qui entraînent une diminution de la liberté d'expression et que dénonce avec vigueur Anne-Sophie Chazaud.
"On a assisté ces dernières décennies à un festival assez grotesque de ce que pouvait donner la censure militante complètement hystérisée", souligne la philosophe qui note "une très grosse accélération ces dernières années". Un phénomène rendu possible "grâce à une privatisation de la censure", considère-t-elle.
Si cette censure intervient par des militants, des associations privées, "c'est toujours grâce au pouvoir politique que ces minorités ont cette capacité immense à aller en justice", remarque Anne-Sophie Chazaud, rappelant "qu'il ne faut jamais oublier que d'une façon ou d'une autre, le pouvoir politique a sa responsabilité".

Émission "Bercoff dans tous ses états".