Jacques Chancel s'entretient avec Lucien Rebatet, sur France Inter.


(0)
546 Vues
0 commentaire
10.12.1969

L'écrivain, journaliste et critique musical et cinématographique Lucien Rebatet est reçu dans l'émission "Radioscopie".
Condamné à mort en 1946 pour "collaborationnisme", puis gracié, il sort de prison en 1952 et se consacre à l’écriture.
Cet entretien est l'occasion de revenir sur le parcours et l'oeuvre d'un des grands perdants de l'Histoire.

Nous n'attendrons plus les barbares. Avec Jure George Vujic pour Kontre Kulture.


(0)
461 Vues
0 commentaire
06.2015

Illustré par des vers du poète grec Constantin Cavafy, En attendant les barbares, Jure George Vujic entame sa réflexion par un constat terrible : les barbares, que la Rome décadente attendait comme une forme de délivrance, qui étaient "une sorte de solution", ne viendront pas car ils sont déjà là, "établis et bien présents dans toutes les structures de la société dite civile, dans les médias, dans les institutions politiques et culturelles".
Le constat est pire encore : les barbares sont en nous, il ont "colonisé le mental, l’imaginaire individuel et collectif européen". Ils ont été "une sorte de solution" aux différentes crises, culturelles, idéologiques et surtout économiques que le siècle passé a traversées.
Mais cette "solution" s’est faite contre les peuples, contre leurs identités profondes, contre leurs âmes, en brisant les liens qui les enracinaient dans une histoire, dans une religion, dans une culture.
Et c’est précisément parce que nous sommes devenus ces barbares que la refondation de la société ne pourra se faire que par une refondation de l’esprit, au travers d’une contre-culture authentiquement résistante, antithèse de la culture dominante prétendument émancipatrice, mais en réalité mortifère et au service du marché, et qui, sous couvert de libération, détruit toutes les valeurs qui ont forgé l’ossature de l’humanité.

Francis Cousin : rencontre avec un groupe d'amis.


(0)
906 Vues
0 commentaire
27.02.2016

Cette discussion informelle, saisie sur le vif, nous permet d'assister à un échange passionnant : de l'aliénation à la question de l'amour en passant par le message du Christ, ce sont les thèmes favoris de Francis Cousin qui sont débattus et approfondis.

Les enjeux spirituels de la culture. Avec Françoise Bonardel sur France Culture.


(0)
403 Vues
0 commentaire
09.03.2014

Françoise Bonardel, philosophe et écrivain, a enseigné durant vingt ans la philosophie des religions et s'intéresse particulièrement au bouddhisme.
Auteur d'une douzaine d'ouvrages alliant philosophie et poésie, elle s'inspire de traditions anciennes (hermétisme, gnose, alchimie) pour renouveler l'approche de certaines oeuvres d'art ou de questions contemporaines : la transmission, le nihilisme, la crise de l'identité culturelle européenne. 

Emission "Les Racines du ciel", animée par Frédéric Lenoir et Leili Anvar.

La démocratie contre la culture ? Avec Renaud Camus, David Kessler, Christophe Girard et Maryvonne de Saint-Pulgent sur France Culture.


(0)
547 Vues
0 commentaire
25.06.2008

Amis du Désastre et Niveau-montistes sont formels : la culture s'est répandue dans toutes les couches de la population. Renaud Camus soutient le contraire. 
Si la culture s'est répandue, selon lui, c'est comme le lait de Perette : plus la culture est diffusée, moins il y en a pour chacun et moins elle a de consistance. L'université fait le travail des lycées, les lycées celui des écoles primaires, les classes maternelles celui que les parents ne font pas, ayant eux-mêmes été élevés par l'école de masse, qui a formé la plupart des nouveaux enseignants. Arte, France Culture ou France Musique se consacrent aux tâches jadis dévolues aux chaînes généralistes, celles-ci imitent les postes et stations de divertissement. 
Tout a baissé d'un cran. C'est la grande déculturation. Le paradoxe est que l'objectif quantitatif, qui est au cœur de l'ambition démocratique en sa transposition culturelle, fait partout le lit de l'argent, par le biais de la publicité, des taux d'audience et des lois du marché.
Le constat est-il partagé ? Et ce phènomène est-il irréversible ?

Le cinéma populaire est-il mort ? Avec Michel Marmin et Ludovic Maubreuil aux Chroniques de la Vieille Europe sur Radio Courtoisie.


(0)
477 Vues
0 commentaire
31.08.2010

Le cinéma serait-il autre chose qu'un produit de divertissement, comme le pensent les conformistes de notre temps ?
Pour les deux invités de l'émission, les salles obscures sont devenues autant de cavernes au sens platonicien : des lieux où règnent le mensonge et le dévergondage, des dortoirs pour consommateurs clonés. Y règnent les dogmes implicites de notre post-modernité : érotisme de masse, cynisme social, utilitarisme et manichéisme sur fond d'individualisme forcené ! Le septième art est ainsi réduit à un gadget du système techno-marchand, au point d'en être devenu la plus efficace des courroies de transmission. 
Des antidotes existent-ils ? Michel Marmin et Ludovic Maubreuil nous proposent plusieurs pistes de réflexion.

Une émission présentée par Patrick Péhèle et Lucien Valdes.

La querelle des Anciens et des Modernes et ses conséquences. Avec Alain Lanavert au Cercle de l'Aréopage.


(0)
1317 Vues
0 commentaire
30.11.2015

Anciens et Modernes ? La question est résolue. "Les anciens sont les anciens, et nous sommes les gens de maintenant", a tranché depuis le XVIIe siècle l'Angélique du Malade imaginaire de Molière. Cette adorable jeune fille avait raison, comme ont toujours raison toutes les jeunes générations qui veulent vivre avant de se souvenir.
Le point de vue "jeune" n'est pourtant pas le seul possible, et pour cause. Alain Lanavert, dans cette conférence, montre que cette ancienne question a occupé les meilleurs esprits français et européens du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle.
La raison adulte ne saurait se passer de comparer le présent et le passé, et le discernement dans les choses de la vie a besoin du pessimisme critique et lucide qui éclaire les vices du présent à la lumière de l'amère expérience passée. Les "Anciens" de la Querelle ont donc beaucoup à nous apprendre, même si les "Modernes" ont aujourd'hui l'illusion rétrospective d'avoir eu aisément le dessus et de pouvoir tranquillement écrire l'histoire en vainqueurs.

Repenser l'esthétique. Avec Bernard Stiegler pour Alphabetville à Marseille.


(0)
749 Vues
0 commentaire
21.03.2007

Notre époque se caractérise comme prise de contrôle de la production symbolique par la technologie industrielle, où l’esthétique est devenue l’arme et le théâtre de la guerre économique. Il en résulte une misère où le conditionnement se substitue à l’expérience esthétique.
"Cette misère est une honte" rajoute Stiegler. Le processus pour échapper au contrôle du sensible et au conditionnement des esprits - l’an-esthésie qui conduit à la misère symbolique - serait de rendre sa place à "l’expérience esthétique", voie d’émergence de la singularité sensible, indispensable à la constitution de l’être social.
C’est en analysant le circuit de cette expérience et les niveaux de la sensibilité, tout en prenant en considération le "tournant machinique de la sensibilité", que Bernard Stiegler s’essaie à repenser l’esthétique, et ébauche les concepts d’organologie générale et de généalogie du sensible.
Pour une "nouvelle pensée de l’industrie à partir de l’expérience sensible", qui formerait une ultramodernité artistique et culturelle. Et pour l’établissement d’une société dans laquelle production symbolique et vie de l’esprit viendraient au coeur de la vie industrielle.