Eléments pour une pensée radicale et extrême. Avec Georges Feltin-Tracol sur Méridien Zéro.


(0)
395 Vues
0 commentaire
01.04.2016

"Bien des guerres ont d’abord été pensées dans les bibliothèques", écrivait en 1936 Cioran dans Transfiguration de la Roumanie. La remarque du futur moraliste francophone est pertinente : le récent travail de Georges Feltin-Tracol, Éléments pour une pensée extrême, en est la preuve flagrante par sa contribution au grand combat des idées.
Il y démonte aussi bien l’emprise médiatique que la question lancinante de la langue commune des Européens, la fragmentation socio-territoriale de la France que l’émergence désormais imminente de grands espaces civilisationnels, les manifestations et méfaits de la tyrannie républicaine que des exemples de guérilla intellectuelle.
Évoquant quelques-unes des grandes figures dissidentes contemporaines de la dissidence occidentale (Dominique Venner, Maurice Bardèche, Carl Schmitt, Saint-Loup), Georges Feltin-Tracol dissocie volontiers la France charnelle des terroirs enracinés, intégrée dans une Europe des identités autochtones, nationales et populaires, d’une République hexagonale décadente aux valeurs mondialistes mortifères. Par l’intermédiaire des BAD, un modèle de contre-société à promouvoir, il en appelle au rejet impérieux de la seconde pour sauver la première du "Grand Remplacement" en cours.
Provocateur, polémique, radical, son travail vise le bankstérisme, les FemHaine, les sordides valeurs républicaines, le bellicisme humanitaire, la société suédoise, le désordre sécuritaire, l’OTAN, la non-Europe de Bruxelles, les oligarchies politico-mafieuses, les tentatives fallacieuses d’ "union nationale", le grotesque Charlie…
Par ces temps d’incertitude et après l’échec du mouvement trop timoré de la "Manif pour tous", ce recueil se détourne des fausses solutions nationales et conservatrices. Dans l’obscurité des consciences, cette torche doit permettre la prise salutaire du glaive régénérateur.

La culture nationale n'est pas une marchandise comme les autres. Avec Anne-Marie Thiesse au Palazzo Ducale à Gênes.


(0)
423 Vues
0 commentaire
09.04.2016

Les identités nationales ne sont pas enracinées dans la nuit des temps. Ce sont des inventions de la modernité. Les nations se sont construites un peu partout en Europe de la même façon, comme des corps politiques en même temps que des communautés culturelles.
Dès lors, quelle est la nature de ce qui constitue les différents patrimoines nationaux ? Sont-ce des marchandises comme les autres, qui peuvent être achetées et vendues sur le grand marché mondialisé ?
Apparemment, les pouvoirs politiques nationaux répondent pas la négative !

Actualité de Louis-Ferdinand Céline. Avec Marc Laudelout, David Alliot, Alain de Benoist, Marc Hanrez, Joseph Vebret, Valéria Ferretti et Matthias Gadre chez Emmanuel Ratier sur Radio Courtoisie.


(0)
578 Vues
0 commentaire
16.11.2011

Les différentes personnalités ici rassemblées s'emploient à cerner la vie et l'oeuvre de l'écrivain Louis-Ferdinand Céline (1894-1961), depuis sa jeunesse passage Choiseul jusqu'à sa mort à Meudon.
Le portrait du plus grand écrivain français du XXe siècle émerge peu à peu.

Émission du "Libre journal de la résistance française".

Art et industries culturelles. Avec Bernard Stiegler pour Citéphilo à Valenciennes.


(0)
607 Vues
0 commentaire
2011

Une série de conférences structurée autour de trois questions différentes :
 1. Quel rôle les industries culturelles ont-elles joué et jouent-elles encore dans le modèle économique dominant  ?
 2. De quelle révolution dans les connaissances et la culture les technologies de l’information et de la communication sont-elles porteuses ?
 3. Les réseaux peuvent-ils fonder une nouvelle économie de la contribution ?

Hors-champs. Avec George Steiner sur France Culture.


(0)
509 Vues
0 commentaire
04.2014

À l'automne de sa vie, le grand professeur George Steiner revient longuement sur des thématiques qui le touchent : l'identité juive et l'antisémitisme, l'avenir de la littérature et de la musique, sans oublier son rapport particulier à Heidegger.

Une émission menée par Laure Adler.

La légende Arthurienne. Avec Martin Aurell sur Canal Académie.


(0)
945 Vues
0 commentaire
06.01.2012

Le médiéviste Martin Aurell nous conte la légende du Roi Arthur entre les VIe et XIVe siècle.
Cet épisode est important à connaître pour quiconque souhaite aborder l’histoire médiévale, son art littéraire, ses sociétés et ses traditions écrites et orales.

Les animaux ont aussi leur histoire ! Avec Michel Pastoureau sur France Culture.


(0)
644 Vues
0 commentaire
2015

Longtemps délaissé par les historiens, l'animal est désormais un objet d'études à part entière. Envisagé dans ses rapports avec l'homme, il nous apprend mille choses sur la société, l'économie, la culture, la vie religieuse et symbolique.
Michel Pastoureau a choisi ici de nous parler de huit animaux célèbres, intimement liés à notre culture. Certains ont réellement existé, d'autres sont empruntés à la Bible, à la mythologie, à la littérature ou à la réalité de notre monde.
Un parcours passionnant qui nous renseigne sur les changements et permanences des mentalités.

Itinéraire de conversion. Avec Maxence Caron chez Benoit Mancheron sur Radio Courtoisie.


(0)
629 Vues
0 commentaire
30.07.2014

"Combien d'insultes se préparent contre mon humilité cosmique... L'heure commence où une génération neuve naît de mon oeuvre neuve : l'oeuvre est là, partout en ma tête ; c'est une uvre gigantesque : j'ai mal à la tête. J'ai chanté ici, auprès de vous, mes pages, dans notre intimité, l'approche amoureuse de Celle que prétextant tout ils ont tous fui : la Présence.
Les penseurs : y en a-t-il ? Où sont-ils ? Ont-ils place derrière leurs oreilles de cocker, ces moins que chancres ? Je chante la teneur de la Substance Prime, par-dessus la tête des mondes philosophiquement constitués.
Il y a, avant que de dire combien ils ont retenu la Vérité captive, Il y a, avant de dire la désobstruction de la conscience réflexive et la source trinitaire de cette énergie spirituelle, Il y a, entre mes mains, dans ce Journal qui devance l'oeuvre principale, Il y a ce nocturne ourdissant avant la profonde Aube de pourpre." Maxence Caron