Mode et cinéma. Avec Jean-Michel Bertrand à l'Institut Français de la Mode.


(0)
520 Vues
0 commentaire
10.06.2009

Dès les débuts du cinéma, la mode occupe une place centrale dans la mesure où elle sert d'un côté d'instrument de diffusion par identification de ses propres produits, voire des marques, et de l'autre côté le cinéma l'emploie pour accroître la désirabilité des acteurs et des actrices.
Quels sont les différents types de relation entre mode et cinéma ?
Au-delà des convergences économiques, quels sont les ressorts esthétiques qui rassemblent cinéma et mode ?

L'être contre l'avoir, pour une critique radicale et définitive du faux omniprésent. Avec Francis Cousin chez Emmanuel Ratier sur Radio Courtoisie.


(0)
748 Vues
0 commentaire
17.10.2012

Une présentation du travail de Francis Cousin, qui plaide pour un retour à la communauté de l'être contre le mensonge du spectacle de la marchandise et de l'avoir capitaliste.

Dialogue avec les morts. Avec Jean Clair à la librairie Mollat à Bordeaux.


(0)
501 Vues
0 commentaire
20.05.2011

Au travers de son dernier livre, Jean Clair revient sur la trajectoire qui fut la sienne et qui, du monde rural, paysan et avare de mots qui fut le sien, l'amena à se passionner pour la beauté et pour ceux qui tentèrent de la faire advenir sous la forme d'oeuvres d'art dans notre monde.

Show-business et politiquement incorrect. Avec Alain Soral pour le blog Casseur2Hype.


(0)
594 Vues
0 commentaire
2003

Suite à la parution de "Socrate à St-Tropez", Alain Soral évoque la laideur morale et la lâcheté du culturo-mondain contemporain..

Paul Yonnet à voix nue, sur France Culture.


(0)
661 Vues
0 commentaire
09.2009

L'oeuvre de Paul Yonnet, sociologue, essayiste et écrivain, se situe au confluent de trois convictions :
 1) L’analyse de l’expérience personnelle est le premier pas vers la connaissance de l’homme, des sociétés qu’il forme et de leur histoire. Certitude très tôt acquise, d’abord par la lecture fondamentale, à quinze ans, du "Voyage au bout de la nuit" de Céline, puis, déplacée dans le champ de la sociologie, lors de ses premières études des phénomènes du loisir. Ainsi a-t-il découvert, en étudiant "la France du tiercé", dont il était naturellement proche, à quel point les acteurs de base du phénomène possédaient une connaissance spontanée savante, et à quel point, à l’inverse, une sociologie de l’extériorité, traitant le social avec désinvolture, véhiculait de contresens et de préjugés. D’où le recours à la méthode de la "participation observante" - séparée des phases ultérieures de l’objectivation.
 2) Passionné de démographie, d’histoire (de toutes les histoires), de droit, de psychologie, de philosophie, de littérature, d’anthropologie, mais aussi par les apports des sciences à l’explication des phénomènes sociaux, Paul Yonnet ne conçoit pas que la recherche ni l’élucidation puissent avoir lieu à l’intérieur d’une "discipline" seule, artificiellement recluse derrière les remparts qu’elle a (ou aurait) construits. Ardente obligation de l’interdisciplinarité.
 3) La vérité gît dans les livres. Mais il est plusieurs chemins pour y accéder, et notamment la voie littéraire. Il s’ensuit quelques conséquences : il n’est de pensée qu’écrite ; la sociologie, comme la philosophie ou l’ethnologie, est aussi un style et un art littéraire (Raymond Aron, Claude Lefort, Claude Lévi-Strauss) ; l’analyse des oeuvres de la littérature est un temps essentiel de la recherche ; nous pouvons entrer directement dans le cercle magique pour y côtoyer les écrivains (c’est Le Testament de Céline).

Amateur d'art ou consommateur ? Avec Bernard Stiegler aux rencontres organisées par Libre Accès.


(0)
712 Vues
0 commentaire
08.09.2009

Dans l’art et la culture, comme dans tous les domaines, le consommateur a remplacé l’amateur. L’audimat et le marketing ont fait leur entrée dans les musées. Les publics sont devenus des audiences au sens des grands médias de masse. Le rapport aux œuvres devient de plus en plus quantitatif. Ce consumérisme est à l’opposé de cette relation éminemment qualitative et intime qu’un amateur d’art entretient avec les œuvres.
Nous ne sommes plus dans une économie du désir, mais de la dépendance, nous vivons dans une société grégaire où la croissance est devenue une mécroissance : une société du tout-jetable, de l’infidélité, promue par un capitalisme pulsionnel qui fonce dans un mur.

L’honneur d’un temoin. Avec Pierre Schoendoerffer sur Canal Académie.


(0)
474 Vues
0 commentaire
2007

Interview par Elizabeth Antébi du cinéaste mythique, réalisateur de "La 317ème Section" à "L’Honneur d’un Capitaine" jusqu'à "Le Crabe-Tambour".

Maxence Caron s'entretient avec Marc Fumaroli : voyage dans l’inhérente liturgie des arts.


(0)
592 Vues
0 commentaire
03.2009

La sortie de l'ouvrage "Paris-New York et retour – Voyage dans les arts et les images" est le prétexte à cet entretien qui permet à Marc Fumaroli de jetter un long regard sur le monde des arts.
Il discerne, dans l’invasion contemporaine de ce dernier par l’image, une décadence de l’être-au-monde en général. L’image pullulante, terroriste à proportion de fantomatisme, fait évoluer l’homme au sein d’un univers de simulacres qui le coupent de tout référent et le courbent à immanence, ce qu’au contraire l’essence même de l’art permet d’éviter.
A l’industrie des "images-vampires", Marc Fumaroli oppose une conversion à "l’éternel retour de la Beauté", invitant à participer ainsi par elle à l’habitacle où se diffuse, en une même médiation, l’équilibre de la nature et de la grâce, ce visage caché du Christ dans l’art, cette sancta facies abscondita qui est le secret de toute peinture véridique.