Le nationalisme révolutionnaire : perspectives entre tradition et modernité. Avec Gabriele Adinolfi à l'Arcadia à Strasbourg.


(0)
9 Vues
0 commentaire
13.01.2018

L'histoire du nationalisme-révolutionnaire doit permettre de comprendre la nécessité et l'urgence de la mise en oeuvre du programme de combat suivant, tel qu'exposé par Gabriele Adinolfi :
 1. Donner de la profondeur aux identités claniques
 2. Construire autour de soi des autonomies économiques-sociales, locales et répandues
 3. Porter l'assaut corporatif, concret et direct, à la machine capitaliste en Europe
 4. Affirmer l'idée nationaliste-révolutionnaire européenne, allant à la conquête des élites, au cours du processus de constitution de l'Europe favorisé par les frictions avec les USA
Une vision d'avenir pour un continent qui a encore son mot à dire...

République contre démocratie ? Avec Régis Debray et Olivier Abel pour Medyascope TV.


(0)
57 Vues
0 commentaire
2018

En 1989, le philosophe Régis Debray distinguait, dans un article qui a fait date et suite à ce qu'il est convenu d'appeler "l'affaire du voile", les concepts de démocratie à l'ango-saxonne et de république à la française. Car la démocratie, c'est ce qu'il reste de la république quand on éteint les Lumières !
Trente ans après, face à aux revendications communautaires et au désir d'autonomie grandissant des citoyens, l'analyse est-elle toujours la même ?
Olivier Abel, figure bien connue du protestantisme français, lui donne la réplique.

Le théologico-politique en Europe, histoire et actualité d'un problème et d'une perspective. Avec Bernard Bourdin au Cercle Aristote.


(0)
51 Vues
0 commentaire
26.02.2018

Le problème théologico-politique, que l'on pensait résolu depuis le siècle des Lumières, la Révolution française et la laïcité, revient aujourd'hui avec force dans l’actualité. Une des raisons est la mondialisation des religions.
Elles n'évoluent plus uniquement sur leurs espaces historiques traditionnels, mais dans des espaces à forte immigration. L'Europe se trouve être au centre de cette transformation de l’espace.
Il en résulte, par voie de conséquence, un défi nouveau, celui du rapport de ce continent à son histoire. D'où la réactivation du problème théologico-politique et des multiples débats en cours sur la laïcité.
Par rapport à ces défis, l'Europe doit réinterroger la relation du spirituel et du temporel telle que l'avait formulé le christianisme. C’est à la lumière de cette investigation qui s'étend du Moyen Âge tardif au XXe siècle que Bernard Bourdin pose les conditions de possibilités d'un nouveau rapport entre le christianisme et la sphère politique démocratique.

Libéralisme et doctrine sociale de l'Eglise. Avec Christophe Geffroy à Clermont-Ferrand.


(0)
61 Vues
0 commentaire
09.06.2017

Le libéralisme est paré par les uns de toutes les vertus, par les autres de tous les vices. Y a-t-il un ou des libéralismes ? Les différents libéralismes partagent-ils un fond commun ? Y aurait-il un "bon" et un "mauvais" libéralisme ? Peut-on séparer le libéralisme en économie du libéralisme dans les moeurs ? N'y a-t-il pas au fond, malgré les différences, une profonde unité de l'anthropologie libérale ?
C'est en comparant l'idéologie et la pratique libérale avec les enseignements de la doctrine sociale de l'Eglise que Christophe Geffroy nous apporte quelques réponses.

Une conférence organisée par les Associations Familiales Catholiques.

Carl Schmitt : comment éradiquer nos ennemis ? Avec Jean-François Kervegan sur France Culture.


(0)
106 Vues
0 commentaire
24.11.2015

Nous ne faisons plus la guerre comme avant. Ce n'est plus le droit qui la régit, ce n'est plus un affrontement entre Etats. Mais alors... est-ce là la cause du terrorisme ?
Carl Schmitt nous aide à y répondre aujourd'hui, en compagnie de Jean-François Kervegan.

Émission "Les Chemins de la philosophie", animée par Adèle Van Reeth.

Les affects de la politique. Avec Frédéric Lordon à la Sorbonne.


(0)
94 Vues
0 commentaire
18.01.2017

Que la politique soit en proie aux "passions", tout le monde l'accordera. Autrement malaisé serait de faire entendre que les affects constituent son étoffe même. La politique n'est-elle pas aussi affaire d'idées et d'arguments, et les "passions" ne sont-elles pas finalement que distorsion de cet idéal d'une politique discursive rationnelle ?
Le point de vue spinoziste bouscule la fausse évidence d'une antinomie entre les "idées" et les affects. On émet bien des idées pour faire quelque chose à quelqu'un - pour l'affecter. Et, réciproquement, les idées, spécialement les idées politiques, ne nous font quelque chose que si elles sont accompagnées d'affects. Faute de quoi, elles nous laissent indifférents.
En "temps ordinaires" comme dans les moments de soulèvement, la politique, idées comprises, est alors un grand jeu d'affects collectifs.

Une conférence qui s'inscrit dans le séminaire "Actualité de la philosophie et des sciences sociales" organisé par Geoffroy de Lagasnerie.

Le totalitarisme. Avec Marc Crapez au Cercle Aristote.


(0)
105 Vues
0 commentaire
04.12.2017

Marc Crapez, historien des idées politique, s'attache à comprendre la notion de totalitarisme et nous parle de son actualité, sa pertinence et son avenir.
Parce que le monde libre devra toujours s'attacher à comprendre les mécanismes qui engendrent la propagande, l'idéologie et les camps, afin de s'en prémunir et d'organiser la riposte...

L'Union européenne est morte, vive l'Europe ! Introduction à la souveraineté. Avec Jacques Sapir et Coralie Delaume à Sciences-Po Lille.


(0)
117 Vues
0 commentaire
19.01.2018

Cette conférence est l'occasion de revenir sur un malentendu majeur : celui qui fait de l'opposition à l'Union européenne un refus de l'Europe en général. Plus globalement il s'agit d'émettre un bilan de l'Union européenne et de débattre de la notion de souveraineté, indispensable pour la démocratie bien que mal connue, mise au banc par les élites politiques et diabolisée dans les médias.
Coralie Delaume, essayiste, revient sur l'impasse de la construction européenne à partir d'un point de vue historique et en prenant en compte l'influence délétère du triptyque BCE-Commission-CJUE.
L'économiste Jacques Sapir, quant à lui, établit une approche historique et philosophique de la souveraineté. Il rappelle son rapport essentiel au politique et ses modalités d’application dans le champ démocratique à partir des "trois souverainismes" (social, politique et identitaire).

Une conférence organisée par l'association "Critique de la raison européenne".