Penser le politique. Avec Pierre Manent sur KTOTV.


(0)
52 Vues
0 commentaire
12.09.2019

Après une jeunesse toulousaine marquée par le communisme familial, le philosophe du politique Pierre Manent va monter à Paris pour faire l'École Normale supérieure. Suivront quelques rencontres décisives pour la formation de sa pensée, notamment avec Raymond Aron et Léo Strauss.
Nous découvrons ici un itinéraire intellectuel d'une grande richesse, avec des réflexions fondamentales sur la genèse de la modernité, l'évolution des formes politiques (cité, empire, nation) et les défis d'aujourd'hui : quelle place pour les nations ? comment intégrer l'islam ? quelle laïcité voulons-nous ?
Pierre Manent, intellectuel majeur de notre temps, répond à ces questions en pédagogue et en croyant, au fil d'une conversation passionnante qui rend sa pensée accessible à tous.

"7 conversations philosophiques" animées par François Huguenin.

La France, la laïcité et la gauche. Avec Laurent Bouvet sur QUB Radio.


(0)
21 Vues
0 commentaire
15.04.2019

Du point de vue des institutions politiques, la France s'est ralliée au principe de laïcité au début du XXe siècle.
Pour revenir sur l'histoire mouvementé de la laïcité, c'est Laurent Bouvet, professeur de sciences politiques et auteur d'un récent ouvrage sur la question, La nouvelle question laïque (Flammarion, 2019), qui vient nous en rappeler les enjeux et l'actualité.

Émission "Les idées mènent le monde", animée par Mathieu Bock-Côté.

L'emprise du numérique. Avec Mark Hunyadi pour l'Université de Sudbury.


(0)
48 Vues
0 commentaire
2018

Cet entretien avec le professeur Mark Hunyadi vise à appréhender la condition de l'homme numérique, condition qui dépasse la relation instrumentale avec le monde pour en modifier la subjectivité même de l'homme : elle n'impacte pas seulement ce que nous faisons, mais ce que nous sommes, notamment en nous soumettant au principe libidinal qui tend à faire de tout dispositif numérique une extension de soi.
Du coup, l'individu est plus arrimé à son médium technologique qu'au monde lui-même. La vie de l'esprit s'en trouve modifiée : le jugement est remplacé par le calcul, la relation de confiance par le raisonnement assuranciel.
Sur le plan social, c'est le déficit démocratique qui s'en suit et la disparition de l'empathie, comme en témoigne le traitement récent des flux de réfugiés en Europe.

Émission "Ethics Center Podcast", animée par François Côté-Vaillancourt.

Le référendum et l'initiative populaires aux Etats-Unis. Avec Andreas Auer au Collège de France.


(0)
21 Vues
0 commentaire
19.03.2014

Le spécialiste et défenseur de la démocratie directe Andreas Auer nous propose une description des principes institutionnels qui régissent le référendum et l'initiative populaires aux Etats-Unis et de son histoire.
C'est en tant que professeur de droit constitutionnel qu'il nous invite à mieux comprendre la signification politique de ces procédures, très diverse selon la période et le lieu.
Ces mécanismes de démocratie directe ne doivent pas être opposés au gouvernement représentatif, mais compris comme l'ajout de composantes populaires dans l'exercice du pouvoir.

Rome, du libéralisme au socialisme. Avec Philippe Fabry sur Radio Athéna.


(0)
103 Vues
0 commentaire
08.07.2019

Rome a commencé son histoire comme les États-Unis d'Amérique, devenus l'hyperpuissance hégémonique mondiale en moins d'un siècle, et s'est effondrée de la même façon que l'URSS.
Philippe Fabry retrace sur plusieurs siècles l'évolution des mentalités romaines. Il montre que le passage d'une pratique libérale aux origines de la République à un socialisme totalitaire sous l'Empire est la clef permettant de résoudre une des grandes énigmes de l'Histoire : la chute de Rome. Son travail travail unifie toutes les explications proposées à cette catastrophe géopolitique. Elle souligne la "cause des causes" que suggéra Montesquieu : la liberté perdue.
Au-delà de son intérêt pour qui aime comprendre le pourquoi de l'Histoire, cette thèse originale est l'occasion d'entamer une réflexion sur le monde contemporain et sur l'évolution politique, économique et sociale des États-Unis, qui semblent suivre la voie de la Rome antique. Ces derniers sortiront-ils vainqueurs du grand bouleversement du monde contemporain, ou connaîtront-ils la décadence et la destruction ?

Émission du "Rendez-vous des idées politiques", animée par Jean Laporte.

La République française est-elle la fille de la Révolution ? Avec Thomas Branthôme et Alexis Corbière pour La France insoumise.


(0)
79 Vues
0 commentaire
23.08.2019

Qu'est-ce que la République ? Quels sont ses principes et ses valeurs ? Certains prétendent que la République ne serait plus qu'un mot "vide de sens". Pourtant, elle continue de fédérer les Français autour d'un même espoir de "dignité pour tous".
Paradoxalement, l'histoire de la République reste mal connue. Présenter cette histoire controversée et toujours amplement débattue impose de remonter à ses fondements idéologiques à partir de la redécouverte d'Aristote au Moyen Âge qui donna naissance à un "républicanisme classique" qui se répandra des Cités italiennes aux États-Unis d'Amérique. Mais les "Lumières radicales" vont donner à ce républicanisme une connotation particulière en France, en l'associant à la démocratie, ce qu'on a appelé l' "exception républicaine française".
À partir de 1789-1792, la République devient l'objet de grands affrontements politiques et pendant plus d'un siècle source de divisions, parfois même au sein du camp républicain. Plus complexe que ne le laissait jadis entrevoir l'étude téléologique de l'idée républicaine, l'histoire que nous raconte Thomas Branthôme révèle qu'il n'y a pas une tradition républicaine mais plusieurs (conservatrice, libérale, jacobine, plébéienne). Le ralliement de la plupart des traditions politiques à l'idée républicaine au cours du XIXe siècle s'est ainsi faite sous ces couleurs diverses, habillant parfois des conceptions fort opposées.

La droitisation du monde, toujours en marche ? Avec François Cusset à l'Université Populaire d'Amiens.


(0)
58 Vues
0 commentaire
29.01.2018

Cynisme économique, normalisation sociale, conservatisme moral, crispation sécuritaire, recul de la démocratie, et, en réaction, replis nationaux ou folies théocratiques... Toutes ces facettes de notre présent ne seraient-elles pas l'effet d'un unique phénomène, celui d'une droitisation du monde depuis près de 40 ans ?
En effet, on pourrait repérer trois phases majeures de ce tournant à droite : la première, dans les années 80, réussit à faire de la vision néo-libérale prônant dérégulation et concurrence l'opinion dominante, en un véritable coup de force idéologique renversant tous les idéaux collectifs des années 60-70 ; la deuxième, dans les années 90 entre la chute du mur de Berlin et les attentats du 11 septembre, sous couvert de retour au réel et de "fin des idéologies", financiarise allègrement l'économie mondiale en la soumettant aux actionnaires ; et la troisième, dans les années 2000, correspond au tournant sécuritaire qui, au prétexte  d'une "guerre de civilisation", autorise une alliance inédite entre ultralibéraux et néoconservateurs et instaure dans tout le monde occidental l'État policier austéritaire au service des marchés.
Or le régime néo-libéral sécuritaire qui découle de cette triple contrerévolution n'a rien à voir avec le laisser-faire de l'idéal libéral classique, mais constitue un régime normatif et biopolitique qui s'accapare les vies individuelles en régissant les esprits et les corps, aussi bien par l'usage qu'il impose de l'Internet et du téléphone mobile que par ses injonctions à la santé comme à la performance sportive ou sexuelle. Tout contribue ainsi à atomiser les rapports sociaux et à rendre aujourd'hui impensable l'idée de conflit social.
Cependant, un tel tournant à droite est-il fatal et irréversible ? S'intensifie- t-il, ou bien s'infléchit-il ? Ne finira-t-il pas par atteindre un point de non-retour impliquant son implosion ? Et de nouveaux mouvements émancipateurs, aussi diverses que soient leurs formes, n'émergent-ils pas progressivement partout dans le monde pour inverser la trajectoire ?

Histoire de la République en France. Avec Thomas Branthôme pour la revue Regards.


(0)
80 Vues
0 commentaire
06.2019

Alors qu'on peine parfois, aujourd'hui, à s'entendre sur les définitions de république, de laïcité ou de gauche, l'historien du droit et des idées politiques Thomas Branthôme, co-auteur, avec Jacques de Saint Victor, d'une Histoire de la République en France, nous aide à mettre de l'ordre dans ces notions de philosophie politique.

Index chronologique :
 - 00'00 : présentation
 - 00'20 : de l'histoire et du sens du mot "république"
 - 05'55 : de l'articulation entre "république" et "démocratie"
 - 07'45 : de la laïcité
 - 17'35 : du clivage horizontal gauche/droite
 - 24'45 : du clivage vertical peuple/oligarchie
 - 27'10 : de la fin de la cinquième république
 - 31'00 : de la tradition républicaine démocratique vs. de la tradition républicaine monarchiste

Émission "#La Midinale", animée par Pablo Pillaud-Vivien.