Est-ce la fin du populisme de gauche ? Avec Chantal Mouffe et Christophe Ventura pour Le Vent Se Lève.


(0)
47 Vues
0 commentaire
29.06.2019

Après les élections européennes du 26 mai 2019, une analyse lucide des forces de gauche en France et en Europe doit être menée. Il ne s'agit pas tant de discuter des pratiques et des orientations militantes des uns et des autres mais d'interroger l'offre politique dans le "moment populiste" qui est le nôtre.
Car si nous prenons au sérieux ce qu'écrivent les théoriciens du populisme qui se réclament de la gauche -Enersto Laclau, Chantal Mouffe ou Íñigo Errejón-, il est d'une actualité pressante de faire le point sur les fondements, les évolutions et les problèmes de ce qui se présente comme une nouvelle stratégie pour la gauche.

Un débat modéré par Lenny Benbara et qui se tient durant l'université d'été de Le Vent Se Lève, intitulée "L'Histoire recommence".

Histoire et signification de la République en France. Avec Thomas Branthôme pour La France insoumise.


(0)
69 Vues
0 commentaire
23.02.2019

La République est un idéal, gorgé du désir d'un monde meilleur, plus juste, plus démocratique et plus égalitaire. En ce sens, elle est aussi une promesse.
Pourtant, le concept de "République" apparaît aujourd'hui vidé de son sens pour bon nombre de nos concitoyens : à force d'entendre les mêmes grandes déclarations faites d'un assemblage d'éléments de langage désincarnés, tout ceci apparaît comme de la comédie.
Il faut, pour revitaliser la République, procéder à un travail de resignification. Dire d'où elle vient, quelle est sa spécificité, ce qu'elle engage et qu'elle exige.
C'est ce à quoi s'emploie l'historien du droit Thomas Branthôme, afin que la République retrouve son sens perdu et que ceux qui s'en réclament participent à une transformation réelle du monde.

Le populisme en question. Avec Alain de Benoist et Chantal Mouffe sur RT France.


(0)
178 Vues
0 commentaire
01.07.2019

Le nouveau clivage politique en gestation va-t-il se restructurer entre les populistes illibéraux et les partis libéraux de l'oligarchie comme le pense Alain de Benoist, ou entre populistes de droite et populistes de gauche comme le soutient Chantal Mouffe ?
Pour comprendre les enjeux de cette querelle autant interprétative que performative, il faut écouter attentivement ce débat entre les auteurs de Le moment populiste : droite-gauche, c'est fini ! (Pierre-Guillaume De Roux, 2017) et Pour un populisme de gauche (Albin Michel, 2018).
Une chose est certaine : les fronts bougent, et la bataille politique ne fait que commencer !

Émission "Interdit d'interdire", animée par Frédéric Taddeï.

Le mythe de la gauche populaire. Avec Pierre Le Vigan, Pascal Eysseric et Olivier François aux Chroniques de la Vieille Europe sur Radio Courtoisie.


(0)
204 Vues
0 commentaire
24.07.2012

Alors que le think tank Terra Nova est devenu la tête pensante du Parti Socialiste français en l'invitant à ne plus s'adresser qu'aux minorités, plusieurs jeunes intellectuels de gauche ont réagi pour créer le collectif de "La Gauche populaire".
Une révolution dans cette famille politique ? Mais quelles sont les chances de réussite de cette attaque de front contre l'idéologie libérale du Parti Socialiste ? Et entre anathèmes et procès en sorcellerie, quelles stratégies médiatiques de diabolisation seront mises en place pour les faire taire ?

Une émission présentée par Patrick Péhèle, en collaboration avec la rédaction de la revue "éléments".

Le peuple et les élites. Avec Patrick Buisson et Alain Minc à Répliques sur France Culture.


(0)
226 Vues
0 commentaire
12.11.2016

Tout oppose Alain Minc, l'auteur de La mondialisation heureuse, et Patrick Buisson qui vient de publier La cause du peuple. Et pourtant, entre 2007 et 2012, ils ont été les conseillers du même Prince, le président alors au pouvoir Nicolas Sarkozy.
Ils ne le voyaient pas aux mêmes heures, ne lui tenaient pas le même discours et ne lui faisaient pas les mêmes suggestions. Et pourtant le fait est là et constitue un paradoxe qui demande d'être élucidé.
Quel bilan tirent-ils de leur expérience ? Et que représente pour eux ce "moment Sarkozy" ?

La nouvelle lutte des classes. Avec Yvan Blot à l'Association Dialogue Franco-Russe.


(0)
166 Vues
0 commentaire
2018

Le paysage politique est bouleversé depuis une vingtaine d'années mais les politiciens n'ont en général pas compris ce qui se passe : l'ancienne lutte des classes, patrons contre ouvriers, a pratiquement disparu mais une nouvelle lutte des classes est apparue selon de nouveaux clivages où la dimension culturelle l'emporte sur l'économique. Car les trois maux qui affectent la grande majorité de la population sont, aujourd'hui, l'immigration de masse, l'insécurité et la relégation.
Entre la France des parasites et celle qui travaille, il y a une incompréhension croissante. Ceux qui souffrent s'abstiennent ou votent pour les partis populistes. Au contraire, ceux qui profitent des avantages de la mondialisation ont un mépris croissant à l'égard de la France périphérique (Christophe Guilluy) qu'elle juge xénophobe, raciste, inculte et repliée sur un passé mythifié.
La clé pour comprendre la nouvelle sociologie politique est donc celle de la souffrance : ceux qui ne souffrent pas ne comprennent pas et jugent ceux qui souffrent en les condamnant moralement. Cette situation nous prépare de grands bouleversements politiques devant lesquelles les élites restent aveugles...
La parole du peuple sera-t-elle entendue ? Les politiques courageuses qui doivent être mises en oeuvre seront-elles entreprises ?

Faut-il avoir peur du populisme ? Avec Laurent Bouvet et Jean-Pierre Le Goff à Répliques sur France Culture.


(0)
128 Vues
0 commentaire
17.03.2012

Alors que les politiques semblent avoir perdu le sens du peuple, le politologue Laurent Bouvet et le sociologue Jean-Pierre Le Goff analysent la montée des populismes, sorte de rejet instinctif d'une classe dirigeante qui aurait oublié les classes populaires.
Ceux qui s'inscrivent dans un destin national, ceux qui continuent à porter le projet démocratique, ceux qui veulent continuer à croire dans la possibilité d'une aventure collective, à ceux-la il faut absolument prendre en compte les revendications du peuple, abandonné depuis si longtemps.

Démocratie : marketing politique pour les pauvres ? Avec Francis Dupuis-Déri sur ThinkerView.


(0)
175 Vues
0 commentaire
25.02.2019

Zapatistes, altermondialistes, Indignés, Occupy, Printemps érable, Nuit debout, zadistes ou Gilets Jaunes ? Alors que ces mouvements populaires sont présentés par certains comme l'incarnation de l'idéal de la démocratie directe, d'autres n'y voient que des mobilisations parfois sympathiques mais surtout insignifiantes, quand ils ne tentent pas de les discréditer en les associant à la violence ou au racisme.
S'appuyant sur une très bonne connaissance des expériences militantes ainsi que de l'histoire des pratiques démocratiques, y compris hors de l'Occident, Francis Dupuis-Déri propose une réflexion inspirée et critique. Il présente de manière dynamique la lutte entre l'agoraphobie et l'agoraphilie politiques, soit la haine et l'amour de la démocratie directe, dévoilant les arguments et les manoeuvres des deux camps.
Il discute aussi du rapport délicat entre le peuple assemblé à l'agora pour délibérer (le dêmos) et celui qui descend dans la rue pour manifester, voire pour s'insurger (la plèbe).
À la fois original et provocateur, le travail de Dupuis-Déri est d'autant plus stimulant qu'il se situe à la croisée des chemins entre la philosophie politique, l'anthropologie et la sociologie.