L’humanitaire a-t-il tous les droits ? Avec Rony Brauman à Politique Autrement.


(0)
403 Vues
0 commentaire
22.01.2008

L’affaire de l’Arche de Zoé a mis en évidence une sorte de nouvelle innocence bourrée de "bonnes" intentions. Sauver des enfants en les arrachant à leur milieu d’origine est devenu partie intégrante d’une logique de l’urgence qui fait fi de la réalité des situations et des peuples.
À quels effets délétères conduit une tel angélisme ? D’où vient cette interprétation de l’aide humanitaire ?

Néolibéralisme ! Avec Christian Laval sur Radio Aligre.


(0)
498 Vues
0 commentaire
18.11.2008

Le sociologue Christian Laval fait la généologie de l'idéologie néolibérale, en illustrant sa démonstration par la construction européenne, fondée sur une vision ordolibérale.
Emission "J'ai dû louper un épisode".

Souveraineté populaire : de quoi parle-t-on ? Par Florence Gauthier à Paris.


(0)
337 Vues
0 commentaire
28.03.2009

Démocratie est certainement un des mots les plus employés par les responsables politiques. Il est présenté tour à tour comme le symbole des sociétés avancées, de la lutte contre le totalitarisme et de la fin du système soviétique. Nous sommes tous démocrates, la cause est entendue. Une belle unanimité qui permet au passage d’effacer une évidence : la démocratie est le pouvoir du peuple. Elle est la souveraineté populaire !
Communication prononcée dans le cadre du "Colloque sur la souveraineté populaire", organisé par l'Association pour une Constituante, Droit-Solidarité, Mémoire des luttes et Utopie critique.

L'anthropologue et le politique. Avec Jean-Loup Amselle sur Fréquence Protestante.


(0)
508 Vues
0 commentaire
15.09.2012

On pourrait s’étonner de voir un anthropologue placer sa discipline sous l’égide du politique –et non de la politique, encore que les deux domaines soient liés–, puisqu’il est censé s’occuper d’un objet lointain, par essence non- ou a- politique : le sauvage, le primitif, le traditionnel, quel que soit le nom que l’on donne à l’altérité ou à l’alternative exotique.
En effet, le sauvage en tant qu’autre absolu, peut apparaître comme une alternative à notre monde occidental fatigué, à notre démocratie frappée par la crise de la représentation. Et l’on évoquera ici tous les auteurs, et non des moindres, Lévi-Strauss notamment, qui, dans une filiation primitiviste inspirée de Rousseau, croient trouver dans les sociétés primitives des remèdes à notre mal-être ou à notre désenchantement démocratique. Ces auteurs voient ainsi dans la palabre africaine un substitut avantageux au vote qui, pour eux, à l’inconvénient de cliver le corps social. Dans la même veine, ils cherchent dans les chartes des empires ouest-africains médiévaux des éléments juridiques anticipant sur les droits de l’homme.
Mais ce primitivisme, s’il appartient en propre aux anthropologues les plus conservateurs, n’épargne pas pour autant leurs collègues plus progressistes. Ainsi, la focalisation de Balandier sur la "situation coloniale" de l’Afrique dans les années 1950 ne l’a pas pour autant empêché de développer des vues extrêmement contestables et datées sur l’islam.
C’est en effet un déni d’historicité qui frappe la démarche anthropologique dans son ensemble puisque celle-ci s’est attachée à décrire et à analyser des "cultures" censées être restée semblables depuis l’aube des temps. Ce refus de l’histoire, et la dépolitisation qui l’accompagne, se manifeste également dans le domaine des langues et de l’art dans la mesure où ces entités sont considérées hors du temps et sont abstraites des relations qu’elles nouent les unes avec les autres. Le primitivisme interdit ainsi de saisir les réseaux qui expliquent la naissance et la disparition des langues ou encore d’appréhender les liens qui existent entre la représentation du corps sauvage et celle du corps ouvrier, par exemple.
Enfin, Jean-Loup Amselle abordela société française contemporaine puisqu’il s’efforce de montrer le phénomène de "culturalisation" de la vie politique, intervenu au cours du quinquennat de Sarkozy et qui s’est prolongé au cours de la dernière campagne présidentielle.

Théorie du genre et subversion du droit. Avec Drieu Godefridi à l'Institut Turgot.


(0)
338 Vues
0 commentaire
20.03.2013

La théorie du genre, dans sa forme la plus aboutie, nie la naturalité du sexe pour n’y voir qu’une construction purement culturelle. Elle considère que le modèle sexuel actuel -homme, femme- n’a d’autre fonction que d’assurer le primat de l’hétérosexualité et du masculin, en réprimant les modèles divergents.
Elle en appelle, dès lors -et logiquement- à éliminer toute référence au masculin et au féminin, et à porter le fer jusqu’au cœur de la loi, car ces références, explique-t-elle, ne sont que le paravent de "relations de pouvoir" illégitimes et oppressives.
La plupart des Français n'ont découvert l’existence de cette étonnante théorie qu’à l’occasion du débat sur le mariage homosexuel. Soit un an après l’adoption, au Conseil de l’Europe, de la Convention d’Istanbul contre les "violences de genre", qui consacrait la version la plus radicale de cette théorie.
Comment une prise de pouvoir aussi massive a-t-elle pu se réaliser de manière subreptice ? Quel est l’empire réel du "genre" sur le droit, en France et en Europe ? Quels sont les fondements et les objectifs ultimes de l’idéologie du genre ?
Telles sont les questions sur lesquelles Drieu Godefridi est venu nous entretenir.

La régression intellectuelle de la France. Avec Philippe Nemo à l'Institut Turgot.


(0)
522 Vues
0 commentaire
23.06.2011

Dans ce petit essai qu'est "La régression intellectuelle de la France", Philippe Nemo montre comment les libertés d'expression et d'opinion sont, dans notre pays, victimes d'un véritable processus de régression de la pensée qui affecte profondément le débat public, et conduit à la multiplication de tabous et d'interdits à caractère magico-religieux.
Il y dissèque notamment la manière dont les "lois de censure" que sont la loi Gayssot, la loi sur la HALDE, les lois dites "mémorielles" conduisent à une complète dénaturation des principes fondamentaux du droit et de la justice.
"On ne raisonne plus dans le pays, conclue-t-il, en termes de vrai et de faux, mais, comme dans les sociétés primitives, de pur et d'impur. En conséquence, la France connaît ces années-ci une situation de régression intellectuelle caractérisée qui l'empêche de penser rationnellement son avenir".

Où va la justice française ? Avec l'avocat pénaliste Maître Jacques Trémolet de Villers sur Radio Courtoisie.


(0)
1093 Vues
0 commentaire
06.02.2009

L'émission se déroule dans le cadre du libre journal de Catherine Rouvier et porte sur les problèmes de procédure pénale, la place du juge d'instruction, et plus généralement sur l'histoire et la philosophie du droit.
L'on découvre également les spécificités du droit français (tradition civiliste), par rapport au droit anglo-saxon, coutumier (tradition jurisprudentielle).

Le livre noir de la censure. Avec Emmanuel Pierrat à la Bibliothèque municipale de Lyon.


(0)
417 Vues
0 commentaire
19.06.2008

La censure est aujourd'hui omniprésente dans notre société, qui pourtant accorde une place envahissante à l'information.
C'est ce paradoxe qu'Emmanuel Pierrat s'attache à décortiquer : le "Livre noir de la censure" met en évidence, grâce aux multiples contributions de ses auteurs, l'étendue du pouvoir de la censure, des moeurs à la religion en passant par la santé et l'humour, et montre à quel point elle a su changer d'aspect, les siècles passant, et se mêler au courant des nouvelles technologies.
Un état des lieux inédit, privilégiant une analyse argumentée et essentiellement juridique, d'un phénomène bien plus étendu que ne le laissent entrevoir les récentes affaires portées sur le devant de la scène médiatique.