Les résistances au travail (1936-1944). Avec Michael Seidman sur Radio Libertaire.


(0)
38 Vues
0 commentaire
2018

Les travaux de Michael Seidman nous montrent la continuité des résistances au travail, en grande partie ignorée ou sous-estimée par les théoriciens et historiens du XXe siècle.
Au moment des fronts populaires, les ouvriers ont persévéré dans leurs pratiques antérieures qui donnaient déjà le caractère extérieur, utilitaire du sens de leur travail : des refus directs et indirects, par l'absentéisme, le coulage de cadence, le vol, la grève, etc. Les ouvriers se révoltaient contre un ensemble de disciplines, y compris celles imposées par les organisations ouvrières, car si les salariés souhaitaient contrôler leurs lieux de travail, c'était généralement afin d'y travailler moins !
Il nous est possible de voir, dans ces affrontements entre ouvriers et organisations ouvrières, des collectivités barcelonaises aux usines aéronautiques parisiennes, la contradiction interne des mouvements ouvriers, qu'ils aient été révolutionnaires ou réformistes. L'impossibilité d'un triomphe de la classe du travail, en tant que telle, se manifeste sous sa forme la plus empirique. C'est la faillite d'un programme ouvrier dans ses propres termes, alors sommé de se réaliser dans un moment critique.

Émission "Sortir du capitalisme", animée par Armel Campagne.

La sécurite, catégorie fondamentale du Capital. Avec Memphis Krickeberg sur Radio Libertaire.


(0)
37 Vues
0 commentaire
2017

La "sécurité", des "politiques sécuritaires" répressives (renforcement des moyens policiers, État d’urgence, vidéo-surveillance) aux discours politiciens contre "l'insécurité", est partout, au point qu'une critique légitime des institutions et des technologies sécuritaires s'est largement développée des libéraux de gauche jusqu'aux anarchistes.
On ne peut toutefois en rester à cette critique et à une dénonciation des "mauvaises sécurités" (répressives) au nom des "bonnes sécurités" (sociale, de l'emploi, des personnes, etc.) : la sécurité est une catégorie fondamentale du capitalisme, elle est l'ensemble des rapports sociaux et des dispositifs visant à une reproduction optimale de l'ordre capitaliste au travers de l'élimination des "risques", qu'il s'agisse d'éliminer celui d'une révolution aux moyens de la "sécurité sociale" en 1945 ou de celui d'une perturbation de l'économie et ses agents aux moyens de la "sécurité intérieure" et de la "sécurité civile".
Il faut donc se défaire du fétichisme de la sécurité, c'est-à-dire de sa naturalisation positive comme de son opposition à la "liberté" (également capitaliste), puisque la sécurité est en réalité celle du capitalisme et de son monde.

Émission "Sortir du capitalisme", animée par Armel Campagne.

Histoire critique de l'état d'urgence. Avec Marius Loris sur Radio Libertaire.


(0)
86 Vues
0 commentaire
19.01.2016

Alors que le Parlement français vient d'approuver la prolongation de l'état d'urgence à la suite des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, il est important de ce demander d'où il procède.
Sur le plan légal, la la loi votée le 3 avril 1955, préparée sous le gouvernement de Pierre Mendès France et votée sous le gouvernement suivant dirigé par Edgar Faure, a été mise en vigueur trois fois durant la guerre d'Algérie : 1955, 1958 au moment de la crise de la IVe République et en 1961 durant le putsch des généraux.
Dès le départ, il y a une ambiguïté dans les termes de cette loi : l'état d'urgence est choisi plutôt que l'état de siège, afin de taire l'existence de la guerre d'Algérie mais aussi de nier le statut de combattants aux nationalistes algériens.
Cette ambiguïté demeure aujourd'hui et doit être réinterprétée avec les enjeux du moment.

Émission "Sortir du capitalisme", animée par Armel Campagne.

Jeux Olympiques, une institution capitaliste et une mystification idéologique. Avec Jean-Marie Brohm sur Radio Libertaire.


(0)
140 Vues
0 commentaire
2016

Jean-Marie Brohm, sociologue et théoricien critique du sport capitaliste, nous propose une analyse critique des Jeux Olympiques comme institution capitaliste et comme mystification idéologique.
Dans un deuxième temps, il revient sur l'histoire des Jeux Olympiques modernes (notamment des Jeux Olympiques de Berlin de 1936) et sur la personnalité de Pierre de Coubertin.

Émission "Sortir du capitalisme", animée par Armel Campagne.

Sortir du travail-marchandise, ou barbarie. Avec José Chatroussat sur Radio Libertaire.


(0)
99 Vues
0 commentaire
29.03.2016

C'est en discutant des thèses de John Holloway dans Crack Capitalism avec son traducteur José Chatroussat qu'une critique radicale
du travail-marchandise est formulée.
Soutien au mouvement d'opposition au projet de loi-travail, esquisse d'un faire contre-et-au-delà du travail et du capitalisme : autant de propositions concrètes qui doivent nous permettre d'agir pour combattre le capitalisme ici et maintenant.

Émission "Sortir du capitalisme", animée par Armel Campagne.

30 ans après Tchernobyl, pour une critique radicale du capitalisme nucléaire. Avec Jean-Marc Royer sur Radio Libertaire.


(0)
82 Vues
0 commentaire
26.04.2016

Jean-Marc Royer, ingénieur de l'École nationale d'aviation civile et diplômé de l'université en histoire, nous propose une critique radicale du nucléaire entendu comme "crime contre l'humanité", comme stade suprême du capitalisme (et sa logique mortifère), et comme "fils ainé" du mode de connaissance scientifique.
Après une analyse du Projet Manhattan où la recherche d'une solution visant à causer le maximum de dégâts et de pertes en vies humaines au mépris de toute considération humaine (solution mise en oeuvre lors des bombardements de Hiroshima-Nagasaki), c'est à un bilan sur l'actualité du combat anti-nucléaire que nous sommes conviés, via une exposition de l'état du désastre de Fukushima.

Émission "Sortir du capitalisme", animée par Armel Campagne.

Crack Capitalism ! Autour de John Holloway. Avec José Chatroussat sur Radio Libertaire.


(0)
64 Vues
0 commentaire
16.02.2016

John Holloway, sociologue "libertaire" (anti-étatiste, anti-autoritariste, anti-"avant-guardisme"), marxien et altermondialiste, proche des zapatistes et des luttes au Mexique, a sorti un livre remarqué : Crack Capitalism. 33 thèses contre le capital.
C'est en compagnie de son traducteur José Chatroussat que nous pouvons aborder ses théories des "brèches" et de l'émancipation et sa critique radicale du capitalisme.

Émission "Sortir du capitalisme", animée par Armel Campagne.

Analyse critique des médias capitalistes et des médias altercapitalistes. Avec Sylvain Quissol sur Radio Libertaire.


(0)
113 Vues
0 commentaire
2017

En réponse à une critique des médias de l'altercapitalisme étatiste de gauche -sans parler de celle d'extrême-droite-, nous est proposée une autre théorie critique des médias capitalistes, critique qui se veut marxienne, debordienne, loin de tout complotisme et de tout étatisme.
C'est l'approche structurelle qui est privilégiée, afin de comprendre les médias capitalistes en tant qu'entreprises devant participer à la course au profit, étudier les journalistes dans leur conformisme de classe et comme "idéologues actifs" (Marx, L'idéologie allemande).
Dans un deuxième temps, ce sont les critiques altercapitalistes-étatistes de gauche (Acrimed, Pierre Carles, Les nouveaux chiens de garde) et de leurs alter-médias (Fakir) qui sont étudiés et critiqués en dénonçant notamment leurs glissements conspirationnistes, confusionnistes et autoritaires.
L'émission se clot sur un appel à la poursuite du travail des auto-médias de lutte non-professionnels et libertaires.

Émission "Sortir du capitalisme", animée par Armel Campagne.