1938, il faut sauver les archives d'Husserl. Avec Bruce Bégout sur France Inter.


(0)
53 Vues
0 commentaire
25.09.2018

Il n'est pas question ici de traiter de la phénoménologie de Husserl en tant que telle, mais de savoir comment les archives de Husserl sont passées à Louvain, y devenant alors une source importante de la pensée contemporaine.
Car dans ses dernières années, Husserl, d'origine juive, avait été ostracisé. Après sa disparition, ses papiers que conservait sa veuve, contrainte à l'isolement, étaient à la merci des nazis. Or ces papiers, quelque 40'000 feuillets, représentaient une vie de travail. Husserl, homme de peu de publications, y avait jeté ses réflexions qu'il notait en sténo tant elles se bousculaient.
L'été 1938, un franciscain belge, Von Breda, vient  proposer à Madame Husserl d'organiser un transfert de ces archives vers l'Université de Louvain. Mais il faut transférer aussi les deux assistants de Husserl, seuls à même de déchiffrer les textes, Madame Husserl elle-même, la bibliothèque et, à tout prendre, les cendres du maître. C'est difficile, dangereux. Hitler a commencé ses attaques contre la Tchécoslovaquie, l'Europe se mobilise, le temps presse.
Mais il est ici question de Von Breda plus que de Husserl. Le franciscain savait d'instinct qu'en la circonstance, il gardait la liberté de soulever le joug. Il la prit. Le joug n'existe que parce que nous tendons le cou.
Quelque chose de la pensée européenne se joua ici.

Émission "La marche de l'histoire", animée par Jean Lebrun.

Le Général et l'OTAN. Avec Maurice Vaïsse sur France Inter.


(0)
153 Vues
0 commentaire
14.02.2018

Le 21 février 1966 – lors d’une grande conférence de presse – le Général de Gaulle annonce "qu'au terme de la prochaine échéance de ses engagements avec l'Alliance atlantique, les soldats français quitteront le giron de l'OTAN et que toutes les forces militaires étrangères – stationnées sur le territoire national – passeront sous commandement français" !
Dans les milieux diplomatiques, la nouvelle provoque une onde de choc… Dans la presse également, mais c’est sans conteste aux États-Unis que l’émotion est la plus grande. À Washington, en effet, le président Johnson fustige l’attitude de la France. Car en plein contexte de guerre froide, la décision prise par Paris est vécue outre-Atlantique, comme une trahison.
Aujourd'hui, plus de 70 ans après les faits, l'affaire de la "sortie de la France du commandement intégré de l'OTAN" reste encore très mal comprise. Perçue le plus souvent comme un acte de politique étrangère brutal, on l'associe à une rupture définitive de la France avec l'Alliance atlantique... alors qu'il n'en est rien : en vérité, la France n'a jamais quitté l'OTAN !

Émission "Affaires sensibles", animée par Fabrice Drouelle.

Radioscopie : Jean Cau répond aux questions de Jacques Chancel sur France Inter.


(0)
109 Vues
0 commentaire
25.10.1978

Jean Cau, écrivain et journaliste, fait le bilan des dix années qui le séparent de son premier entretien avec Jacques Chancel en 1968.
Bien que le déclin soit partout perceptible, il semblerait que de nouvelles voix, libres, se fassent à nouveau entendre...

Remède à la mélancolie. Avec Jean Clair sur France Inter.


(0)
204 Vues
0 commentaire
17.01.2016

Notre apothicaire de l'âme est écrivain, académicien, conservateur général du patrimoine et ancien directeur du musée Picasso. Il a aussi enseigné l'histoire de l'art à l'Ecole du Louvre, et a déjà été le commissaire de grandes expositions nationales et marquantes. C'est à lui que l'on doit la magistrale exposition de 2005 au Grand Palais et le merveilleux catalogue qui en découle : Mélancolie. Génie et folie en occident.
On peut dire aussi qu'il est docteur en spleen, chercheur en acédie, et gouteur de lait noir. Un homme d'images, au nom de guerre qui évoque pourtant le contraire de la sombreur. Auteur d'un Journal Atrabilaire, il confie dans son dernier carnet, entretenir avec lui-même des rapports difficiles. Trouvant refuge dans les livres, il cite une phrase de Flaubert qui pourrait être la devise de cette émission : "Le seul moyen de ne pas être malheureux, c'est de s'enfermer dans l'art et de compter pour rien tout le reste"...

Une émission animée par Eva Bester.

Radioscopie : Jean Cau répond aux questions de Jacques Chancel sur France Inter.


(0)
134 Vues
0 commentaire
17.09.1976

Jean Cau, écrivain et journaliste, revient sur le parcours intellectuel qui a été le sien. De proche collaborateur de Jean-Paul Sartre au prix Goncourt en 1961 avec La Pitié de Dieu, il commente l'évolution politique dont on le crédite qui l'a conduit à attaquer vertement le quotidien Le Monde.
Revenant sur ses origines modestes, il parle de son amour du peuple, de la responsabilité des hommes politiques qui se posent en conducteurs d'hommes et du rôle que l'écriture joue dans sa vie d'homme de plume.

30 juin 1988 : le schisme de Monseigneur Lefebvre. Avec Bernadette Sauvaget sur France Inter.


(0)
135 Vues
0 commentaire
12.09.2016

"Schisme" : à prononcer et entendre ce mot, on a le sentiment quasi immédiat d’être renvoyés à nos manuels d’histoire. Et pourtant, le schisme de Monseigneur Lefebvre s'est déroulé il y a à peine trente ans. Le 30 juin 1988, l'archevêque Marcel Lefebvre consacre quatre évêques contre la volonté du Pape. Cet acte provoque son excommunication et le dernier schisme, à ce jour, de l'Eglise catholique.
Le schisme, dans le cas de la religion catholique, s'exprime par le refus de la soumission au Pape ou de la communion avec les membres de l'Église qui lui sont soumis. Il est souvent le résultat d'une confrontation doctrinale ou théologique. L'histoire du schisme lefebvriste, c’est l'histoire de l'affrontement entre deux Églises, une Église intégrale et une Église moderne. C’est l'histoire de deux mouvements contraires, dont la confrontation, sur plus d'une décennie, ne pouvaient amener qu'à la rupture : d'un côté une volonté, celle de Rome, de faire évoluer le catholicisme au rythme de son temps, de son époque, de la modernité. De l'autre un refus, celui de Monseigneur Lefebvre et de ses fidèles, de rompre avec la tradition, l'autorité et l'ordre. Deux voix contraires, qui reflètent deux visions du monde.
A travers le parcours de Marcel Lefebvre, les origines et les conséquences du schisme, cet événement nous plonge au cœur de la religion catholique contemporaine, interroge son rapport à la société et à la politique et surtout souligne la particularité de la France au cœur de ces questions. Comment, celle qui fût "la fille aînée de l'Église" avant de faire de la laïcité l'un des piliers de son système républicain, est-elle devenue le théâtre privilégié des mouvements intégristes ? En quoi le schisme lefebvriste reflète-t-il aussi une singularité française face à ces mouvements, et ce, jusqu'à aujourd’hui ?

Émission "Affaires sensibles", présentée par Fabrice Drouelle.

Remède à la mélancolie. Avec Etienne Klein sur France Inter.


(0)
113 Vues
0 commentaire
22.03.2015

Le temps d'apprendre à vivre il est déjà trop tard... Chers amis au coeur tendre et à la mélancolie passagère, au fond, savons-nous vraiment ce qu'est le temps ?
En compagnie d'un spécialiste de la question, Etienne Klein, nous méditions ce matin quelques paroles quantiques.
En haut des cîmes avec un (petit) verre de rhum, quelles sont les nouvelles du monde? C'est extra ! s'écrie Léo.

Le meurtre et le martyre en Occident. Avec Philippe Buc sur France Inter.


(0)
111 Vues
0 commentaire
30.03.2017

Robespierre qui fait le sacrifice de sa vie et tue les autres d'un même mouvement… Les vieux bolcheviks pourchassés par Staline et qui s'offrent en victimes consentantes, se félicitant que le drapeau rouge qui triomphera des ennemis de classe contienne aussi une goutte de leur sang… Sans doute ces martyrs du temps de la Nation et de la Révolution seraient-ils étonnés d'être rapprochés des croisés, des fanatiques de l'Apocalypse du Moyen-Âge et des ligueurs des guerres de religion.
Mais le pari que fait Philippe Buc est d'interroger les origines de ces formes de violence qui ne disparaissent jamais en Occident : régulièrement, elles ressurgissent des profondeurs, leur force de destruction restée intacte, quel que soit le renouvellement du terrain de surface. Le nom de Dieu a pu disparaître en apparence ou être remplacé par ses frères jumeaux - l'État, la Nation, la Révolution -, mais n'y a-t-il pas une matrice commune ? Et comme il convient de prendre le religieux au sérieux, ne faut-il pas la chercher dans le christianisme ?
On va se récrier. Le Christ a dit "Remets ton glaive au fourreau" et le christianisme a pu amener à la pacification voire au pacifisme, en passant par les droits de l’homme. Bien sûr. Mais il a été dit aussi "Qui n’est pas avec moi est contre moi". Et le dernier livre du Nouveau Testament s’appelle… l'Apocalypse : le temps dernier est bi-partite, il amène la paix mais on baigne dans le sang jusqu'aux chevilles.
L'hypothèse développée ici est de se tenir du côté obscur de la Force : "Je ne suis pas allé venu apporter la paix mais le glaive"...

Émission "La marche de l'histoire", animée par Jean Lebrun.