La Contre-révolution. Avec Jean-Clément Martin sur France Inter.


(0)
256 Vues
0 commentaire
25.10.2011

A Chou En Laï, le premier ministre de Mao, on demandait : "La Révolution française a-t-elle été une réussite ?" Il répondait : "C'est trop tôt pour le savoir, l'histoire le dira."
Effectivement, au XXIème siècle -et en Chine particulièrement-, on croit beaucoup moins qu'avant à l'efficacité des révolutions pour changer le monde. L'homme échoue quand il cherche à introduire brutalement une nouvelle temporalité.
Les français, accoutumés à voir en leur Révolution la ligne de partage essentielle, en sont troublés. Quelle part de légitimité faut-il accepter de redonner à la culture contre-révolutionnaire, qui infuse à bas bruit dans notre société ? Dans l'uniformité gelée du répertoire politique contemporain, peut-elle jouer un rôle fécond ?

Émission "La marche de l'histoire", animée par Jean Lebrun.

Radioscopie : René Barjavel répond aux questions de Jacques Chancel sur France Inter.


(0)
244 Vues
0 commentaire
02.06.1969

Alors que son roman La Nuit des temps est un succès, René Barjavel se livre au micro de Jacques Chancel.
Il nous parle de son enfance, de son amour des activités artisanales et de ses débuts dans le monde du journalisme et de l'édition.
Enfin, il parle de son travail d'écrivain et des perspectives d'avenir qu'il entrevoit pour l'espèce humaine, dignes d'un scénario de science-fiction !

1975, année érotique. Avec Ovidie sur France Inter.


(0)
420 Vues
0 commentaire
11.05.2017

Exhibition, Change pas de main, Les Tripoteuses, Le sexe qui parle, A bout de sexe... : en 1975, les affiches de films aux titres plus ou moins allusifs fleurissent dans les rues de France. Le cinéma érotique, porno, blue, rose, X, hard, selon la terminologie employée, connaît un âge d’or sans précédent et sans suivant. Les salles n’ont jamais été aussi remplies, les acteurs s’amusent, les réalisateurs aussi, les producteurs se frottent les mains, et les bien-pensants restent discrets. Sept ans après les appels de Mai 1968 à une "jouissance sans entrave", la libération des mœurs semble bel et bien en cours.
Ce dévergondage du cinéma, c’est un homme politique, de droite, qui l’a encouragé : Valéry Giscard d’Estaing, le plus jeune président de la République jamais élu jusqu'alors. L’érotisme, puis la pornographie, sortent de la clandestinité, dans une société pourtant marquée par le conservatisme moral des années De Gaulle puis Pompidou. Après quelques mois d’une liberté quasi sans freins, le vent rose qui souffle sur la France retombe à la fin de l’année 1975, bridé par les contradictions d’une société divisée.
Puritanisme et esprit libertaire, érotisme et pornographie, art et industrie, libération du corps et féminisme : les tâtonnements sont légions en 1975, surtout en ce qui concerne la question du sexe et de ses représentations.
Retour sur une année osée, dégoûtante pour certains, enchantée pour d’autres, entre revendications, transgression, hédonisme et société de consommation. Une immersion nostalgique et licencieuse...

Emission "Affaires sensibles", animée par Fabrice Drouelle.

Les Nouveaux Philosophes : faux mouvement, vraie rupture ? Avec Aude Lancelin sur France Inter.


(0)
370 Vues
0 commentaire
04.01.2017

Depuis plusieurs années, de Michel Onfray à Éric Zemmour, en passant par Alain Finkielkraut ou Michel Houellebecq, qu’il soit professeur, éditorialiste ou écrivain, la figure de l’intellectuel médiatique s’est imposée. Par ses interventions télévisées, elle rythme le débat d’idées au sein de la société française. Ces derniers temps, les thèmes estampillés : perte d’identité, déclin de la culture, suicide de la nation, attestent d’une droitisation des discours.
En forçant un peu le trait, on pourrait dater la naissance de l’intellectuel médiatique au 27 mai 1977. Ce soir-là, sur le plateau de l’émission Apostrophes, les Français découvrent les "nouveaux philosophes". Cette expression désigne un groupe d’intellectuels, aux profils et aux parcours différents, mais qui se retrouvent sur un point : en finir avec la pensée marxiste qui, selon eux, domine la scène intellectuelle française de l’époque et mener un nouveau combat : celui de l’antitotalitarisme.
Si la querelle des Anciens et des Modernes se déroulait sur les bancs de l’Académie française, la naissance des "nouveaux philosophes" se fait à la télévision, avec, à sa tête, un tout jeune chef de file : Bernard-Henri Lévy.
Pourquoi cette aventure intellectuelle fut-elle dénoncée comme un coup médiatique ? En quoi a-t-elle changé le paysage intellectuel et politique français ? Comment a-t-elle consacré la télévision comme principale tribune de l’intellectuel contemporain ?

Emission "Affaires sensibles", animée par Fabrice Drouelle.

Jacques Chancel s'entretient avec Henri Vincenot, sur France Inter.


(0)
439 Vues
0 commentaire
16.04.1975

Jacques Chancel nous propose une rencontre avec l'écrivain, le conteur et l'historien des chemins de fer qu'est Henri Vincenot. Cet amoureux de la Bourgogne et de la vie campagnarde revendique l'usage du parler local dans la langue française, et c'est en revenant sur son parcours qu'il nous explique le sens de son travail d'écriture.
Ses propos sont d'ailleurs bien autre chose qu'une simple conversation : il s'agit d'une méditation sur le Progrès, cette logique implacable qui détruit le vieux monde, celui que nous raconte encore Henri Vincenot.

Jacques Chancel s'entretient avec Bertrand de Jouvenel, sur France Inter.


(0)
249 Vues
0 commentaire
09.09.1976

Bertrand de Jouvenel, journaliste et essayiste, revient sur son parcours et son oeuvre.
Après avoir abordé son enfance et ses années de formation, il nous raconte ses années de maturité. Vie à la campagne, opinions politiques, intérêt pour l'écologie, importance de l'enseignement, culte du progrès : il répond longuement aux questions de Jacques Chancel.

Les druides. Avec Jean-Louis Brunaux et Christian Goudineau sur France Inter.


(0)
1880 Vues
0 commentaire
28.12.2007

Personnages celtiques importants mais peu connus, les druides étaient considérés comme des savants et des philosophes.
Quel était leur rôle ? Est-ce que l’image que nous avons des druides est la bonne ?

Émission "2000 ans d'histoire", animée par Patrice Gélinet.

La Terreur. Avec Jean-Clément Martin sur France Inter.


(0)
379 Vues
0 commentaire
30.11.2010

"Les têtes tombaient comme des ardoises." (Fouquier-Tinville, accusateur public du Tribunal Révolutionnaire)
C'était en septembre 1793. Plus de quatre ans après la prise de la Bastille, la Révolution française basculait dans l'horreur.
Alors que la France était menacée à l'extérieur par la guerre contre les plus grandes puissances européennes, et à l'intérieur par l'insurrection de plusieurs départements, les députés de la Convention décidaient de prendre des mesures d'exception. Après avoir suspendu la Constitution de la 1ère République jusqu'à la paix, confié la réalité du pouvoir à un Comité de Salut Public dominé par les éléments les plus durs de la Révolution, et créé un Tribunal révolutionnaire, ils votaient une loi incroyable : la loi des suspects.
Proposée à la Convention par Robespierre et Saint Just le 17 septembre 1793, elle allait permettre pendant dix mois, de guillotiner des milliers d'hommes et de femmes suspectés d'être des adversaires de la Révolution.
Patrice Gélinet revient sur cet épisode en compagnie de Jean-Clément Martin, dans le cadre de l'émission "2000 ans d'histoire".