Piketty, l'illusion d'une réforme du capitalisme. Avec Alain Bihr pour Espaces Marx.


(0)
265 Vues
0 commentaire
01.04.2021

Dans le premier chapitre du Capital, Marx caractérise l'économie vulgaire en ces termes : elle "se contente des apparences […] et se borne à élever pédantesquement en système et à proclamer comme vérités éternelles les illusions dont le bourgeois aime à peupler son monde à lui, le meilleur des mondes possibles". Et ce tout simplement parce qu'elle ne parvient pas ou renonce même à "pénétrer l'ensemble réel et intime des rapports de production dans la société bourgeoise".
Or, de même qu'il existe ainsi une apologie vulgaire du capitalisme, il en existe une critique non moins illusoire. Même ignorance radicale des rapports capitalistes de production, même fascination exercée par leurs apparences fétichistes (la marchandise, l'argent, la comptabilité nationale et ses instruments statistiques, etc.), même volonté d'en rendre compte en termes de pseudo-lois transhistoriques, même enfermement dans le cadre d’une idéologie sacralisant la propriété privée, la liberté d’entreprendre et l'égalité réduite à sa dimension juridique, qui limite du même coup ses propositions de réforme à des mesures de redistribution des revenus et de la propriété.
C’est à démontrer que Thomas Piketty en reste au niveau de cette critique illusoire qu'Alain Bihr s'emploie, tout en développant en contrepoint les éléments d'une critique radicale.

Une conférence animée par Michel Cabannes.

Art contemporain : de l'hégémonie américaine au polycentrisme. Avec Aude de Kerros sur Radio Courtoisie.


(0)
268 Vues
0 commentaire
06.03.2020

Il ne fait aujourd'hui plus aucun doute que l’art contemporain, depuis les débuts de la Guerre froide, participe à l'hégémonie du soft power américain. Initialement voulu comme une réponse à l'Internationale communiste, les Américains ont forgé un art planétaire ayant réussi le prodige d'accueillir dans son giron les avant-gardes européenne et russe.
Le conceptualisme d'un Duchamp a été le socle à partir duquel va s'ériger un art contemporain international qui serait le pendant d'une dématérialisation de la valeur propre à l'économie capitaliste : "L'art et la monnaie vont devenir progressivement des valeurs strictement scripturales, financières, conceptuelles."
À la globalisation économique correspondrait une globalisation culturelle ; la géographie de l’art contemporain correspondant en grande partie à celle du pétrole et des grandes places financières.
Mais contrairement à sa consœur, Aude de Kerros parie davantage sur l’échec de cet art global dont le journalisme d'art ferait la promotion, pour miser sur le renouveau d'arts plus locaux ou civilisationnels tels que ceux de la Chine ou du Japon.

Émission du "Libre Journal de la crise", animée par Laurent Artur du Plessis.

Soros l'impérial. Avec Thibault Kerlirzin sur Méridien Zéro.


(0)
316 Vues
0 commentaire
10.07.2020

George Soros est une légende. Multimilliardaire, l'homme a construit sa fortune par sa grand habileté sur les marchés financiers. Tant redouté qu'écouté par ces derniers, il a par ailleurs su se rendre indispensable auprès des grands de ce monde. Du camp Démocrate américain à l'Union européenne, des dirigeants africains à l'Université qu'il fonda en Hongrie, ses conseils et sa générosité englobent les domaines politique, économique et sociétal.
Car l'originalité de Soros, c'est avant tout d'avoir été l'un des premiers à être à la fois financier et philanthrope. Au travers de son ONG, l'Open Society, il se bat en effet pour construire des démocraties dites inclusives et dynamiques, au profit d'une société dite ouverte et progressiste.
Pourtant, malgré ses nombreux apports et bienfaits qu'on dit avoir été prodigués à l'ensemble de l'humanité, George Soros reste sous le feu nourri des critiques des "populistes" de tous bords. Comment l’expliquer ? Thibault Kerlirzin nous propose quelques clés pour y répondre.

Émission "La Méridienne", animée par Wilsdrof et Tesla et Beluga.

De la lutte contre la corruption au lawfare : une histoire américaine. Avec Renaud Beauchard sur France Culture.


(0)
458 Vues
0 commentaire
14.10.2019

La guerre se fait désormais aussi par le droit. Les Américains ont même inventé un mot pour désigner l'utilisation du droit comme arme de guerre : le lawfare. C'est en compagnie de l'avocat Renaud Beauchard, avocat à Washington et auteur de L'assujettissement des nations, ouvrage de référence sur la question brûlante du règlement des différends entre Etats et investisseurs, que nous abordons ce problème épineux.

Émission "Matières à penser", animée par Antoine Garapon.

Genèse médiévale du capitalisme. Avec Vincent Challet pour l'Agora des savoirs à Montpellier.


(0)
517 Vues
0 commentaire
05.02.2020

Dans le rapport que nos sociétés contemporaines entretiennent à l'argent, le Moyen-Âge constitue incontestablement un tournant décisif en mettant en place des formes très élaborées d'association du capital et en inventant cette forme très novatrice de transfert des capitaux que fut la lettre de change.
Ces innovations qui permirent de contourner en partie le problème du change et de l'échange du numéraire furent, à partir du XIIIe siècle, à l'origine d'un essor financier et commercial sans précédent dans l'Occident médiéval.
D'une certaine manière et en dépit d'un certain nombre de freins techniques et moraux - dont la condamnation par l'Eglise d'un profit immodéré - il n'est pas exagéré de dire que les marchands et banquiers du Moyen Âge ont été à l'origine du capitalisme.

Le testament d'un économiste désabusé. Avec Michel Santi pour le Cercle Aristote.


(0)
528 Vues
0 commentaire
03.12.2020

L'économie est une discipline "post mortem" qui ne fait que constater les faits après qu'ils sont survenus. Comment peut-elle encore prétendre conditionner les politiques publiques des femmes et des hommes politiques qui se réfugient derrière les économistes ? Ou l'économie n'est-elle qu'une blanchisseuse ou une recycleuse de théories et d'axiomes, auquel cas les économistes ne seraient que des caméléons...
Pour l'économie et pour la finance, il y aura ― comme pour la philosophie, les sciences sociales et la littérature ― un avant et un après coronavirus. Seule notre mobilisation peut transformer la fatidique année 2020 en un grand tournant caractérisé par des considérations financières n'ayant plus de prise sur notre manière de gérer la crise. Seule notre détermination sans faille peut déboulonner la toute-puissance de l'argent afin qu'il cède enfin la place aux priorités absolues que sont la santé, l'éducation et l'emploi.

Les taux d'intérêt négatifs : le trou noir du capitalisme financier. Avec Jacques Ninet pour l'Agora des savoirs à Montpellier.


(0)
557 Vues
0 commentaire
19.02.2020

Mises en place pour sauver le système financier après la crise de 2008 (dite crise des subprimes), les politiques monétaires non conventionnelles (taux négatifs et créations monétaires) perdurent alors même que l'économie globale semble stabilisée et que les bourses flambent.
Cette persistance, dix ans après la crise, est à la fois un indicateur de la faiblesse endémique du système monétaire et financier des pays occidentaux qui fausse le jeu normal de l'épargne autant que celui de l'allocation des ressources.

Chaos économique, blanchiment bancaire ? Avec Gaël Giraud sur ThinkerView.


(0)
594 Vues
0 commentaire
25.09.2020

Alors que la finance occupe une place toujours croissante de notre économie, est-il possible de la réguler et de financer une réindustrialisation verte ? Emmanuel Macron aura-t-il la capacité de conduire cette véritable transition écologique ?
Nouvelle économie des communs, fragilité et instabilité du système financier, dérive illibérale du gouvernement, question religieuse, laïcité et écologie : l'économiste et prêtre jésuite Gaël Giraud nous offre un panorama de la situation actuelle dans un discours clair et didactique.