Evolution et effondrement d'après Joseph Tainter. Avec Grégoire Chambaz pour le Café Collapse à Grenoble


(0)
40 Vues
0 commentaire
17.09.2019

L'anthropologue et historien américain Joseph Tainter étudie l'effondrement des sociétés par une analyse systémique dans la longue durée. Ainsi, il se focalise d'abord sur l'évolution des sociétés plutôt que de restreindre son étude à l'effondrement. Cette approche permet d'identifier plusieurs principes et dynamiques universelles comme la complexité, l'énergie, les rendements décroissants et la compétition. Tainter en dégage une typologie d'évolution et de disparition des sociétés s'appliquant tant aux sociétés passées que présentes.
Dans ce cadre, la perspective tainterienne interroge à nouveau la nature et les conditions de la durabilité. Joseph Tainter est significativement critique des approches actuelles de la durabilité. Pour être précis, son cadre d'analyse suggère que les approches actuelles de la durabilité reposent sur une fiction et ne sont fondamentalement pas applicables à long terme.

 - 0'00'00 : Introduction
 - 0'01'52 : Plan de l'intervention
 - 0'02'44 : Présentation de l'Intervenant
 - 0'04'02 : Présentation de Joseph Tainter
 - 0'05'51 : Le modèle d'évolution des sociétés
 - 0'06'03 : Composants des sociétés complexes
 - 0'06'59 : Complexité
 - 0'12'34 : Énergie
 - 0'13'54 : Interactions énergie/complexité
 - 0'16'36 : Dynamique
 - 0'16'48 : Les rendements décroissants
 - 0'27'27 : Le cadre d'évolution
 - 0'31'52 : Trajectoire d'évolution-type
 - 0'41'39 : Récapitulatif    
 - 0'42'18 : Évaluation
 - 0'42'39 : Évaluation du modèle (revue des critiques)
 - 0'54'51 : Évaluation de la situation actuelle
 - 1'02'08 : La durabilité selon Tainter
 - 1'02'33 : Critique de la durabilité
 - 1'06'23 : Durabilité tainterienne
 - 1'07'29 : Implications de la durabilité tainterienne
 - 1'13'52 : Conditions de réussite d'une simplification sociétale
 - 1'17'02 : Exemple de l'Empire Byzantin
 - 1'20'55 : Conséquences pour les sociétés contemporaines

Le cinéma, comment ça va ? Avec Jean-Baptiste Thoret sur Canal B.


(0)
88 Vues
0 commentaire
22.03.2018

Le cinéma et la cinéphilie sont-ils entrés en crise ? Le septième art est-il encore un espace commun ?
Alors que la bulle médiatique formate de plus en plus journalistes et discours, l'historien et critique et du cinéma Jean-Baptiste Thoret, le "dernier des cinéphiles", fait l'état des lieux d'un art qui a tout à la fois cessé d'être populaire et exigeant.

Quelle anthropologie ? Quels européens ? Avec Guillaume Travers, Solenn Marty et Thomas Boris sur Méridien Zéro.


(0)
105 Vues
0 commentaire
04.2023

Les nations occidentales sont aujourd'hui au bord d'un véritable effondrement anthropologique. Le déclin démographique, la baisse des capacités cognitives reflétée par la chute du quotient intellectuel, la multiplication des pathologies provoquées par l'artificialisation des modes de vie, l'incapacité à affronter des situations conflictuelles ainsi que la multiplication des troubles de l'identité sexuelle constituent les symptômes les plus évidents de cette inquiétante évolution.
Les causes de ce processus sont multiples : contre-sélection générée par le malthusianisme des élites et la fécondité des couches les moins éduquées de la population, issues en grande partie de l'immigration extra-européenne ; conséquences néfastes de l'utilisation massive et précoce des écrans sur le développement cérébral des enfants ; effondrement de l'enseignement ; conditionnement des esprits par des idéologies subversives qui prétendent empêcher les peuples d'Europe de fonder leur avenir sur l'héritage d'une culture partagée ; rupture de plus en plus nette avec les réalités naturelles ; dégradation générale de l'environnement et de l'alimentation. À ces périls s'ajoutent les délires des apprentis-sorciers qui rêvent de "transformer" l'espèce humaine en l'affranchissant de tout conditionnement biologique.
L'Occident menace de périr asphyxié par les conséquences non maitrisées de l'extension du règne de la technique et par les errements de son modèle économique et social, fondé sur le mythe du progrès indéfini et de la croissance illimitée. De manière paradoxale, cette situation pourrait conduire à l'avènement d'une véritable "idiocratie", privant les Européens des moyens de préserver leur inventivité scientifique et leur prospérité, et d'affirmer leur puissance dans un contexte marqué par la raréfaction des ressources énergétiques.
Cependant, ce déclin civilisationnel n'est pas une fatalité. Les jeunes Européens doivent se préparer à vivre des temps troublés, qu'ils devront aborder avec des corps, des âmes et des esprits trempés. Face à l'avachissement général, il convient de réaffirmer l'idéal de l'homme "complet", refusant la paresse intellectuelle et physique. Il s'agit d'assurer la transmission de notre vision du monde contre tous les ressentiments délétères. Il importe surtout de restaurer au sein de la Cité un ethos commun, qui permette de fonder l'existence sur le socle des réalités naturelles, tout en exprimant la vocation de nos peuples à cultiver l'excellence, en vue de façonner librement leur espace géopolitique.

Émission "La Méridienne", animée par François Charmot.

Comment notre civilisation s'est épuisée et comment y remédier ? Avec Raphaël Pomey au Cercle Rousseau.


(0)
90 Vues
0 commentaire
17.04.2024

Nous sommes nombreux à relever les absurdités du progressisme contemporain et, parrallèlement, à constater le flux d'immigrants qui, sans tarir, se déverse dans nos pays européens.
Est-ce à dire que notre civilisation est en phase de déperrissement ? Si oui, le problème est-il une espèce d'épuisement interne ou avons-nous affaire à un assaut qui viendrait de l'extérieur et auquel nous ne sommes pas préparés ? Un sursaut civilisationnel est-il envisageable et quelles armes sont encore disponibles pour mener le combat ?
Diplomé en philosophie et fondateur du journal conservateur Le Peuple, Raphaël Pomey se revendique chrétien et anarchiste de droite et nous propose quelques éléments de réponses.

La défaite de l'Occident. Avec Emmanuel Todd à la Librairie Mollat.


(0)
228 Vues
0 commentaire
22.01.2024

L'implosion de l'URSS a remis l'histoire en mouvement. Elle avait plongé la Russie dans une crise violente. Elle avait surtout créé un vide planétaire qui a aspiré l'Amérique, pourtant elle-même en crise dès 1980. Un mouvement paradoxal s'est alors déclenché : l'expansion conquérante d'un Occident qui dépérissait en son coeur.
La disparition du protestantisme a mené l'Amérique, par étapes, du néo-libéralisme au nihilisme ; et la Grande-Bretagne, de la financiarisation à la perte du sens de l'humour. L'état zéro de la religion a conduit l'Union européenne au suicide mais l'Allemagne devrait ressusciter.
Entre 2016 et 2022, le nihilisme occidental a fusionné avec celui de l'Ukraine, né lui de la décomposition de la sphère soviétique. Ensemble, OTAN et Ukraine sont venus buter sur une Russie stabilisée, redevenue une grande puissance, désormais conservatrice, rassurante pour ce Reste du monde qui ne veut pas suivre l'Occident dans son aventure. Les dirigeants russes ont décidé une bataille d'arrêt : ils ont défié l'OTAN et envahi l'Ukraine.
Mobilisant les ressources de l'économie critique, de la sociologie religieuse et de l'anthropologie des profondeurs, Emmanuel Todd nous propose un tour du monde réel, de la Russie à l'Ukraine, des anciennes démocraties populaires à l'Allemagne, de la Grande-Bretagne à la Scandinavie et aux États-Unis, sans oublier ce Reste du monde dont le choix a décidé de l'issue de la guerre.

Géopolitique 2024, vers un recul de l'Occident. Avec Bernard Wicht pour le Cercle Aristote.


(0)
182 Vues
0 commentaire
01.2024

L'Occident, en tant qu'entité politique, continue a céder du terrain sur le plan géostratégique, du fait de la montée en puissance d'acteurs tierces et d'erreurs internes qui l'ont affaibli.
Petit tour d'horizon de la situation actuelle en compagnie du politologue et expert en stratégie militaire suisse Bernard Wicht.

La montée de l'insignifiance. Avec Cornelius Castoriadis sur Radio Plurielle.


(0)
203 Vues
0 commentaire
18.06.1993

La montée de l'insignifiance, c'est l'entrée dans une société qui n'a plus d'image d'elle-même, à laquelle les individus ne peuvent plus s'identifier, où les mécanismes de direction se décomposent. Mais une société qui refuse l'autolimitation et la mortalité est vouée à l’échec.
Des deux grandes significations constitutives du monde moderne, celle qui avait fini par s'imposer sans partage – l'expansion illimitée – est aujourd'hui en crise. L'éclipse de l'autre – l'autonomie individuelle et collective – sera-t-elle durable ? Saurons-nous créer de nouvelles façons d'être ensemble ?
Les questions soulevées par Cornelius Castoriadis se posent à nous de façon toujours plus pressante.

Un entretien mené par Olivier Morel.

Pierre-Yves Rougeyron : grand entretien pour le Cercle Aristote.


(0)
599 Vues
0 commentaire
09.01.2023

Dans ce grand entretien mené par Davy Rodriguez, Pierre-Yves Rougeyron revient sur l'actualité politique du mois de janvier de l'année 2023.
Une analyse où les actualités nationale et internationale sont passées au crible de l'intérêt français souverain.

 - 0'00'00 : Actualités du Cercle Aristote
 - 0'09'35 : L'élection de Lula au Brésil
 - 0'28'03 : Rien ne va plus chez LFI
 - 0'51'09 : Scandale de corruption au parlement Européen de Bruxelles
 - 1'07'47 : Les Balkans, éternelle poudrière européenne  
 - 1'24'49 : Joseph Ratzinger
 - 1'36'29 : Houellebecq et l'Islam
 - 1'50'33 : Bibi de retour au pouvoir en Israël
 - 2'08'18 : La réforme des retraites
 - 2'14'50 : #Twitterfiles, silence des médias
 - 2'20'36 : Les souverainistes et le RN
 - 2'27'46 : Un avis sur François Ruffin ?
 - 2'35'42 : Pour la décentralisation ?
 - 2'42'11 : Que penser des Napoléons ?