Renouer avec la critique de la propriété. Avec Pierre Cretois pour l'Université Populaire de Bordeaux.


(0)
71 Vues
0 commentaire
02.02.2023

De la critique marxienne de la propriété, fidèles en cela au Manifeste du Parti Communiste, les luttes ont surtout retenu la mise en cause de la grande propriété, de la propriété capitaliste et des moyens de production avec toutes les inégalités et les dominations qu'elles véhiculent. Mais on peut avoir tendance à tenir éloigné de tout reproche la petite propriété individuelle, fruit du labeur. Le partage des richesses signifiant alors non pas remise en cause de la propriété privée, mais meilleur partage de celle-ci.
Pourtant, ne pourrait-on pas renouer avec ce qui, dans la critique marxienne, s'attaquait au concept même de propriété (dans les Manuscrits de 1844 en particulier) ? Ne serait-ce pas la propriété privée que les périodes moderne et contemporaine ont vu naître qui représente un concept intrinsèquement problématique ?
Pour faire face aux défis écologiques, à la nécessité du partage de ressources de plus en plus rares et de l'inclusion de l'ensemble des droits et contraintes qui doivent être pris en compte dans l'usage d'un monde plus que jamais commun, ne conviendrait-il pas de reprendre, à nouveaux frais, la critique de la propriété privée ?

Le meilleur du travail. Avec Christophe Dejours sur la RTS.


(0)
166 Vues
0 commentaire
13.11.2021

Douloureux, le travail a mauvaise presse. Mais le travail pourrait être aussi lʹoccasion de faire naitre le meilleur en nous, sous conditions.
Christophe Dejours, psychiatre, psychologue et psychanalyste, explore ce pan de nos vies depuis une cinquantaine dʹannée : il a vu évoluer l'organisation du travail et s'installer la déshumanisation, la perte de sens.

Émission "Egosystème", animée par Florence Farion.

A voix nue. Avec Bernard Stiegler sur France Culture.


(0)
228 Vues
0 commentaire
2020

Philosophe dont l'esprit s'est construit en dehors du parcours académique entre le PCF, le jazz, la littérature et la prison, Bernard Stiegler a produit une pensée qui nous éclaire et nous alerte.
Ses expériences de vie, ses épreuves et ses études lui font approcher la philosophie de façon tout à fait originale. S'inspirant de Joseph Schumpeter et Marx, ou encore Alfred Lotka et Rudolf Clausius, il analyse les mécanismes de ce qu'il nomme le pharmakon : la technique comme remède et comme poison, l'entropie et la destruction créatrice.
C'est dans le cadre d'expérimentations conrètes avec plusieurs institutions que Bernard Stiegler tente de restaurer la société de manière locale et collaborative. Plus que jamais, son désir est de prendre soin, de panser la société, notre environnement.

Une série d'émission conduite par Céline Loozen.

Les grandes philosophies. Avec Charles Robin sur Le Précepteur.


(0)
1422 Vues
0 commentaire
2023

Au fil des siècles, de nombreux courants de pensée ont façonné notre conception du monde et notre manière d'appréhender l'existence : Qu'est-ce que la vérité ? Comment peut-on vivre heureux ? Dieu existe-t-il ? Quel est le sens de notre vie ?
Bien loin du jargon des spécialistes, le professeur de philosophie Charles Robin nous rend accessible les œuvres des plus grands philosophes afin d'en faciliter la compréhension et, pourquoi pas, de nous faire changer le regard que nous portons sur nous-mêmes et sur le monde.
Une initiation sérieuse à une discipline souvent difficile d'accès, dans un langage clair et une atmosphère détendue.

L'intelligence de la main et l'éthique du faire. Avec Arthur Lochmann et Hugues Jacquet à la Villa Gillet.


(0)
186 Vues
0 commentaire
27.03.2019

En Occident, l'activité manuelle est souvent perçue comme opposée au monde des idées et des concepts. A l'heure où les trajectoires professionnelles sont de moins en moins linéaires, le choix d'un métier artisanal peut répondre à une quête de sens.
Arthur Lochmann et Hugues Jacquet expliquent comment le geste technique et créatif libère aussi de l'intelligence !

L'insoutenable subordination des salariés. Avec Danièle Linhart sur Fréquence Paris Plurielle.


(0)
299 Vues
0 commentaire
16.12.2021

Les salariés sont pris dans un dilemme qui les met en grande vulnérabilité. Au-delà du besoin financier qui les tient, et malgré les contraintes permanentes qu'impose la subordination inscrite dans leur statut, ils ont pour leur travail de réelles aspirations en termes de sens, d'utilité sociale, d'identité professionnelle et citoyenne.
Cette situation permet aux directions d'entreprise d'asseoir et de pérenniser leur emprise sur leurs salariés, de façon de plus en plus savante et sophistiquée. En stimulant et exacerbant les désirs qui sous-tendent leur rapport au travail, elles parviennent à imposer de nouvelles méthodes d'organisation et d'implication des salariés, toujours plus déstabilisantes et délétères.
Danièle Linhart décrypte la capacité patronale à faire renaître, sans cesse, sa domination, afin de préserver, voire sublimer, un lien de subordination qui devient de plus en plus personnalisé et intrusif, et qui compromet toute capacité collective des salariés à s'emparer des véritables enjeux du travail. Des DRH "bienveillantes" et préoccupées du "bonheur" de leurs salariés aux "entreprises libérées" par leur leader, en passant par l'esprit start-up et l'offre éthique, elle analyse tous ces faux-semblants des innovations managériales qui paralysent l'intelligence collective.

Émission "Les Oreilles Loin du Front".

La grande démission professionnelle. Avec Baptiste Rappin pour Gavroche.


(0)
379 Vues
0 commentaire
03.2023

Les oppositions fortes au projet du gouvernement de réforme des retraites sont un symptôme d'une crise profonde qui traverse le travail.
Derrière les slogans de "Big Quit", les phénomènes de "burn-out" ou encore de "quiet quitting", que se passe-t-il au sein des organisations ? Comment appréhender les impacts des mutations des conditions de travail, accélérées pendant le Covid ? De quoi la prégnance de la question du sens du travail est-elle le nom ?
Réponses et pistes de réflexion avec Baptiste Rappin, philosophe du management et de la cybernétique.

Figures juridiques de la démocratie économique (suite). Avec Alain Supiot au Collège de France.


(0)
486 Vues
0 commentaire
2018

Est-il possible de faire de l'entreprise l'un des cadres de la démocratie économique ? Jusqu'à quel point les entreprises transnationales peuvent-elles exercer un pouvoir normatif susceptible de concurrencer celui des états ?
Alain Supiot analyse les conditions de la démocratisation de l'entreprise en cherchant d'abord à saisir juridiquement la notion d'entreprise, en analysant les difficultés de sa définition, en retraçant sa généalogie institutionnelle et en revisitant les théories dont elle a fait l'objet en droit social, pour ensuite traiter des conditions d'une démocratisation de l'entreprise, en analysant la tension normative dont elle est aujourd'hui l'objet et la dynamique de son autoréglementation.