Transformation de la "personnalité" et changements de la société. Avec Alain Ehrenberg à l'Université de Caen.


(0)
77 Vues
0 commentaire
02.03.2010

De nos jours, la souffrance et les affects sont mis au centre du questionnement social et ne relèvent plus du seul domaine des pathologies psychologiques. Toutefois, ce discours du malaise est en réalité très "français" - quoique généralement fondus dans une critique des sociétés modernes. Cette particularité s'explique par la tradition française d'égalité et de solidarité dans la protection. Celle-ci suppose que la tension démocratique entre égalité et liberté est insoluble.
De fait donc, l'autonomisation, l'individualisation, apparaît dans l'Hexagone comme un phénomène critique et dangereux, soit comme un facteur de désinstitutionnalisation, de désocialisation, ce qui n'est pas le cas aux État-Unis.
Or, l'opposition entre individu et société peut être dépassée pour permettre de comprendre que la souffrance, les affects, le malaise des individus, sont bien socialement déterminés, et même pérennisés. L'individualisme est un fait collectif et institutionnalisé ; aussi peut-on penser que l'alternative est dans l'individualisme lui-même.
L'intégration sociale et la solidarité pourraient être développées par un renforcement de la personnalité, des capacités individuelles, à travers les institutions. La crise de "l'état social" a accrédité la thèse de la désinstitutionnalisation contemporaine. Mais la responsabilité de répartir les conditions d'agir est bien collective et existante. Aussi, l'empowerment de la personne à la française pourrait être une hypothèse dans le débat sur l'actualité de l'Etat-providence.

Je ne suis pas expert, mais je... Avec Etienne Klein à l'Espace Mendès France de Poitiers.


(0)
193 Vues
0 commentaire
11.05.2021

Physicien et philosophe des sciences, Etienne Klein nous interpelle et pointe du doigt un comportement qui a envahi les discussions à l'occasion de la crise sanitaire : l'ultracrépidarianisme, soit le comportement consistant à donner son avis sur des sujets à propos desquels on n'a pas de compétence crédible ou démontrée. Ainsi, dans son opus Le goût du vrai (Tract Gallimard, 2020), il nous invite à prendre du recul sur les flots de paroles "d'experts" qui ont nourri l'inculture ambiante ces derniers mois.
Comment l'approche de la médiation scientifique doit-elle évoluer ? Comment le discours de médiateur peut-il armer le publics face au manichéisme ambiant des réseaux sociaux et des médias ? Faisons-nous bien la différence entre science et recherche ? Entre vérités scientifiques établies et opinions ? 
Il est urgent de se poser ces questions pour que la culture scientifique technique et industrielle arme les citoyen d'un minimum d'esprit critique.

Dégagements. Avec Pierre-Yves Rougeyron et Georges Kuzmanovic pour le Cercle Jean Mermoz.


(0)
217 Vues
0 commentaire
08.2021

Par delà l'actualité, Pierre-Yves Rougeyron et Georges Kuzmanovic nous livrent leurs vues sur la société française, la géopolitique, et les raisons de leur combat.
Tous deux souverainistes de longues dates, leur positionnement politique n'entrave pas le dialogue. Une initiative qui favorise le débat et la compréhension mutuelle entre les souverainistes de tous bords.

 - 0'00'00 : Présentation
 - 0'06'50 : Fractures Françaises
 - 0'44'50 : La France et le Monde
 - 1'14'38 : Pourquoi Combattre ?
 - 1'40'55 : Si la France était un livre

Folie identitaire : la contagion. Avec Mark Lilla et Nathalie Heinich sur France Culture.


(0)
187 Vues
0 commentaire
07.10.2018

L'identité, après avoir été défendue à gauche, est désormais instrumentalisée par la droite et l'extrême-droite. Il est nécessaire de revenir sur cette notion consubstantielle à l'être humain, et qui peut être utile à la compréhension de la société si elle n'est pas réduite à des usages politiques.
À cet effet, Nathalie Heinich et Mark Lilla qui publient respectivement Ce que n'est pas l'identité (Gallimard) et La gauche identitaire. L'Amérique en miettes (Stock), reviennent sur les usages et mésusages du concept d'identité.

Émission "Signes des temps", animée par Marc Weitzmann.

Danser l'effondrement. Avec Raphaël Pomey sur Méridien Zéro.


(0)
319 Vues
0 commentaire
01.2021

Journaliste et pamphlétaire Suisse, Raphaël Pomey vient nous présenter son dernier ouvrage Danser l'Effondrement. Les Eglises à l'ère du Cool (2020, éditions Bergtatt).
Il nous propose une analyse personnelle, drôle et décapante de la déréliction des églises protestante et catholiques, en nous invitant à redécouvrir "le sens de l'émerveillement", seul à même de conduire au sacré...

Émission "La Méridienne", animée par Wilsdrof.

Mise en garde. Avec Sylviane Agacinski sur France Inter.


(0)
209 Vues
0 commentaire
12.11.2019

C'est en découvrant, en classe de première, Montesquieu que Sylviane Agacinski choisit la philosophie. Élève des maîtres de la "French Theory", elle participera à la création du Groupe de recherches sur l'enseignement philosophique (Greph) dont l'objet est d'étudier les effets du développement des sciences et des techniques sur les représentations sociales et politiques ainsi que sur l'action publique, à une époque, où la philosophie s'écharpait sur la question du langage.
Après avoir travaillé sur l'architecture et sur notre rapport au temps, Sylviane Agacinski a élaboré une réflexion sur les sexes : la politique des sexes, la métaphysique des sexes et le drame des sexes, jusqu'à faire paraître il y a quelques mois un court essai L'Homme désincarné. Du corps charnel au corps fabriqué, ouvrage dans lequel la féministe va plus loin, et évoque entres autres, les problèmes éthiques que pose la procréation médicalement assistée en alertant notamment sur la volonté de produire sa descendance en laboratoire, au nom d'un ultralibéralisme sans foi ni loi.

Émission "L'Heure bleue", animée par Laure Adler.

La Fin d'un monde. Avec Patrick Buisson sur BFM TV.


(0)
335 Vues
0 commentaire
08.05.2021

"C'était mieux avant". Mais de quel "avant" parlons-nous ? Celui de la société de consommation triomphante des années 1960-1975 ou de la société chrétienne millénaire qui l'a précédée ?
Tout change en effet au cours de ces "quinze piteuses" qui voient la destruction méthodique de l'art de vivre et de la culture populaire, la remise en cause du monde vertical de l'autorité et l'effondrement des vieilles croyances.
La petite-bourgeoisie éduquée, soucieuse de se démarquer du moule dans lequel elle avait été formée a imposé l'hégémonie du progressisme.
Au fil d'un travail rigoureux, dérangeant mais profondément argumenté, Patrick Buisson nous confronte à nos contradictions et nous éclaire sur ces passions françaises dont il s'est fait le décrypteur et nous donne le grand livre contemporain des objecteurs de modernité.

Émission "Apolline de Malherbe, le rendez-vous".

De quoi la droite et la gauche sont-elles le nom ? Avec Patrick Buisson et Jean-Pierre Le Goff sur StoriaVoce.


(0)
422 Vues
0 commentaire
02.2017

Alors que la prochaine élection présidentielle se profile, il peut être important de de prendre le temps de la réflexion en revenant sur la bipolarisation de notre vie politique française. Démarche étrange alors que parallèlement, cette scène politique semble plus que jamais éclatée voire émiettée en diverses tendances dont nous serions bien en peine d'en qualifier les subtilités intellectuelles derrière les ambitions personnelles.
De quoi la droite est-elle le nom ? La question peut surprendre, pourtant elle est essentielle alors que, depuis dix ans maintenant, la population française se tourne vers ses idées et sa culture. Comme si nous vivions une sorte de Mai 68 à rebours dont les valeurs de La manif pour tous ont été par opposition un des symboles fort du quinquennat de François Hollande. De quoi la droite est elle le nom, c’est sortir de la politique politicienne et prendre un peu de hauteur non seulement en s'aventurant dans la pensée, la philosophie politique mais aussi en voyageant dans notre histoire de la plus ancienne à la plus récente.
De quoi la gauche est-elle le nom ? La gauche comme chacun sait est née sous la révolution française en septembre 1789, au moment du vote de l'assemblée à propos du veto du roi : ceux qui étaient pour un veto absolu se sont placés à droite du président, ceux qui étaient en faveur d'un veto suspensif se sont placés à sa gauche. Nous n'allons cependant pas revenir aussi loin dans le temps mais porter un regard sur la gauche des XXe et XXIe siècles. Quels sont les thèmes qui ont structurés son identité ? Ces thèmes ont-ils évolué et se sont-ils érodés ? Quel impact cette érosion a eu sur la pensée politique ? Quelle est la place enfin de la gauche aujourd'hui dans le débat des idées politiques ?

Une émission animée par Christophe Dickès.