Théorie critique et crise écologique. Avec Franck Fischbach à l'Université Paris VIII Vincennes.


(0)
46 Vues
0 commentaire
25.01.2023

La théorie critique de la société fait-elle face à la crise écologique comme à un défi qui l'oblige à se renouveler et à se transformer ? Poser la question en ces termes, c'est présumer que la théorie critique ne serait en réalité pas véritablement armée pour faire face au défi de la crise climatique et écologique, que son histoire et l'héritage qu'elle porte ne lui permettraient pas de l'affronter sans devoir subir un sévère aggiornamento. Ce jugement est aujourd'hui largement répandu, notamment au sein de l'éco-marxisme nord-américain.
Tout en reconnaissant que "l'une des contributions durables des théoriciens sociaux de l'École de Francfort, représentée en particulier par la Dialectique de la raison publiée en 1944 par Max Horkheimer et Theodor Adorno, a été le développement d'une critique philosophique de la domination de la nature", John Bellamy Foster et Brett Clark n'en estiment pas moins que, "lorsque le mouvement écologique a émergé dans les années 1960 et 1970, le marxisme occidental était, avec sa notion abstraite, philosophique de domination de la nature, mal équipé pour analyser les formes changeantes et de plus en plus périlleuses de l'interaction matérielle entre l'humanité et la nature".
Franck Fischbach se demande dans quelle mesure une telle critique de la catégorie de domination est fondée et dans quelle mesure aussi cela peut justifier de lui substituer la catégorie de "rupture métabolique". Est également posée la question de savoir si la liquidation de la catégorie de domination n'aurait pas le tort de s'accompagner de l'occultation d'un double lien auquel les théoriciens de Francfort accordaient à juste titre une importance considérable, à savoir d'une part le lien entre la domination de la nature et la domination sociale, et d'autre part (mais les deux sont inséparables) le lien entre raison et domination.

Une conférence organisée par le Centre d'études sur les médias, les technologies et l'internationalisation, dans le cadre du séminaire "Capitalisme Cognitif : communs, plateformes et crise écologique".

Les statistiques du déclin. Avec Jérôme Fourquet pour Livre Noir.


(0)
101 Vues
0 commentaire
01.2024

Spécialiste de l'opinion et directeur au sein de l'Institut IFOP, Jérôme Fourquet est l'un des plus fins politologues français. Connu du grand public pour son ouvrage à succès L'Archipel français, il revient avec un livre tout aussi important La France d'après aux éditions du seuil.
Dans cet échange, il revient en profondeur sur l'état des statistiques indiquant les bouleversements politique en France : l'impact du vote musulman, le recul du catholicisme, les ressorts du vote pour Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, mais également la résurgence des thématiques sécuritaires et migratoires dans l'opinion.
Un entretien dense et profond.

Lien social, généalogie et loi. Avec Pierre Legendre pour l'Action Éducative en Milieu Ouvert.


(0)
116 Vues
0 commentaire
09.03.1988

L'impératif généalogique est au fondement même de l'ordre social en ce qu'il demeure l'articulation grâce à laquelle une société civilise l'inconscient.
C'est cet acte de transmettre résidant au cœur du fonctionnement de la société que Pierre Legendre explicite ici.

Une conférence donnée au Touquet, en ouverture des VIIIe Assises du Conseil national de l'Action Éducative en Milieu Ouvert.

Gauchismes d'hier et d'aujourd'hui. Avec Jean-Pierre Le Goff et Romain Marsily pour Politique Autrement.


(0)
187 Vues
0 commentaire
09.12.2023

Comment le gauchisme culturel, d'emblème de la révolte soixante-huitarde, est-il devenu l’air du temps ? Quels ont été les effets de l'idéologie post-soixante-huitarde sur le tissu sociétal et éducatif ? L'adolescence est-elle devenue un nouveau type de comportement social et politique ? Sommes-nous parvenus à la fin d’un cycle historique ?
Autant de questions que Jean-Pierre Le Goff, sociologue et philosophe, auteur du récent Mes années folles. Révolte et nihilisme du peuple adolescent après Mai 68 et Romain Marsily, enseignant, abordent avec une bonne génération d'écart !

Un échange animé par Robert Kopp.

Culte du corps et société de décadence. Avec Alain Soral sur Biomécanique.


(0)
343 Vues
0 commentaire
10.2023

Surtout connu pour ses prises de positions polémiques, l'écrivain, réalisateur et éditeur Alain Soral n'en est pas moins un passionné et un pratiquant accompli de la boxe pieds-poings, plus spécifiquement de la boxe anglaise et de la savate.
Il revient dans ce long entretien sur le sport contemporain, ses évolutions récentes et ses contradictions qui permettent de comprendre, de manière plus générale, l'évolution de la société.

La France sous nos yeux. Avec Jérôme Fourquet à la Librairie Ombres Blanches.


(0)
279 Vues
0 commentaire
04.11.2021

Qu'ont donc en commun les plateformes logistiques d'Amazon, les émissions de Stéphane Plaza, les restaurants de kebabs, les villages de néo-ruraux dans la Drôme, l'univers des coaches et les boulangeries de rond-point ? Rien, bien sûr, sinon que chacune de ces réalités économiques, culturelles et sociales occupe le quotidien ou nourrit l'imaginaire d'un segment de la France contemporaine.
Or, nul atlas ne permet de se repérer dans cette France nouvelle où chacun ignore ce que fait l'autre. L'écart entre la réalité du pays et les représentations dont nous avons hérité est dès lors abyssal, et, près d'un demi-siècle après l'achèvement des Trente Glorieuses, nous continuons à parler de la France comme si elle venait d'en sortir.
Pourtant, depuis le milieu des années 1980, notre société s'est métamorphosée en profondeur, entrant pleinement dans l'univers des services, de la mobilité, de la consommation, de l'image et des loisirs.

Pandémie, état des lieux d'une société bouleversée. Avec Arthur Lochmann et Julien Syrac sur Radio Notre-Dame.


(0)
321 Vues
0 commentaire
31.08.2021

Traducteur, philosophe et charpentier, Arthur Lochmann publie Toucher le Vertige (Flammarion). Ecrivain et philosophe, Julien Syrac publie de son côté Deshumanité. Approche historique de l'an de disgrâce 2020 (éditions du Canoë).
Deux contributions qui rappellent notre fragilité, fragilité qui s'est rappelée à nous pendant la pandémie de Covid-19 et ses suites politiques et sociales.

Émission "Décryptage", animée par Laurent Lemire.

La montée de l'insignifiance. Avec Cornelius Castoriadis sur France Culture.


(0)
580 Vues
0 commentaire
22.05.1996

La montée de l'insignifiance, c'est l'entrée dans une société qui n'a plus d'image d'elle-même, à laquelle les individus ne peuvent plus s'identifier, où les mécanismes de direction se décomposent. Mais une société qui refuse l'autolimitation et la mortalité est vouée à l’échec.
Des deux grandes significations constitutives du monde moderne, celle qui avait fini par s'imposer sans partage – l'expansion illimitée – est aujourd'hui en crise. L'éclipse de l'autre – l'autonomie individuelle et collective – sera-t-elle durable ? Saurons-nous créer de nouvelles façons d'être ensemble ?
Les questions soulevées par Cornelius Castoriadis se posent à nous de façon toujours plus pressante.

Émission "Du jour au lendemain", animée par Alain Veinstein.