La psychanalyse va-t-elle disparaître ? Avec Rémi Soulié sur Radio Courtoisie.


(0)
80 Vues
0 commentaire
12.02.2018

Le discours dominant prétend que la psychanalyse est périmée. En réalité, elle doit s'adapter. Le monde d'aujourd'hui n'est plus celui de Freud ni de Lacan. Une société nouvelle entraîne de nouveaux comportements et de nouveaux malaises.
"Dépoussiérer" la psychanalyse, la confronter au contemporain implique de réfléchir à ces symptômes, à la frontière entre le pathologique et le social, en repensant le cadre de la cure, à l'heure des consultations via Skype.
Comment la psychanalyse peut-elle trouver sa place dans un monde dominé par la culture du résultat, de l'efficacité et de la réussite ? Dans un monde où le temps n'a plus de valeur et où l'évaluation chiffrée est permanente ?
Ce sont les questions que se pose Elsa Godart dans son dernier livre La psychanalyse va-t-elle disparaître ? que présente ici Rémi Soulié.

Émission "Le Monde de la philosophie".

Zygmunt Bauman (1925-2017). Avec Laetitia Strauch-Bonart au Collège des Bernardins.


(0)
171 Vues
2 commentaires
28.06.2017

Polonais, ardent communiste pendant la première moitié de sa vie et commissaire politique, il finit par émigrer et développe une critique passionnante de la post-modernité et de la "société liquide", qui demeure dans l'esprit d’un marxisme hétérodoxe.

Une conférence de l’Observatoire de la modernité.

Ortega y Gasset : penser la modernité. Avec Luc Roche au Cercle Aristote.


(0)
78 Vues
0 commentaire
16.04.2018

Comment penser la Culture, la Civilisation et l'Histoire avec rectitude ? Comment se départir des condamnations faciles, des illusions rétrospectives, de la nostalgie d'âges d'or imaginaires, de l'obsession de la décadence ?
Ces questions, et bien d’autres, furent au fondement des réflexions de José Ortega y Gasset, lorsqu'il entreprit de penser les grands bouleversements (Renaissance, Lumières) qui nous précédèrent. Il en tira une lecture de l'Histoire plus actuelle que jamais, entre étude des ruptures et analyse des permanences.
Loin du manichéisme qui se répand aujourd'hui, il montre, dans chaque époque, le visage de l'invariant et celui du changeant, rétablissant la grande chaîne de l'Histoire. Cette vision féconde est à notre portée pour comprendre notre passé, appréhender notre présent et entrevoir notre avenir.
Luc Roche, professeur de philosophie et hispanisant, nous introduit à l'oeuvre de ce grand penseur dont il vient de traduire Autour de Galilée pour les éditions Perspectives Libres.

Zygmunt Bauman : un sociologue aux aguets. Avec Pierre-Antoine Chardel à l'Institut Français de la Mode.


(0)
108 Vues
0 commentaire
10.2017

Zygmunt Bauman est une figure majeure de la sociologie européenne. Son œuvre est dominée par l’inquiétude provoquée par la succession des crises politiques, économiques, morales qui affectent nos sociétés contemporaines.
Du Coût humain de la mondialisation à L’éthique a-t-elle une chance dans un monde de consommateurs ?, ses travaux portent un diagnostic corrosif sur notre époque sans se laisser enfermer dans des cadres théoriques trop univoques.
Diversifiant les angles d’interprétation, engagé dans un constant dialogue avec une multitude d’auteurs, de Camus à Levinas, de Gramsci à Arendt, Bauman parvient à embrasser la complexité des phénomènes sociaux en couvrant des champs de réflexion a priori hétérogènes – de l’interrogation sur le statut de l’Holocauste dans l’histoire de la modernité industrielle à l’avènement du consumérisme dans nos sociétés devenues "liquides".

La post-modernité : crise du sens et déconstruction de la culture. Avec Jean-François Mattéi au Collège des Bernardins.


(0)
635 Vues
0 commentaire
2010

Le philosophe Jean-François Mattéi nous offre deux conférences pendant lesquelles il se penche sur le sens -ou l'absence de sens- de la post-modernité :

 1. La notion de "crise" a saisi notre civilisation à la fin du XIXe siècle et influe désormais tous les domaines de la société (la pensée, les arts, la politique, la religion, l’industrie), au point où nous ne parvenons plus à nous en détacher. Retour sur les origines du problèmes.

 2. Au XXe siècle, la culture est ébranlée après les chocs successifs de la Première et de la Deuxième Guerre mondiale, ainsi que de la découverte de la Shoah. Elle entre alors dans une phase d'auto-destruction. Pouvons-nous comprendre les raisons de cette déconstruction méthodique en explorant les grandes textes de la philosophie ?

Macron, Ricoeur, et le protestantisme. Avec Régis Debray et Olivier Abel à l'Oratoire du Louvre.


(0)
339 Vues
0 commentaire
21.09.2017

Dans son dernier ouvrage, Le nouveau pouvoir (Editions du Cerf), Régis Debray parle d'un "moment Ricœur" à propos du président Macron et de l'américanisation de la vie politique française.
Dans son livre précédent, Civilisation, comment nous sommes devenus américains (Gallimard), il désignait le néo-protestantisme américain à la fois comme une menace et comme une évolution inévitable, la religion de demain.
Olivier Abel, figure bien connue du protestantisme français, débat de ces interprétations avec Régis Debray tout en abordant d'autres sujets : la prédominance de l'économique sur le politique, l'incarnation du pouvoir par Emmanuel Macron ou encore l'hégémonie des États-Unis.

L'obsolescence du présent : la ville comme ruine anticipée. Avec Bruce Bégout au Pavillon Vendome de Clichy.


(0)
223 Vues
0 commentaire
10.07.2014

Au sein de notre civilisation industrielle, l'urgence est devenue une constante liée à la crise économique occidentale et aux grandes catastrophes géopolitiques ou climatiques impliquant des déplacements de populations.
Ce constat est le point de départ de la réflexion engagée par Bruce Bégout qui explore ici le sujet des "architectures d’urgence" et donc des ruines qui nous sont inévitablement laissées en héritage, témoins d'un projet avorté.
Il est nécessaire de réfléchir à cette problématique et d'envisager des réponses adaptées aux normes culturelles, politiques et économiques du XXIe siècle.

Le prométhéisme destructeur. Avec Chantal Delsol chez Philippe Nemo sur Radio Courtoisie.


(0)
308 Vues
0 commentaire
14.03.2016

Le XXe siècle a été dévasté par la démiurgie des totalitarismes qui, espérant transfigurer le monde, n'ont abouti qu'à le défigurer. Mais il serait faux de croire que ces illusions totalitaires nous ont quittés. Car nous avons rejeté avec force le totalitarisme comme terreur, mais tout en poursuivant les tentatives de transfiguration du monde.
Au point de l'histoire où nous en sommes, le débat et le combat opposent ceux qui veulent encore remplacer ce monde, et ceux qui veulent le défendre et le protéger.
La conviction de Chantal Delsol est qu'une partie de l'Occident postmoderne, sous le signe d'un certain esprit révolutionnaire, au sens de radicale utopie, mène une croisade contre la réalité du monde au nom de l'émancipation totale. Le projet de la modernité tardive est ainsi défini comme une démiurgie émancipatrice dans le sillon des Lumières françaises de 1793 et du communisme, œuvrant sans la terreur et par la dérision, toujours barbare mais promue par le désir individuel et non plus par la volonté des instances publiques.