Comprendre l'époque. Avec Alain Soral sur Ondes De Chocs TV.


(0)
24 Vues
0 commentaire
02.2024

Publié 10 ans après Comprendre l'empire, Comprendre l'époque n'est pas un livre comme les autres. C'est une odyssée conceptuelle qui remonte au racine grecques de la raison et de l'égalité. Une longue épopée qui aboutie à travers une mathématisation du monde, à un dévoiement de l'égalité pour la mettre au service de l'inégalité.

Un entretien mené par Rachid Achachi.

Penser le mal. Avec Susan Neiman sur France Culture.


(0)
66 Vues
0 commentaire
01.01.2023

Un monde dans lequel des innocents souffrent peut-il avoir un sens ? Si la question du mal est éminemment philosophique, c'est qu'elle n'est pas seulement morale : elle interroge l'intelligibilité du monde. S'intéresser aux réponses qui y ont été apportées par les philosophes, c'est comprendre intimement leur manière de voir le monde, en écho à celle de leur époque. C'est aussi saisir que nous sommes toujours pris dans des carrefours de postulats qui nous dépassent.
Lorsqu'en 1755 Lisbonne est détruite par un tremblement de terre, l'événement provoque une onde de choc parmi les philosophes européens. Ce que l'on qualifierait aujourd'hui de catastrophe naturelle est considéré comme l'incarnation du mal. Deux siècles plus tard, la découverte des camps de la mort nazis agit comme une dévastation conceptuelle : la plupart des philosophes s'accordent à dire que nous manquons de ressources pour aller au-delà du témoignage. De "mal naturel", le mal est devenu "mal moral" ; une bascule a eu lieu.
Susan Neiman, en philosophe, fait le récit de cette bascule.

Émission "Signes des temps", animée par Marc Weitzmann.

Barthes antimoderne. Avec Antoine Compagnon sur France Culture.


(0)
116 Vues
0 commentaire
20.01.2010

Barthes est-il antimoderne ? Non pas les conservateurs, les académiques, les frileux, les pompiers, les réactionnaires, mais au sens qu'Antoine Compagnon a donné à ce terme : être moderne à contre-cœur, malgré soi, à son corps défendant.
Barthes a-t-il avancé en regardant dans le rétroviseur, comme Sartre disait de Baudelaire ?

Émission "Les Chemins de la philosophie", animée par Raphaël Enthoven.

Arnold Gehlen contre l'humanitarisme. Avec Alain de Benoist et Aristide Leucate sur Radio Courtoisie.


(0)
179 Vues
0 commentaire
27.06.2023

Arnold Gehlen reste, en France, à découvrir. Plusieurs traductions récentes (L'Homme, sa nature et sa position dans le monde, éditions Gallimard, et Morale et hypermorale, éditions Krisis) et un numéro de Nouvelle École qui lui est consacré sont l'occasion de présenter l'œuvre du grand Allemand, à la croisée de l'anthropologie philosophique et de l'institutionnalisme.

Penser les périodes en Histoire. Avec François Setton pour le Cercle Aristote.


(0)
169 Vues
0 commentaire
2023

En France, l'histoire est enseignée via un découpage en quatre grandes périodes : l'Antiquité, le Moyen Âge, les temps modernes et l'époque contemporaine.
Cependant, ce découpage n'est pas neutre : il est est né d'un rapport particulier à notre passé, ainsi que de choix consistant à mettre certains événements en valeur.
Retour sur les enjeux d'une telle périodisation avec François Setton.

Libres réflexions sur la nature et le rôle de la philosophie dans la société industrielle avancée inspirées par Michel Freitag. Avec Baptiste Rappin pour l'École Supérieure des Sciences Économiques et Commerciales.


(0)
301 Vues
0 commentaire
21.11.2020

Michel Freitag est un sociologue discret et marginal, voire méconnu ou ignoré : il s'agit de l'un des rares intellectuels francophones à n'avoir pas succombé à la pulvérisation méthodologique des savoirs et, par conséquent, à n'avoir pas renoncé à l'entreprise d'une théorisation générale de la société. C'est ainsi qu'il en vient à distinguer trois modes formels de reproduction : le "culturel-symbolique", le "politico-institutionnel" et le "décisionnel-opérationnel".
Plus particulièrement, les sciences humaines jouent un rôle essentiel dans les deux derniers modes de reproduction : dans le cadre de la modernité, elles endossent le costume d'une instance critique et réflexive qui instaure une capacité d'institutionnalisation, c'est-à-dire qu'elles participent de l'élaboration rationnelle mais conflictuelle du pouvoir qui assure l'unité de la société. Le passage à la postmodernité, quant à lui, représente une autonomisation des sciences humaines qui, plutôt que d'inscrire l'homme dans une totalité signifiante, travaillent à son adaptation au mouvement technoéconomique général : elles sont devenues, ni plus ni moins, des techniques de contrôle et de gestion du social.
C’est dans ce cadre général que Baptiste Rappin entend cerner et discerner la nature et la place de la philosophie au sein du management et des sciences de l'organisation ; réflexion d'autant plus urgente qu'elle met aux prises d'une part la philosophie, canon de la libre rationalité, et la théorie des organisations, fer de lance de la mise en systèmes du globe terrestre.

Michel Villey : l'antimoderne ? Avec Chantal Delsol et Thibault Mercier sur TV Libertés.


(0)
281 Vues
0 commentaire
03.2023

Michel Villey (1914-1988) est un grand historien et philosophe du droit. A l'heure où chaque minorité, voire chaque individu, exigent la reconnaissance publique et politique de ce qu'ils jugent être leurs "droits", au risque de fragmenter la nation et de détruire l'unité d'un peuple, il est venu rappeler la grande leçon juridique et philosophique des Anciens – Aristote, le droit romain, saint Thomas d'Aquin : le droit est affaire de justice, donc, de relations entre des parties, de rapports et de proportionnalité, non d'idéologies et d'abstractions universalistes.

Émission "Les idées à l'endroit", animée par Rémi Soulié.

Pascal et la proposition chrétienne. Avec Pierre Manent pour le Cercle Aristote.


(0)
326 Vues
0 commentaire
09.01.2023

Alors qu'il est repoussé à la périphérie de la vie européenne, le christianisme en reste le centre agissant. Nous sommes gouvernés par ce que nous fuyons. Difficile d'imaginer situation plus dommageable. Ayant séparé Dieu du reste de notre vie, nous sommes devenus incapables d'aborder la question la plus haute et la plus urgente que l'animal rationnel puisse se poser. Comment ressaisir l'unité et la vie, le sens et l'urgence de cette question de Dieu ?
C'est au mitan du XVIIe siècle que la décision a été prise de construire l'État souverain. Et c'est à ce moment que fut repensée par Blaise Pascal ce que j'appelle la proposition chrétienne, entendant par là l'ensemble lié des dogmes ou mystères chrétiens offerts à la considération de notre entendement et au consentement de notre volonté. "Proposition" n'a pas ici qu'un sens logique ou notionnel, mais pratique et actif : il s'agit d'un acte dont l'auteur est Dieu dans son Église.
L'œuvre de Pascal est l'objet d'une très riche tradition critique. Pierre Manent, pour sa part, cherche seulement l'aide et l'appui de cet auteur pour retrouver les termes exacts, et ressaisir la gravité et l'urgence de la question chrétienne – celle de la foi chrétienne, de la possibilité de la foi chrétienne.