Aux origines de l'eschatologie biblique : Grand Israël et gouvernance mondiale. Avec Youssef Hindi pour E&R à Strasbourg.


(0)
91 Vues
0 commentaire
03.11.2018

Loin de remettre en cause le monothéisme, Youssef Hindi nous livre un récit historique inédit du dévoiement de l'idée monothéiste par un groupe d'Hébreux qui a cru bon d'adopter puis d'imposer au peuple d'Israël une divinité qui lui était alors inconnue, Yahvé. Celui-ci s'est substitué, à la suite d'un lent processus, à El, le Dieu d'Abraham, des Patriarches et des prophètes. Car contrairement à une idée répandue, les Hébreux n'ont pas inventé le monothéisme, mais une partie d'entre eux l'a dévoyé.
C'est ce que démontre Youssef Hindi, après avoir remonté la trace de la croyance en un Dieu Unique dans l'Antiquité la plus reculée.
L'enquête nous mène aux tous débuts de l'Histoire, aux deux extrémités du Croissant fertile, de Sumer à l'Égypte, en passant par Canaan. Il nous fait découvrir les preuves écrites de la croyance en Dieu, Unique et Universel, antérieures à la Torah de plus d'un millénaire.
Malheureusement le monothéisme, présent dans la Torah originelle, fut perverti par la confusion opérée entre un dieu tribal, Yahvé, et le Dieu Universel, El. Cette usurpation a donné naissance au judaïsme et à son paradoxe théologique : l'universalisation d'un dieu tribal, avec des conséquences historiquement dévastatrices.

Délivrez-nous du bien. Avec Natacha Polony et Jean-Michel Quatrepoint au Cercle Pol Vandromme.


(0)
130 Vues
0 commentaire
21.11.2018

L'atmosphère est lourde. Les phrases, les situations qui semblaient autrefois anodines deviennent des crimes. Nous sommes tous coupables, et les inquisiteurs nous guettent. Coupables d'avoir bu un verre, d'avoir blagué sur les femmes, de manger de la viande, d'avoir offensé une minorité quelconque. Coupables d'avoir été du côté des "dominants". Chaque jour, un citoyen qui se croyait, non pas un héros, mais un type à peu près bien, se retrouve cloué au pilori, sommé d'expier ses crimes et de faire repentance.
Derrière cette traque aux dérapages et ces entreprises de rééducation, un mécanisme : la tyrannie de minorités qui instrumentalisent des combats essentiels, pour les transformer en croisade contre une supposée majorité, contre les "dominants". Au nom du Bien, on modifie le vocabulaire, on nie le plaisir, on criminalise le désir, on réécrit l'histoire.
Ces nouveaux bigots, qui détestent l'Homme tel qu'il est et le rêvent selon leurs diktats, sont les idiots utiles d'un néolibéralisme qui atomise les sociétés et fragilise les structures traditionnelles pour mieux imposer sa vision manichéenne du monde.

Soral répond sur ERFM !


(0)
750 Vues
0 commentaire
2018

Après deux ans de questions-réponses en vidéo sur ERTV, l'émission Soral répond revient sous un nouveau format sur ERFM, la radio en ligne et en continu d’Égalité & Réconciliation.
Le principe : les auditeurs qui le souhaitent posent leurs questions sur le répondeur du polémiste qui choisit ensuite les meilleures et y répond !

L'économie : notes de lecture, par Michel Drac.


(0)
192 Vues
0 commentaire
2018

Michel Drac, analyste politique et prospectiviste bien connu, s'emploie ici à comprendre les grands enjeux économiques contemporains.
Pour se faire, il étudie en profondeur les institutions, les structures et les différentes théories qui prétendent rendre compte de cette réalité dynamique avec plusieurs notes de lecture sur des ouvrages consacrés à ces questions.

Le féminisme : état des lieux. Avec Eugénie Bastié et Clémentine Autain à Répliques sur France Culture.


(0)
82 Vues
0 commentaire
23.04.2016

Simone de Beauvoir écrivait en 1947 dans le deuxième sexe : "la dispute durera tant que les hommes et les femmes ne se reconnaîtront pas comme des semblables".
Nous sommes en 2016, les femmes ne sont plus confinées au foyer, ni condamnées aux métiers subalternes : avocats, architectes, magistrats, diplomates, ministres, les grandes professions et les plus hautes fonctions leur sont ouvertes. Elles divorcent sans rencontrer d'obstacle, celles qui ne souhaitent pas poursuivre une grossesse peuvent demander à un médecin de l'interrompre. La procréation est aujourd'hui un choix et non un destin.
Une véritable révolution des mœurs a tout changé en quelques décennies et nous aurions donc tendance à croire que la reconnaissance a eu lieu et que la dispute est, ou devrait, être close.
Mais force est de constater que de nombreuses personnes ne sont pas d'accord avec ce constat. Alors : le féminisme a-t-il gagné la partie ou vivons-nous encore dans une société patriarcale ?

La déséducation nationale, l'héritage de Bourdieu. Avec Anne-Sophie Nogaret au Cercle Res Communa.


(0)
199 Vues
0 commentaire
19.10.2018

Du côté des élèves : absentéisme chronique, incivilités, violences, désintérêt, communautarisme. Du côté des institutions : capitulations hiérarchiques, aveuglement idéologique, consignes de notation scandaleuses au baccalauréat.
Anne-Sophie Nogaret, enseignante, nous raconte l'effondrement récent du niveau de l'enseignement secondaire, résultat d'une politique éducative impulsée par Pierre Bourdieu.
Convaincus que l'autorité est une oppression et que la bienveillance, même si elle ne sert qu'à dissimuler la lâcheté, pourra leur éviter d'affronter une réalité dérangeante, les professeurs sont les victimes d'un système qu'ils font tout pour sauver.
Mais aujourd'hui, la cote d'alerte est dépassée et un seul terme résume ce qui est en train de se passer : un gigantesque naufrage.

Critique sociale et sociologie. Avec Nathalie Heinich et Luc Boltanski à Répliques sur France Culture.


(0)
105 Vues
0 commentaire
14.11.2009

L'approche critique n'a pas toujours bonne presse et les lieux du culte sociologique se prêtent parfois à son encontre au jeu des anathèmes et des excommunications. Ce qui la rend la plus dérangeante, c'est certainement son inscription dans une culture du dévoilement, de la résistance et du changement social. Cette solidarité de principe avec le progrès social entendu comme une lutte contre les dominations visant l'émancipation se couple par ailleurs à d'autres formes d'exigence, notamment celle de démystifier le principe de neutralité axiologique.
La nécessité de la critique se fonde également sur un principe empirico-théorique tenant le chercheur à égale distance des affres de l'empirisme sans concept et du théoricisme qui fait l'économie de l'administration de la preuve.
C'est aussi celle du refus de l'hyperspécialisation et de la lutte contre la dispersion des sciences sociales et humaines.
Entre nécessités et vertus de la critique, Nathalie Heinich et Luc Boltanski discutent quelques aspects parmi les plus importants de la sociologie contemporaine.

Le maniement des hommes. Avec Thibault Le Texier à Des mots de minuit sur France 2.


(0)
453 Vues
0 commentaire
26.05.2016

Thibault Le Texier, chercheur en sciences humaines, déconstruit quelques poncifs contemporains liés au management : l'efficacité, le contrôle et l'organisation ne sont pas directement liés à la logique marchande, mais constituent le soubassement de la rationalité managériale, pivots du contrôle des hommes ou des femmes, de l'entreprise à la cuisine !
Et dire qu'à l'origine le verbe "manager" voulait dire "prendre soin, s'occuper de", s'agissant d'un enfant, d'un malade ou d'un animal de ferme. Mais Monsieur Taylor est passé par là avec son regard d'ingénieur. L'histoire en a été changée.