Peut-on s'émanciper de ses déterminismes ? Avec François Bégaudeau à l'Université Lyon 3.


(0)
69 Vues
0 commentaire
11.03.2021

C'est en compagnie de l'écrivain François Bégaudeau que sont abordés les rapports étroits et apparemment conflictuels entre l'émancipation et le déterminisme.
Se pose dans un premier temps la question de savoir si l'on peut s'émanciper de nos déterminismes alors que nous sommes précisément agis en permanence par ceux-là.
L'occasion de sillonner une pluralité de domaines en lien avec la thématique : l'école, la place de la spiritualité ou encore les mouvements politiques et autonomes actuels.
François Bégaudeau évoque enfin le conditionnement social vécu comme un poids étouffant et sclérosant non seulement par les classes populaires, mais aussi par la bourgeoisie.

Un échange organisé par l'association Droit Philosophie de l'Université Jean Moulin Lyon III.

Les grandes philosophies. Avec Charles Robin sur Le Précepteur.


(0)
250 Vues
0 commentaire
2021

Au fil des siècles, de nombreux courants de pensée ont façonné notre conception du monde et notre manière d'appréhender l'existence : Qu'est-ce que la vérité ? Comment peut-on vivre heureux ? Dieu existe-t-il ? Quel est le sens de notre vie ?
Bien loin du jargon des spécialistes, le professeur de philosophie Charles Robin nous rend accessible les œuvres des plus grands philosophes afin d'en faciliter la compréhension et, pourquoi pas, de nous faire changer le regard que nous portons sur nous-mêmes et sur le monde.
Une initiation sérieuse à une discipline souvent difficile d'accès, dans un langage clair et une atmosphère détendue.

Pensée dominante et démocratie. Avec François Bégaudeau à l'Ecole Normale Supérieure.


(0)
579 Vues
0 commentaire
17.09.2019

Existe-t-il une pensée dominante et si tel est le cas, quel en est son contenu ? Est-elle une pensée de classe ou un consensus à l'échelle de la société ? Quelle est l'objectif de la pensée dominante et quelle est son influence sur la lutte des classes ? François Bégaudeau, héritier des pensées marxiste et anarchiste, répond à ces questions d'une actualité brûlante.
Dans un second temps, le sociologue et politologue Gil Delannoi donne la réplique : pourquoi les élites sont-elles acquises à une pensée dominante ? Est-ce un phénomène social évitable ou le propre même de toute société ? Des solutions existent-elles pour limiter ces effets dans notre société démocratique ou faut-il nécessairement envisager un changement de système ?

Theodor W. Adorno et l'individu. Avec Claire Pagès aux Rencontres philosophiques de Monaco.


(0)
214 Vues
0 commentaire
21.06.2020

Cette leçon de philosophie entend déployer la pensée d'un philosophe majeur du XXe siècle à partir d'un sujet central à son oeuvre. Ce philosophe, il s'agit de Theodor W. Adorno, chef de fil de l'École de Francfort dont la théorie critique sociale s'interesse de près au statut de l'individu contemporain.
Un problème plus que jamais actuel, et pour la compréhension dulequel un détour par Adorno est plus que recommandé !

Philosophe de l'intime. Avec Camille Froidevaux-Metterie sur France Culture.


(0)
227 Vues
0 commentaire
08.11.2019

Philosophe et féministe ? Ce titre, Camille Froidevaux-Metterie le revendique haut et fort. C'est à 40 ans qu'elle est entrée en féminisme, pas seulement par les concepts, mais par le corps avant tout : maternité, menstruations, seins... Elle fait siennes les questions de l'incarnation féminine.
Retour sur son parcours et son rapport si particulier qu'elle entretien avec la philosophie et la condition féminine.

Émission "Les Chemins de la philosophie", animée par Géraldine Mosna-Savoye.

De la valeur comme sujet automate à la domination sans sujet. Avec Anselm Jappe au séminaire Sophiapol.


(0)
1315 Vues
0 commentaire
21.11.2012

Le penseur marxien Anselm Jappe nous propose une étude des catégories de la domination à la lumière de la critique du fétichisme de la marchandise.
Il revient notamment sur quelques-unes des nombreuses confusions que font les lecteurs pressés de la critique de la valeur, en montrant que le concept de "domination sans sujet" offre un réflexion différente, au-delà du concept sociologiste/subjectiviste de "domination" que l'on retrouve dans l'ensemble de la critique superficielle du capitalisme (où la domination est comprise comme directe, de classe ou fondée dans la propriété privée); et également au-delà des thèses structuralistes ou althussériennes.

La conférence est prononcée dans le cadre du séminaire Sophiapol "Les conceptions contemporaines de la domination".

Histoire et préhistoire de la domination masculine. Avec Christophe Darmangeat et Jean-Marc Pétillon à Saint-Gaudens.


(0)
304 Vues
2 commentaires
17.03.2018

L’observation des sociétés humaines fait apparaître une grande diversité des rapports entre les sexes. Pourtant, quelques constantes émergent : ainsi, l’absence de sociétés dominées par les femmes - un "matriarcat" dont l’archéologie ne permet pas davantage d'établir l'existence dans le passé. Ainsi, également, l'omniprésence d'une division sexuelle du travail, qui prescrit aux hommes et aux femmes des activités spécifiques.
Comment expliquer tant la diversité des situations que ces éléments universels ? Peut-on cerner leur origine ? Et pourquoi notre propre société est-elle la première à avoir produit l'idéal de l'égalité des sexes (à défaut d'être parvenue à le réaliser) ?
C'est à ces questions que tentent de répondre Christophe Darmangeat et Jean-Marc Pétillon en mobilisant les données fournies par l'ethnologie et l'archéologie.

Une conférence organisée par le "Groupe de Recherche pour l'Éducation et la Prospective".

Le féminisme bourgeois contre la lutte des femmes pour l'égalité. Avec Diane Gilliard au café marxiste à Paris.


(0)
456 Vues
0 commentaire
29.06.2019

Aujourd'hui, tout le monde est féministe, tout le monde dit défendre les intérêts spécifiques des femmes. Celles d'ici et celles d'ailleurs : le gouvernement français, l'Union européenne, l'OTAN, les actrices, les médias et la télévision prétendent tous défendre les "droits des femmes" au cœur de leurs préoccupations et de leurs interventions.
Mais en réalité, quels "féministes" se préoccupent réellement des milliards de femmes sur la terre, exploitées, opprimées, abusées, qui travaillent en usine, cultivent la terre pour des salaires misérables (quand elles sont payées !) ? C'est comme si elles n'existaient pas. Le féminisme "officiel", bourgeois, participe en réalité à leur oppression et à leur exploitation.
La lutte pour l’égalité entre les sexes est fondamentale pour les communistes : pas d'émancipation des travailleurs sans émancipation des femmes. Renouons donc le fil rouge avec les grandes luttes populaires où les femmes jouent toujours un rôle moteur, des révolutions française et russe aux Gilets jaunes.