Aux sources du malaise identitaire français. Avec Paul-François Paoli au Cercle Aristote.


(0)
93 Vues
0 commentaire
02.07.2020

Depuis la disparition du général de Gaulle, un spectre hante toujours plus la France : celui de l'identité. Les Français ne savent plus qui ils sont. Médias et intellectuels, toujours prompts à se tourner vers "l'Autre", assurent que la France, c'est la République, les droits de l'Homme, les valeurs, l'universel.
Mais si la France ce sont des "valeurs", des "idées", alors qu'est-ce que le peuple français ? Que deviennent la langue, le territoire, les moeurs et les traditions ?
Confusion profonde entre valeurs et culture, universalisme idéologique, passions antagonistes pour l'élitisme et l'égalitarisme, telles sont, selon Paul-François Paoli, les questions qui se trouvent au centre du malaise identitaire français.
Dans cette conférence, il les dissèque et y répond avec clarté, ouvrant la voie au retour de l'identité paisible, ce sentiment d'être soi et pas un autre.

Plaidoyer pour une France protectionniste. Avec Yves Perez pour le Cercle Aristote.


(0)
51 Vues
0 commentaire
16.06.2020

En France, comme ailleurs en Occident, le protectionnisme a eu longtemps mauvaise presse. Mis à l'index par une majorité de décideurs acquis au libre-échange, le protectionnisme est pourtant aujourd'hui dans tous les esprits, sinon dans les faits, comme en témoigne l'Amérique de Trump.
Le rejet du protectionnisme a fait oublier que pendant un siècle, de 1873 à 1973, la France a vécu sous un régime "d'économie protégée" et qu'elle ne s'en est pas si mal portée. Mieux même, elle a réussi, en dépit des handicaps concurrentiels dont elle souffrait, à faire face à ses rivaux et à maintenir ses positions économiques et commerciales, avant que ne commence le déclin de celles-ci dans le cycle de la mondialisation.
N'est-il pas temps de retracer et de méditer l'histoire de cette France protectionniste pour redéfinir une stratégie économique et industrielle cohérente et pérenne ?

Souverainisme et économie de marché, ennemis irréductibles ou indispensables l'un à l'autre ? Avec Marc Rameaux au Cercle Aristote.


(0)
59 Vues
0 commentaire
21.06.2020

Lieu de tous les paradoxes, l'économie oppose à toute action ses effets contraires. Tout est à double tranchant dans la pratique du capitalisme. Marc Rameaux nous invite à une étude précise du phénomène, équipé qu'il est par 25 ans d'expérience au sein de grandes sociétés industrielles et de services.
D'inspiration libérale, il congédie cependant sévèrement la dérive dogmatique du libéralisme et montre comment l'Union européenne engendre un nivellement par le bas et pourquoi l'opposition entre libre-échange et protectionnisme est un faux débat.
Une voix indépendante qui est appelée à se faire entendre.

La faillite des élites. Avec Michel Maffesoli au Cercle Aristote.


(0)
142 Vues
0 commentaire
09.03.2020

Face au resurgissement du besoin d'affirmation des différences, des spécificités langagières et idéologiques, des rassemblements autour d'une commune origine, réelle ou mythifiée, quelle attitude adopter ?
Qu'elles soient musicales, religieuses, sportives, sexuelles ou culturelles, ces "tribus" postmodernes occupent le nouvel espace public. À l'harmonie abstraite d'un unanimisme de façade est ainsi en train de succéder une harmonie conflictuelle.
Ne faudrait-il pas mieux accompagner cet idéal communautaire, plutôt que le dénier ?

Opération Turquoise au Rwanda : comment la France à perdu la guerre de l'information. Avec Charles Onana au Cercle Aristote.


(1)
117 Vues
0 commentaire
10.02.2020

Le 22 juin 1994, le Conseil de sécurité de l’ONU autorise par la résolution 929 le déploiement d'une force multinationale sous commandement français au Zaïre et au Rwanda pour mettre en sécurité les personnes en danger au Rwanda. Or, depuis plus de vingt ans, journalistes, membres d'ONG, chercheurs et surtout le régime du Rwanda accusent la France d’avoir participé à la préparation puis à l'exécution du génocide. Celles-ci sont-elles exactes ? Sur quelles preuves reposent-elles ?
Après plus de dix années de recherches dans les archives du Conseil de sécurité, de l'Elysée, du ministère français de la Défense, celles du gouvernement des Etats-Unis et du Tribunal Pénal International pour le Rwanda ainsi que le recueil de nombreux témoignages, Charles Onana répond à ces questions.
Il démontre aussi que les dirigeants actuels du Rwanda ont, pendant plus de deux mois, empêché l'intervention de l'ONU, encourageant ainsi les massacres plutôt que l'arrêt des hostilités et le partage du pouvoir, comme le prévoyaient les accords de paix signés en 1993 à Arusha.
Le travail de Charles Onana est le premier du genre entièrement consacré à la mission Turquoise. Il remet en cause tout ce que l’on croyait savoir jusqu'ici.

Réflexions sur la peine de mort. Avec Jean-Louis Harouel au Cercle Aristote.


(0)
144 Vues
0 commentaire
02.03.2020

On présente aujourd'hui l'abolition de la peine de mort comme un progrès majeur de civilisation. En est-il vraiment ainsi ? S'inscrivant en faux contre la vulgate ambiante, Jean-Louis Harouel propose une autre lecture. iconoclaste et originale.
Il montre que, contrairement aux apparences - et à ce que bien des gens croient sincèrement -, la phobie de la peine de mort qui caractérise aujourd'hui l'Europe occidentale ne procède pas du "Tu ne tueras pas de la Bible", mais est un des effets d'une religion séculière ayant pris le relais du communisme comme projet universel de salut terrestre, "la religion des droits de l'homme". Or celle-ci est la continuatrice de vieilles hérésies oubliées qui manifestaient une grande désinvolture à l'égard de la vie des innocents, tout en professant un amour préférentiel envers les criminels, considérés comme d'innocentes victimes.
Là se trouve la source de l'humanitarisme anti-pénal qui a fait triompher l'abolition de la peine de mort, laquelle, même très peu appliquée, constituait la clé de voûte d'un système pénal fondé sur l'idée de responsabilité. Au lieu de quoi, la suppression de la peine capitale a frayé la voie à une perversion de la justice - l'imposture de la perpétuité de vingt ans ! - au profit des criminels et au détriment de la sécurité des innocents.

Erdogan, les migrants et la Grèce. Avec Olivier Delorme pour le Cercle Aristote.


(0)
181 Vues
0 commentaire
03.2020

Après une décennie de politiques d'austérité, quel est l'état de la Grèce ? Et alors qu'Erdogan prend de plus en plus l'apparence et les fonctions d'un sultant, quel est l'état de la Turquie ? Comment comprendre les relations de pouvoir entre ces deux pays alors que l'Union européenne se trouve obligatoirement intégrée aux négociations ? Comment analyser les réactions médiatiques ?
C'est en compagnie de l'historien et romancier Olivier Delorme, auteur d'une somme en 3 tomes sur la Grèce et les Balkans, que nous revenons sur la crise entre la Grèce et la Turquie sur fond de chantage migratoire.

Pourquoi les souverainistes perdent-ils leurs guerres ? Avec David Desgouilles et Jean-Michel Salgon au Cercle Aristote.


(0)
151 Vues
0 commentaire
24.02.2020

La mouvance souverainiste, depuis son apparition sur la scène politique il y a une trentaine d'années, a suscité bien des espoirs ainsi que bon nombre d'illusions.
Pour revenir sur les heurs et malheurs de ceux pour qui l'indépendance nationale est la condition nécessaire pour mener une politique dans l'intérêt des français, le politologue Jean-Michel Salgon et le journaliste et romancier David Desgouilles sont réunis afin de débattre des bouleversements et lignes de fracture idéologiques qui travaillent la galaxie souverainiste.