"Je suis socialiste, populiste, anarchiste." Avec Jean-Claude Michéa sur France Inter.


(0)
222 Vues
3 commentaires
04.11.2023

Cinq ans après son dernier ouvrage, Jean-Claude Michéa met à jour sa critique du libéralisme en partant des évolutions du mode de vie métropolitain dans Extension du domaine du capital (Albin Michel, 2023).
Ce qu'il nous propose, c'est de renoncer une fois pour toutes à l'idéologie du progrès qui fonde le progressisme intellectuel libéral et de revenir au socialisme des origines, populaire et enraciné.

Émission "Le Grand Face-à-face", animée par Thomas Snégaroff.

Regard critique sur la Smart City. Avec François Jarrige sur Kawa TV.


(0)
231 Vues
0 commentaire
02.2020

Depuis quelques années, le concept de smart city ou ville intelligente s'est fortement popularisé dans différentes sphères de la société et semble faire consensus dans le champ politique, autant à droite qu'à gauche. Mais que recouvre ce concept ? La smart city fait-elle réellement partie intégrante des solutions vers un avenir plus durable ?
Historien contemporain spécialiste de la pensée technocritique et des pollutions environnementales, François Jarrige s'intéresse particulièrement à l'idéologie du "progrès" qui tend à légitimer toutes les externalités négatives de notre modernité industrielle.
Il propose ici de revenir sur l'histoire de la smart city, ses enjeux économiques, sociaux et idéologiques.

"La ruination n'est plus possible car la solidité n'est plus au coeur de la construction contemporaine". Avec Bruce Bégout sur la RTBF.


(0)
251 Vues
0 commentaire
21.05.2022

Philosophe et écrivain, Bruce Bégout est l'auteur de divers ouvrages et essais. Dans Obsolescence des ruines, il poursuit son travail sur les espaces marginaux et périphériques, cherchant à "creuser des chemins de traverse dans l'univers contemporain". Il explique que ces recherches sur l'espace, la ville ou l'architecture sont autant de prétextes pour interroger la modernité, sa continuation problématique et les mutations qui traversent nos sociétés, qu'elles soient anthropologiques, technologiques ou urbanistiques. Et quand il écrit de la fiction, ce qui l'intéresse c'est "de prendre la société contemporaine, d'observer les tendances qui la traversent et de les pousser jusqu'à leur limite ultime pour voir les effets qu'elles produisent sur nous".
Son goût pour les ruines et l'architecture remonte au début des années 90. À l'époque, il se rend à Los Angeles pour occuper un poste d'assistant à UCLA. Il en profite pour visiter la grande métropole californienne et est fasciné par l'impression de fragilité qui s'en dégage, impression d'autant plus renforcée que Los Angeles est situé sur une faille, celle de San Andreas, le long de laquelle pourrait avoir lieu, dans les années à venir, un tremblement de terre dévastateur. Au-delà de sa géographie même, Los Angeles lui semble vulnérable en raison de son architecture. "C'est comme si les bâtiments avaient anticipé eux-mêmes leur disparition possible". Les immeubles sont construits avec des matériaux peu nobles, les techniques de construction sont sommaires… Cela renforce son sentiment d'une fragilité de l'architecture, fragilité qu'il va interroger dans son livre sur Los Angeles mais aussi dans ses ouvrages sur Las Vegas, les motels, les mondes périurbains, ou encore dans son dernier essai sur la disparition annoncée des ruines dans nos mondes contemporains.

Émission "La couleur des idées", animée par Simon Brunfaut.

Comment est née Los Angeles ? Avec Bruce Bégout et Annick Foucrier sur France Culture.


(0)
335 Vues
0 commentaire
31.08.2021

Comment ne pas être à la fois subjugué et effrayé par cette ville iconique qu'est Los Angeles ? Troisième ville mondiale, ultra-moderne et ultra-capitaliste, on pourrait croire qu'en elle se trouve le modèle de toutes les villes à venir. Et pourtant, Los Angeles reste inimitable.
Et pour cause, cette immense banlieue sans centre-ville, dans laquelle on ne se déplace plus qu'en voiture, s'est construite en effaçant au fur et à mesure les traces de son passé. Elle nous apparaît aujourd'hui comme une ville flottante, déracinée de son contexte historique et livrée aux fantasmes des écrivains, réalisateurs ou investisseurs du monde entier.
L'occasion de revenir, en compagnie de l'historienne Annick Foucrier et du philosophe Bruce Begout, sur les premières fondations de cette ville pour poser un nouveau regard sur la ville-studio ou la ville-spectacle qu'elle est devenue.

Émission "Sans oser le demander", animée par Matthieu Garrigou-Lagrange.

La machine des machines. Avec Pierre Caye pour la Société Française des Architectes.


(0)
474 Vues
0 commentaire
29.05.2021

La ville est la grande affaire de notre temps. Depuis 2008, plus de la moitié de la population mondiale vit en ville. Et nous serons probablement près de 60% en 2030. L'attraction démographique de la ville est renforcée par son dynamisme économique. Elle est devenue le lieu central de la production et de l'innovation, le cœur du système productif et de son organisation économique.
La ville contemporaine apparaît d'abord comme un mégasystème technique, le système des systèmes, l'infrastructure qui rassemble à la fois les superstructures et les autres infrastructures ou mieux encore la machine des machines qui interconnecte les différents réseaux structurant la vie urbaine.
Mais la machine des machines n'est pas un moyen de production comme un autre, du même ordre que les machines qu'elle machine. La ville donne un autre sens à la notion de machine, et c'est pourquoi elle est appelée à jouer un rôle fondamental dans la transformation productive, à partir du moment où est prise en compte la spécificité de sa conception et de son intelligence.

Une intervention qui s'insère dans le colloque "La cité au XXIe siècle".

L'abri souverain : architecture, protection, salut (XIII-XVIIe siècle). Avec Pierre Caye au Collège de France.


(0)
547 Vues
0 commentaire
09.06.2015

L'architecture est le vieux nom de la technique. Palais, jardins et hôtels, villes, châteaux et forteresses de l'âge humaniste et classique ne sont pas seulement des œuvres d'art, mais aussi des machines qui soutinrent la puissance des vieux empires, épargnèrent le temps et la force des hommes, et favorisèrent le règne d'une économie faite de beauté, de parcimonie et d'art de vivre, ce qu'on appelle Décor. Mais machines ô combien étranges, dépourvues de rouages et de mécanismes, vides comme une coquille de noix !
C’est à la constitution de ce paradigme poïétique et technique bien éloigné de ce que nous entendons habituellement sous le nom de technique, et à la compréhension du fonctionnement mystérieux et discret de ces machines que se consacre Pierre Caye dans cette intervention.

Métamorphoses de la ville. Avec Pierre Le Vigan pour le Cercle Aristote.


(0)
685 Vues
0 commentaire
27.10.2020

Nous sommes de plus en plus nombreux à vivre dans des villes. Mais sont-elles encore des villes ? L'immense majorité des urbains vit en fait en banlieues ou dans le périurbain. Tandis que la France tue ses villes moyennes, celles de la "France périphérique", le monde devient un immense bidonville. Ces villes hyper-modernes et hypertrophiées connaissent une croissance sans fin. L'artificialisation des sols se développe sans autre fin que d'arriver à la totalité. Cette croissance sans limites mène à des catastrophes.
Comment en est-on arrivé là ? Y a-t-il d'autres solutions ? La relocalisation des villes dans leur contexte historique est-elle possible ?
L'urbaniste et essayiste Pierre Le Vigan nous introduit aux enjeux les plus actuels de l'urbanisme.

L'urbanisme : de Romulus à Le Corbusier. Avec Pierre Le Vigan pour le Cercle Henri Lagrange.


(0)
809 Vues
0 commentaire
09.2020

Nous sommes de plus en plus nombreux à vivre dans des villes. Mais sont-elles encore des villes ? L'immense majorité des urbains vit en fait en banlieues ou dans le périurbain. Tandis que la France tue ses villes moyennes, celles de "la France périphérique", le monde devient un immense bidonville. Ces villes hyper-modernes et hypertrophiées connaissent une croissance sans fin. L'artificialisation des sols se développe sans autre fin que d'arriver à la totalité. Cette croissance sans limites mène à des catastrophes.
Comment en est-on arrivé là ? Y a-t-il d'autres solutions ? La relocalisation des villes dans leur contexte historique est-elle possible ?
L'urbaniste et essayiste Pierre Le Vigan nous introduit, par un détour historique bienvenu, aux enjeux les plus actuels de l'urbanisme.

 - 0'00'23 : différences entre "maçonnerie", "architecture" et "urbanisme"
 - 0'06'11 : qu'est qu'une "cité" ?
 - 0'09'01 : qu'est-ce que le "synœcisme" ?
 - 0'10'11 : la "Cité idéale" de Platon
 - 0'11'52 : Aristote
 - 0'13'12 : qu'est-ce que le "pomerium"
 - 0'14'39 : les murailles
 - 0'17'38 : les utopies urbanistiques de la Renaissances
 - 0'20'35 : impact de la révolution industrielle sur la ville
 - 0'24'26 : le Paris d'Hausmann
 - 0'30'12 : les utopies urbanistiques du XIXe siècle
 - 0'32'43 : les mouvements "culturaliste", "progressiste" et "naturaliste"
 - 0'39'08 : Le Corbusier
 - 0'45'08 : le "Plan Voisin"
 - 0'49'30 : Bauhaus et l'avant-garde soviétique
 - 0'56'51 : les "grands ensembles" en France
 - 1'04'59 : le regard d'un urbaniste sur la banlieue
 - 1'11'18 : la conception contemporaine de la rue
 - 1'15'15 : les mouvements "modernes" et "post-modernes"
 - 1'20'33 : Le mode de contrôle contemporain de la ville
 - 1'22'32 : qu'est ce que la "smart city" ?
 - 1'23'32 : la ville de demain