De quoi Macron est-il le nom ? Avec Roland Hureaux au Cercle Aristote.


(0)
397 Vues
0 commentaire
23.02.2015

Rencontre avec Roland Hureaux, élu local, ancien haut fonctionnaire et essayiste, qui construit depuis près de 20 ans une oeuvre de critique du culte de la réforme et de la destruction de l'Etat. Il analysera pour nous la symbolique de la loi Macron, la dernière illustration en date de la victoire du "trotsko-libéralisme" que représente le quinquennat Hollande.
En effet, comprendre cette loi décriée de toutes parts reste problèmatique : elle ne s'attaque pas aux vrais problèmes, en crée là où il n'y en a pas et participe surtout d'une véritable perte de repères au sein de la société. Dès lors, comment en comprendre le sens ?

L'art de la non-décision ou comment donner l'illusion de l'action. Avec Pierre Conesa à l'Institut des hautes études de défense nationale.


(0)
348 Vues
0 commentaire
23.10.2014

Que doit-on absolument maitriser en politique ? Ne rien décider tout en donnant l’illusion de l’action : différer l’urgence, contourner les obstacles, ne se fâcher avec personne, consulter à l’infini, subventionner sans réformer, créer de la complexité, créer puis consulter les commissions supérieures.
Enseigner l’art ultime de ne pas prendre de décision en laissant une trace dans l’Histoire, tel est l’objet de cette conférence originale où Pierre Conesa nous livre des techniques et conseils pratiques pour survivre en milieu politique, et être absolument certain de ne rien entreprendre !

Contre la "régulation", pour la refonte : les impasses des stratégies prudentielles. Par Frédéric Lordon à l'ENS.


(0)
309 Vues
0 commentaire
15.12.2008

L’ampleur de la crise financière pose directement la question de l’efficacité des stratégies de régulation prudentielle telles qu’elles sont vouées à rencontrer trois écueils difficilement surmontables :
 1) la puissance des forces concurrentielles qui entraînent les agents quoi qu’ils en aient ;
 2) l’impossibilité essentielle du contrôle des risques ex ante ;
 3) les effets symboliques de la croyance "innovation" qui distord le régime collectif des anticipations et de l’appréciation du risque.
Contre les stratégies de régulation qui seront trop vraisemblablement débordées à nouveau par une dynamique de bulle, il est permis de plaider pour une refonte beaucoup plus radicale des structures de la finance selon l’objectif d’une réduction drastique de ses niveaux de profit-risque et selon le principe d’une désophistication générale de ses activités.
Cette conférence énonce plusieurs propositions en ce sens jusqu’à l’idée d’une modification profonde des structures bancaires qu’il s’agirait de faire évoluer dans la direction d’un "système socialisé du crédit".