Vers l'Autodéfense : le défis des guerres intérieures. Avec Bernard Wicht pour le Cercle Aristote.


(0)
194 Vues
0 commentaire
06.12.2021

Depuis la fin du XXe siècle, le capitalisme financier triomphant a vidé les Etats de leur substance, les empêchant de remplir leur fonction de protection de leurs populations. Dans l'espace laissé vide, une violence anarchique et capillaire s'est engouffrée. N'étant plus canalisée par le monopole étatique, elle se traduit par un continuum de guerres internes se déroulant au sein même des sociétés. Ce n'est plus l'Etat, mais l'individu qui est dorénavant l'acteur de la guerre.
Bernard Wicht nous emmène ainsi sur les traces de l'autodéfense et de son articulation lorsque le citoyen n'est plus un soldat, mais un simple contribuable, autrement dit, un "homme nu" coincé entre les dérives de l'Etat-policier et le pouvoir arbitraire des nouveaux barbares (narco-gangs, groupes armés, terroristes). Il s'efforce alors de mettre en évidence les ressorts de cette autodéfense dont dépend aujourd'hui notre destin.

Les nécessités de la guerre aujourd'hui. Avec Benoist Bihan sur Radio Courtoisie.


(0)
281 Vues
0 commentaire
24.07.2020

Plus qu'aucun autre pays européen, la France fait usage de ses forces armées, engagées sans relâche dans des "opérations extérieures" au long cours dont il est parfois difficile de discerner la cohérence d'ensemble. En tête des institutions préférées des Français, qui voient en elles une valeur refuge dans une société désorientée, les Armées ont vu disparaître le climat d'antimilitarisme des années 1970. Mais l'opprobre n'a pas été remplacé par une meilleure compréhension de ce qui guide l'action de guerre.
Or la remise en cause, violente, du cadre des relations entre les États, et désormais des structures mêmes de nos sociétés, nous impose de comprendre. Elle commande de penser la stratégie, et d'approcher ce que signifie être et agir en homme de guerre : pas seulement en militaire, mais bien en citoyen face aux périls menaçant sa Nation, en être humain face à l'inéluctable tragédie de la Politique.
Un monde nouveau émerge, dans les fracas du terrorisme et de la guerre économique, au rythme de "crises" protéiformes. Pour nous, Français, ce monde neuf nous projette paradoxalement vers des horizons anciens, où se pose la question de la survie, et où la victoire est parfois le seul chemin vers la paix. Mais pour y parvenir, il nous faudra toutefois nous montrer capables à nouveau de penser, et de faire la guerre.

Émission du "Libre Journal de la crise", animée par Laurent Artur du Plessis.

L'innovation et la peur en temps de guerre. Avec Michel Goya pour l'IRSEM.


(0)
414 Vues
0 commentaire
09.2019

Michel Goya est un essayiste particulier, qui allie la vocation militaire à la rigueur de l'historien. Dans le cadre de cet entretien, il revient sur deux de ses livres, Sous le feu. La mort comme hypothèse de travail (Tallandier) et S'adapter pour vaincre (Perrin).
L'occasion de développer des thématiques aussi différentes que l'expérience du feu, la formation des soldats et le problème des "savoir-faires disparus" à certaines époques au sein de l'institution, son intérêt pour la Grande guerre et la manière dont celle-ci fonctionne comme un cas d'école du changement en contexte de guerre, la problématique de l'innovation technique ou encore la notion de "doctrine", centrale dans le fonctionnement militaire, de sa naissance au XIXe siècle jusqu'à ses mutations contemporaines.

Émission "Le Collimateur", animée par Alexandre Jubelin.

Freund, le conflit au coeur du politique. Avec Emma Limane pour le Cercle Philosophique d'Ainay.


(0)
574 Vues
0 commentaire
14.01.2019

L'intervention porte sur la pensée de Julien Freund, théoricien de la science politique, disciple de Carl Schmitt, et plus précisément sur ce qu'il appelle "l'essence du politique". Nous nous demandons plus particulièrement ce que signifie le troisième grand présupposé du politique, à savoir la distinction Ami/Ennemi.
En effet, qu'est-ce qu'une communauté politique, sinon l'affirmation d'un "nous" face à des "autres" ? Cette distinction, si elle est essentielle au politique, constitue-t-elle une dialectique inébranlable, nous condamnant à envisager la politique comme le lieu d'un conflit sempiternel entre les communautés ? Et que vaut cette distinction aujourd'hui dans un contexte international qui prétend unir les hommes au profit d'une paix universelle ?

S'adapter pour vaincre. Avec Michel Goya pour l'Institut libre d'étude des relations internationales.


(0)
578 Vues
0 commentaire
05.03.2020

Les changements politiques, sociaux, techniques et économiques qui se sont succédés depuis la fin du XVIIIe siècle ont engendré de grands bouleversements au sein des nations devenues "industrielles", qui sont parvenues notamment à transformer l'énergie de manière nouvelle et à produire des biens en masse. Mais ce nouveau monde industriel est aussi un monde d'affrontements, et les armées sont naturellement au coeur de ces turbulences. Elles aussi sont amenées à se transformer, poussées par l'évolution en toute chose et surtout celle de leurs ennemis.
Quand et pourquoi innovent-elles dans la manière dont elles combattent ? Sont-elles condamnées, si elles ne sont pas assez rapides, à refaire la guerre précédente ? Est-il plus facile d'innover en temps de paix, ou au contraire en temps de guerre, au contact des réalités ? Comment s'articule, dans ces efforts, l'action des institutions internes aux armées avec les pouvoirs externes - de l' "arrière", du pouvoir politique et peut-être surtout de l'ennemi ?
C'est à toutes ces questions, parmi beaucoup d'autres, que répond Michel Goya. Abordant le phénomène de l'innovation militaire dans sa globalité, il s'attarde particulièrement sur la transformation de l'armée française pendant la Grande Guerre, un exemple qui illustre et démontre la nécessaire adaptation de l'art militaire face aux circonstances et aux innovations du moment.

Théorie du drone. Avec Grégoire Chamayou pour la Librairie l'Harmattan à Lille.


(0)
640 Vues
0 commentaire
21.05.2013

Le philosophe Grégoire Chamayou nous présente son livre Théorie du drone (La Fabrique, 2013), dans lequel il expose l'évolution récente des usages militaires des technologies du drone qui, contrairement aux discours de légitimation qu'ils entraînent dans leurs sillages, recomposent dangereusement la conception classique des interventions militaires dans le monde en bafouant le droit international.
À l'heure où le gouvernement français s'engage dans l'acquisition de plusieurs drones, Grégoire Chamayou met salutairement en lumière les enjeux que cela représente, y compris pour les usages potentiels de cette technologie à l'intérieur même de notre territoire national.

Debord stratégique. Avec Fabrice Larcade et Daniel Vassaux sur Radio Libertaire.


(1)
523 Vues
0 commentaire
25.01.2019

C'est en compagnie de Fabrice Larcade et Daniel Vassaux que nous sommes introduits à l'ouvrage Stratégie (L'Échappée, 2019), premier volume d'une série d'anthologies tirés du fond Debord. Celui-ci nous offre une compilation minutieuse des fameuses fiches de lecture manuscrites qui ont participé à la construction de la pensée de Guy Debord dans le domaine de la stratégie et de l'histoire militaire.
L'occasion surtout de revenir sur la vie de ce bouillonnant esprit révolutionnaire (1931-1994), son incursion parmi les lettristes, le groupe artistico-subversif d'Isidore Isou (1950), la scission puis la création de l'Internationale Situationniste (1957), jusqu'au "point culminant" de mai 1968, où la bande des situs fait partie des occupants de la Sorbonne.
Pourquoi une telle fascination de Debord pour la stratégie militaire ? En quoi cela lui aura-t-il donné des armes pour abreuver sa soif d'action dans la lutte et la révolte sociale ?

Une émission organisée par "Les Amis d'Orwell".

Pourquoi tant de haines ? Avec Peggy Sastre sur RT France.


(0)
631 Vues
0 commentaire
21.05.2020

La formule vient de l'intellectuel indien Pankaj Mishra et beaucoup de nos contemporains partagent ses idées : nous serions au bord d'une "guerre civile mondiale " parce qu'on se rendrait compte que la modernité n'a pas tenu ses promesses.
Si elle partage le constat de Mishra sur le caractère pour le moins tendu de notre époque, le diagnostic de Peggy Sastre est aux antipodes : si nous sommes aujourd'hui aussi à cran, ce n'est pas parce que notre civilisation issue des Lumières n'a pas tenu ses promesses. Au contraire, c'est qu'elles se sont tellement bien réalisées que nous ne savons plus à quoi pourrait ressembler des épreuves proprement existentielles...
Pourquoi ? Parce que nos perceptions, comme souvent, nous trompent. Nous avons peut-être l'impression que les périls se suivent, se répètent et empirent, mais c'est surtout parce que nous ne cessons d'élargir la définition du périlleux et transformons en catastrophique ce qui était anodin voici encore peu.
En effet, pourquoi avons-nous le conflit si facile ? Pourquoi l'hostilité est-elle si séduisante et l'affrontement si confortable ? Pourquoi tant de gens semblent incapables d'exister s'ils ne s'imaginent pas avoir des ennemis à anéantir ?
Le programme de Peggy Sastre est celui d'un "pacifisme appliqué" : plonger au plus profond de notre nature conflictuelle grâce aux apports des sciences comportementales darwiniennes.

Émission "Interdit d'interdire", animée par Frédéric Taddeï.