Quand Notre-Dame brûlait. Avec Sylvain Tesson et Adrien Goetz sur France Culture.


(0)
81 Vues
0 commentaire
07.09.2019

Le 15 avril 2019, Notre-Dame était la proie des flammes, les parisiens abasourdis n'en croyaient pas leurs yeux, la France toute entière pleurait et l'émotion a franchi les frontières. Dans les jours et les semaines qui ont suivi, les dons ont afflué de partout mais comme les événements se succèdent et s'anéantissent en se succédant, on est, depuis, passé à autre chose.
L'actualité ne nous laissant pas une minute de répit, il nous appartient de prendre le temps de revenir sur ce chagrin qui, s'il a disparu de la une des journaux, étreint toujours nos coeurs.
Que s'est-il passé exactement le 15 avril 2019 ? Faut-il voir dans l'incendie de Notre-Dame un signe, un message, un avertissement ou une occasion à saisir ?

Émission "Répliques", animée par Alain Finkielkraut.

Tuer le mort : le désir révolutionnaire. Avec Paul-Laurent Assoun, Fethi Benslama, Laurie Laufer et Alain Vanier pour le Centre de Recherche Psychanalyse Médecine et Société.


(0)
70 Vues
0 commentaire
14.06.2017

En octobre 1793, les tombeaux de la Basilique de Saint-Denis sont profanés et les corps des rois inhumés en ce lieu depuis quinze cents ans sont extraits, dissous et jetés pêle-mêle dans la fosse de l'Histoire. Acte hors norme, unique en son genre, légalement exécuté au nom de l'État révolutionnaire, de la Terreur instituée.
Violence symbolique qui s'éclaire, en sa logique inconsciente, de la fonction freudienne du corps totémique et du "tabou du chef". Objet paradigmatique de l'anthropologie psychanalytique du politique, qui interroge la haine pure, la passion de la ruine et la structure du désir révolutionnaire. Quand, au nom du Bien politique, s'ouvrent les vannes de la pulsion de mort au cœur du collectif.
L'enjeu de l'évènement, le corps de la Souveraineté, n'est rien moins que l'entrée cataclysmique du sujet dans la modernité politique et sa post histoire, ce qui en fait l'actualité chronique.

La pensée grecque. Avec Jean-Pierre Vernant à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales.


(1)
409 Vues
0 commentaire
27.03.1992

"La pensée grecque" s'efforce de définir à la fois un parcours intellectuel et les catégories avec lesquelles Jean-Pierre Vernant pense le monde grec.
Car c'est sous la double influence de Louis Gernet, helléniste et sociologue, et d'Ignace Meyerson, fondateur de la psychologie historique que Jean-Pierre Vernant s'est efforcé de montrer quelles sont les catégories psychologiques dont on peut dégager la présence dans les textes et les images du monde grec archaïque et classique.

Un échange avec Françoise Frontisi, François Hartog et Pierre Vidal-Naquet.

Le sauvage et l'Occident. Avec Marshall Sahlins sur France Culture.


(0)
251 Vues
0 commentaire
29.05.1979

Marshall Sahlins est l'un des anthropologues américains contemporains les plus féconds et reste au coeur de toutes les controverses théoriques importantes de l'anthropologie de ce dernier demi-siècle. Avec une autorité intellectuelle croissante, il a affirmé le primat d'une théorie sociologique unitaire de la culture, faisant une part essentielle à la dimension historique.
Figure singulière, et, aujourd'hui, peut-être unique dans l'anthropologie américaine, il a maintenu un dialogue constant avec les écoles européennes, le structuralisme de Claude Lévi-Strauss en premier lieu, mais aussi le fonctionnalisme anglais et, plus tard, l'épistémologie historiciste allemande.

Émission "La matinée des autres", animée par Jacques Meunier.

L'Etat-Entreprise. Avec Pierre Musso à l'Institut d'Etudes Avancées de Nantes.


(0)
192 Vues
0 commentaire
19.09.2019

La forme contemporaine de l'Etat en Occident tend à s'hybrider avec l'Entreprise par un transfert d'hégémonie culturelle et politique entre ces deux institutions : l'Etat en crise et la très grande Entreprise en expansion. Ce transfert prend deux formes principales : l'intégration de la finalité managériale de l'efficacité - expression de "l'amour de l'entreprise" (relais de "l'amour de la patrie" analysée par E. Kantorowicz) -  et des normes managériales au nom de l'action efficace.
L'Etat-Entreprise, figure inversée et désymbolisée de l'Etat-Eglise du Moyen-Age,  est l'aboutissement de la "phobie d'Etat" (M. Foucault) inaugurée par les libéraux au milieu du XVIIIe siècle, contre l'Etat souverain et absolutiste, poursuivie et amplifiée par les industrialistes et les socialistes au siècle suivant, et qui atteint son apogée au XXe siècle après la seconde Guerre mondiale et la chute du mur de Berlin.

Qu'appelle-t-on panser ? Avec Bernard Stiegler et Charles Melman à l'Association Lacanienne Internationale.


(0)
589 Vues
0 commentaire
2019

Quelle "nouvelle économie psychique" émerge des mutations économiques, politiques, sociales, induites par le développement des technologies numériques ?
Quels enseignements tirer aujourd'hui des avancées de Freud dans Massenpsychologie und Ich-Analyse, publié en 1921 ?
La gouvernementalité algorithmique ne propose-t-elle pas, en effet, par le biais aussi des réseaux sociaux, un "nous" imaginaire et narcissique, un "nous" du resssentiment plus que civilisationnel, projeté sur des identifications d'autant plus radicalisées qu'elles ont perdu la références aux savoirs et à la mémoire collective, ainsi qu'un ancrage symbolique ?
Comment contrer la fabrication, par un capitalisme appuyé sur la troisième révolution industrielle, la révolution numérique, d'un "homme sans gravité", atopique et hors discours ? Que faire de la "disruption" au XXIe siècle ?
Le philosophe, directeur de l'institut de recherche du centre Georges Pompidou et créateur et président du groupe Ars Industrialis Bernard Stiegler poursuit un dialogue engagé depuis quelques temps avec le psychanalyste Charles Melman sur ces questions de la plus haute importance.

Une conférence modérée par Esther Tellermann.

Le grand méchant loup. Avec Michel Pastoureau sur France Culture.


(0)
165 Vues
0 commentaire
22.12.2018

La controverse est violente. Depuis que le gouvernement a publié, en février 2018, son nouveau plan national d'action sur le loup, la presse se fait l'écho, notamment du côté des quotidiens régionaux, de l'antagonisme brutal qui oppose à nouveau, dans les parties du territoire concernées, les éleveurs et les avocats d'une biodiversité préservée ou reconstituée.
Le retour organisé du loup dans diverses zones montagnardes, que les sensibilités écologistes saluent avec ferveur, est voué à exaspérer les bergers parce qu'il entraîne des dommages sensibles parmi les troupeaux de moutons. Il n'y aurait, aujourd'hui, qu'environ quatre cents loups en France. On nous dit qu'il en faudrait cinq cents pour que l'espèce soit durablement viable. À quoi les éleveurs opposent la longue liste, éprouvée comme insupportable, de leurs moutons égorgés.
Voilà bien un remarquable concentré des contradictions auxquelles notre époque est confrontée. Mais voici aussi une belle occasion de revenir sur la figure du loup à travers les âges, du loup en face de l'homme, qui a porté sur lui un regard très changeant. Ce regard est passé, selon les époques, de la curiosité à l'effroi, de la haine au respect, du rejet absolu à une fascination quasiment affectueuse. La littérature n'a pas cessé de se saisir de cet animal toujours ambivalent, le christianisme en a fait longuement l'objet de ses imprécations, tandis que dans l'Antiquité la prodigieuse histoire de Rome a pris naissance sous les auspices généreux de la louve qui a sauvé les fondateurs Remus et Romulus...

Émission "Concordance des temps", animée par Jean-Noël Jeanneney.

De quoi l'incendie de Notre-Dame de Paris est-il le signe ? Avec Sylvain Tesson à l'Institut National du Patrimoine.


(0)
342 Vues
0 commentaire
21.09.2019

Le 15 avril 2019, un incendie ravageait Notre-Dame de Paris et, d'emblée, l'écho de ce sinistre a envahi le monde. L'émotion universellement ressentie nous invite à réfléchir sur la portée de cet événement, ses implications et sa signification.
Et c'est à Sylvain Tesson, écrivain et voyageur, auteur de Notre Dame de Paris, ô Reine de douleur (Les Equateurs, 2019), qu'il revient de nous donner sa compréhension du caractère unique de ce monument et de nous livrer sa libre interprétation du signe que peut représenter l'incendie de la cathédrale de Paris.