Les Diggers : révolution et contre-culture à San Francisco (1966-1968). Avec Alice Gaillard sur Radio Libertaire.


(0)
64 Vues
0 commentaire
2014

"Everything is free, do your own thing." Automne 1966, c'est avec ce mot d'ordre que les Diggers, un petit groupe de jeunes révoltés issus du théâtre, cherchent à radicaliser les enfants-fleurs en train de converger vers San Francisco.
Référence faite aux paysans anglais du XVIIe siècle menés par Gerrard Winstanley qui s'étaient approprié des terres seigneuriales pour les cultiver en commun, les Diggers de San Francisco s'emparent du quartier de Haight Ashbury et y cultivent les graines d'une utopie en acte.
Partisans du "théâtre guérilla", ils mettent en scène leur rêve d'une vie Libre et Gratuite, distribuent des repas, ouvrent des magasins gratuits, organisent de gigantesques fêtes et réclament la rue comme théâtre de leurs actions politiques critiques, subversives et festives.
Entrés dans la légende de la contre-culture avec le flamboyant roman autobiographique d'Emmett Grogan, Ringolevio, les Diggers ont traversé les années 1960 comme un de ces "orgasmes de l'histoire", aussi intense que court, et pour lequel il est autant question de révolution que de plaisir...

Émission "Offensive Sonore".

Anarchie VS Capitalisme. Avec Tancrède Ramonet pour ThinkerView.


(0)
82 Vues
0 commentaire
02.10.2018

Producteur et réalisateur de documentaires, musicien, Tancrède Ramonet s'engage dans une discussion à bâtons rompus avec ThinkerView sur l'anarchisme et le militantisme.
Fortement engagé à travers ses films et son groupe de rock Achab, il nous donne à voir ce que les récits officiels laissent dans l'ombre : le bagne pour les communards, la question des abattoirs, le racisme biologique nazi usant de la science comme justification, et enfin l’histoire de l'anarchisme.
Une rencontre passionnante.

L'heure de sortir du ghetto. Avec David L'Epée au Cercle Anthinéa à Lyon.


(0)
419 Vues
0 commentaire
10.11.2017

La caste journalistique prétend nous imposer sa manière de voir le monde, notamment en utilisant certains mots plutôt que d'autres visant à pré-orienter le jugement que nous porterons sur tel fait ou telle situation.
Dans une optique de combat métapolique, l'essayiste David l'Epée nous invite à réfléchir au langage que nous utilisons lorsque nous voulons faire connaître des opinions qui sortent de la doxa. Garder l'initiative dans le débat est impératif et nous devons imposer nos propres mots afin de pouvoir assumer des idées qui sortent de l'ordinaire médiatique.
Un travail qui prendra du temps, mais absolument nécessaire.

Pétitions et formes brèves de l'imprimé : une "barricade de papiers" contre la restriction du suffrage universel en 1850. Avec François Jarrige à l'Université de Bourgogne.


(0)
108 Vues
0 commentaire
16.03.2017

Au cours du processus de réaction conservatrice qui caractérise l’évolution de la Seconde République, le vote de la loi restreignant le suffrage universel masculin le 31 mai 1850 constitue un moment charnière. Devant la répression accrue, la résistance à cette loi prit essentiellement la forme d’un vaste mouvement de pétitionnement qui, en quelques semaines, parvint à réunir plus de 500 000 signatures.
À travers l’étude de ce pétitionnement exceptionnel (stratégies de la collecte, géographie de la France pétitionnaire et usages parlementaires de ces pétitions), François Jarrige envisage certains aspects de la mobilisation démocratique et des réactions anti-républicaines en France au milieu du XIXe siècle.

Une conférence qui s'inscrit dans le colloque "Les formes brèves, de l'imprimé au numérique (XIXe-XXIe siècles)".

La violence en politique. Avec Serge Ayoub à L'Heure la plus sombre pour E&R.


(0)
300 Vues
0 commentaire
26.12.2016

Pour ce 59e numéro de "L'Heure la plus sombre", Vincent Lapierre reçoit le militant politique Serge Ayoub.

 - 0'00'00 : Introduction
 - 0'00'53 : L'histoire de "Batskin"
 - 0'04'10 : Être un homme
 - 0'11'20 : Après la vie de skinhead
 - 0'14'22 : De la violence en politique
 - 0'19'40 : La dissolution de Troisième Voie
 - 0'21'15 : La stratégie politique pour prendre le pouvoir
 - 0'28'50 : Vers une offensive populaire ?
 - 0'36'30 : Sur l'immigration
 - 0'43'00 : L'articulation racial/social
 - 1'01'00 : Sur la réconciliation entre communautés
 - 1'03'00 : Le social est culturel
 - 1'09'00 : La France éternelle
 - 1'11'10 : Deux poids, deux mesures
 - 1'14'30 : Les solutions ? S’armer ?
 - 1'19'00 : Le pragmatisme
 - 1'23'15 : Pour un concordat avec la religion musulmane
 - 1'25'00 : Être français

L'autre 68. Avec Francis Cousin et James Bryant-Berard pour le groupe Aufhebung !


(0)
213 Vues
0 commentaire
08.05.2018

Déjà cinquante-ans… Alors que des présidentielles aux législatives, le spectacle de la crise de la marchandise a rencontré de plus en plus de difficultés à embrigader durant des mois le prolétariat sur le terrain du cirque électoral, toutes les fractions politiques de la servitude généralisée, de l’extrême droite à l’extrême gauche du Capital, s’emploient aujourd’hui à une vaste opération de célébrations-occultations destinée à masquer et dénaturer l’essentiel de ce qui fit la radicalité profonde des événements pour mieux mettre en relief les simples jeux de simulation et de fausseté qui permirent la maintenance rénovée de la résignation.
Pour la pensée radicale, tirer les leçons du mouvement réel de Mai-Juin 68, c’est exclusivement contribuer à la plus grande clarification anti-économique et anti-politique possible par rapport à toutes les défigurations qui maquillent les véritables racines, développements et implications d’une telle explosion sociale. C’est présentement intervenir efficacement en tant que cohérents jalons de conscience, c’est mener une activité théorico-pratique communarde au sein de la dynamique générale du prolétariat, en regardant l’histoire de manière dialectique c’est à dire aux antipodes des jacasseries superficielles qui se perdent dans l’empirie surfacière et l’épiderme égocentrique.

Greenpeace, le business contre l'écologie ? Avec Thibault Kerlirzin au Cercle Aristote.


(0)
134 Vues
0 commentaire
09.04.2018

Fondée voici près d'un demi-siècle, Greenpeace fait trembler les entreprises. Pourtant, à plusieurs reprises, les accusations de l'ONG se sont révélées fausses. Les rares fois où des entreprises décident de l'attaquer en justice, Greenpeace recule et revient sur ses accusations. Néanmoins, rien ne semble pouvoir écorner son image. L'ONG est-elle à ce point irréprochable pour bénéficier d'autant de faveur médiatique ?
Le travail de Thibault Kerlirzin met en lumière le contraire. Loin de se consacrer à ses objectifs affichés, Greenpeace semble avant tout se mettre au service d'elle-même. Ses principales dépenses de fonds ne vont pas à ses campagnes mais à ses levées de fonds.
En parallèle, les trois cas de guerre de l'information analysés dans ce livre montrent comment Greenpeace déforme et oriente les faits contre le secteur pétrolier et le nucléaire afin de servir non pas l’écologie, mais un militantisme idéologique bien souvent opposé au souci de l'environnement.
Plus encore, Thibault Kerlizin souligne le rôle de "mercenaire vert" de l'ONG et comporte de nombreux éléments accablants pour la réputation de Greenpeace.

En quoi la révolution est-elle encore d'actualité ? Avec Frédéric Lordon et Bernard Friot à la faculté de Tolbiac.


(0)
130 Vues
0 commentaire
03.04.2018

Bernard Friot, économiste et sociologue, et Frédéric Lordon, économiste et philosophe, reviennent sur l'histoire récente des mobilisations et tentent de répondre à la question suivante : malgré deux décennies d'échecs, se pourrait-il que la révolution soit toujours d’actualité ?
Alors que le 50e anniversaire de mai 68 se profile à l'horizon, le bilan est plus que nécessaire pour préparer les combats à venir.