La violence en politique. Avec Serge Ayoub à L'Heure la plus sombre pour E&R.


(0)
74 Vues
0 commentaire
26.12.2016

Pour ce 59e numéro de "L'Heure la plus sombre", Vincent Lapierre reçoit le militant politique Serge Ayoub.

 - 0'00'00 : Introduction
 - 0'00'53 : L'histoire de "Batskin"
 - 0'04'10 : Être un homme
 - 0'11'20 : Après la vie de skinhead
 - 0'14'22 : De la violence en politique
 - 0'19'40 : La dissolution de Troisième Voie
 - 0'21'15 : La stratégie politique pour prendre le pouvoir
 - 0'28'50 : Vers une offensive populaire ?
 - 0'36'30 : Sur l'immigration
 - 0'43'00 : L'articulation racial/social
 - 1'01'00 : Sur la réconciliation entre communautés
 - 1'03'00 : Le social est culturel
 - 1'09'00 : La France éternelle
 - 1'11'10 : Deux poids, deux mesures
 - 1'14'30 : Les solutions ? S’armer ?
 - 1'19'00 : Le pragmatisme
 - 1'23'15 : Pour un concordat avec la religion musulmane
 - 1'25'00 : Être français

L'autre 68. Avec Francis Cousin et James Bryant-Berard pour le groupe Aufhebung !


(0)
141 Vues
0 commentaire
08.05.2018

Déjà cinquante-ans… Alors que des présidentielles aux législatives, le spectacle de la crise de la marchandise a rencontré de plus en plus de difficultés à embrigader durant des mois le prolétariat sur le terrain du cirque électoral, toutes les fractions politiques de la servitude généralisée, de l’extrême droite à l’extrême gauche du Capital, s’emploient aujourd’hui à une vaste opération de célébrations-occultations destinée à masquer et dénaturer l’essentiel de ce qui fit la radicalité profonde des événements pour mieux mettre en relief les simples jeux de simulation et de fausseté qui permirent la maintenance rénovée de la résignation.
Pour la pensée radicale, tirer les leçons du mouvement réel de Mai-Juin 68, c’est exclusivement contribuer à la plus grande clarification anti-économique et anti-politique possible par rapport à toutes les défigurations qui maquillent les véritables racines, développements et implications d’une telle explosion sociale. C’est présentement intervenir efficacement en tant que cohérents jalons de conscience, c’est mener une activité théorico-pratique communarde au sein de la dynamique générale du prolétariat, en regardant l’histoire de manière dialectique c’est à dire aux antipodes des jacasseries superficielles qui se perdent dans l’empirie surfacière et l’épiderme égocentrique.

Greenpeace, le business contre l'écologie ? Avec Thibault Kerlirzin au Cercle Aristote.


(0)
82 Vues
0 commentaire
09.04.2018

Fondée voici près d'un demi-siècle, Greenpeace fait trembler les entreprises. Pourtant, à plusieurs reprises, les accusations de l'ONG se sont révélées fausses. Les rares fois où des entreprises décident de l'attaquer en justice, Greenpeace recule et revient sur ses accusations. Néanmoins, rien ne semble pouvoir écorner son image. L'ONG est-elle à ce point irréprochable pour bénéficier d'autant de faveur médiatique ?
Le travail de Thibault Kerlirzin met en lumière le contraire. Loin de se consacrer à ses objectifs affichés, Greenpeace semble avant tout se mettre au service d'elle-même. Ses principales dépenses de fonds ne vont pas à ses campagnes mais à ses levées de fonds.
En parallèle, les trois cas de guerre de l'information analysés dans ce livre montrent comment Greenpeace déforme et oriente les faits contre le secteur pétrolier et le nucléaire afin de servir non pas l’écologie, mais un militantisme idéologique bien souvent opposé au souci de l'environnement.
Plus encore, Thibault Kerlizin souligne le rôle de "mercenaire vert" de l'ONG et comporte de nombreux éléments accablants pour la réputation de Greenpeace.

En quoi la révolution est-elle encore d'actualité ? Avec Frédéric Lordon et Bernard Friot à la faculté de Tolbiac.


(0)
87 Vues
0 commentaire
03.04.2018

Bernard Friot, économiste et sociologue, et Frédéric Lordon, économiste et philosophe, reviennent sur l'histoire récente des mobilisations et tentent de répondre à la question suivante : malgré deux décennies d'échecs, se pourrait-il que la révolution soit toujours d’actualité ?
Alors que le 50e anniversaire de mai 68 se profile à l'horizon, le bilan est plus que nécessaire pour préparer les combats à venir.

L'engagement d'Alexandre Grothendieck durant la première moitié des années 1970. Avec Céline Pessis à l'Institut des hautes études scientifiques de Paris-Saclay.


(0)
57 Vues
0 commentaire
30.03.2016

Le 27 janvier 1972, au Centre Européen de Recherches Nucléaires (CERN), citadelle d'une recherche de pointe, des centaines de techniciens et de physiciens se pressent pour écouter la conférence donnée par Alexandre Grothendieck. Intitulée "Allons-nous continuer la recherche scientifique ?", celle-ci témoigne de l'engagement nouveau de ce célèbre mathématicien, devenu en quelques années un professionnel de la subversion au sein des institutions scientifiques. À partir de la présentation d'extraits de cette conférence, cet exposé se propose de revenir sur les motifs et les formes de l'engagement d'Alexandre Grothendieck durant la première moitié des années 1970.
Tout en restituant la spécificité du parcours de ce grand savant, il tentera de resituer son engagement dans l'agitation plus large qui traverse alors différents secteurs sociaux de la France de l'après mai 68.
Celui-ci ne peut-il se lire comme un révélateur de la crise qui traverse alors une partie du milieu mathématique, comme semble en témoigner la composition du mouvement Survivre créé par Grothendieck ? Plus largement, Survivre, fondé sur le modèle des grands groupes de scientifiques engagés nord américains, ne constitue-il pas une des déclinaisons françaises, parmi les plus abouties, du mouvement d'auto-critique des sciences qui conduit alors de nombreux chercheurs à s'interroger sur les finalités de leur travail ? Enfin, Survivre ne doit-il pas son succès, comme Grothendieck son audience, à son immersion dans les réseaux écologistes naissants, témoignant par là de l'apport décisif de la critique des sciences dans l'émergence du mouvement écologiste ?
Autant de questions auxquelles Céline Pessis tente de répondre en retraçant les différents temps de l'engagement de Grothendieck durant la première moitié des années 1970 et en éclairant les nouveaux réseaux qu'il côtoie alors.

Soral répond sur ERFM !


(0)
217 Vues
0 commentaire
2017

Après deux ans de questions-réponses en vidéo sur ERTV, l'émission Soral répond revient sous un nouveau format sur ERFM, la radio en ligne et en continu d’Égalité & Réconciliation.
Le principe : les auditeurs qui le souhaitent posent leurs questions sur le répondeur du polémiste qui choisit ensuite les meilleures et y répond !

RAF : guerilla urbaine en Europe occidentale. Avec Anne Steiner et Loïc Debray sur Radio Libertaire.


(0)
97 Vues
0 commentaire
2006

En 1972, alors que la jeunesse occidentale poursuit sa mobilisation contre la guerre du Viêtnam, des bombes explosent aux quartiers généraux américains de Francfort et Heidelberg. Des soldats sont tués et des ordinateurs chargés d'assurer la logistique de l'armée américaine au Viêtnam sont détruits.
Pour la première fois, un groupe de lutte armée, la RAF, affirme qu'il ne représente que lui-même, qu'il est sujet révolutionnaire. Il attaque l'impérialisme au cœur même des métropoles, en Allemagne fédérale. Pour les militants de la Fraction armée rouge, le mot d'ordre du mouvement étudiant, "Il faut lutter ici et maintenant", est devenu une prescription éthique qu'ils ont assumée jusqu'en prison, dans les conditions les plus dures.
D'autres attentats suivront, contre des juges, des policiers. En 1977, le groupe prend en otage le chef du patronat allemand, un ancien SS chargé de hautes responsabilités sous le Troisième Reich.
Dans l'histoire qu'ils nous racontent, Anne Steiner et Loïc Debray ont accordé une place déterminante aux écrits de la RAF et aux enjeux qu'ils sous-tendent car c'est avant tout la production théorique du groupe qui éclaire le mieux sa cohérence et sa singularité.

Émission "Offensive sonore".

Du "Mouvement nationaliste du progrès" au "Rassemblement européen pour la liberté". Avec Olivier Dard à la Maison des Sciences de l'Homme de Metz.


(0)
93 Vues
0 commentaire
16.10.2014

Dans l'optique de l'étude des partis et mouvements des droites radicales aux lendemains du second conflit mondial, Olivier Dard s'arrête dans cette conférence sur la trajectoire qui va de la création du "Mouvement nationaliste du progrès" jusqu'au "Rassemblement européen pour la liberté".
Quels sont les acteurs, les références et les thèmes agrégés autour de cette dynamique politique classée à l'extrême-droite du spectre politique français ? Pourquoi avoir choisi la bataille électorale et la forme du parti, deux expériences assez étrangères à cette famille politique ?
Une mise en perspective historique qui aide à comprendre bon nombre de trajectoires intellectuelles qui se révéleront après-coup.

Une intervention dans le cadre de l'atelier "Partis et mouvements des droites radicales" du programme Internationalisation des Droites Radicales Europe/Amériques.