Le coût du capital, la question qui change tout. Avec Laurent Cordonnier chez les Amis du Monde diplomatique à Grenoble.


(0)
370 Vues
0 commentaire
31.01.2014

Afin de justifier toutes sortes de réformes, médias et gouvernants se prévalent de leur disposition à bousculer les "archaïsmes" et à faire preuve de courage. Mais il s’agit toujours en définitive de réduire salaires et prestations sociales. Il existe pourtant bien un tabou pénalisant tous ceux qui souhaitent investir et créer de l’emploi : le coût prohibitif du capital.

Pas de pitié pour les gueux ! Sur les théories économiques du chômage. Avec Laurent Cordonnier au 4e Festival de Resistance de Verviers.


(0)
438 Vues
0 commentaire
31.05.2012

Tenir le chômeur pour responsable du chômage est un propos digne du café du commerce, sans fondement économique sérieux.
Laurent Cordonnier démontre par l'absurde que la volonté de travail des chômeur n'a qu'un très lointain rapport avec le taux de chômage effectif d'une zone économique donnée.

La désindustrialisation. Avec Laurent Cordonnier sur Radio PFM.


(0)
315 Vues
0 commentaire
03.04.2012

Une réflexion sur une des dures réalités de l'économie française qui souligne encore -si toute le monde ne l'avait pas déjà compris- les distortions induites dans les économies nationales par le jeu du libre-échange mondialisé.

Capitalisme, désir et servitude. Avec Eric Hassenteufel, Frédéric Lordon et Laurent Cordonnier à Citéphilo.


(0)
500 Vues
0 commentaire
13.11.2010

Au-delà de la critique marxiste du capitalisme, il pourrait être pertinent d'analyser les affects que celui-ci met en œuvre pour assurer sa perpétuation. Après l'époque de la contrainte et de la discipline autoritaire, nous voici face à une entreprise d'enrôlement du désir et du plaisir où le salarié est tenu d'adhérer à sa propre aliénation. De ce point de vue, il parait salutaire de revenir à Spinoza pour comprendre comment les affects du salarié peuvent être synonyme de domination et en un sens se retourner contre lui.
Un dépassement du capitalisme contemporain ne peut en effet se concevoir sans cette compréhension.