Malaise dans la démocratie. Avec Jean-Pierre Le Goff à la Nouvelle Action Royaliste.


(0)
168 Vues
0 commentaire
13.04.2016

Le travail du sociologue Jean-Pierre Le Goff met en lumière les postures et les faux-semblants d'un conformisme individualiste qui vit à l'abri de l'épreuve du réel et de l'histoire, tout en s'affirmant comme l'incarnation de la modernité et du progrès.
En effet, une nouvelle conception de la condition humaine s'est diffusée en douceur à travers un courant moderniste de l'éducation, du management, de l'animation festive et culturelle, tout autant que par les thérapies comportementalistes, le néo-bouddhisme et l'écologisme. Une "bulle" angélique s'est ainsi construite tandis que la violence du monde frappe à notre porte.
Albert Camus disait : "Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu'elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse." Cet impératif est plus que jamais d'actualité.

L'idolâtrie de la vie. Avec Olivier Rey pour Marianne TV.


(0)
378 Vues
0 commentaire
07.2020

En tant qu'il commande un respect absolu, le sacré se trouvait anciennement placé au-dessus de la vie. C'est pourquoi il pouvait, le cas échéant, réclamer le sacrifice de celle-ci.
Comment la vie nue en est-elle venue à prendre elle-même la place du sacré ? Au point que sa conservation, comme l'a montré la crise engendrée en 2020 par l'épidémie de coronavirus, semble bien être devenue le fondement ultime de la légitimité de nos gouvernements.
Que cela apprend-il du rapport des populations à la politique, au pouvoir ? À quelles servitudes nous disposons-nous, si nous accordons à la "vie" la position suprême ?

Un entretien mené par Natacha Polony.

Les neurosciences cognitives : quel récit de l'individualisme contemporain ? Avec Alain Ehrenberg à Modène.


(0)
171 Vues
0 commentaire
13.09.2019

De nouvelles sciences du comportement humain ne cessent de prendre de l'ampleur et de susciter l'engouement depuis le début des années 1990 : il s'agit des neurosciences cognitives. Leur ambition est de faire de l'exploration du cerveau le moyen de traiter les pathologies mentales (comme la dépression ou la schizophrénie) mais aussi de nombreux problèmes sociaux et éducatifs, comme l'apprentissage ou la maîtrise de ses émotions.
Ces sciences sont-elles devenues le baromètre de nos conduites et de nos vies, prenant la place autrefois occupée par la psychanalyse ? L'homme "neuronal" est-il en passe de remplacer l'homme "social" ?
Alain Ehrenberg montre que l'autorité morale acquise par les neurosciences cognitives tient autant à leurs résultats scientifiques ou médicaux qu'à leur inscription dans un idéal social majeur : celui d'un individu capable de convertir ses handicaps en atouts en exploitant son "potentiel caché". Elles sont la chambre d'écho de nos idéaux d'autonomie.

Une conférence qui s'inscrit dans le festival de la philosophie de Modène.

La faillite des élites. Avec Michel Maffesoli au Cercle Aristote.


(1)
250 Vues
0 commentaire
09.03.2020

Face au resurgissement du besoin d'affirmation des différences, des spécificités langagières et idéologiques, des rassemblements autour d'une commune origine, réelle ou mythifiée, quelle attitude adopter ?
Qu'elles soient musicales, religieuses, sportives, sexuelles ou culturelles, ces "tribus" postmodernes occupent le nouvel espace public. À l'harmonie abstraite d'un unanimisme de façade est ainsi en train de succéder une harmonie conflictuelle.
Ne faudrait-il pas mieux accompagner cet idéal communautaire, plutôt que le dénier ?

Le bien commun. Avec Bernard Bourdin à la Nouvelle Action Royaliste.


(0)
234 Vues
0 commentaire
11.03.2020

Théologien et philosophe, Bernard Bourdin se penche dans cette conférence sur la question du bien commun. Cette notion théologique et philosophique est utilisée dans le langage courant comme équivalent de l'intérêt général mais on évoque aussi "les biens communs" pour désigner les ressources de toute nature qui devraient être à la disposition de toute la collectivité.
Il y a une confusion possible entre les fins et les moyens, qui s'aggrave si la collectivité politique est trop divisée pour partager les mêmes finalités.
D'où la question qui est mise en débat : "le concept de bien commun dans une société fragmentée a-t-il encore un sens ?"

Réparer les divans. Avec Alain Ehrenberg sur France Culture.


(0)
378 Vues
0 commentaire
16.01.2017

Certains oracles prédisent que ce troisième de lundi de janvier sera le jour le plus déprimant de l'année : une météo exécrable, un salaire qui n'arrive pas et des bonnes résolutions qu'on foule déjà allègrement du pied le jour de l'an à peine passé. Des doutes pèsent sur la réalité de ce "blue Monday", mais quelques précautions s'imposent cependant.
Alain Ehrenberg, accompagné de Sarah Chiche, Caroline Eliacheff et Christophe André, nous aide à diagnostiquer ce qu'il en est du monde psy – psychologues, psychanalystes, psychiatres, psychothérapeutes. Il est question de santé mentale, de troubles psychiques, de dépression et d'angoisse, mais aussi de bien-être, de thérapie, d'accompagnement et de méditation...

Émission "L'Invité des Matins", animée par Guillaume Erner.

Plaire et toucher, essai sur la société de séduction. Avec Gilles Lipovetsky sur RFI.


(0)
384 Vues
0 commentaire
10.01.2018

Le désir de plaire et les comportements de séduction semblent atemporels, depuis que des espèces se reproduisent par voie sexuelle. Néanmoins, l'hypermodernité libérale marque une rupture majeure dans cette histoire millénaire, tant elle impose à nos sociétés la généralisation de l'ethos de séduction et la suprématie de ses mécanismes.
Le mot d'ordre ne paraît plus être de contraindre, ordonner, discipliner, réprimer, mais de "plaire et toucher". La visée du théâtre classique selon Racine est désormais l'une des grandes lois, partout à l'oeuvre, dans l'économie, les médias, la politique, l'éducation.
L'économie consumériste sature d'offres commerciales attractives notre quotidien, dominé par l'impératif de captation des désirs, de l'attention et des affects ; le modèle éducatif s'élabore sur la compréhension, le plaisir, l'écoute relationnelle ; dans la sphère politique, l'heure n'est plus à la conviction par la propagande, mais à la séduction par la vidéocommunication, parachevant la dynamique de sécularisation de l'instance du pouvoir.
La séduction-monde a provoqué l'émergence d'une individualisation hypertrophiée du rapport à autrui - ultime manière d'agir sur le comportement des hommes et de les gouverner, ultime figure du pouvoir dans les sociétés démocratiques libérales.

Émission "Idées", animée par Pierre-Edouard Deldique.

À propos des nouvelles influences. Avec Alain Ehrenberg au Palais des congrès de Versailles.


(0)
317 Vues
0 commentaire
29.11.2017

Les Instituts Thérapeutiques Éducatifs et Pédagogiques (ITEP) sont en constantes évolutions. Avec le "fonctionnement en dispositif", les ITEP ont engagé une mutation conceptuelle et organisationnelle d'ampleur. Ces évolutions ont une influence sur les pratiques et sur la culture professionnelle.
Cette nouvelle approche est-elle incompatible, par nature, avec l'éthique professionnelle des praticiens ? Vise-elle à abraser les symptômes en ignorant la souffrance psychique qui les sous-tend ? Prône-elle réellement une conception réductrice et purement adaptative du Sujet ?

 - 02'58 : les troubles du comportement
 - 05'23 : changement de l'esprit des institutions
 - 08'19 : fil conducteur de cet exposé
 - 11'22 : la valeur des relations sociales
 - 14'32 : nouvelle morbidité
 - 17'05 : la dynamique de l'autonomie
 - 19'52 : travail flexible
 - 22'14 : developper les capacités des individus
 - 25:23 : la santé mentale
 - 28'03 : morbidité comportementale
 - 30'28 : équilibre psychique
 - 33'09 : compétences émotionnelles
 - 35'46 : conclusion

Une conférence qui s'inscrit dans le cadre du colloque "Les DITEP à l'aune des influences contemporaines" organisé par l'Association des ITEP et des leurs Réseaux (AIRe).