Pagani sans détours. Avec Alexis Manago et Dominique Pagani à la Librairie Tropiques.


(0)
69 Vues
0 commentaire
19.09.2019

Dominique Pagani, philosophe et musicologue, a consacré sa vie à faire entrer des milliers d'étudiants en philosophie. Pour la première fois, un recueil de ses cours — dispensés initialement et principalement à l'oral —, a été établi avec rigueur par Alexis Manago.
Instrument unique en son genre, fruit d'une expérience pédagogique éprouvée qui prolonge la démarche progressiste et humaniste de l'université populaire de Georges Politzer, ce manuel emmène le lecteur, étape après étape, dans l'histoire de la pensée et l'étude de ses enjeux contemporains.
C'est sur l'histoire de ce travail que reviennent ensemble Alexis Manago et Dominique Pagani.

Rousseau, Kant, Marx, Clouscard : clefs de lecture sur ERFM.


(0)
221 Vues
0 commentaire
2019

L'apport théorique de Michel Clouscard est immense. Mais aussi important soit-il, il se révèle parfois difficile à comprendre pour le néphyte !
Cette série d'interventions vise à replacer ses travaux dans la tradition des grandes percées conceptuelles qui ont mené à l'élaboration la plus avancée du matérialisme historique et dialectique, soit le mouvement engagé par Rousseau (état de nature/état civil, être suprême, volonté générale et psyché) et se prolongeant par Kant (théorie de la connaissance), Hegel (dialectique) et Marx (valeur d'usage et valeur d'échange, fétichisme de la marchandise, dans son oeuvre maîtresse Le Capital), jusqu'à Clouscard lui-même.
Monisme dialectique, infrastructure et superstructure, néo-kantisme, structuralisme dynamique en inclusion, antéprédicatif : autant de concepts qui sont clairement expliqués et contextualisés par l'étude plus particulière du Traité de l'amour fou et de Critique du libéralisme libertaire de Michel Clouscard.
Les difficultés, la structure du texte et la problématique sont clairement définies afin de nous permettre d'accéder au concept de libéralisme(-libertaire), matrice de toute l'histoire des idées politiques depuis la Révolution française, dont la genèse permet d'expliquer les évolutions du capitalisme depuis deux siècles, en apparence contradictoires.

Florence et la philosophie. Avec Pierre Magnard sur Radio Courtoisie.


(0)
63 Vues
0 commentaire
11.06.2012

Florence : une ville de laquelle est sortie autant de gens illustres que Marsile Ficin, Leon Battista Alberti, Léonard de Vinci, Nicolas Machiavel ou encore Michel-Ange. Cette "nouvelle Athènes" incarna presque à elle seule l'effort de la Renaissance en matière artistique et philosophique.
Comment peut-on comprendre et expliquer ce lien destinal entre une ville et la philosophie ?

Émission "Le monde de la philosophie", animée par Philippe Nemo.

Qu'est-ce que le romantisme allemand ? Avec Georges Gusdorf, Roger Ayrault, Marcel Brion, Antoine Faivre, Michel Le Bris, Franklin Rausky, Gilles Lapouge, Jean Cassou, Daniel Fabre, Jean-Marie Gibbal et Roger Kempf sur France Culture.


(0)
188 Vues
0 commentaire
10.1978

Le romantisme allemand est l'expression en Allemagne du mouvement artistique appelé romantisme. Habituellement, on considère que ce mouvement a commencé au XVIIIe siècle et duré jusqu'aux années 1830. Il a aussi bien touché le domaine littéraire que celui de la musique ou des arts visuels.
Souvent vu comme une réaction hostile à la modernité (dont l'influence culturelle expliquerait la "voie allemande" du XIXe siècle), les divers intervenants nous montrent à quel point cette vision est réductrice, tant du point de vue temporel que géographique. Le cadre du romantisme doit être élargi afin d'en comprendre pleinement le sens et ses manifestations.

Émission "Nuits magnétiques", animée par Olivier Kaeppelin.

1938, il faut sauver les archives d'Husserl. Avec Bruce Bégout sur France Inter.


(0)
99 Vues
0 commentaire
25.09.2018

Il n'est pas question ici de traiter de la phénoménologie de Husserl en tant que telle, mais de savoir comment les archives de Husserl sont passées à Louvain, y devenant alors une source importante de la pensée contemporaine.
Car dans ses dernières années, Husserl, d'origine juive, avait été ostracisé. Après sa disparition, ses papiers que conservait sa veuve, contrainte à l'isolement, étaient à la merci des nazis. Or ces papiers, quelque 40'000 feuillets, représentaient une vie de travail. Husserl, homme de peu de publications, y avait jeté ses réflexions qu'il notait en sténo tant elles se bousculaient.
L'été 1938, un franciscain belge, Von Breda, vient  proposer à Madame Husserl d'organiser un transfert de ces archives vers l'Université de Louvain. Mais il faut transférer aussi les deux assistants de Husserl, seuls à même de déchiffrer les textes, Madame Husserl elle-même, la bibliothèque et, à tout prendre, les cendres du maître. C'est difficile, dangereux. Hitler a commencé ses attaques contre la Tchécoslovaquie, l'Europe se mobilise, le temps presse.
Mais il est ici question de Von Breda plus que de Husserl. Le franciscain savait d'instinct qu'en la circonstance, il gardait la liberté de soulever le joug. Il la prit. Le joug n'existe que parce que nous tendons le cou.
Quelque chose de la pensée européenne se joua ici.

Émission "La marche de l'histoire", animée par Jean Lebrun.

La tradition philosophique libérale. Avec Alain Laurent sur Radio Courtoisie.


(0)
157 Vues
0 commentaire
26.11.2012

Le libéralisme est partout et nulle part. Son omniprésence dans le débat public est accompagnée d'un flou conceptuel, qui ne permet pas de saisir sa place et son influence dans nos sociétés. Il demeure un objet mal identifié, dont les fondements théoriques et la diversité des thématiques sont méconnus.
Savoir ce qu'est le libéralisme, dans toutes ses dimensions (seulement économique mais aussi philosophique, politique, morale et culturelle), donner la parole aux penseurs qui l'ont édifié, voilà le travail d'Alain Laurent qu'il vient nous présenter ici même.

Émission "Le monde de la philosophie", animée par Philippe Nemo.

Comprendre les Lumières. Avec Philippe Forget au Cercle Aristote.


(0)
261 Vues
0 commentaire
13.05.2019

La révolution galiléenne a révolutionné le visage de l'humanité. En prouvant par la raison une vérité universelle qui ignore la théologie pour être validée, Galilée achève la chrétienté historique sur le plan épistémologique.
Les nouvelles découvertes sont catastrophiques pour l'ordre traditionnel : s'il s'était trompé sur la nature du cosmos, alors il pouvait être trompeur sur tous les champs du savoir. Avec l'apparition du paradigme scientifique, le catholicisme cesse d'être universel. La tradition ne fait donc plus autorité, l'axiomatique de la connaissance passe de la théologie à la philosophie et à la science. La mesure exacte des faits et leur langage mathématique prime sur les normes théologiques et eschatologiques.
L'Eglise, avant, affirmait ce qu'était la terre et les cieux et comment aller au ciel, désormais il ne lui restait plus que le chemin du ciel. La tradition et son autorité aillant failli aux yeux des esprits critiques, l'histoire providentielle du salut ne donne plus sens à l'existence humaine. La tache historique des lumières sera de répondre à cette perte du sens commun.
Dans cette conférence, Phillipe Forget se fixe pour objectif, non pas de juger les lumières selon des critères rétrospectifs, mais de comprendre ses penseurs comme ils se sont eux-mêmes compris. Une mise au point salutaire sur ce courant majeur de la pensée occidentale, pour en dissiper les contre-sens dont il fait l'objet par ses ennemis comme par ses partisans.

Penser et surmonter le nihilisme. Avec Pierre Le Vigan au Cercle Aristote.


(0)
313 Vues
0 commentaire
15.04.2019

Le nihilisme a creusé le vide qui est en nous car l'homme est un être risqué et toujours projeté en avant de lui-même. Nous avons laissé le nihilisme s'emparer de ce vide et l'habiter. Nous avons laissé grandir la force mauvaise du nihilisme.
Car le nihilisme est une force. Mais c'est une force qui ronge l'homme et détruit le désir du bien et de la vie. Le nihilisme est une force qui nous met en état d'apesanteur et d'oubli de soi. Le nihilisme nous met hors sol par haine de la terre. Il nous met aussi hors de la durée par haine de l'histoire, et des permanences, et des fidélités.
Achever le nihilisme, c'est en pousser la logique jusqu'à ce qu'il se détruise lui-même plutôt qu'il ne nous détruise.