Le Souverainisme dans tous ses États. Avec Pierre-Yves Rougeyron sur Le Média Pour Tous.


(0)
226 Vues
0 commentaire
12.2019

Pierre-Yves Rougeyron est le fondateur d'un groupe de réflexion sur la pensée politique française et son histoire, le Cercle Aristote. C'est en tant que souverainiste et eurosceptique convaincu qu'il livre ses pensées sur la filiation politique naturelle de la France, sur les hommes qui la firent et ceux qui la défont.
Qu'en est-il du sentiment souverainiste aujourd'hui en France et en Europe ? Au gré d’analyses attestant d'une "planétisation" à marche forcée, Pierre-Yves Rougeyron dresse le bilan et les perspectives de nos États pris en otage.

Émission "Eurêka", animée par Vincent Lapierre.

Le nouvel ordre démocratique. Avec Jérôme Sainte-Marie pour les Amis du Temps des cerises à Clermont-Ferrand.


(0)
162 Vues
0 commentaire
03.03.2016

Le système démocratique français se disloque sous nos yeux. La gauche enchaîne les déroutes électorales et la droite s'enferre dans ses impasses. Cet affaissement se traduit dans les bulletins de vote, les mouvements de l'opinion, les mutations idéologiques, et même la récente production littéraire. Il libère un espace d'où émerge un Front national conquérant bien que lui aussi traversé de contradictions. Comme ailleurs en Europe et déjà dans bien des villes et départements français, au clivage gauche-droite se substitue un nouvel affrontement opposant un pôle identitaire et un pôle libéral.
De cette histoire qui se déroule en accéléré, l'élection présidentielle de 2017 sera l'heure de vérité. L'une des deux forces qui ont fait la vie politique française risque d'être absente du tour décisif. Elle laissera alors la place au parti de Marine Le Pen, et notre vie démocratique s'en trouvera bouleversée.
Ces glissements de terrain politiques se produisent dans un contexte de crise sociale sans précédent, avec une opinion publique exaspérée, disponible pour un changement radical. L'actuel jeu à trois est trop instable pour durer, une vaste recomposition se prépare.
Pour en cerner les contours et mesurer les enjeux, Jérôme Sainte-Marie a mobilisé sa pratique du monde politique, sa connaissance des évolutions de l'opinion publique et son suivi des travaux universitaires. Il en résulte une enquête objective et passionnée sur le nouvel ordre démocratique qui sortira des urnes à l'horizon 2017.

Le Mystère Michéa. Avec Kévin Boucaud-Victoire à la Nouvelle Action Royaliste.


(0)
302 Vues
0 commentaire
06.11.2019

À l'instar d'un Alain Badiou, Jean-Claude Michéa est devenu culte de son vivant. Près de trente ans après son premier livre, le philosophe montpelliérain, désormais dévoué à l'apprentissage de la permacutlture, a lancé malgré lui une véritable "génération Michéa".
Son plus haut fait d'armes ? Avoir rompu avec la gauche sans jamais donner de gages à la droite. Sa ligne de conduite, revenir à un socialisme des origines, a pourtant été l'objet de nombreux contresens, d'interprétations confuses ou de récupérations opportunistes. Entre décroissance, socialisme libertaire, conservatisme, comment percer à jour le mystère Michéa ?
Kévin Boucaud-Victoire a mené l'enquête et décrypte avec clarté, rigueur et humour les travaux du plus anarchiste des conservateurs.

La gauche (re)devient-elle raciste ? Avec David L'Epée pour l'Action Française.


(0)
255 Vues
0 commentaire
23.08.2019

Dans une France ou plus largement dans un Occident où la gauche ramène tout à la question raciale, où votre culpabilité ou votre statut de victime sont déterminés par votre naissance, il devient légitime de se poser des question vis-à-vis d'une gauche de plus en plus raciste !
Pourquoi cette dérive ? Et d'ailleurs, la gauche a-t-elle déjà été raciste ?

Une conférence prononcée dans le cadre du Camp Maxime Real del Sarte.

Démocratie, que demande la gauche ? Avec Yann Moulier-Boutang sur France Culture.


(0)
170 Vues
0 commentaire
27.12.2018

Qu’est-ce que la gauche reproche traditionnellement à la démocratie ? Que peut demander la gauche à la démocratie sachant que sa revendication initiale du pouvoir au peuple n'est pas valable dans le monde actuel ? Et si être de gauche en France, c'était d'abord tenir fermement aux responsabilités sociales de l'État, à la justice et à l'égalité, en gardant le bien commun comme but ?

Émission "Les Chemins de la philosophie", animée par Anastasia Colosimo.

Le défi populiste. Avec Chantal Mouffe à l'Institut d'Etudes Avancées de Nantes.


(0)
154 Vues
0 commentaire
12.12.2017

Le professeur de science politique Chantal Mouffe examine les raisons pour lesquelles nous assistons aujourd'hui à un "moment populiste" avec l'émergence de mouvements qui construisent la frontière politique sur le mode d'une opposition entre "le peuple" et "l’establishment".
Elle défend l'idée qu'il s’agit d'une forme de résistance à la "post-démocratie" qui est la conséquence de l'hégémonie néo-libérale. Ces résistances peuvent être articulées à travers des vocabulaires très différents et c'est là que se situe la différence entre le populisme de droite et le populisme de gauche.

La France, la laïcité et la gauche. Avec Laurent Bouvet sur QUB Radio.


(0)
112 Vues
0 commentaire
15.04.2019

Du point de vue des institutions politiques, la France s'est ralliée au principe de laïcité au début du XXe siècle.
Pour revenir sur l'histoire mouvementé de la laïcité, c'est Laurent Bouvet, professeur de sciences politiques et auteur d'un récent ouvrage sur la question, La nouvelle question laïque (Flammarion, 2019), qui vient nous en rappeler les enjeux et l'actualité.

Émission "Les idées mènent le monde", animée par Mathieu Bock-Côté.

La droitisation du monde, toujours en marche ? Avec François Cusset à l'Université Populaire d'Amiens.


(0)
118 Vues
0 commentaire
29.01.2018

Cynisme économique, normalisation sociale, conservatisme moral, crispation sécuritaire, recul de la démocratie, et, en réaction, replis nationaux ou folies théocratiques... Toutes ces facettes de notre présent ne seraient-elles pas l'effet d'un unique phénomène, celui d'une droitisation du monde depuis près de 40 ans ?
En effet, on pourrait repérer trois phases majeures de ce tournant à droite : la première, dans les années 80, réussit à faire de la vision néo-libérale prônant dérégulation et concurrence l'opinion dominante, en un véritable coup de force idéologique renversant tous les idéaux collectifs des années 60-70 ; la deuxième, dans les années 90 entre la chute du mur de Berlin et les attentats du 11 septembre, sous couvert de retour au réel et de "fin des idéologies", financiarise allègrement l'économie mondiale en la soumettant aux actionnaires ; et la troisième, dans les années 2000, correspond au tournant sécuritaire qui, au prétexte  d'une "guerre de civilisation", autorise une alliance inédite entre ultralibéraux et néoconservateurs et instaure dans tout le monde occidental l'État policier austéritaire au service des marchés.
Or le régime néo-libéral sécuritaire qui découle de cette triple contrerévolution n'a rien à voir avec le laisser-faire de l'idéal libéral classique, mais constitue un régime normatif et biopolitique qui s'accapare les vies individuelles en régissant les esprits et les corps, aussi bien par l'usage qu'il impose de l'Internet et du téléphone mobile que par ses injonctions à la santé comme à la performance sportive ou sexuelle. Tout contribue ainsi à atomiser les rapports sociaux et à rendre aujourd'hui impensable l'idée de conflit social.
Cependant, un tel tournant à droite est-il fatal et irréversible ? S'intensifie- t-il, ou bien s'infléchit-il ? Ne finira-t-il pas par atteindre un point de non-retour impliquant son implosion ? Et de nouveaux mouvements émancipateurs, aussi diverses que soient leurs formes, n'émergent-ils pas progressivement partout dans le monde pour inverser la trajectoire ?