Simone Weil : grève et joie pure. Avec Charles Jaquier sur Radio Libertaire.


(0)
119 Vues
0 commentaire
24.06.2016

En mai-juin 1936, une vague de grèves spontanées éclate en France, juste après la victoire électorale du Front populaire. Elle atteint son apogée le 11 juin avec près de deux millions de grévistes dans la plupart des secteurs de l’industrie, mais aussi dans les bureaux et les grands magasins.
La revue syndicaliste La Révolution prolétarienne publie alors, sous pseudonyme, un article devenu célèbre de Simone Weil qui donne tout à la fois une description accablante de la condition ouvrière dans la métallurgie – le secteur le plus en pointe dans le conflit – et un éclairage inégalé sur la nature et le climat de ces grèves en soulignant leur caractère inédit : les occupations d’usines.
Retour croisé sur ces événements et le parcours de Simone Weil avec Charles Jaquier, préfacier du recueil d'articles de Simone Weil Grève et joie pure, datant précisément de cette période.

Émission "Offensive Sonore", animée par Patrick Marcolini.

Quel antifascisme ? Sur les errances idéologiques de la gauche. Avec Charles Robin au Cercle Politzer à Bordeaux.


(0)
324 Vues
0 commentaire
10.10.2015

Ancien militant du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) d’Olivier Besancenot, Charles Robin explique les origines et les évolutions récentes des "luttes antifascistes" ainsi que ses conséquences politiques au sein de la gauche.
En effet, il est important de comprendre la pensée politique adverse avec précision et empathie pour permettre un dialogue entre des courants idéologiques différents.
Finalement, ce concept d' "antifascisme" montre un rapprochement manifeste entre la gauche et le capitalisme : "l’extrême-gauche milite d’avantage pour l’extension des droits individuels que pour la réappropriation collective des moyens de production".

Les salaires et le syndicalisme. Avec Annie Lacroix-Riz pour le syndicat CGT de l’Hôpital Cochin à Paris.


(0)
383 Vues
0 commentaire
25.10.2013

En France, le syndicalisme est depuis longtemps confronté à ses divisions. Mais la recherche de l’unité des travailleurs est indissociable d’une orientation de classe ferme et sans ambiguïté.
C’est en effet dans les périodes où le syndicalisme de classe l’a emporté sur le réformisme syndical que de grandes conquêtes et droits sociaux ont vu le jour comme en 1936 et à la Libération.
Un rappel historique des luttes qui ont façonné le monde du travail au XXe siècle, et que nous avons aujourd'hui tendance à oublier.