Fabrice Luchini à voix nue, sur France Culture.


(0)
74 Vues
0 commentaire
03.2015

Rencontre en cinq actes avec un acteur rare, libre, iconoclaste, qui depuis son premier rôle dans Le genou de Claire de Rohmer il y a quarante-cinq ans, trouve aujourd’hui encore le moyen de nous emmener là où il en a envie, c'est-à-dire du côté de la langue.
Car elle est là, sa passion : distiller des mots, jouer avec eux, extraire des textes le génie de l’auteur pour nous rappeler que Molière, La Fontaine, Céline, Rimbaud, Flaubert ou Murray, n'existe au fond que pour nous enflammer. Jouir oui, mais avec la langue et en la sublimant.
Fabrice Luchini n'est pas seulement un artiste mystérieux mais le chantre d'un monde désenchanté qui ne peut pas s'empêcher de provoquer. Ecoutons-le...

Une émission animée par Jean-Michel Djian.

L'argent et la langue. Avec Fabrice Luchini à Répliques sur France Culture.


(0)
107 Vues
0 commentaire
06.05.2017

La double passion pour la langue française et la pensée du comédien Fabrice Luchini l'a conduit à dire sur scène Céline, La Fontaine, Nietzsche, Valéry, Proust, Claudel ou encore Le Bateau ivre de Rimbaud. Il revient avec un nouveau spectacle sur l'argent.
Pourquoi ce thème ? Et pourquoi solliciter les écrivains à l'heure où ce sont les économistes qui font la loi ?

Comment réenchanter le destin français ? Avec Eric Zemmour pour les Eveilleurs d'Espérance à Versailles.


(0)
169 Vues
0 commentaire
25.09.2018

"Je savais où je voulais vivre, avec qui je voulais vivre, et comment je voulais vivre. À mes yeux médusés d'enfant, le mot France brillait de tous les feux : histoire, littérature, politique, guerre, amour, tout était rassemblé et transfiguré par une même lumière sacrée, un même art de vivre mais aussi de mourir, une même grandeur, une même allure, même dans les pires turpitudes. La France coulait dans mes veines, emplissait l'air que je respirais ; je n'imaginais pas être la dernière génération à grandir ainsi. Il ne faut pas se leurrer. Le travail de déconstruction opéré depuis quarante ans n'a laissé que des ruines. Il n'y a pas d'origine de la France, puisque la France n'existe pas, puisqu il n'y a plus d'origine à rien. On veut défaire par l'histoire ce qui a été fait par l'Histoire : la France. L'Histoire est désormais détournée, occultée, ignorée, néantisée. L'Histoire de France est interdite. On préfère nous raconter l'histoire des Français ou l'histoire du monde. Tout sauf l'Histoire de France. Mais cette Histoire se poursuit malgré tout et malgré tous. Elle a des racines trop profondes pour être arrachées. Elle s'est répétée trop souvent pour ne pas se prolonger jusqu à aujourd'hui. Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Les mêmes lois s'imposent au-delà des générations. L'Histoire se venge." Eric Zemmour

La Françamerique : géopolitique et guerre des langues. Avec Jean-Philippe Immarigeon, François Asselineau et Charles Durand pour l'UPR à Paris.


(0)
149 Vues
0 commentaire
08.06.2013

L'expansion de l’anglais depuis la Seconde Guerre mondiale résulte-t-elle d'un projet de nature impérialiste ? Quelles sont les conséquences de l'abandon de la langue française en entreprise ou dans le cadre des relations internationales ? Et quelle est la politique de l'Union européenne en la matière ?
Car nous devons nous souvenir que les langues véhiculent des visions du monde différentes les unes des autres. Et c’est à travers la langue française que la France se distingue des autres pays du monde, et qu'elle peut, compte tenu de l'expansion et du prestige du français, leur parler à tous. Il est donc nécessaire de préserver la "biodiversité linguistique" au niveau international.
Les Français se réconcilieront avec leur langue si celle-ci redevient synonyme de libération face aux pensées imposées, et d'émancipation face aux dominations en apparence écrasantes. La promotion du français est indissociable d'un projet politique plus général qui consiste à rendre à la France son indépendance, sa liberté d’action et sa grandeur.
Qu'importe, en effet, la langue française à la France, si cette dernière est privée de sa voix ?

Un colloque sur la langue française et la Francophonie organisé par l'UPR.

Les critères de l'identité française. Avec Henry de Lesquen au Carrefour de l'Horloge.


(0)
361 Vues
0 commentaire
21.09.2017

S'il est un bien commun au peuple français, c'est son identité, cette réalité précieuse et fragile qui permet à l'individu de ressentir une appartenance unique et profonde à une communauté incarnée, de partager le même héritage et le même destin avec ses compatriotes.
Qu'est-ce, aujourd’hui, qu'être français ? Qui peut se réclamer de cette identité nationale ? Comment reconnaître et préserver l’unité identitaire et culturelle de la France, pour laquelle nos aïeux sont tombés en nombre au champ d'honneur et qui est aujourd'hui niée, bafouée, violée ?
Henry de Lesquen nous présente ses réflexions sur ce sujet crucial pour notre présent et pour notre avenir.

Radioscopie : Maurice Genevoix répond aux questions de Jacques Chancel sur France Inter.


(0)
235 Vues
0 commentaire
21.02.1969

L'écrivain Maurice Genevoix, en compagnie de Jacques Chancel, revient sur sa trajectoire personnelle, depuis son enfant jusqu'à son élection à l'Académie française en passant par ses souvenirs d'ancien combattant de la première guerre mondiale.
Il évoque également son goût pour la nature et son amour pour les animaux alors que son ouvrage Tendre bestiaire vient d'être publié.
Enfin, c'est de son attachement à la langue française, des romanciers qu'il admire, de ses filles et de son rôle de père dont il parle.

Jacques Chancel s'entretient avec Henri Vincenot, sur France Inter.


(0)
348 Vues
0 commentaire
16.04.1975

Jacques Chancel nous propose une rencontre avec l'écrivain, le conteur et l'historien des chemins de fer qu'est Henri Vincenot. Cet amoureux de la Bourgogne et de la vie campagnarde revendique l'usage du parler local dans la langue française, et c'est en revenant sur son parcours qu'il nous explique le sens de son travail d'écriture.
Ses propos sont d'ailleurs bien autre chose qu'une simple conversation : il s'agit d'une méditation sur le Progrès, cette logique implacable qui détruit le vieux monde, celui que nous raconte encore Henri Vincenot.

Comment relever la France ? Avec Régis Chamagne au Cercle Aristote.


(0)
331 Vues
0 commentaire
07.11.2016

La France est un pays merveilleux mais les Français l’ont oublié. Depuis plusieurs décennies une classe médiatique et politicienne inocule sournoisement au peuple français le poison de la culpabilité et de la haine de l’histoire de France. Elle le fait par l’entremise d’une novlangue savamment conçue pour détruire nos repères et nos racines.
Mais tout n’est pas perdu. Nous sentons bien que les défenses immunitaires de la France se réveillent, un peu partout et dans le désordre. Un vent gaulois se lève sur la plaine.
L'appel de Régis Chamagne est un cri, ou plus exactement trois cris. C’est un cri d’amour ; amour de la France dans toute sa diversité, sa richesse et sa beauté. C’est aussi un cri de colère ; colère de constater ce que des générations de politiciens ambitieux, médiocres et soumis à l’étranger ont fait de la France. C’est enfin un cri d’espoir ; espoir dans le peuple français pour qu’une fois de plus il dépasse ses contradictions, se rassemble afin de rétablir notre indépendance nationale et notre souveraineté populaire.
Ainsi, nous pourrons de nouveau décider nous-mêmes de notre destin commun. Alors nos enfants et nos petits-enfants pourront de nouveau vivre dans une France belle et généreuse, au service de l’humanité.