Quel est le statut des lois physiques ? Avec Etienne Klein à l'Institut Catholique de Paris.


(0)
96 Vues
0 commentaire
19.04.2023

Les lois physiques sont-elles solidaires de l'Univers ou résident-elles hors de lui ? Comment les électrons connaissent-ils les lois de l'électromagnétisme que nous, humains, devons étudier à l'école ? Sont-elles inscrites, depuis leurs apparitions, au fin fond de leur être ? Les ont-ils apprises par cœur ? Sont-ils capables de les décrypter de loin sur le grand tableau noir de l'Univers ? Obéissent-ils plutôt à des consignes qui proviendraient de l'extérieur du monde ? Ou encore entament-ils des négociations avec l'Univers pour déterminer ensemble le meilleur comportement pour des particules électriquement chargées ?
Plaisanterie mise à part, le statut des lois physiques demeure une authentique question métaphysique !

L'eau est-elle encore matière à rêves ? Avec Olivier Rey sur France Culture.


(0)
293 Vues
0 commentaire
22.01.2022

Boire un verre d'eau, c'est ingurgiter à chaque gorgée des milliards de myriades d'atomes d'hydrogène et d'oxygène, tous de céleste lignée : les atomes d'hydrogène se sont formés dans l'univers primordial – il y a plus de treize milliards d’années – et ceux d'oxygène dans le cœur brûlant d'une étoile – il y a environ cinq milliards d'années –, qui les a ensuite dispersés dans le vide intergalactique. Les éléments qui constituent l'eau, comme toute la matière présente, proviennent ainsi de vertigineusement loin.
En prendre conscience, c'est réaliser que chacune de nos désaltérations est un acte grave et profond, un geste qui nous relie intimement à l'histoire de l’univers : notre corps absorbe alors, en définitive, des bribes de l'aurore du monde mélangées à des cendres plus tardives du feu stellaire.
Mais qu'est-ce que de telles connaissances scientifiques à propos de l'eau, de son origine, de sa composition, de ses propriétés, de ses comportements, changent à nos façons de la penser, de la dire, de la "vivre" ? Purgent-elles l'eau du symbolique dont elle était jadis saturée ? Ou bien, au contraire, déploient-elle notre imaginaire à son sujet ?

Émission "Science en questions", animée par Etienne Klein.

Les échecs de la vulgarisation scientifique. Avec Etienne Klein à l'Institut Diderot.


(0)
319 Vues
0 commentaire
2021

Nucléaire, climat, vaccination, OGM, théorie de l'évolution… La science se trouve prise en otage de la post-vérité et de la désinformation. Imaginez que depuis des siècles, tout le monde vous ment en affirmant que la Terre est ronde… En réalité, elle est plate. Cette conviction est partagée par de plus en plus de personnes à travers le monde ! Dopée par des complotistes sur les réseaux sociaux, la théorie de la Terre plate se répand rapidement, en dépit de toutes les preuves scientifiques.
Et depuis le début de la crise sanitaire, chacun peut constater que la vulgarisation scientifique n’a pas été très efficace face aux théories abracadabrantesques. Le phénomène interroge la place de la recherche scientifique dans le débat public et politique.
Pour faire face aux défis générés par ce phénomène, Etienne Klein nous explique en quoi la vulgarisation est désormais devenue un sujet politique.

Quel genre de science est la géographie ? Avec Sylvain Tesson sur France Culture.


(0)
419 Vues
0 commentaire
05.02.2022

Géographe de formation, Sylvain Tesson a choisi très tôt, dès l'âge de 19 ans, de faire des voyages et des expéditions dans des conditions souvent extrêmes, dont il rapporte des carnets, des livres ou des films. Il est en somme un arpenteur autant qu'un géographe, un "Wanderer" comme il se définit lui-même en reprenant un surnom qui fut attribué à Goethe en son temps.
Mais qu'est-ce que le fait d'être à ce point mobile, tout le contraire d'un sédentaire, change à cette belle discipline qu'on appelle la géographie ? Et - question subsidiaire - à quelle vitesse faut-il se déplacer sur la Terre pour bien saisir la forme du monde ?

Émission "Science en questions", animée par Etienne Klein.

Comment l'origine se raconte-t-elle ? Avec Pascal Nouvel sur France Culture.


(0)
509 Vues
0 commentaire
29.08.2020

La notion d'origine mêle des considérations temporelles à des ambitions explicatives, trimbalant son ambiguïté entre deux idées par ailleurs limpides : d'une part, celle de commencement, qui répond à la question "quand ?" ; d'autre part, celle de cause, qui répond à la question "pourquoi ?".
Prenons l'origine du monde, qui est sans doute -et de loin- la plus délicate à saisir de toutes les origines. Elle demeure assurément un mystère, une question sans réponse connaissable, car sans point d'ancrage ferme. Pourtant, dès qu'un discours prétend nous éclairer sur elle, nous tendons l'oreille, avides d'entendre l'écho du tout premier signal. Car nous autres, les humains, nous sommes des "animaux métaphysiques", comme disait Schopenhauer, les seuls qui s'interrogent sur l'être en tant qu'être, les seuls pour qui l'être fasse question.
D'ailleurs, aussi loin qu'on puisse remonter dans le passé, on constate que les interrogations sur l'origine ont préoccupé les êtres humains, aimanté leur esprit et leur âme. Toutes les sociétés, grandes ou petites, puissantes ou faibles, perdues sur un îlot rocheux ou dans un désert inhospitalier, ont proposé une "histoire du monde", "leur" histoire du monde et de son origine.
Les philosophes, les psychanalystes, les psychologues, les théologiens n'ont pas manqué de s'intéresser au pourquoi de ce questionnement : l'origine serait -au choix- une quête sans fin prévisible, le moteur même de notre questionnement, un manque qui nous habite, une carence qui nous définit, une illusion qui nous sauve, ou encore, plus prosaïquement, un faux problème qui nous turlupine bigrement.
Mais en amont de ces analyses, il reste un fait brut : la variété et la richesse des récits sur l'origine que les anthropologues ont rapportés des quatre coins de la planète sont impressionnantes. Dès lors, la question qui se pose est celle-ci : est-il possible de classer ces discours en un petit nombre de familles ? Si oui, combien ? Et lesquelles ?

Émission "La Conversation scientifique", animée par Etienne Klein.

Alexandre Grothendieck : un mathématicien qui prit la tangente. Avec Philippe Douroux sur France Culture.


(0)
535 Vues
0 commentaire
30.04.2016

Chercheur génial, écologiste radical au début des années 1970, ermite retiré du monde pendant 23 ans, il a eu trois ou quatre vies successives entre sa naissance, le 28 mars 1928 à Berlin, et sa mort, en 2014, quelque part dans l'Ariège. Le monde des mathématiques l'a découvert en 1958, au congrès mondial d'Edimbourg, où il présenta une refondation de la géométrie algébrique. La géométrie algébrique, ce sera sa grande œuvre, une sorte de cathédrale conceptuelle construite en collaboration avec deux autres mathématiciens, Jean Dieudonné et Jean-Pierre Serre. De 1950 à 1966, il fit des mathématiques, seulement des mathématiques.
Mais un jour, il finit par découvrir la politique. En 1966, il refusa d'aller chercher sa médaille Fields à Moscou, où deux intellectuels venaient d'être condamnés à plusieurs années de camp pour avoir publié des textes en Occident sans autorisation. L'année suivante, il passa trois semaines au Vietnam pour protester contre la guerre lancée par les Etats-Unis. À partir de 1971, il consacra l'essentiel de son temps à l'écologie radicale à travers un groupe qui avait été fondé par un autre mathématicien, le groupe "Survivre et vivre". En août 1991, il choisit de disparaître dans un village tenu secret après avoir confié 20'000 pages de notes à l'un de ses anciens élèves.
Le nom d’Alexandre Grothendieck sonne un peu comme la promotion de l'évanescence dans l'ontologie radicale. Car sa disparition donne à croire qu'elle le résume et le raconte davantage que tout le reste. Le choix qu'il a fait de s'évader rétro-projette son ombre sur tous les événements antérieurs de sa vie. Comme s'il n’avait jamais eu d'autre intention que celle d'échapper un jour au commerce des hommes. Mais raisonner ainsi serait injuste, car ce serait oublier l'homme, ses vies et son œuvre, qui est monumentale et demeure en partie inexplorée.

Émission "La Conversation scientifique", animée par Etienne Klein.

Je ne suis pas expert, mais je... Avec Etienne Klein à l'Espace Mendès France de Poitiers.


(0)
624 Vues
0 commentaire
11.05.2021

Physicien et philosophe des sciences, Etienne Klein nous interpelle et pointe du doigt un comportement qui a envahi les discussions à l'occasion de la crise sanitaire : l'ultracrépidarianisme, soit le comportement consistant à donner son avis sur des sujets à propos desquels on n'a pas de compétence crédible ou démontrée. Ainsi, dans son opus Le goût du vrai (Tract Gallimard, 2020), il nous invite à prendre du recul sur les flots de paroles "d'experts" qui ont nourri l'inculture ambiante ces derniers mois.
Comment l'approche de la médiation scientifique doit-elle évoluer ? Comment le discours de médiateur peut-il armer le publics face au manichéisme ambiant des réseaux sociaux et des médias ? Faisons-nous bien la différence entre science et recherche ? Entre vérités scientifiques établies et opinions ? 
Il est urgent de se poser ces questions pour que la culture scientifique technique et industrielle arme les citoyen d'un minimum d'esprit critique.

Doit-on réveiller l'idée de progrès ? Avec Michaël Foessel sur France Culture.


(0)
590 Vues
0 commentaire
07.05.2016

L'idée de progrès était une idée doublement consolante. D'abord, parce qu'en étayant l'espoir d'une amélioration future de nos conditions de vie, en faisant miroiter loin sur la ligne du temps un monde plus désirable, elle rendait l'histoire humainement supportable. Ensuite, parce qu'elle donnait un sens aux sacrifices qu'elle imposait : au nom d'une certaine idée de l'avenir, le genre humain était sommé de travailler à un progrès dont l'individu ne ferait pas lui-même forcément l'expérience, mais dont ses descendants pourraient profiter.
En somme, croire au progrès, c’était accepter de sacrifier du présent personnel au nom d'une certaine idée, crédible et désirable, du futur collectif. Mais pour qu'un tel sacrifice ait un sens, il faut un rattachement symbolique au monde et à son avenir. Est-ce parce qu'un tel rattachement fait aujourd'hui défaut que le mot progrès disparaît ou se recroqueville derrière le seul concept d'innovation, désormais à l'agenda de toutes les politiques de recherche ? D'où vient que l'avenir a pris la figure de l'ennemi et non plus celle de l'ami ?

Émission "La Conversation scientifique", animée par Etienne Klein.