Quel avenir pour le peuple de Droite ? Avec Patrick Buisson à Orange.


(0)
95 Vues
0 commentaire
09.12.2016

Ancien conseiller de Nicolas Sarkozy et auteur du récent La Cause du peuple, Patrick Buisson continuer à rêver d'un populisme conservateur à la française.
Alors que François Hollande poursuit l'entreprise d'avilissement de la fonction présidentielle, l'opposition de droite réussira-t-elle a s'organiser pour mener la bataille ?

Qu'est-ce que le macronisme ? Avec Emmanuel Todd à Sciences-Po.


(0)
74 Vues
0 commentaire
03.10.2018

Hallucination collective des couches populaires ? Rêve éveillé des classes dominantes ? Cyborg tout droit sorti du laboratoire du docteur Attali ?
Une chose est sûre : Emmanuel Todd va nous montrer un président différent de celui que nous avons l'habitude de voir !
Et c'est en distinguant et en développant les points suivants que la conférence se déroule :
 1. la toile de fond du macronisme
 2. Emmanuel Macron
 3. les macronistes
 4. Macron et le monde.

Une conférence organisée par l'association "Critique de la raison européenne".

Le crépuscule de la France d'en haut. Avec Christophe Guilluy sur France Inter.


(0)
185 Vues
0 commentaire
19.05.2017

Le géographe Christophe Guilluy, auteur du Crépuscule de la France d'en haut et de La France périphérique : comment on a sacrifié les classes populaires et ayant théorisé le concept de "France périphérique", revient sur la carte des votes de la présidentielle, sur les notions de "France d'en haut" et de "France d'en bas" aussi que sur la nomination d'un ministre de la cohésion des territoires.
Un éclairage intéressant pour comprendre les évolutions politiques récentes.

Émission "Une Semaine en France", animée par Claire Servajean.

Présidentielles 2017 : par quels moyens le pouvoir se maintient-il ? Avec Lucien Cerise pour E&R à Grenoble.


(0)
169 Vues
0 commentaire
28.09.2017

Au lendemain de la présidentielle, nous avons été nombreux à sentir que cette élection nous avait été confisquée. Comment le système, qui exerce un véritable travail d’influence, étudie-t-il notre comportement et façonne-t-il notre vote ?
Lucien Cerise revient sur ces méthodes et nous donne les clés afin de nous inspirer des techniques appliquées pour faire gagner divers candidats et devenir nous-mêmes des "influenceurs", des façonneurs de comportement de vote autour de nous.
Le pouvoir dépense des millions pour gagner des élections, ce qui prouve que ce n’est pas un enjeu anecdotique. Si nous n’avons pas les millions, nous devons devenir des millions !

L'Italie, nouveau cauchemar de Bruxelles ? Avec Jacques Sapir sur TV Libertés.


(0)
118 Vues
0 commentaire
06.2018

Depuis le 1er juin, un nouveau gouvernement italien s’est constitué, non sans mal, sous la houlette de Giuseppe Conte. Il est composé notamment des deux formations politiques arrivées en tête aux dernières élections générales de mars dernier : la Lega et le Mouvement 5 étoiles.
Une des premières décisions de Matteo Salvini, patron de la Lega mais également ministre de l’Intérieur italien a été de refuser d’accueillir les 629 clandestins repêchés par l’Aquarius, le bateau de l’association immigrationniste SOS Méditerranée, financée par George Soros.
Après avoir bouleversé l’échiquier politique du pays, les dernières élections générales vont donc bel et bien bousculer les habitudes du siège de l’Union Européenne à Bruxelles. Une première pour un pays fondateur de l’UE.

Émission "Samedi Politique", animée par Élise Blaise.

Une histoire des droites en France. Avec Gilles Richard sur la Radio Chrétienne Francophone.


(0)
146 Vues
0 commentaire
01.03.2017

Depuis le classique de René Rémond, les droites n'avaient pas trouvé leur historien. C'est désormais chose faite grâce à la récente synthèse de Gilles Richard qu'il présente ici.
Couvrant plus de deux siècles d'histoire politique et n'hésitant pas à aborder les enjeux contemporains, l'ouvrage évoque bien entendu les partis et leurs métamorphoses, tout en scrutant les cultures politiques et en pointant les grandes mutations.
Depuis 1815, en effet, les temps ont bien changé ! Ce qui faisait clivage au XIXe siècle entre droites et gauches (la République démocratique et laïque) a ainsi laissé place au XXe siècle à un autre clivage : la République qui avait triomphé dans les années 1870-1880 devait-elle être "libérale" comme le souhaitait Jules Ferry, ou bien "sociale" comme le proclama Jean Jaurès ?
En ce début de XXIe siècle, tout semble à nouveau remis en cause : tandis que les gauches sont menacées de disparition, les droites sont aujourd'hui hégémoniques. Mais le pluriel s'impose plus que jamais. De fait, les oppositions ne manquent pas, entre tenants du libéralisme et droite nationaliste, ou entre "les mondialistes" et "les patriotes", comme Marine Le Pen aime à le répéter.
Cette mutation fondamentale surprend ; mais Gilles Richard offre des clés pour comprendre ce qui constitue un enjeu déterminant pour la France d'aujourd'hui et de demain.

Dire la France, culture(s) et identités nationales (1981-1995). Avec Vincent Martigny et Eric Fottorino à la Librairie Mollat.


(0)
99 Vues
0 commentaire
17.03.2017

Depuis près d'une décennie, la controverse sur l'identité nationale déchire les familles politiques, divise le monde intellectuel et embrase la société française. La généalogie de cette obsession identitaire est peu connue. Elle est pourtant révélatrice d'une histoire oubliée, lorsque dans les années 1980, l'ambition politique de dire la France faisait rimer culture et identité nationale.
Comment la culture est-elle devenue à cette époque un enjeu majeur, jusqu'à constituer le socle du récit national ? Tirant un fil qui revisite les grandes heures de la politique culturelle sous François Mitterrand, remémore le combat contre l'anti-impérialisme américain, traverse les politiques du "droit à la différence" et leur remise en cause pour s'achever avec la bataille de l'exception culturelle en 1993, Vincent Martigny ressuscite l'atmosphère d'une décennie cruciale pour déchiffrer les querelles contemporaines de l'identité.

Comment peut-on être macroniste ? Avec Michel Drac pour le Cercle Rébellion à Toulouse.


(0)
199 Vues
0 commentaire
17.03.2018

Qui n'a pas un proche, un ancien camarade de classe ou un collègue ayant voté Macron ? Ce ne sont pas forcément des idiots, et si son électorat goûte peu à la soupe populaire, il ne s'agit pas non plus toujours de winners vérifiant le cours de la Bourse sur leur smartphone entre deux rails de cocaïne et un troussage de secrétaire (mâle ou femelle, parce que c'est notre projet).
Pourquoi ton oncle qui vient de prendre sa retraite après 40 ans de travail subalterne en entreprise a-t-il mis ce bulletin dans l'urne ? Et ta cousine étudiante en biologie ? Et ta bouchère qui le trouve beau et dynamique ? Nous vivons une époque de dissolution mais tout de même, comment peut-on être macroniste ?
Michel Drac, intervenant bien connu des médias alternatifs, auteur de nombreux ouvrages dont dernièrement Voir Macron, veut répondre à cette question. Il est de bon ton de psychanalyser les opinions dissidentes : tu n'es pas d'accord avec le pouvoir en place parce que tu avais de l'acné à l'adolescence. Cette fois, Michel Drac retourne l'accusation et se propose de sonder l'inconscient néolibéral pour mieux comprendre ce qui pousse des citoyens lambda à soutenir des politiques qui ne vont pas dans leur intérêt.